Violences et violences conjugales comprendre pour agir UDAF ...
104 pages
Français

Violences et violences conjugales comprendre pour agir UDAF ...

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
104 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

  • mémoire - matière potentielle : traumatique
  • mémoire - matière potentielle : traumatique de l' adulte
  • exposé - matière potentielle : aux violences conjugales
Violences et violences conjugales comprendre pour agir Conférence du 6 octobre 2011 UDAF Chartres Docteur Muriel SALMONA Psychiatre-Psychotraumatologue Médecin coordinatrice et Responsable de l'Antenne 92 de l'Institut de victimologie
  • vie affective pour les enfants
  • enfants exposés aux violences conjugales
  • mémoire traumatique de l'adulte
  • conscience aux adultes violents des mécanismes de disjonction
  • comportement du conjoint violent
  • victimes
  • victime
  • violence
  • violences
  • femmes
  • femme
  • enfant
  • enfants

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 69
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Exrait

Violences
et violences conjugales
comprendre pour agir
Conférence du 6 octobre 2011
UDAF Chartres

Docteur Muriel SALMONA
Psychiatre-Psychotraumatologue
Médecin coordinatrice
et Responsable de l'Antenne 92
de l'Institut de victimologieLes violences familiales faites aux
femmes et aux enfants
 Les violences familiales touchent majoritairement les femmes et les
enfants, elles sont une atteinte au droit fondamental des femmes et des
enfants à vivre en sécurité, et une atteinte à leur dignité
 Les violences familiales, sont pour les femmes et les enfants qu'ils soient
témoins de violences conjugales ou victimes directes, à l'origine
d'importants traumatismes psychiques et de conséquences graves et
durables sur leur santé psychique et physique, sur leur vie personnelle,
affective, sociale et professionnelle pour les femmes et sur leur
développement, sur leur scolarisation, sur leur socialisation et leur vie
affective pour les enfants.
 Ces conséquences sont liées à l'installation de troubles
psychotraumatiques sévères qui sont particulièrement fréquents chez les
femmes victimes de violences conjugales : 58% / 24% chez l'ensemble des
victimes de traumatismes, et les enfants exposés aux violences conjugales:
60% / 24 % ‏
Les violences familiales faites aux
femmes et aux enfants
 Les violences faites aux femmes et aux enfants dans le cadre de la vie
familiale sont graves, fréquentes, spécifiques et intentionnelles, elles
touchent toutes les couches de la société
 elles restent sous-estimées et peu identifiées et dénoncées (loi du silence)
 elles ont de graves conséquences sur la santé mentale et physique des
femmes et des enfants qui les subissent
 Avoir subi des violences, surtout pendant l’enfance, est un déterminant
majeur de la santé des adultes (ONU), même cinquante ans après (étude de
Felitti et Adda, 2010), avec une corrélation très importante avec la survenue
d’accidents cardio-vasculaires, de morts précoces, de suicides, de
dépressions, d’addictions, d’obésité, de troubles psychiatriques, de
marginalisation et de délinquance…c’est un problème majeur de santé
publique
 elles ont aussi de graves conséquences sur leur vie sociale,
professionnelle, relationnelle et affective
 il est essentiel pour tout professionnel confronté à des victimes de
violences de connaître ces conséquences LES VIOLENCES CONJUGALES
Définition
 Définition :Il s'agit d'un processus au cours duquel un partenaire ou un ex-
partenaire adopte à l'encontre de l'autre des comportements agressifs, violents et
destructeurs.
 il s'agit d'une violence spécifique qui touche majoritairement les
femmes elle est alors « dirigée contre le sexe féminin et causant ou
pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances
physiques, sexuelles ou psychologiques y compris la menace de tels
actes » (article 2-ONU, 1993), qui « s'analyse comme un moyen de
contrôle de la femme ayant ses racines dans le rapport de pouvoir
inégal entre l'homme et la femme » (Rome,1993), violence spécifique et
intentionnelle.
 Le recours à la violence a pour objectif le contrôle et la domination de
l'autre, la victime est sous emprise de l'agresseur.
 La violence englobe la violence physique, verbale, psychologique, sexuelle,
économique.LES VIOLENCES CONJUGALES
 Reconnues par l'ONU, le Conseil de l'Europe, l'OMS comme
une violation des droits fondamentaux des femmes, des
conventions et des plate-formes d'action ont été mises en place (CEDAW 1980,
ONU 1993, Rome 1993, conférence de Pékin 1995).sont une atteinte au
droit fondamental des femmes et des enfants à vivre en
sécurité, et une atteinte à leur dignité
 Il s'agit de violences interpersonnelles dans le cadre de la
relation de couple commise par un partenaire ou un ex-
partenaire touchant dans leur immense majorité les femmes
(dans 82% des cas de violences conjugales), elles constituent des
circonstances aggravantes pour la justice et sont considérées comme un délit
quelque soit l'ITT pénale (incapacité totale de travail) ou un crime (homicide,
viol, actes de torture ou de barbarie).Les violences conjugales, violences
faites aux femmes et aux enfants
 Les violences conjugales sont une atteinte au droit fondamental des
femmes et des enfants à vivre en sécurité, et une atteinte à leur dignité
 Les violences conjugales, sont pour les femmes et les enfants qu'ils
soient témoins de violences conjugales ou victimes directes, à l'origine
d'importants traumatismes psychiques et de conséquences graves et
durables sur leur santé psychique et physique, sur leur vie personnelle,
affective, sociale et professionnelle pour les femmes et sur leur
développement, sur leur scolarisation, sur leur socialisation et leur vie
affective pour les enfants.
 Ces conséquences sont liées à l'installation de troubles
psychotraumatiques sévères qui sont particulièrement fréquents chez les
femmes victimes de violences conjugales Les cycles de la violences
 La violence conjugale n'est pas le résultat d'un conflit
 La violence conjugale est un processus d'emprise qui se développe
à travers des cycles dont l'intensité et la fréquence augmentent
avec le temps. Les périodes d'escalades et les phases d'explosions de
violence se succèdent, entrecoupées de périodes de rémission durant
lesquelles le conjoint minimise les faits et justifie son comportement et
promet de ne plus recommencer, périodes dites de "lune de miel", plus le
cycle se répète, plus l'emprise est forte sur la victime, plus ces "lunes de
miel" sont courtes.
 L'évolution suit une courbe croissante qui va de la moindre à la
plus grande dangerosité : agressions psychologiques (qui peuvent durer
des années), violence verbale, agression physique, tentative d'homicides;
dans la majorité des cas le comportement du conjoint violent est de plus en
plus dangereux avec le temps. Les cycles de la violences
 Le cycle de la violence s'organise en 4 phases :
−1- Tension (conflits, contrôle, menaces), crainte et peur chez la victime
−2- Agressions (recours à la violence), terreur, impuissance, désespoir chez
la victime
−3- Déni, transfert de culpabilité : culpabilisation, responsabilisation chez
la victime
−4- Rémission, sursis amoureux : espoir de changement, efforts pour
minimiser les faits, pour les excuser chez la victime.
 L'agresseur qui développe une véritable addiction à la violence
constate qu'aucune conséquence n'a découlé de ses actes violents, il
bénéficie d'une totale impunité, le climat de domination peut se
réinstaller, le cycle recommence et s'aggrave = il est essentiel de
l'arrêter le plus précocement possibleLes violences sur les plus vulnérables
● Les violences sont un problème lié à une société inégalitaire et qui ne protège pas assez les
plus vulnérables, les plus faibles, les femmes, les enfants
● La mère , les enfants se retrouvent en situation d'esclaves instrumentalisés pour mettre en
place à la place du père des conduites d'évitement et quand ces conduites échouent servir de
« médicaments anesthésiants » en subissant une violence qui est une conduite dissociante
● Les hommes violents peuvent s'autoriser à exercer des violences sur leur femme, les enfants,
le plus souvent en toute impunité, sans se poser de question sur leur comportement incohérent
● Ces violences des agresseurs sur les femmes et les enfants sont des conduites dissociantes,
anesthésiantes, d'auto-traitement qui permettent à l'agresseur d'échapper à une souffrance
psychique liée à une mémoire traumatique produite le plus souvent par des violences subies dans
l'enfance. Par exemple les pleurs d'un enfant réveille la mémoire traumatique de l'adulte (les
pleurs rappellent des violences subies) et génère une souffrance et une angoisse importante,
l'enfant est considéré comme responsable « tu vas me faire devenir fou » et une compulsion à la
violence va permettre à l'adulte de disjoncter et de s'anesthésier. À l'enfant sont imposées des
conduites d'évitement pour ne pas allumer la mémoire traumatique de l'adulte.
● Il est essentiel de faire prendre conscience aux adultes violents des mécanismes de
disjonction, de la gravité de leur conduite et de les aider à calmer leur mémoire traumatique‏


