67 pages
Français

Dictionnaire des barbarismes et des solécismes

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Edité en 1855 à Montréal, ce dictionnaire des barbarismes et des solécismes est un document historique important car non seulement il témoigne de l'écart entre le français de France et le français parlé au Canada, mais aussi du sentiment d'une époque vis-à-vis des "impuretés" linguistiques, des brassages et des metissages langagiers...

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 30 juin 2011
Nombre de lectures 451
Langue Français
 
Narcisse Cyr ou Jean-Philippe Boucher-Belleville
DICTIONNAIRE DES BARBARISMES ET DES SOLÉCISMES
(1855)  
 
IORTN........CTDUN.IO................................................ A.5............................................................................................................9 
L..................................................................................4..2. ..........
J...................................................................................4..1 ..........
N.................................................................................4..6. ..........
M................................................................................4..3. ..........
G.................................................................................3..6 ...........
F..................................................................................3..3. ..........
I..................................................................................4..0. .........
H.................................................................................3..9. ..........
T..................................................................................6..0. .........
S..................................................................................5..7 ...........
Table des matières
P..................................................................................4..8 ...........
O.................................................................................4..7 ...........
R.................................................................................5..3. ..........
Q.................................................................................5..2 ...........
 
C.................................................................................1..8 ...........
D.................................................................................2..4. ..........
E.................................................................................2..8. ..........
B.................................................................................1..3. ..........
U.................................................................................6..3. ..........
V.................................................................................6..4. ..........
W................................................................................6..6. ..........
À propos de cette édition électronique.......................6..7. .........
 
– 3 –
aiins reusplrd o  seL
 
– 4 –
DICTIONNAIRE DES BARBARISMES ET DES SOLECISMES
  .55ur su leficaigni .M itnoaé lnortpae  cenecav, ys tom el o erporp30, Rue St. Gabrei.lN .o3 ,0  81PRIMERIM DIEPIE ERRERÉC  .TA .oN
INTRODUCTION.1   En donnant au public ce petit Dictionnaire des Barbaris-mes et des Solécismes les plus ordinaires en ce pays, je ne m dissimule pas que cet ouvradgeu,n  genre nouveau, sera ac-cueilli par un grand nombre avec défaveur, les uns parce qu’ils croiront quil est propre à mroenr taux étrangers jusquà quel point la langue de Fénélon e tL ademartine sest déjà corrompue en Canada, les autres parce lsq utriouveront quon parle et qu’on écrit assez biecno mme cela.D es personnes instruites mêmes, qui nont eu que peu dpep orrats avec le peuple, surtout celui des campagnes, pourront croire que,epnoriucrh irmon Dictionnaire, j’ai été chercher des Barbarismes chez les Mic-macs et les Abénaquis. Je puis pourtant assurer qu’une propor-tion considérable des locutiovnicsi euses ou surannées que je signale ici, je les ai entendu sortir de la bouche de personnes plus ou moins instruites ou je alie rs ecueillies dans des livres ou sur des journaux imprimés en ce pays.  Entourés de tous côtés par des peuples parlant la langue anglaise, mêlés à une population venue des îles britanniques, parlant ou balbutiant nous-mêmes cette langue de Swift et de Fennimore Cooper, il est impoblses ique notre idiome nen ait pas souffert. Aussi les anglicismes abondent-ils dans le français que nous parlons : tellement que, si nous n’y mettons ordre, bientôt, sans parler encoreaonsue -xutton  eoycrt angnsil te primer en français, nous parlnesr oun langage qui ne sera ni l’anglais ni le français ; tout comme nos ancêtres croyaient                                       1e tsiaer-ég néoinnidtcc  eyC,rsse arci à Nibuértta siofrap euqn ie B ralement considéré comme l'oeudver eJe an-Philippe Boucher-Belleville. (Notice de la Bibliothèque nationale du Québec.) – 5 –
s’énoncer en gaulois ou en latin lorsqu’ils ne parlaient qu’un jargon quon a appelé la luaen gromane. Qui ne dit pas, par exemple, parmi nousp a:yer une visite, transiger des affaires, cet homme vau£t1 00,000, etc ?  J’ai plus d’une fois interrompu et repris cette tâche désa-gréable, et je laurais sans d oàu tlae, fin, tout à fait abandonnée, si quelques-uns de mes concitoyens, jaloux de conserver intact le dépôt de cette belle langue, que nos pères apportèrent ici ave eux de la vieille France, ne m’avaient conjuré de la poursuivre.  Quelqu’un me reprochera-t-il d’avoir inséré dans ce Dic-tionnaire des expressions et des mots trop notoirement vicieux, je leur répondrai dans le langdaeg el Évangile, que « ce ne sont pas ceux qui sont sains qui onsto ibne de médecin, mais les ma-lades, » en dautres termes jqeu en écris pas pour les savans, mais pour les ignorans.  Jécris surtout pour ceux qnuio nt pas un bon dictionnaire à consulter.  Mais, cest parce que jai souspép que ceux auxquels je des-tine ce petit ouvrage savengtr laa mmaire, que jai évité généra-lement d’insérer les Barbarismes et les Solécismes qui ont leur source :  1° dans le mauvais emploi d’un pronom ; coomn,mpero-nom indéfini, employé dans un sens déterminé,npoouus,r faute si générale en ce pays ;  2° dans le régime donné à une conjonction ; cqoumoim-e que, suivi d’un verbe à l’indicatif ou au conditionnel ;  3° dans le genre donné à un nom ; coumnem eg oîtr,epour un goître,u n sentinell,epourune sentinelle.  – 6 –