Correction du commentaire de On ne badine pas avec l’amour
3 pages
Français

Correction du commentaire de On ne badine pas avec l’amour

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
3 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Si vous avez besoin de faire un commentaire sur On ne badine pas avec l'amour d'Alfred de Musset, alors ce texte devrait vous intéresser. Vous trouverez plein d'astuces et de solutions pour obtenir la meilleure note possible.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 2 663
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Langue Français

Extrait

Correction du commentaire de On ne badine pas avec l’amour I, 1 - MUSSET
Forme : scène d’exposition d’une pièce de théâtre, en prose. Originalité : présence d’un
« personnage », le Chœur, qui représente les villageois, mais aussi sert à commenter, annoncer les
événements. Utilisation d’une convention du théâtre antique.
Contexte : Musset, poète et dramaturge romantique du XIXe siècle.
Sens : Scène d’exposition originale et fantaisiste, construite à la fois sur des effets de symétrie
et d’opposition.
Scène d’exposition dans laquelle le Chœur annonce et décrit 2 personnages antithétiques.
Chacun de ces personnages décrit à son tour, de façon élogieuse, le jeune homme (Perdican) ou la
jeune fille (Camille) dont il est le précepteur ou la gouvernante. Les 2 absents
semblent bien être les véritables protagonistes de la pièce.
Scène d’exposition comique mais des ombres planent (le mariage aura-t-il lieu ? les
protagonistes : personnages trop parfaits…)
Proposition de plan détaillé :
Introduction
Situer Musset dans le courant romantique.
Commenter les indices donnés par le titre (allure d'apologue; titre sous la forme moralisatrice du
proverbe).
Poser le problème de la scène d'exposition et de ses conventions.
1. Une scène faite de symétrie et de fantaisie
On peut rappeler que Musset avait d'abord écrit cette scène en vers (convention supplémentaire) et qu'il en
reste quelques traces.
1.1. Symétrie et opposition dans la construction de la scène
 et parallélisme, phénomènes d'échos
• dans l'ordre de présentation des personnages:
- le choeur présente Blazius, puis Dame Pluche, tous deux s'approchant de loin,
- chacun des deux personnages présente un des jeunes gens (Perdican/Camille) de son sexe
• dans les formules utilisées et la syntaxe: «doucement bercé.../doucement cahotée... » (restes
d'alexandrins de la version d'origine);
• dans les thèmes abordés: le thème de la boisson, par exemple dans l'amorce d'un dialogue.
 Construction en opposition, notamment dans les types de personnages, physiquement: homme/femme;
Blazius bon vivant un peu gras («ventre rebondi », «triple menton »/image de « l'amphore antique»)/
Pluche sèche et maigre («jambes maigres», «mains osseuses») + effet de contraste encore accentué sur
scène.
1.2. La double présentation des personnages
La présentation est double, mais il y a identité des deux images données sur chaque personnage.
 Présentation indirecte: le choeur présente Blazius et Pluche, physiquement et psychologiquement.
 directe par les personnages eux-mêmes: leur discours, leur style et leur comportement
confirment ce que le choeur en avait dit.
• Blazius: discours amène et bon enfant (cf. « mes enfants »), style fleuri (l'étudier précisément),
motif du vin.
• Pluche: discours austère émaillé d'insultes (« manants »), style sec (l'étudier précisément), motif
de l'eau.
1.3. La mise en abyme de la présentation des personnages
 Le choeur présente Blazius et Pluche, qui eux-mêmes présentent Perdican et Camille (à développer).1.4. Le personnage du choeur comme «chef d'orchestre» de ce début
 Réminiscence antique, aspect conventionnel du personnage : il sert à mettre le lecteur au courant plus
rapidement; à mi-chemin entre le spectateur et les personnages.
 Mais ici renouvelé: adapte son style et ses images, le rythme de ses phrases au physique et à la
personnalité des personnages présentés (exemples à étudier).
2. L'exposition: une scène de drame romantique
2.1. Les personnages
 L'inversion dans la présentation.
Curieusement, l'accent est mis sur les personnages secondaires.
Mais on pressent que ce sont les deux absents qui seront les protagonistes: l'auteur les
fait attendre (comme dans la tragédie).
 Les rôles sont définis:
- d'un côté, le précepteur («gouverneur»), la gouvernante à mi-chemin entre le confident de tragédie
et le valet de comédie dévoués au jeune homme ou à la jeune femme;
- de l'autre, les jeunes (à mi-chemin entre les maîtres de la comédie et les héros de tragédie).
 Les protagonistes, doubles romantiques de leurs «présentateurs».
• Blazius et Pluche sont les caricatures de Perdican et Camille: une sorte de «parodie».
• Des héros jeunes et parfaits, types du drame romantique: beaux («gracieuse personne»/« belle
Camille »), intelligents et éduqués -+ les qualités de chacun d'eux:
• Perdican: érudit (« latin »), gracieux, analyser les images du «diamant» et du « livre d'or»
(éléments qui connotent la richesse - du côté de la culture); relever les termes de la culture (« latin,
parchemins»...);
• Camille: bien éduquée, sagesse et « dévotion », analyser l'image de la «fleur de sagesse», de
«l'ange» et de la «colombe» (éléments naturels - du côté de la nature); noter les termes de la
religion. Noter les superlatifs; analyser les termes mélioratifs, souvent hyperboliques.
2.2. Le registre de la pièce: une scène entre comédie et tragédie?
La scène situe la pièce dans le temps (exemples) et dans le lieu (exemples), mais surtout donne un avant-
goût du registre de la pièce: mitigé.
 Des airs de comédie ou de farce.
• L'évocation d'une «joyeuse bombance».
• La caricature grotesque des deux personnages Blazius et Pluche («faux cheveux, toupet de gâté»).
• Les contradictions internes (Pluche: piété en contraste avec ses injures).
• Comique d'exagération. *Comique de répétition.
• de contraste (cf. partie 1).
• Comique de mise en scène (les deux animaux à l'image de leur maître: « mule fringante», «âne
essoufflé», jeu des deux personnages).
 Des airs de tragédie.
• L'ombre portée du titre («On ne badine pas avec l'amour»: implicite de conséquences fâcheuses si
on ne suit pas ce précepte) - avertissement moral.
• Les deux protagonistes présentés séparément, mais en parallèle: on imagine une rencontre (il y a
l'idée d'une fatalité dans la coïncidence de la double arrivée de Blazius et de Pluche) - suspense.
• Blazius et Pluche ne s'entendent pas: qu'en sera-t-il des deux jeunes gens? - suspense.
• La présence du choeur, symbolique (qui rappelle la tragédie).
• Des phrases lourdes de sous-entendus: l'implicite de « puissions-nous retrouver le coeur de
l'enfant dans le coeur de l'homme »: on pressent un changement.
• Mélange de registres qui est une caractéristique du drame romantique.
Conclusion
Une scène d'exposition originale qui a choqué (présence du choeur), mais qui est une réussite, malgré son
côté très conventionnel

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents