L
2 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

L'ESICA a 60 ans

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
2 pages
Français

Description

L'ESICA a 60 ans

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 144
Langue Français

Exrait

L’ESICA
a
60
ans
Depuis sa création le 9 décembre 1943, l’ESICA,
composante de l’IFOCA depuis 1973, a formé près de
1200
élèves,
dont
la
quasi-totalité,
élément
remarquable, a fait carrière dans la filière caoutchouc.
Les origines
La fondation de l’Ecole est la conséquence indirecte du
développement de l’hévéaculture en Indochine. Les
plantations représentent 130 000 hectares en 1936,
date de la création de l’IFC, organisme de recherches
scientifique et technique sur le caoutchouc naturel. Les
besoins d’un encadrement de qualité sont élevés et
incitent les planteurs à créer au sein de l’IFC une école
d’enseignement technique. En décembre 1943, un
décret du Ministère de l’Education Nationale reconnaît
le droit à l’école d’enseignement technique de l’Institut
français du caoutchouc de délivrer un diplôme
« caoutchouc ».
Le premier Directeur de l’Ecole fut Jean LE BRAS, son
équipe se limitait à une seule enseignante, Madeleine
BOUCHER. Les cours sont dispensés dans les locaux
de rue Scheffer dans le 16
è
arrondissement de Paris. La
première promotion, qui ne comportait que cinq élèves,
sortit de l’IFC en 1944.
Contrairement
aux
espérances
des
planteurs
d’Indochine
bien
peu
d’élèves
des
premières
promotions optèrent pour l’aventure asiatique et
l’hévéaculture, mais firent en revanche carrière dans
l’industrie de la transformation.
Jusqu’en 1946, les effectifs de l’Ecole de spécialisation
furent assez modestes, ce qui entraîna l’admission en
parallèle de titulaires de maîtrise ès sciences, qui ne
purent en revanche, malgré la qualité de la formation
dispensée, prétendrent au titre d’Ingénieur. Aujourd’hui
cette formation réservée à des bac + 4 est toujours bien
vivante, s’effectue en collaboration avec l’Université
de Paris VI et permet d’obtenir un DESS.
10 ans plus tard, en 1956, l’IFC créé au sein de
l’école une section destinée à former des cadres
intermédiaires, section ouverte aux titulaires d’un
diplôme de chimie de type DUT, BTS ou DEUG.
L’intérêt
immédiat
que
l’Industrie
de
Transformation du Caoutchouc a accordé à cette
nouvelle section a fait s’envoler les effectifs
puisque, très vite, ils ont atteint et, même,
largement dépassé ceux des Ingénieurs.
Changement de structure et de tutelle
L’expansion l’Ecole fût malheureusement affectée
par deux éléments majeurs. D’une part, les locaux
de la rue Scheffer furent partiellement ravager en
1965 et 1969 par deux incendies, ce qui incita la
direction de l’IFC à décentraliser les laboratoires de
chimie et de physico-chimie au Mans, privant ainsi
l’Ecole de ses possibilités de faire réaliser, sur
place, aux élèves leurs travaux de fin d’étude.
Par ailleurs, les évènements d’Indochine et leur
incidence sur les plantations d’hévéas et « de
facto » sur les ressources de l’IFC obligèrent l’Ecole
et le Centre de Formation à quitter, non seulement
les locaux de la rue Scheffer, mais également le
giron de l’IFC.
C’est
grâce
au
SYNDICAT
NATIONAL
DU
CAOUTCHOUC (SNC) et à l’intervention personnelle
de Jacques HONS-OLIVIER (ancien élève de la 9
è
promotion d’ingénieurs et Président en exercice du
SNC) que la totalité de l’Ecole et du Centre de
Formation c’est-à-dire les Enseignants, les élèves,
tout le matériel de technologie (mélangeurs,
presses, …) ainsi que les laboratoires spécifiques de
Chapitre
9
IFC – rue Scheffer 75016 Paris
1
e
Promotion ESICA 1945