57 pages
Français

MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Niveau: Supérieur
MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES Sciences de la Vie et de la Terre MEMOIRE Pour l'obtention du diplôme de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes Présenté par Véronique Signoret CARACTERISATION de DETERMINANTS GENETIQUES pour les CRITERES de QUALITE de L'ABRICOT, RECHERCHE de QTL Soutenu le 14 juin 2004 devant le jury suivant : Thierry Dupressoir Directeur-d'Etudes EPHE Président Bernard Mignotte Directeur-d'Etudes EPHE Rapporteur Jocelyne Kervella Chargé de Recherches INRA Examinateur Jean-Marc Audergon Ingénieur de Recherches INRA Examinateur Agnès Doligez Ingénieur de Recherches INRA Examinateur Laboratoire de Génétique Moléculaire et Physiologique E.P.H.E. (Sciences de la Vie et de la Terre), Directeur : Bernard Mignotte. Laboratoire d'accueil : Unité de Génétique et d'Amélioration des Fruits et Légumes, thématique génétique intégrative, INRA, centre d'Avignon, Responsable scientifique : Jocelyne Kervella. ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES Sciences de la Vie et de la Terre EPHE Banque de Monographies SVT 1

  • métabolisme des acides

  • nadp nicotinamide-adénine-dinucléotide-phosphate

  • recherche de qtl chez les frutis charnus

  • qtl

  • qualité organoleptique

  • taille du fruit

  • expression du patrimoine génétique de la variété

  • abricot

  • bases moleculaires de la qualite organoleptique des fruits charnus


Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 juin 2004
Nombre de lectures 43
Langue Français

MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE


ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES

Sciences de la Vie et de la Terre



MEMOIRE

Pour l'obtention du diplôme de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes

Présenté par




Véronique Signoret


CARACTERISATION de DETERMINANTS GENETIQUES pour
les CRITERES de QUALITE de L’ABRICOT, RECHERCHE de
QTL



Soutenu le 14 juin 2004 devant le jury suivant :


Thierry Dupressoir Directeur-d’Etudes EPHE Président
Bernard Mignotte - Rapporteur
Jocelyne Kervella Chargé de Recherches INRA Examinateur
Jean-Marc Audergon Ingénieur de INRA
Agnès Doligez de Examinateur


Laboratoire de Génétique Moléculaire et Physiologique E.P.H.E. (Sciences de la Vie et de
la Terre), Directeur : Bernard Mignotte.

Laboratoire d'accueil : Unité de Génétique et d'Amélioration des Fruits et Légumes,
thématique génétique intégrative, INRA, centre d'Avignon, Responsable scientifique :
Jocelyne Kervella.
ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES

Sciences de la Vie et de la Terre


EPHE Banque de Monographies SVT 1



Véronique Signoret (2004). Caractérisation de déterminants génétiques pour les
critères de qualité de l’abricot


Résumé

La qualité d’un fruit est un ensemble complexe associant à la fois calibre, couleur,
fermeté, résistance aux manipulations mais aussi goût, texture, arômes, et qualités
nutritionnelles. Les mécanismes d’élaboration de la qualité sont sous l’influence directe de
facteurs externes et/ou internes liés soit à l’expression du patrimoine génétique de la variété,
soit au métabolisme de la cellule.
L’abricotier, espèce non excédentaire au niveau européen, fait l’objet d’une demande
croissante en matière de nouvelles variétés, d’autant plus marquée de par sa régionalisation.
Le travail de l’améliorateur doit permettre de répondre aux attentes de la filière en proposant
de nouvelles variétés pour lesquelles la qualité organoleptique est un objectif essentiel.
L’analyse génétique à partir de six descendances hybrides, pour les paramètres, poids,
fermeté, Indice Réfractométrique et Acidité Titrable, a permis d’approcher le déterminisme
génétique de ces caractères. Elle a fait apparaître que les caractères étaient sous contrôle
polygénique pour la plupart avec néanmoins de forts effets environnementaux. La détection de
QTL réalisée sur ces mêmes critères, pour la descendance F1, Polonais x Stark Early Orange,
a permis de localiser 10 QTLs pour Polonais et 14 pour Stark Early Orange. Les évaluations
inter-annuelles de la descendance F1 ont révélé une bonne stabilité pour le poids et l’acidité
titrable chez les deux parents.
La colocalisation de ces QTL avec des QTLs ou des gènes localisés sur 2 cartes pêcher :
Jalousia® ferjalou x Fantasia et sur la carte d’une BC P.persica x P.davidiana a permis de2
cibler des groupes de liaison communs sur les différentes cartes.
L’ensemble des connaissances acquises permettra d’optimiser la poursuite du schéma
de sélection et fournir les premières pistes pour la caractérisation plus fine des QTL.

