Dumas vingt ans apres

-

Documents
1323 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 133
Langue Français
Signaler un problème
Alexandre Dumas VINGT ANS APRÈS (1845) Édition du groupe « Ebooks libres et gratuits » Table des matières I. Le fantôme de Richelieu........................................................8 II. Une ronde de nuit .............................................................. 21 III. Deux anciens ennemis......................................................35 IV. Anne d’Autriche à quarante-six ans..................................59 V. Gascon et Italien.................................................................75 VI. D’Artagnan à quarante ans ...............................................85 VII. D’Artagnan est embarrassé, mais une de nos anciennes connaissances lui vient en aide94 VIII. Des influences différentes que peut avoir une demi- pistole sur un bedeau et sur un enfant de chœur.................108 IX. Comment d’Artagnan, en cherchant bien loin Aramis, s’aperçut qu’il était en croupe derrière Planchet..................120 X. L’abbé d’Herblay .............................................................. 133 XI. Les deux Gaspards ..........................................................146 XII. M. Porthos du Vallon de Bracieux de Pierrefonds........ 163 XIII. Comment d’Artagnan s’aperçut, en retrouvant Porthos, que la fortune ne fait pas le bonheur ......................171 XIV. Où il est démontré que, si Porthos était mécontent de son état, Mousqueton était fort satisfait du sien..................186 XV. Deux têtes d’ange ...........................................................196 XVI. Le château de Bragelonne ........................................... 209 XVII. La diplomatie d’Athos.................................................222 – 2 – XVIII. M. de Beaufort .......................................................... 238 XIX. Ce à quoi se récréait M. le duc de Beaufort au donjon de Vincennes ........................................................................ 248 XX. Grimaud entre en fonctions...........................................263 XXI. Ce que contenaient les pâtés du successeur du père Marteau................................................................................ 283 XXII. Une aventure de Marie Michon................................. 300 XXIII. L’abbé Scarron........................................................... 321 XXIV. Saint-Denis ................................................................345 XXV. Un des quarante moyens d’évasion de Monsieur de Beaufort.................................................................................358 XXVI. D’Artagnan arrive à propos .......................................375 XXVII. La grande route ........................................................ 391 XXVIII. Rencontre............................................................... 404 XXIX. Le bonhomme Broussel............................................ 420 XXX. Quatre anciens amis s’apprêtent à se revoir...............432 XXXI. La place Royale ..........................................................447 XXXII. Le bac de l’Oise.........................................................455 XXXIII. Escarmouche 468 XXXIV. Le moine..................................................................477 XXXV. L’absolution ..............................................................495 XXXVI. Grimaud parle .........................................................505 XXXVII. La veille de la bataille ............................................ 516 – 3 – XXXVIII. Un dîner d’autrefois .............................................533 erXXXIX. La lettre de Charles I547 XL. La lettre de Cromwell.....................................................556 XLI. Mazarin et Madame Henriette .....................................568 XLII. Comment les malheureux prennent parfois le hasard pour la providence ................................................................ 577 XLIII. L’oncle et le neveu......................................................589 XLIV. Paternité .....................................................................596 XLV. Encore une reine qui demande secours .......................611 XLVI. Où il est prouvé que le premier mouvement est toujours le bon ......................................................................629 XLVII. Le Te Deum de la victoire de Lens............................642 XLVIII. Le mendiant de Saint-Eustache ..............................669 XLIX. La tour de Saint-Jacques-la-Boucherie .................... 686 L. L’émeute........................................................................... 698 LI. L’émeute se fait révolte ...................................................709 LII. Le malheur donne de la mémoire..................................729 LIII. L’entrevue.....................................................................740 LIV. La fuite .......................................................................... 