//img.uscri.be/pth/045805cb1f1241a4cfbcb0447e5ed69df3ad594c
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Georg Simmel : Philosophie de l'argent Cours d'introduction

10 pages

Georg Simmel : Philosophie de l'argent Cours d'introduction

Publié par :
Ajouté le : 21 juillet 2011
Lecture(s) : 1 627
Signaler un abus
Georg Simmel : Philosophie de l'argent Cours d'introduction
Georg Simmel est, avec Max Weber, une des figures les plus importantes de la sociologie allemande classique, ces deux auteurs ayant, sur bien des points essentiels, une conception semblable de la sociologie. Simmel est surtout connu comme le promoteur de la sociologie « formelle », une notion souvent mal comprise bien qu'elle soitàla fois claire, fondamentale et très généralement acceptée dans les sciences sociales contemporaines. Il l'est aussi pour avoirétéun des fondateurs de la psychologie sociale. Mais Simmel est d'abord - et c'est une prioritéqu'il partage avec Weber - un des pionniers de la sociologie de l'action, dont il a parfaitement dessinéles fondements et les contours dans ses travauxépistémologiques. C'est cette orientation qu'il a donnéeà seséainsi qu'macrosociologiques », tudes « àconnues parce que plus celles - plus accessibles - consacréesàla « sociologie de la vie quotidienne ». NéenàBerlin en 1858 et mortàStrasbourg en 1918, philosophe et sociologue, Simmel a enseignéjusqu'en 1914àl'universitéde Berlin, avant d'obtenir, fort tardivement une chair de professeuràl'universitéde Strasbourg. C'est un penseur et un enseignant méconnu qui avait pourtant un auditoireénorme et dont la pensée a exercéune influence considérable. Avec quelques fluctuations, sa pensée aétéun peuéclipsée par des systèmes de pensée dominant la vie intellectuelle et universitaire, et ce n'est que depuis une quinzaine d'années que sesécrits sont relus en Allemagne.
Très célèbre de son vivant et jusqu'àSeconde Guerre mondiale, Simmel a subi, en France surtout, une la éclipse d'uneingtaine d'années,éclipse qui, comme celle de Weber d'ailleurs, trouve sa principale explication dans le fait que son œuvre ressortità ce qu'on appelle souvent la sociologie de l'action. Or les principes de celle-ci sont peu compatibles avec les mouvements d'idées qui, comme le structuralisme et le néo-marxisme, ont exercéune influence importante entre 1960 et la fin des années soixante-dix. Une autre raison de la difficultéd'accès que l'œuvre de Simmel paraît opposer au lecteur contemporain réside dans son caractère interdisciplinaire. Certains de ses livres comme les Problèmes de philosophie de l'histoire et une partie de Questions fondamentales de la sociologie concernent la philosophie des sciences sociales. D'autres, comme la Philosophie de l'argent, traitent de sujets macrosociologiques, en ignorant d'ailleurs les frontières entre sociologie et économie. Plusieurs de ses ouvrages enfin, ceux qui sont les plus connus, relèvent plutôt de ce qu'on appellerait aujourd'hui la psychologie sociale. C'est essentiellement sur ces essais microsociologiques que l'influence de Simmel s'est appuyée auxÉtats-Unis, alors que son succès dans la France de l'entre-deux-guerresétait surtout dûàses travaux épistémologiques qui ont pour objet le problème de l'explication en histoire.
La redéSi on trouvecouverte de Simmel en France doit beaucoup au philosophe Julien Freund (1921 - 1993). en France depuis une dizaine d'années Sociologie et Epistémologie, la Philosophie de l'argent, La Tragédie de la culture et d'autres de sesécrits, si donc on s'est attachéàtraduire un auteur dont le style n'a rien de linéaire et simple, c'est peut-être parce que la manière de Simmel de déchiffrer l'éclatement du monde moderne et la place que l'individu peut y avoir semble rejoindre nos recherches d'autres formes de réflexion pour lire notre monde actuel. Métropole naissante, mentalitécomplexit moderne, é grandissante des phénomètransitions dans lesnes, crises et entrelacs du tissu social : ce sont làquelques thèmes de Simmel, et pour lui même c'est Berlin en passe de devenir métropole qui est le lieu de toutes les rencontres et connaissancesàtel point qu'il dira : "le développement de Berlin, passageàla grande ville, dans les dernières années du XIXèsiècle et premières années du XXècoïncide avec mon propre développement intellectuel le plus fort et le plus large."
Quelqueséléments de biographie :
Les origines : Simmel est le septième enfant d'une famille de commerçants juifs convertis au christianisme : il est baptiséselon le culte luthérien. Son père meurt en 1874 mais son tuteur, Julius Friedländer, est suffisamment riche pour lui permettre d'achever sesétudes puis , plus tard, de pouvoir enseigner sans salaire fixe. IlétudieàBerlin. A ce moment làBerlin est devenue la grande universitéallemande, alors que jusque làc'étaient d'autres universités comme Heidelberg, Munich ou Göla primautttingen qui avaient é. Berlin aétéfondée assez tard et ce n'est qu'àla fin du XIXème qu'elle s'impose comme une grande universitéeuropéenne. Simmelétudie la philosophie et l'histoire, soutient une thèse sur la philosophie de Kant en 1883 puis une habilitation toujours sur le philosophe de Königsberg. Il est nomméPrivatdozent, c'estàdire professeur sans chair (donc sans salaire versépar l'université!).