Commentaire de texte - Le Loup et le Chien Jean de la Fontaine

-

Documents
2 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Commentaire détaillé du texte de Jean de la Fontaine le Loup et le Chien, rédigé par mes soins, j'ai obtenu la note de 17 pour cette analyse. Profitez en !
Pages : 2
Format : Pdf

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 05 janvier 2019
Nombre de visites sur la page 3 100
Langue Français
Signaler un problème

Commentaire de texte – Le Loup et le Chien

I/ Une fable vivante et organisée

1) Mélange de description, dialogue et récit

Cette fable débute par une phrase de description physique sur le Loup « n'avait que les os et la peau ». On
nous présente les deux protagonistes « les Chiens faisaient bonne garde » v2, « embonpoint » v12, mais
aussi leur rencontre « Ce Loup rencontre un Dogue aussi puissant que beau, // Gras, poli » v4. Cette
rencontre donne lieue à un dialogue entre le Loup et le Chien ; La première réplique du loup est au discours
indirect : cela montre son infériorité « Le Loup donc l’aborde humblement, Entre en propos, et lui fait
compliment / Sur son embonpoint, qu’il admire » v11. Le fabuliste met en valeur les propos du Chien,
rapportés au discours direct « Il ne tiendra qu’à vous beau Sire » v.13. Le texte est essentiellement
constitué d’un dialogue, cela rend le texte plus vivant. Le rythme s'accélère des v.33 à 37 car il y a quatre
courtes répliques dans un seul vers. « Qu'est-ce là ? lui dit-il. -Rien. -Quoi ? rien ? - Peu de chose.».
La vivacité de ce récit est traduite par les nombreux verbes au présent de narration : « rencontre »v3,
« l'aborde »v10 ,« reprit »v22, « se forge » v30, « s'enfuit » v41, « court » v41 mais aussi par la brièveté du
récit. La Fontaine insiste sur la diversité des vers en mêlant 18 alexandrins , 4 décasyllabes et 19
octosyllabes sur 41 vers en tout. L’alternance des rimes (rimes plates, embrassées, croisées) permet entre
autre de dynamiser le récit v1-4 structure en ABAB, v5-8 structure en AABB... La présence importante de
dialogues et de discours évite donc toute monotonie et de ce fait rend le récit plus vivant.

2) Respect du schéma narratif

Les deux premiers vers constituent la situation initiale, à savoir l’état physique du Loup et des Chiens : le
premier est affamé avec « n'avait que les os et la peau » v1, tandis que les seconds « faisaient bonne
garde »v2. On assiste ensuite à la rencontre entre ce Loup et un puissant Dogue, soit l’élément déclencheur
qui s’étend du vers 3 au vers 9 « Le Loup donc l'aborde humblement » v10. S’ensuivent plusieurs péripéties
dont la flatterie du Loup auprès du Chien sur son embonpoint (vers 10 à 12), l’argumentation du Chien qui
cherche à persuader le Loup de sa facilité à se nourrir, mais l'informer des inconvénients (vers 13 à 29). Puis
le Loup, séduit, est prêt à le rejoindre (vers 30 et 31). Mais, c'est à ce moment là que suit un retournement
de situation avec la découverte de la marque de collier du Chien « il vit le col du Chien pelé » v32. Malgré sa
tentative de camouflage, le Chien se fait démaquer et le Loup découvre ensuite qu’il ne possède pas de
liberté avec « vous ne courez donc pas // Où vous voulez ? » v36 accentué avec l'enjambement à la ligne.
Des vers 38 à 40, nous retrouvons donc l’élément de résolution où le Loup rejette l’idée de devenir comme le
Chien et choisit de rester indépendant. Enfin, on découvre la situation finale, c'est-à-dire le fait que le Loup
soit encore libre et profite de sa liberté « maître Loup s'enfuit, et court encor » v41 alors que le chien reste
chez son propriétaire.

II/ Le discours argumentatif du Chien

1) Les différentes étapes dans l'argumentation de l'animal

Dans son discours, le Chien essaie de convaincre le loup de le rejoindre. L'emploi de l'impératif dans
« Suivez-moi» v21, « Quittez les bois » v15 montre que l'animal se veut supérieur au loup mais il reste tout
de même un minimum respectueux avec l'emploi de « beau Sire » v13 et le vouvoiement « vous ferez bien »
v15.
L’objectif du Chien va consister à transformer le Loup en animal domestique. Pour cela il adopte une
stratégie argumentative en deux parties. Dans un premier temps, il critique sur 3 vers, la vie sauvage des
Loups : «Vos pareils y sont misérables, //Cancres, haire, et pauvres diables // Dont la condition est de mourir
de faim » v16 accentué avec la diérèse à « condition ». De plus, il insiste sur le fait que le Loup peut
facilement changer de vie comme le montre le vers «Il ne tiendra qu'a vous, Beau Sire» v13. Mais le Chien
lui donne tout de même des conseils afin d'influencer sur la décision finale du Loup comme au v15 « Vous
ferez bien ».Il prépare même son avenir à ses côtés avec l'emploi du futur « vous aurez un bien meilleur
destin » v21 et « Sera » v27.
Dans un second temps, le Chien va faire l'éloge de sa propre vie. Pour cela, il va énumérer ses devoirs, qu'il
va minimiser avec l’euphémisme « -Presque rien » v23. Puis il va s’attarder sur les nombreuses
récompenses :«os de poulets, os de pigeons : // Sans parler de mainte caresse» v28-29.