751 LV. Le carrosse de M. le coadjuteur ..................................... 773 LVI. Comment d’Artagnan et Porthos gagnèrent, l’un deux cent dix-neuf, et l’autre deux cent quinze louis, à vendre de la paille ..................................................................................795 LVII. On a des nouvelles d’Aramis .......................................810 – 4 – LVIII. L’Écossais, parjure à sa foi, pour un denier vendit son roi ......................................................................................... 828 LIX. Le vengeur.................................................................... 842 LX. Olivier Cromwell ............................................................857 LXI. Les gentilshommes ...................................................... 866 LXII. Jésus Seigneur.............................................................876 LXIII. Où il est prouvé que dans les positions les plus difficiles les grands cœurs ne perdent jamais le courage, ni les bons estomacs l’appétit .................................................. 888 LXIV. Salut à la Majesté tombée ..........................................901 LXV. D’Artagnan trouve un projet ....................................... 915 LXVI. La partie de lansquenet..............................................934 LXVII. Londres .....................................................................945 LXVIII. Le procès..................................................................955 LXIX. White-Hall970 LXX. Les ouvriers ................................................................ 984 LXXI. Remember996 LXXII. L’homme masqué ...................................................1006 LXXIII. La maison de Cromwell.........................................1022 LXXIV. Conversation..........................................................1035 LXXV. La felouque « L’Éclair » ..........................................1050 LXXVI. Le vin de Porto.......................................................1069 LXXVII. Le vin de Porto (Suite) .........................................1085 – 5 – LXXVIII. Fatality ...............................................................1093 LXXIX. Où, après avoir manqué d’être rôti, Mousqueton manqua d’être mangé ......................................................... 1105 LXXX. Retour ......................................................................1119 LXXXI. Les ambassadeurs...................................................1132 LXXXII. Les trois lieutenants du généralissime .................1145 LXXXIII. Le combat de Charenton .....................................1167 LXXXIV. La route de Picardie ............................................ 1182 LXXXV. La reconnaissance d’Anne d’Autriche.................. 1194 LXXXVI. La royauté de M. de Mazarin ..............................1202 LXXXVII. Précautions ........................................................1208 LXXXVIII. L’esprit et le bras...............................................1217 LXXXIX. L’esprit et le bras (Suite)..................................... 1223 XC. Le bras et l’esprit.......................................................... 1233 XCI. Le bras et l’esprit (Suite) ............................................ 1236 XCII. Les oubliettes de M. de Mazarin ...............................1249 XCIII. Conférences ............................................................. 1256 XCIV. Où l’on commence à croire que Porthos sera enfin baron et d’Artagnan capitaine ............................................ 1267 XCV. Comme quoi avec une plume et une menace on fait plus vite et mieux qu’avec l’épée et du dévouement ..........1280 XCVI. Comme quoi avec une plume et une menace on fait plus vite et mieux qu’avec l’épée et du dévouement (Suite)1291 – 6 – XCVII. Où il est prouvé qu’il est quelquefois plus difficile aux rois de rentrer dans la capitale de leur royaume que d’en sortir ............................................................................ 1301 XCVIII. Où il est prouvé qu’il est quelquefois plus difficile d’en sortir (Suite).................................................................1312 Conclusion .......................................................................... 1319 À propos de cette édition électronique............................... 1323 – 7 – I. Le fantôme de Richelieu Dans une chambre du palais Cardinal que nous connais- sons déjà, près d’une table à coins de vermeil, chargée de pa- piers et de livres, un homme était assis la tête appuyée dans ses deux mains. Derrière lui était une vaste cheminée, rouge de feu, et dont les tisons enflammés s’écroulaient sur de larges chenets dorés. La lueur de ce foyer éclairait par-derrière le vêtement magnifi- que de ce rêveur, que la lumière d’un candélabre chargé de bou- gies éclairait par-devant. À voir cette simarre rouge et ces riches dentelles, à voir ce front pâle et courbé sous la méditation, à voir la solitude de ce cabinet, le silence des antichambres, le pas mesuré des gardes sur le palier, on eût pu croire que l’ombre du cardinal de Riche- lieu était encore dans sa chambre. Hélas ! c’était bien en effet seulement l’ombre du grand homme. La France affaiblie, l’autorité du roi méconnue, les grands redevenus forts et turbulents, l’ennemi rentré en deçà des frontières, tout témoignait que Richelieu n’était plus là. Mais ce qui montrait encore mieux que tout cela que la si- marre rouge n’était point celle du vieux cardinal, c’était cet iso- lement qui semblait, comme nous l’avons dit, plutôt celui d’un fantôme que celui d’un vivant ; c’étaient ces corridors vides de courtisans, ces cours pleines de gardes ; c’était le sentiment rail- leur qui montait de la rue et qui pénétrait à travers les vitres de cette chambre ébranlée par le souffle de toute une ville liguée contre le ministre ; c’étaient enfin des bruits lointains et sans – 8 – cesse renouvelés de coups de feu, tirés heureusement sans but et sans résultat, mais seulement pour faire voir aux gardes, aux Suisses, aux mousquetaires et aux soldats qui environnaient le Palais-Royal, car le palais Cardinal lui-même avait changé de nom, que le peuple aussi avait des armes. Ce fantôme de Richelieu, c’était Mazarin. Or, Mazarin était seul et se sentait faible. – Étranger ! murmurait-il ; Italien ! voilà leur grand mot lâché ! avec ce mot, ils ont assassiné, pendu et dévoré Concini, et, si je les laissais faire, ils m’assassineraient, me pendraient et me dévoreraient comme lui, bien que je ne leur aie jamais fait d’autre mal que de les pressurer un peu. Les niais ! ils ne sen- tent donc pas que leur ennemi, ce n’est point cet Italien qui parle mal le français, mais bien plutôt ceux-là qui ont le talent de leur dire des belles paroles avec un si pur et si bon accent parisien. « Oui, oui, continuait le ministre avec son sourire fin, qui cette fois semblait étrange sur ses lèvres pâles, oui, vos rumeurs me le disent, le sort des favoris est précaire ; mais, si vous savez cela, vous devez savoir aussi que je ne suis point un favori ordi- naire, moi ! Le comte d’Essex avait une bague splendide et enri- chie de diamants que lui avait donnée sa royale maîtresse ; moi, je n’ai qu’un simple anneau avec un chiffre et une date, mais cet anneau a été béni dans la chapelle du Palais-Royal ; aussi, moi, ne me briseront-ils pas selon leurs vœux. Ils ne s’aperçoivent pas qu’avec leur éternel cri : « À bas le Mazarin ! » je leur fais crier tantôt vive M. de Beaufort, tantôt vive M. le Prince, tantôt vive le parlement ! Eh bien ! M. de Beaufort est à Vincennes, M. le Prince ira le rejoindre un jour ou l’autre, et le parlement… Ici le sourire du cardinal prit une expression de haine dont sa figure douce paraissait incapable. – 9 – – Eh bien ! le parlement… nous verrons ce que nous en fe- rons du parlement ; nous avons Orléans et Montargis. Oh ! j’y mettrai le temps ; mais ceux qui ont commencé à crier à bas le Mazarin finiront par crier à bas tous ces gens-là, chacun à son tour. Richelieu, qu’ils haïssaient quand il était vivant, et dont ils parlent toujours depuis qu’il est mort, a été plus bas que moi ; car il a été chassé plusieurs fois, et plus souvent encore il a craint de l’être. La reine ne me chassera jamais, moi, et si je suis contraint de céder au peuple, elle cédera avec moi ; si je fuis, elle fuira, et nous verrons alors ce que feront les rebelles sans leur reine et sans leur roi. Oh ! si seulement je n’étais pas étranger, si seulement j’étais Français, si seulement j’étais gentilhomme ! Et il retomba dans sa rêverie. En effet, la position était difficile, et la journée qui venait de s’écouler l’avait compliquée encore. Mazarin, toujours épe- ronné par sa sordide avarice, écrasait le peuple d’impôts, et ce peuple, à qui il ne restait que l’âme, comme le disait l’avocat général Talon, et encore parce qu’on ne pouvait vendre son âme à l’encan, le peuple, à qui on essayait de faire prendre patience avec le bruit des victoires qu’on remportait, et qui trouvait que les lauriers n’étaient pas viande dont il pût se nourrir, le peuple depuis longtemps avait commencé à murmurer. Mais ce n’était pas tout ; car lorsqu’il n’y a que le peuple qui murmure, séparée qu’elle en est par la bourgeoisie et les gen- tilshommes, la cour ne l’entend pas ; mais Mazarin avait eu l’imprudence de s’attaquer aux magistrats ! il avait vendu douze brevets de maître des requêtes, et, comme les officiers payaient leurs charges fort cher, et que l’adjonction de ces douze nou- veaux confrères devait en faire baisser le prix, les anciens s’étaient réunis, avaient juré sur les Évangiles de ne point souf- frir cette augmentation et de résister à toutes les persécutions de la cour, se promettant les uns aux autres qu’au cas où l’un – 10 –