Mots-clés : abricot (Prunus armeniaca), poids, fermeté, métabolites primaires (sucres et
acides), QTL, sélection, marqueurs moléculaires






Sommaire

INTRODUCTION GÉNÉRALE................................................................................................................ 1

CHAPITRE 1 INTRODUCTION BIBLIOGRAPHIQUE........................................................................ 4
A. L'ABRICOTIER................................................................................................................................ 4
A.1 PRESENTATION GENERALE DE L'ABRICOT............................................................................................. 4
A.1.1 Son origine.............................................................................................................................. 4
EPHE Banque de Monographies SVT 2A.1.2 Classification botanique............................................................................................................ 5
A.1.3 Caractéristiques des fruits charnus.............................................................................................. 6
A.2 IMPORTANCE ÉCONOMIQUE............................................................................................................... 6
A..2.1 Répartition géographique.......................................................................................................... 6
A..2.2 Production............................................................................................................................. 7
A.3 DIVERSITE GENETIQUE..................................................................................................................... 8
A.4 AMELIORATION GENTIQUE DE L'ABRICOT............................................................................................. 9
A..4.1 Bases de l'amélioration génétique............................................................................................... 9
A..4.2 Création variétale.................................................................................................................. 10
A..4.3 Objectifs de la sélection pour la qualité du fruit.......................................................................... 11
A.5 CONSTITUTION D'UN PLANT FRUITIER................................................................................................. 12
A.6 ASPECT SOCIO-ECONOMIQUE............................................................................................................ 12
A..6.1 Définitions de la qualité 12
A..6.2 Perception de la.......................................................................................................... 13
A..6.3 Attentes du consommateur en matière qualité des fruits................................................................ 14
B. ELABORATION DE LA QUALITE ORGANOLEPTIQUE DES FRUITS CHARNUS.......................... 14
B.1 L'INDUCTION FLORALE................................................................................................................... 14
B.2 LA FLORAISON ET LA FECONDATION.................................................................................................. 15
B.3 LA CROISSANCE............................................................................................................................. 15
B.4 LA MATURATION........................................................................................................................... 16
B.4.1 Le contrôle hormonal.............................................................................................................. 17
B.4.2 L'éthylène.............................................................................................................................. 17
B.5 LES COMPOSANTES DE LA QUALITÉ ORGANOLEPTIQUE DE L'ABRICOT ET LEUR ÉVALUATION......................... 19
B.5.1 Les composantes physiques...................................................................................................... 19
B.5.2 Les biochimiques 23
B.5.3 Etude sensorielle de la qualité oranoleptique............................................................................... 27
B.6 FACTEURS DE VARIATION DE LA QUALITÉ ORGANOLEPTIQUE DU FRUIT..................................................... 28
B.6.1 Facteurs pédoclimatiques......................................................................................................... 28
B.6.2 Les pratiques culturales........................................................................................................... 29
B.6.3 Facteurs génétiques influençant la qualité organoleptique des fruits................................................ 30
B.6.4 Condition de conservation........................................................................................................ 32
B.6.5 Conclusion............................................................................................................................ 32
C. LES BASES MOLECULAIRES DE LA QUALITE ORGANOLEPTIQUE DES FRUITS
CHARNUS............................................................................................................................................
32
C.1 CARACTERISTIQUES DU GENOME DE L'ABRICOT................................................................................... 32
C.2 LA GENOMIQUE............................................................................................................................. 32
C.2 1 La génomique structurale......................................................................................................... 33
C.2.2 La fonctionnelle...................................................................................................... 33
C.3 GENES IMPLIQUES DANS LA VARIATION DE LA QUALITE ORGANOLEPTIQUE DU FRUIT.................................. 34
C.3.1 Gènes impliqués dans le développement du fruit........................................................................... 34
C.3.2 Gènes dans la forme et la taille du fruit....................................................................... 35
C.3.3 Gènes impliqués dans le métabolisme des sucres.......................................................................... 35
C.3.4 Gènes dans le des acides 37
C.3.5 Gènes impliqués dans la biosynthèse de l'éthylène......................................................................... 39
C.3.6 Gènes impliqués dans la composition en caroténoïdes des fruits..................................................... 40
C.3.7 Gènes dans la fermeté................................................................................................ 40
C.4.UTILISATION DE MARQUEURS ET DE CARTES GENETIQUES CHEZ LES PRUNUS POUR LA QUALITE ORGANOLEPTIQUE (APPROCHE DE L'ANALYSE
GENETIQUE)........................................................................... 42
C.4.1 L’amélioration génétique pour la résistance aux maladies............................................................. 42
C.4.2 Marqueurs et cartes génétiques de l'abricot................................................................................. 43
C.4.3 Les apports de la synténie........................................................................................................ 44
EPHE Banque de Monographies SVT 3C.4.4 Recherche de QTL chez les frutis charnus................................................................................... 45
C.5 CARACTERISATION ET UTILISATION DES QTL...................................................................................... 47
C.5.1Cartographie fine.................................................................................................................... 47
C.5.2Clonage de gènes et de QTL...................................................................................................... 47
C.6 QTL IMPLIQUES DANS LA VARIATION DE LA QUALITE ORGANOLEPTIQUE CHEZ LES FRUITS CHARNUS.............. 48
C.6.1 QTL impliqués dans la forme et la taille du fruit......................................................................... 48
C.6.2 QTL dans le métabolisme des sucres............................................................................ 49
C.6.3 QTL impliqués dans le des acides49
C.7 LA DEMARCHE GENE CANDIDAT........................................................................................................ 49
C.8 SELECTION ASSISTEE PAR MARQUEURS................................................................................................ 50

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
75


annexes
Liste des abréviations


§ paragraphe
ADP Adénosine Diphosphate
ADN Acide désoxyribonucléique
ADNc Acide complémentaire
AFLP Amplified fragment length polymorphism
AFNOR Association Française de la Normalisation
et al. et alter (et les autres)
ARNm Acide Ribonucléique messager
ATP Adénosine Triphosphate
BAC Bacterial Artificial Chromosome
CEMAGREF Institut de Recherche pour l’Ingénierie de l’Agriculture & de
l’Environnement
CIE Commission Internationale de l’éclairage
CIM Composite Interval Mapping
cM Centimorgan
cv. Cultivar
CTIFL Centre Interprofessionnel des Fruits et Légumes
DO Déviation optique
EST Expressed Sequence Tagged
FAO Food and Agriculture Organisation
GL Groupe de liaisons
H° Angle de teinte
HPLC Chromatographie de Haute Performance en Phase Liquide
EPHE Banque de Monographies SVT 4IM Interval Mapping
INRA Institut National de Recherche Agronomique
IR Intensité respiratoire
sIR Indice réfractométrique (s pour sucre)
LOD Logarithm of the Odds ratio
Meq Milliéquivalent
MIP Protéine Intrinsèque des membranes
MT Millions de Tonnes
NAD Nicotinamide-Adénine-Dinucléotide
NADP ---Phosphate
NIR Near InfraRed
Nm Nanomètre
PAL Phénylalanine ammonialyase
PEPC Phosphoénolpyruvate carboxylase
pH Potentiel hydrogène
PPO Polyphénols Oxydases
PPV Plum Pox Virus
QTL Quantitative Trait Loci
RAPD Random Amplified polymorphic DNA
RFLP Restriction Fragment Length Polymorphism
SPS Saccharose Phosphate Synthase
SS synthase
TIGR The Institute of Genomic Research
RAPD Random Amplified Polymorphism DNA fragment
SAM Sélection assistée par marqueurs
SSR Simple Sequence repeat
YAC Yeast Artificial Chromosome












EPHE Banque de Monographies SVT 5







Introduction Générale



L’abricot est le troisième fruit consommé en France, après la pomme et la pêche.
Cependant, sa consommation reste faible (1.5 kg par habitant, par an), ce qui ouvre des
perspectives intéressantes au développement de la culture et de sa mise en marché d’autant
plus que celui-ci est non excédentaire. Toutefois, il ressort clairement au cours des enquêtes
que les consommateurs attendent une amélioration des qualités organoleptiques du fruit
(Moreau-Rio 2001).
Dans ce contexte, l’INRA d’Avignon, au cœur de la région de production d’abricot en
France, a développé, depuis 1983, un programme d’amélioration sur la qualité organoleptique
des abricots qui est devenu un objectif majeur de la création variétale chez l’abricotier. Elle
dépend à maturité, en grande partie de leur composition en sucres solubles et en acides
organiques, déterminants majeurs de la saveur du fruit (Sweeney et al, 1970), mais aussi des
arômes et de la texture des fruits.
Relativement large pour la plupart des espèces cultivées, la variabilité génétique est
chez l’abricotier particulièrement importante pour les critères majeurs de la qualité des fruits.
L’identification des critères objectifs de la qualité et la mise au point d’outils de mesure ont
permis la caractérisation des ressources génétiques de l’espèce, pour ces composantes. Ces
travaux ont mis en évidence l’importance qualitative et quantitative des teneurs en sucres et
en acides ainsi que des rapports entre ces deux critères (Praden, 1985 ; Souty et al, 1976).
L’étude des modalités de prélèvement des fruits sur l’arbre – échantillonnage – a permis de
mettre en évidence l’action de nombreux facteurs sur la qualité de l’abricot, et de montrer
l’existence d’une variabilité intra et inter-arbre (Demolliens, 1986).
Successivement, plusieurs travaux portant sur le déterminisme génétique ont été
réalisés. Les premières descendances, issues de croisements entre anciennes variétés
permettaient d’utiliser un fond génétique large. L’analyse de ces descendances hybrides pour
les qualités organoleptiques chez l’abricot indique un déterminisme de type polygénique pour
les teneurs en sucres, l’acidité titrable et la teneur en acide citrique, et un déterminisme de
type oligogénique pour la teneur en acide malique (Audergon et al, 1990 ; Audergon et Souty,
1994 ; Buisson 1998).
De nouvelles variétés, avec des caractéristiques différentes, étant apparues, une étude
EPHE Banque de Monographies SVT 6plus approfondie sur le déterminisme génétique des caractères en question permettra de
compléter et d’optimiser la base génétique disponible à l’heure actuelle. L’étude de la
distribution dans des descendances de ces caractères par rapport aux parents va permettre
d’une part de comprendre s’ils sont ou non sous contrôle génétique, et d’autre part de voir s’il
est possible d’obtenir par croisement des individus plus extrêmes que ceux déjà disponibles.
Ce phénomène appelé «trangression», nous permettra d’avoir accès à une variabilité encore
plus grande que celle existante et de cibler les relations entre caractères.
L’abricotier est une plante pérenne, avec un temps de génération long (4 ans), comparé
aux plantes annuelles, ce qui ralentit les processus de sélection et d’amélioration de l’espèce.
Dans ce contexte, les marqueurs moléculaires représentent un outil intéressant, encore
peu utilisé pour l’amélioration des espèces fruitières. Tout en facilitant le travail du
sélectionneur, ils permettront une meilleure gestion du temps (sélection précoce sans
évaluation phénotypique, schéma de sélection raccourci) et de l’espace (limitation des tailles
de population à étudier, choix pertinent des individus), ainsi qu’une optimisation des schémas
de sélection.
Le travail présenté dans ce mémoire est consacré à l’étude du déterminisme génétique
pour les caractères portant sur la qualité organoleptique des fruits. L’objectif de mon étude
est de caractériser la variabilité génétique au sein de descendances issues d’un plan de
croisement diallèle 5 x 5, réalisé à l’aide de géniteurs aux qualités contrastées. Le
déterminisme génétique du poids, de la fermeté ainsi que des teneurs en sucres et en acides,
a été étudié. L’estimation des paramètres génétiques des critères analysés pour la qualité
devrait fournir des indications précieuses en vue d’optimiser le schéma de sélection.
La recherche de QTL dans une des descendances permet de connaître les régions du
génome où sont localisés les principaux QTL d’intérêt pour la qualité du fruit. La localisation
des QTL a été comparée avec des QTLs identifiés chez le pêcher. L’analyse ayant porté sur
trois années consécutives, l’étude de la stabilité des QTL dans le temps permet de confirmer la
part de certaines régions chromosomiques dans les variations pluriannuelles et d’identifier des
QTL les plus stables, à sélectionner en priorité.
Ce manuscrit est organisé en cinq chapitres. Le chapitre 1 est une introduction
bibliographique, organisée en 3 parties. La première est une brève description de l’espèce et
de son impact socio-économique. La seconde présente les particularités de l’élaboration de la
qualité organoleptique des fruits charnus et notamment de l’abricot. Dans une troisième
partie, les bases moléculaires de la qualité organoleptique, étudiées dans le cadre de ce
travail, sont approchées.
Trois grandes parties composent les chapitres suivants. Le premier décrit les matériels
et méthodes mis en œuvre dans le cadre des expérimentations. Le second présente les
résultats obtenus à l’issue de ce travail, avec l’analyse génétique des descendances intégrant
la détection de QTL pour la qualité fruits pour quatre paramètres (poids, fermeté, teneur en
sucres et acidité titrable). Enfin le dernier chapitre concerne la discussion permettant leur
interprétation.
Dans le chapitre 5, un bilan des principaux résultats obtenus est établi et discuté en
fonction de l’objectif fixé. Dans un second temps, compte-tenu des résultats obtenus, les
EPHE Banque de Monographies SVT 7perspectives ouvertes par ce travail sont présentées.






















Chapitre 1

Introduction bibliographique












A. L’abricot

A.1. Présentation générale de l’abricot

EPHE Banque de Monographies SVT 8A.1.1. Son origine

Le berceau de Prunus armeniaca (L.) est localisé dans les zones tempérées de l’Asie entre 133°
et 70° de longitude Est et entre 52° et 30° de latitude Nord. Cette aire s’étend de l’Est à
l’Ouest d’une façon irrégulière passant par la Corée du Nord et le Sud de l’Ussurian à travers
la Manchourie et le Nord de la Chine. L’habitat naturel de l’abricotier se situe entre 600 et
1000 mètres d’altitude mais on peut le trouver en zone de diversification où il était cultivé
sous forme de forêt dans la chaîne himalayenne jusqu’à 3000 mètres d’altitude.

Plusieurs botanistes ont étudié cette espèce. Lors d’une première étude en 1936, Kostina
classait, à partir de marqueurs morphologiques, l’espèce abricotier, en quatre groupes. Le
phylum d’Asie centrale, proche des origines de l’espèce, possède des variétés contrastées. La
plupart des variétés de ce groupe sont autoincompatibles. Les fruits sont riches en sucre, de
grosseur moyenne à petite. La sensibilité de ce groupe à Sclerotinia sp. et Coryneum
beijerinckü limite sa culture dans les régions très humides. Le phylum Irano-Caucasien
renferme les sélections locales de l’Arménie, Georgie, Azerbaijan, Dagestan, Iran, Syrie,
Turquie, Afrique du Nord, Espagne et Italie. Les arbres sont moins vigoureux et de longévité
plus réduite que ceux du groupe précédent. Leur croissance commence tôt au printemps. Le
phylum européen, le plus récent, possède le moins de variabilité. Il provient d’Arménie, d’Iran
et des pays arabes depuis 2000 ans. La plupart des variétés de ce groupe sont
autoincompatibles. Les fruits sont peu riches en sucre et à plus forte acidité que ceux des
deux groupes précédents. Le phylum Dzhungar-Zailij inclut les sélections locales de la région
du Kazakhstan. Les cultivars de ce groupe peuvent résister à des températures de –30°. Leurs
fruits sont intermédiaires entre ceux issus de semis du cultivar du groupe d’Asie Centrale et
celui du sous-groupe ukrainien du groupe d’Europe.
En 1951, Vavilov a pu identifier trois grandes contrées d’origine, le premier au centre de la
Chine, le second, en Asie centrale et le dernier en Asie Mineure. Dix ans plus tard, Crossa-
Raynaud (1961), classe les variétés en fonction des migrations de Prunus armeniaca.
L’abricotier se serait vraisemblablement propagé dans trois directions. Le courant vers le
Moyen-Orient, l’Egypte et l’Afrique du Nord regroupe les variétés caractérisées par un port
étalé, une floraison très abondante des fruits petits et précoces en général, une absence
presque complète de besoins en froid et une allogamie stricte. Celui vers la Grèce, l’Europe
centrale, l’Italie et la France, rassemble des variétés caractérisées par des besoins en froid
importants et une auto-incompatibilité de floraison. Les fruits sont en général tardifs, gros et
colorés. Enfin, la migration vers l’Est, qui renferme une sous-branche vers la Chine du Nord,
avec les variétés du groupe Prunus sibirica ayant un très grand besoin de froid et une bonne
résistance au gel, et plus au Sud, avec le Prunus mume, japonais.

Plus récemment, l’utilisation des marqueurs moléculaires, lors d’une étude sur la diversité
génétique, a permis d’identifier six groupes de cultivars. Le phylum européen se structure
alors en trois sous-groupes : groupe Sud et Nord Europe et un groupe d’adaptation
géographique, intégrant les variétés issues de programme d’amélioration variétale (Hagen et al.
2002).

La culture de l’abricotier est très ancienne. Attestée en Chine il y a deux mille ans, elle y était
sans doute pratiquée depuis plus longtemps. Progressivement cette culture gagna l’Asie
Centrale, l’Iran, l’Asie Mineure, le Caucase puis la Syrie. Son introduction en Europe
Occidentale s’est faite par l’Italie, juste avant notre ère.
L’abricotier a été introduit à Rome à la suite des expéditions guerrières menées contre
l’Arménie (69 à 63 avant Jésus-Christ). C’est de ce pays qu’il tire son nom d’espèce,
l’appellation de “Pomme d’Arménie” ayant été donné à l’abricot par les romains.
L’introduction de l’abricotier par l’Espagne s’est faite via l’Afrique du Nord à la faveur de
l’invasion et de l’occupation de ces pays par les Arabes. Il fut cultivé en France au XVe siècle,
introduit sans doute par le roi René d’Anjou. Seules 5 à 6 variétés étaient cultivées.

A.1.2. Classification botanique
EPHE Banque de Monographies SVT 9
L’abricotier est désigné sous le nom de Prunus armeniaca (L.) dans la Bibliographie des arbres
et des arbustes (Rehder 1949) universellement utilisée. Le genre Prunus est subdivisé en cinq
sous-genres : Prunophora, Amygdalus, Cerasus, Padus et Laurocerasus. L’abricotier appartient
au sous-genre Armeniaca.
La composition de son fruit, une drupe provenant de la transformation d’un ovaire
monocarpellé contenant deux ovules dont un avorté, classe l’abricotier dans la tribu des
Prunées. Sa fleur de type 5 (5 sépales, 5 pétales, 25 étamines et un carpelle), le classe dans la
famille des Rosacées qui appartient à l’ordre des Rosales.

La section Armeniaca comprend cinq espèces voisines (Rehder, 1949).
Prunus mume, Sieb. et Zucc. ; abricotier japonais dont le fruit, à noyau adhérent, à chair
ferme et acide a un calibre inférieur à celui de Prunus armeniaca. Ils sont consommés séchés
et salés. A l’état spontané, cette espèce se rencontre en coteaux arides, caillouteux, sur
éboulis des pentes escarpées ; Prunus brigantica, Vill ; prunier des Alpes, cultivé dans le sud-
est des Alpes ; Prunus dasycarpa, Ehrh ; abricotier à petits fruits de couleur pourpre,
duveteux, à saveur douceâtre. Espèce hybride entre l’abricotier et le prunier, non connue à
l’état spontané, elle est cultivée depuis très longtemps en Asie Centrale ainsi que dans le
Cachemire, l’Iran et l’Afghanistan ; Prunus holocericea, Batal. ; abricotier du Tibet, à amande
très amère. Il est résistant au froid et à la sécheresse. Prunus armeniaca est l’abricotier
commun. La majeure partie de sa production est basée sur le pourtour méditerranéen.

A.1.3. Caractéristiques et classification des fruits charnus

Les fruits charnus sont caractérisés sur le plan anatomique, par l’épicarpe très mince,
correspondant aux assises cellulaires provenant de l’épiderme externe de l’ovaire, l’endocarpe
provenant des assises de l’épiderme interne des carpelles et le mésocarpe à l’ensemble des tissus formés à partir du parenchyme de la paroi ovarienne.
Les fruits sont soit déhiscents, soit indéhiscents comme c’est le cas de l’abricot. Ils sont
classés comme des baies telles que la tomate, le raisin, l’orange, le citron, des drupes tels
que l’abricot, la pêche, la cerise, la prune ou des fruits complexes comme la pomme, la poire
ou la fraise. Chez les rosacées, la présence d’un noyau, provient de la sclérification des parties
de la paroi ovarienne. L’amande et la noix sont également des drupes, où la partie charnue du
fruit est peu épaisse mais dense et bien différente du noyau.
L’abricot est composé d’un épicarpe. Son mésocarpe, constitué de tissus parenchymateux, se
compose de cellules de stockage qui se gorge de 75 à 90% d’eau à maturité (Coombe 1976 ;
Tucker 1993) donnant ainsi la consistance charnue. La présence de tissus sclérenchymateux
renforce la fermeté de l’abricot et lui confère sa texture typique (Romani et Jennings, 1971).
Ces particularités botaniques confèrent aux fruits charnus des analogies physiologiques et
biochimiques, mais également de nombreuses différences (Brady, 1993).

Selon l’évolution à l’approche de la maturité de l’intensité respiratoire d’un fruit associée à une
réponse à l’éthylène, les fruits charnus seront classés en fruit climactériques ou fruits non-
climactériques.
Les fruits climactériques sont caractérisés par une diminution de son intensité respiratoire
associée à une production d’éthylène. A l’inverse, les fruits non-climactériques ont un
dégagement d’éthylène quasiment nul et une intensité respiratoire qui diminue
progressivement à l’approche de la maturation.
L’abricot est un fruit climactérique et la cerise, un fruit non-climactérique.

A.2. Importance économique

A.2.1. Répartition géographique

EPHE Banque de Monographies SVT 10

)