Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique
31 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
31 pages
Français

Description

Master, Supérieur, Master 06/10/2011 Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Caroline Bogliotti Anne Lacheret ; Maria Kihlstedt J.F. Dortier (2010), le langage : introduction aux sciences du langages, Ed Sciences humaines (la langue comme structure, signes, sémiologie, sémantique, les linguistiques de la communication, langage, cerveau et pensée, apprentissages, histoire et diversité des langues) J.
  • marqueurs de la référence
  • caractérisation des propriétés structurales des langues naturelles
  • signal de parole continue
  • grammaire traitement pragmatique
  • etudes de la faculté de langage chez l'homme
  • espèce humaine
  • linguistique
  • linguistiques
  • psychologie
  • langages
  • langage
  • langue
  • langues

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 111
Langue Français

Exrait

Master Fl&DL
LMLGA118, Psycholinguistique
Caroline Bogliotti
caroline.bogliotti@u-paris10.fr
Anne Lacheret
anne@lacheret.com ; www.lacheret.com
Maria Kihlstedt
maria.kihlstedt@u-paris10.fr
J.F. Dortier (2010), le langage : introduction aux sciences du langages, Ed Sciences
humaines (la langue comme structure, signes, sémiologie, sémantique, les linguistiques
de la communication, langage, cerveau et pensée, apprentissages, histoire et diversité
des langues)
J. Field (2003), Psycholinguistics. A resource book for students, London Routledge
J.P. Rossi (2009), Psychologie de la compréhension du langage, Bruxelles, de Boeck
Richard J.F. & Ghiglione R. (1994), Cours de psychologie, vol3, CNED/Dunod
06/10/2011Objectifs du cours
• Ce cours a pour objectif d’introduire les étudiants à la psycholinguistique du discours.
• Il s’agira d’abord d’introduire le domaine de la psycholinguistique, son étendue, son
champ et sa portée, et la notion de discours telle qu’elle est appréhendée dans les
travaux en psycholinguistique et en linguistique cognitive.
• Les questions auxquelles nous tenterons de répondre ensuite sont les suivantes :
– (1) quels sont les marqueurs linguistiques de structuration et de cohésion
discursive (dans la communication ordinaire) ?
– (2) quels sont les indicateurs d’un discours atypique et/ou altéré linguistiquement ?
• Ces questions seront centrées ici sur les marqueurs de la référence, la temporalité et
l’espace. Elles seront abordées selon 3 axes :
• facteurs linguistiques (variation inter-langues : langue vocale vs langue signée,
langues typologiquement apparentées ou non),
• Facteurs environementaux (environnement linguistique précoce, facteurs
psycho-affectifs),
• Données pathologiques (troubles du développement et troubles du
vieillissement).
• Des illustrations seront finalement fournies dans le cadre des études sur les productions
langagières et la théorie de l’esprit avec comme problématique sous-jacente la suivante :
dans quelle mesure, la capacité d’attribuer des états mentaux à autrui est un facteur
déterminant pour construire des discours structurés et cohésifs ?
06/10/2011Organisation des séances
7/10 Introduction générale (CB, MK, AL)
14/10 Psycholinguistique et discours (AL, + conférence invitée)
21/10 Relations temporelles dans les narrations (MK)
28/10 Temps et espace en LSF (CB)
4/11 Pas cours
11/11 Jour férié
18/11 L’espace dans les productions langagières enfantines : application
expérimentale (MK)
25/11 La théorie de l’esprit (TOM) : un préalable nécessaire à l’élaboration du
discours (AL)
2/12 Application expérimentale : fausses croyances (MK)
9/12 Application expérimentale : TOM, anaphore et référence dans le
vieillissement normal et pathologique (AL)
16/12 TOM et LSF (CB)
6/01 Application expérimentale : anaphore et référence en LSF (CB)
13/01 Partiel
06/10/20111. Introduction à la
psycholinguistique
A. Niveaux de traitement
06/10/2011Etudes de la faculté de langage chez l’homme
• Linguistique : caractérisation des propriétés
structurales des langues naturelles comme
incarnations variées d’une même faculté cognitive
propre à l’espèce humaine
• Psycholinguistique : identification des processus
cognitifs – si possible en temps réel – présidant à
la production et à la compréhension des messages
verbaux, oraux et/ou écrits ;
• Neurolinguistique : localiser dans le cerveau le
substrat biologique de la parole et du langage.
06/10/2011Etudes de la faculté de langage chez l’homme
• Linguistique : rendre compte, au sein de cadres
théoriques divers, de l’architecture structurale des
langues, et ce indépendamment de leur traitement
par le cerveau/esprit humain
• Psycholonguistique : modéliser le fonctionnement
dynamique de l’activité langagière
• Neurolinguistique : révéler, via des outils
technologiques de plus en plus sophistiqués
(IRmf, PE), l’architecture cérébrale/neuronale qui
permet à l’homme d’engendrer et de comprendre
des messages verbaux.
06/10/2011langue = ensemble de représentations déclenchées durant
l’activité de langage par des processeurs cognitifs spécialisés
Neurosciences
psychologie
fonctionnelles,
neurophysiologie
Linguistique structurale et cognitive :
- structures permises
- fonctions cognitives
- intentions communicatives
06/10/2011Exemple de la compréhension
du message parlé
Traitement pragmatique : compréhension du message dans une
situation de communication donnée
Représ. sémantique
lexique
Représ. syntaxique
grammaire
Représ. morphologique
Représ. phonetico-phonologique
Information acoustique
06/10/2011Description des étapes de traitement
• Acoustique phonétique-phonologie
– entrée = signal de parole continue
– sortie = a) segments phonétiques, b) segments phonologiques
• 1 = suite de phones (sons)
• 2 = suite de phonèmes
• Phonologique-morphologique
– entrée = suite de phonèmes
– sortie = suite de mots (les poissons rouges les poids sont rouges,
je vais à l’accueil)
• 1 = regroupement en morphèmes (mots), typage morphologique
(variation genre, nombre, déclinaison, dérivation, composition)
• 2 = Règles de prononciation (intra-mots : diérèse, vs synérèse: skier
vs lier, inter-mots : épenthèse ou élision, liaison : ours blanc, grande
enfant, petit enfant)
06/10/2011Description des étapes de traitement
(suite)
• Morphologie syntaxe
– entrée = chaîne de morphèmes (mots)
– sortie = chaîne de syntagmes typés : catégories, relations de
dépendance, fonctions
– Pb de regroupement se posent encore (le petit chien mort// sera enterré
demain vs le petit chien // mord la laisse qui le retient)
• Syntaxe sémantique
– entrée = chaîne de syntagmes
– sortie = équivalents conceptuels : sémantique lexicale (calculs
logiques), sémantique grammaticale : signification du tout ne
correspond pas à la somme de ses parties ; signification de la partie
dépend de son contexte d’occurrence
la porte bat/ Paul la bat
Il a été défendu par un avocat marron
les avocats sont marrons
06/10/2011