Les chiffes des violences conjugales
 Enquête ENVEFF (enquête nationale sur les violences faites aux femmes, 2000 sur un
échantillon de 6970 femmes agées de 20 à 59 ans) dans les 12 mois précédant l'enquête :
10% des femmes ont été victimes de violences conjugales ( soit en IDF 350 000 femmes).
Ces violences conjugales sont gardés sous silence (2 femmes/3 en ont parlé pour la
première fois lors de l'enquête), les femmes les plus jeunes (20-24 ans) les subissent
d'avantages. Ces violences se décomposent en :
− 4,3% de violences verbales (insultes, menaces, chantages)
− 37% de violences psychologiques (contrôle, domination, dénigrement, mépris)
− 2,5% de violences physiques ( coups, brutalités, gifles, séquestration, mises à la porte,
tentatives d'homicide)
− 0,9% de violences sexuelles (agissements sexuels imposés, viols)
 L'enquête de Seine St Denis en 2008 confirment que les plus jeunes femmes (18-21 ans)
subissent plus de violences dans le couple au cours des douze derniers mois:
− 12 % de violences physiques
− 3 % de violences sexuelles
l L'enquête INSEE 2007
− 1,5% des femmes entre 18 et 59 ans ont subi un viol ou une tentative de viol,
− les jeunes femmes sont plus exposées
− quand l’agresseur est un proche dans les 3/4 des cas il s’agit d’un conjoint

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents