LAURÉAT DE L'ANNÉE OUSTALOUP Alain professeur l'école nationale supérieure d'électronique informatique télécommuni cations mathématique et mécanique de Bordeaux ENSEIRB laboratoire de l'inté gration du matériau au système Alain Oustaloup a sorti la dérivation non entière de la pure théorie mathématique endéfinissant l'implantation d'un opérateur en temps réel aussi bien analogique quenumérique et en l'appliquant la modélisation et l'identification des systèmes Ainsi ila surmonté le classique dilemme stabilité précision dans le domaine de la commandeen automatique Ces perspectives impossibles dans une approche entière lui ont per mis de mener bien des transferts technologiques industriels particulièrement exem plaires Les plus notables sont la suspension CROME dans le secteur des véhicules tantcivils que militaires qui isole complètement des vibrations et la régulation d'injection L'approche d'Alain Oustaloup aussi performante par son pragmatisme que par son excellence théorique a réellementfécondé l'école automatique française

-

Documents
3 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Niveau: Supérieur
53 PRIXLAZARE CARNOT LAURÉAT DE L'ANNÉE 2011 : OUSTALOUP Alain,professeur à l'école nationale supérieure d'électronique, informatique, télécommuni-cations, mathématique et mécanique de Bordeaux (ENSEIRB), laboratoire de l'inté-gration du matériau au système.Alain Oustaloup a sorti la dérivation non entière de la pure théorie mathématique endéfinissant l'implantation d'un opérateur en temps réel, aussi bien analogique quenumérique, et en l'appliquant à la modélisation et l'identification des systèmes. Ainsi, ila surmonté le classique dilemme stabilité – précision dans le domaine de la commandeen automatique. Ces perspectives, impossibles dans une approche «entière», lui ont per-mis de mener à bien des transferts technologiques industriels particulièrement exem-plaires. Les plus notables sont la suspension CROME dans le secteur des véhicules tantcivils que militaires qui isole complètement des vibrations et la régulation d'injection.L'approche d'Alain Oustaloup aussi performante par son pragmatisme que par son excellence théorique a réellementfécondé l'école automatique française. LAURÉATS PRÉCÉDENTS : 2009 GARBAN-LABAUNE Christine,directeur de recherche au Centre national de larecherche scientifique, directeur de l'InstitutLasers et Plasmas à l'École polytechnique àPalaiseau.Christine Garban-Labaune a contribué de manière décisiveà la physique complexe qui régit la manière dont l'énergied'un laser très intense est déposée dans la matière. Ses expé-riences ont guidé les évolutions successives qui ont permisd'aboutir à la conception des grands lasers destinés aux étu-des de la Défense et à la réalisation de la fusion nucléairecontrôlée en laboratoire pour de futures applications à laproduction d'énergie.

  • puissances laser élevées

  • mesures interférométriques sous la limite standard

  • recherche au centre national de larecherche scientifique

  • physique des puissances laser extrêmes

  • laboratoire de l'inté-gration du matériau au système

  • identification des systèmes

  • résolution des modèles ciné-tiques


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 303
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Grande médaille et GP 2011:Grande médaille et GP 2006.qxd15/09/2011 12:57 Page53
PRIX LAZARE CARNOT
LAURÉAT DE L’ANNÉE 2011 :
1992 Prix biennal (30 500€)créé par le ministre de la Défense et destiné à récompenser des travaux de recherche fonda-mentale ayant des perspectives d’applications à la fois civiles et militaires. Il est attribué en 2011 dans le domai-ne des applications.
OUSTALOUP Alain, professeur à l’école nationale supérieure d’électronique, informatique, télécommuni-cations, mathématique et mécanique de Bordeaux (ENSEIRB), laboratoire de l’inté-gration du matériau au système.
lain Oustaloup a sorti la dérivation non entière de la pure théorie mathématique en A définissant l’implantation d’un opérateur en temps réel, aussi bien analogique que numérique, et en l’appliquant à la modélisation et l’identification des systèmes. Ainsi, il a surmonté le classique dilemme stabilité – précision dans le domaine de la commande en automatique. Ces perspectives, impossibles dans une approche «entière», lui ont per-mis de mener à bien des transferts technologiques industriels particulièrement exem-plaires. Les plus notables sont la suspension CROME dans le secteur des véhicules tant civils que militaires qui isole complètement des vibrations et la régulation d’injection. L’approche d’Alain Oustaloup aussi performante par son pragmatisme que par son excellence théorique a réellement fécondé l’école automatique française.
LAURÉATS PRÉCÉDENTS :
2009 GARBAN-LABAUNEChristine,Gérard Mourou est un spécialiste des lasers à impulsions directeur de recherche au Centre national de laultrabrèves, c’est à dire dont la durée se compte en femto-recherche scientifique, directeur de l’Institutsecondes et plus récemment en attosecondes. Il a apporté Lasers et Plasmas à l’École polytechnique àune contribution absolument déterminante à ce domaine Palaiseau.de recherche en inventant l’amplificateur à dérive de fré-Christine Garban-Labaune a contribué de manière décisivequence, qui a permis d’augmenter de plusieurs ordres de à la physique complexe qui régit la manière dont l’énergiegrandeur l’énergie des impulsions produites, ouvrant ainsi d’un laser très intense est déposée dans la matière. Ses expé-la voie à la physique des puissances laser extrêmes. riences ont guidé les évolutions successives qui ont permisDirecteur d’un centre d’excellence de la National Science d’aboutir à la conception des grands lasers destinés aux étu-Fondation aux USA, il a été pionnier dans la majorité des des de la Défense et à la réalisation de la fusion nucléaireapplications de ces puissances laser élevées, dont la géné-contrôlée en laboratoire pour de futures applications à laration de canaux ionisés dans l’air, pour lesquels les appli-production d’énergie. Dès sa thèse, Christine Garban-cations de défense sont aujourd’hui à l’étude. Il est à l’ori-Labaune a fait faire un pas décisif à ce domaine en montrantgine de cinq sociétés d’instrumentation innovantes, parmi que le choix d’un rayonnement de courte longueur d’ondelesquelles le succès le plus spectaculaire est la Société résolvait les difficultés liées aux lasers émettant dans l’infraIntralase, dont la technique de chirurgie de la cornée par rouge. Par la suite, en travaillant d’abord sur de petiteslaser femtoseconde est couramment utilisée aujourd’hui expériences, puis en utilisant toutes les installations existantpour la correction de la myopie. dans le monde, elle est parvenue à diagnostiquer les excita-tions du plasma et, grâce à une interaction efficace avec les2005 GRANGIERPhilippe, théoriciens, à comprendre leurs interactions.directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique au laboratoire Charles 2007 MOUROUGérard, Fabryà l’Institut d’optique à Orsay. directeur du laboratoire d’optique à l’ÉcoleAprès des travaux de thèse ayant contribué à la clarifica-nationale supérieur des techniques avancées àtion de ce qui est irréductiblement quantique dans la Palaiseau.lumière (1985), Philippe Grangier a choisi de travailler sur
53