Jolie sosie
140 pages
Français

Jolie sosie

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Extrait : Madame Gordon-Hope éveillait son passé. Son mari, un pur Américain, toujours pressé, toujours affairé, aimait sa femme, mais oubliait de le lui dire. « Elle est riche, donc elle est heureuse », pensait-il

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 38
EAN13 9782824712611
Langue Français

SARAH BERN HARD T
JOLI E SOSI E
BI BEBO O KSARAH BERN HARD T
JOLI E SOSI E
Un te xte du domaine public.
Une é dition libr e .
ISBN—978-2-8247-1261-1
BI BEBO OK
w w w .bib eb o ok.comA pr op os de Bib eb o ok :
V ous av ez la certitude , en télé char g e ant un liv r e sur Bib eb o ok.com de
lir e un liv r e de qualité :
Nous app ortons un soin p articulier à la qualité des te xtes, à la mise
en p ag e , à la ty p ographie , à la navig ation à l’intérieur du liv r e , et à la
cohér ence à trav er s toute la colle ction.
Les eb o oks distribués p ar Bib eb o ok sont ré alisés p ar des béné v oles
de l’ Asso ciation de Pr omotion de l’Ecritur e et de la Le ctur e , qui a comme
obje ctif : la promotion de l’écriture et de la lecture, la diffusion, la protection,
la conservation et la restauration de l’écrit.
Aidez nous :
V os p ouv ez nous r ejoindr e et nous aider , sur le site de Bib eb o ok.
hp ://w w w .bib eb o ok.com/joinus
V otr e aide est la bienv enue .
Er r eur s :
Si v ous tr ouv ez des er r eur s dans cee é dition, mer ci de les signaler à :
er r or@bib eb o ok.com
T élé char g er cet eb o ok :
hp ://w w w .bib eb o ok.com/se ar ch/978-2-8247-1261-1Cr e dits
Sour ces :
– Bibliothè que Éle ctr onique du éb e c
Ont contribué à cee é dition :
– Gabriel Cab os
Fontes :
– P hilipp H. Poll
– Christian Spr emb er g
– Manfr e d KleinLicence
Le te xte suivant est une œuv r e du domaine public é dité
sous la licence Cr e ativ es Commons BY -SA
Except where otherwise noted, this work is licensed under
h tt p : / / c r e a ti v e c o m m on s . or g / l i c e n s e s / b y - s a / 3 . 0 /
Lir e la licence
Cee œuv r e est publié e sous la licence CC-BY -SA, ce qui
signifie que v ous p ouv ez lég alement la copier , la r e
distribuer , l’ env o y er à v os amis. V ous êtes d’ailleur s
encourag é à le fair e .
V ous de v ez aribuer l’ o euv r e aux différ ents auteur s, y
compris à Bib eb o ok.CHAP I T RE I
   av e c violence sur l’ Atlantique et balançait de
cadences successiv es le b e au bate au La France, qui faisait r outeL v er s Le Hav r e . Les p assag er s étaient p our la plus grande p art
étendus sur des chaises longues, b oudinés dans des couv ertur es, les
femmes, la tête env elopp é e p ar des g azes bleues, blanches ou r oses ; les
moins élég antes s’ encapuchonnaient de lainag es tricotés p ar les soins
d’une p ar ente p auv r e ou p ar la tendr esse de filleules. Les hommes p
ortaient la casquee rabaue sur les y eux, le capuchon d’un Burb er r y s, ou
le chap e au mou calé sur les or eilles.
D eux jeunes filles se pr omenaient sur le p ont, nar guant le v ent et les
lames. Elles riaient de leur démar che titubante , qui les r efoulait tantôt de
dr oite , tantôt de g auche contr e le basting ag e .
Il était aisé de v oir qu’ elles n’étaient p as de la même classe ; et malgré
la familiarité de leur tenue , – car elles s’étaient donné le bras p our
résister plus fortement aux se cousses du navir e , on les de vinait d’é ducation
1Jolie sosie Chapitr e I
différ ente .
En effet, Marion Lar cher était la femme de chambr e de la délicate
américaine Elly Gordon-Hop e .
Marion p etite Française de vingt-quatr e ans était une b elle fille aux
membr es r obustes, aux y eux doux et rieur s ; les aaches un p eu lourdes
disaient une origine v ulg air e , mais un char me de santé et de quiétude
honnête lui airait les sy mp athies.
Elly était un êtr e fragile , d’une souplesse un p eu languissante , la
tête très p etite sur montait un joli cou r ond et plein, des che v eux dorés,
brillants et légèr ement frisés, des y eux couleur noisee étaient les seuls
araits appré ciables chez cee jeune fille de vingt-deux ans ; tout son êtr e
était no yé de br ouillard. L’ e xtrême élég ance de sa mise , seule , indiquait
qu’ elle était un p etit quelqu’un.
Sa mèr e , madame v euv e Gordon-Hop e , comme disait la liste des p
assag er s, n’avait p as b oug é de sa cabine de lux e depuis sept jour s. Elle n’était
p as malade , mais elle se disait en p er p étuel malaise et mang e ait toute la
jour né e des huîtr es et des orang es que lui app ortait son intendant
Berthon.
Une Italienne , nour rice de sa fille et qui rép ondait au nom de D oming a
ne la quiait p as d’un instant, et sa femme de chambr e Dinah Fo xw ell,
sè che p etite Anglaise , v enait aux heur es qui lui avaient été indiqué es p ar
sa maîtr esse , r efusant éner giquement de se dérang er à l’heur e des r ep as.
Elle faisait ce qu’ elle avait à fair e : aider sa maîtr esse à sa toilee et v eiller
à ce que la femme de chambr e du bate au fasse le lit de Madame selon
les indications qui lui avaient été donné es. T out cela ter miné , elle aidait
madame Gordon-Hop e à se r e coucher , sonnait p our av oir une b oule bien
chaude et pr ofitait de l’ entr ebâillement de la p orte p ar le quel elle v enait
de commander la b oule , p our disp araîtr e ; elle ne r e v enait que le soir à
neuf heur es.
D oming a chaque jour , s’ e x asp érait av e c une vélo cité de lang ag e qui
amusait la p ar esseuse femme et la tenait é v eillé e .
Elly v enait v oir sa mèr e tr ois fois p ar jour , s’ enquérait de sa santé et
lui app ortait chaque matin un p etit b ouquet qu’ elle ar rang e ait av e c grâce
sur la table , près de son lit. Car la jeune fille avait fait prép ar er , avant
de s’ embar quer , dans une cabine r etenue sp é cialement, quarante p ots de
2Jolie sosie Chapitr e I
plantes rar es choisies p ar elle . Chaque soir , les fleur s étaient ar r osé es av e c
soin.
La famille Gordon-Hop e était for midablement riche , le banquier Hop e
ayant laissé un milliard et demi à p artag er entr e sa femme et sa fille . Elly
jouissait de sa fortune depuis sa majorité . Le titr e de riche p arti p esait
sur ses ép aules délicates. Elle était g énér euse et pito yable , mais se sentait
lasse des dîner s, des fêtes, des bals de Ne w Y ork. Elle ne p ouvait se dé cider
à fair e un choix p ar mi la foule de prétendants qui la har celaient. Nul ne
lui plaisait. Elle avait obtenu, après de longs mois d’instances sans cesse
r enouv elé es ce v o yag e en Eur op e . Madame Gordon-Hop e , délicieusement
p ar esseuse , s’ effrayait de tout déplacement, puis son mari lui avait si
souv ent rép été que la France était un lieu de p erdition p our les femmes
américaines, que sa tendr esse mater nelle s’ap eurait un p eu à l’idé e de lancer
Elly dans le monde p arisien. Mais lasse de luer contr e les câlines
supplications d’Elly , elle avait cé dé ; de plus, elle avait été très impr essionné e
p ar les discour s de son jeune se crétair e , Gennar o Ap ostoli, Italien
distingué d’ esprit et de manièr es et, chose appré ciable p our la jeune femme , – la
mèr e d’Elly avait à p eine tr ente-huit ans – Gennar o était une bibliothè que
vivante , il savait tout, absolument tout. Il s’ e xprimait en français av e c une
pur eté de lang ag e digne d’un T ourang e au, il p arlait très bien l’anglais, et,
l’italien étant sa langue mater nelle , il s’ en ser vait p our convaincr e , quand
son conseil était sur le p oint de sombr er dans l’indiffér ence ou la
lassitude . Comme toutes les Américaines de la haute so ciété , la mèr e et la fille
p arlaient plusieur s idiomes.
Dès qu’ elle se fut définitiv ement dé cidé e , madame Gordon-Hop e r
emit vingt mille dollar s à son se crétair e , le priant de p artir p ar le pr o chain
p aqueb ot, afin d’aller en France tout prép ar er p our les r e ce v oir . T outes
deux de vaient s’ embar quer un mois après.
— V oulez-v ous donc absolument ép ouser un étrang er ? demanda
l’aimable v euv e à sa fille , un jour que cee der nièr e e xprimait sa j oie de la
dé cision prise p ar sa mèr e .
Mais, tendr ement câline , la jeune fille avait rép ondu :
— Non, ma mèr e , je ne vais p as en Eur op e p our me marier , j’y vais
p our é chapp er à cee ab ondance de compliments mensong er s, qui me
de viennent une tortur e .
3Jolie sosie Chapitr e I
— Mais, les hommes sont, en Eur op e , plus cour eur s de dot qu’ en
Amérique !
— On le dit, ma chèr e maman, mais à Paris je ne v eux p as aller dans le
monde . T ous ignor er ont que je suis la richissime Elly Gordon-Hop e , et je
viv rai de la vie des g ens heur eux qui v ont et viennent ainsi qu’il leur plaît
sans que p er sonne ne s’inquiète d’ eux. Je ne suis p as jolie , je le sais. . .
— V ous faites er r eur , Elly , v ous êtes tout à fait char mante .
— Peut-êtr e p our v ous, mèr e chérie , mais je v ous assur e que le plus
souv ent je p asse inap er çue quand on ne sait p as qui je suis. Oh ! j’ai fait
l’ e xp érience de ce que je v ous avance , et cee e xp érience je la r e
commencerai.
— Bien, bien, nous r ep arler ons de cela en France , avait dit madame
Gordon-Hop e , fatigué e de l’ effort qu’ elle avait fait, – et combien lég er il
était, – p our dissuader sa fille .
Un mois après le navir e français les entraînait toutes deux v er s leur
destiné e .
n
4CHAP I T RE I I
   clémente aux v o yag euses et l’é quino x e d’automne qui
se manifeste si souv ent p ar de br utales agr essions contr e lesL navir es conquérants de l’O cé an ne se fit sentir que p endant
quelques heur es.
Le capitaine avait dit à madame Gordon-Hop e :
— D emain same di, nous entr er ons en rade à neuf heur es.
Mais dès cinq heur es du matin, il y eut un tel br ouhaha, que l’
Américaine s’ enquit du p our quoi de ce fracas inusité . D oming a accour ut dès le
pr emier coup de sonnee de sa maîtr esse .
— Oh ! M adame , c’ est si zoli de v oir le bate au qui vient au de vant de
nous av e c les mé de cins, les douanier s et sur l’avant le signor Gennar o qui
agite son chap e au dans l’air ! T out le monde est sur le p ont.
— Il faudrait av ertir ma fille .
— Oh ! Miss Elly est au basting ag e depuis une heur e . Elle fait danser
son mouchoir comme ça.
5