Fiche de lecture sur La Morte Amoureuse

Fiche de lecture sur La Morte Amoureuse

-

Documents
1 page
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

1ères STG 2 : Cours des jeudi et vendredi 17 et 18/12/09 Textes complémentaires 4 et 5 dans Les Fleurs du Mal : n°4 : « La vie antérieure » (p. 42) : - Il y est question du Paradis, de l’Idéal baudelairien. - Ce paradis s’apparente au Paradis perdu de la Bible (= l’Eden) avant qu’Adam et Eve ne commettent le Péché Originel (consistant à manger le Fruit Défendu). Chez Baudelaire, ce paradis est caractérisé par le fait que la nudité n’est pas honteuse (v. 11), et que la sexualité n’est pas une faute. - Le paradis baudelairien est aussi marqué par des correspondances horizontales entre les sens (la vue : v. 5 et 8 ; l’ouïe : v. 7 ; et l’odorat : v. 11) et une fusion des éléments (le feu, l’eau : v. 2 : « soleils marins » et la terre : v. 4 : « grottes basaltiques ») - Néanmoins, l’idée de Spleen apparaît au dernier vers : « secret douloureux ». n°5 : « J’aime le souvenir de ces époques nues » (p. 33-34) : ère- La 1 § évoque l’Idéal baudelairien, marqué encore par une sexualité pure, détachée du péché et de la honte (v. 4). Une référence à Adam et Eve avant le Péché originel est présente : v. 3-4. Le Fruit Défendu est évoqué v. 13-14. - La §2 est consacrée au Spleen, qui est rattaché au réel. La sexualité est devenue impure et la nudité honteuse : v. 20 à 22. Chaque humain a « hérité » du Péché Originel (v. 27-28). - Dans la § 3, est évoquée l’idée que l’écriture poétique peut permettre de se rapprocher de l’Idéal.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 1 431
Langue Français
Signaler un problème
1ères STG 2 : Cours des jeudi et vendredi 17 et 18/12/09
Textes complémentaires 4 et 5 dansLes Fleurs du Mal :
n°4 : « La vie antérieure » (p. 42) : - Il y est question du Paradis, de l’Idéal baudelairien. - Ce paradis s’apparente au Paradis perdu de la Bible (= l’Eden) avant qu’Adam et Eve ne commettent le Péché Originel (consistant à manger le Fruit Défendu). Chez Baudelaire, ce paradis est caractérisé par le fait que la nudité n’est pas honteuse (v. 11), et que la sexualité n’est pas une faute. - Le paradis baudelairien est aussi marqué par des correspondances horizontales entre les sens (la vue : v. 5 et 8 ; l’ouïe : v. 7 ; et l’odorat : v. 11) et une fusion des éléments (le feu, l’eau : v. 2 : « soleils marins » et la terre : v. 4 : « grottes basaltiques ») - Néanmoins, l’idée de Spleen apparaît au dernier vers : « secret douloureux ».
n°5 : « J’aime le souvenir de ces époques nues » (p. 33-34) : ère - La 1 § évoque l’Idéal baudelairien, marqué encore par une sexualité pure, détachée du péché et de la honte (v. 4). Une référence à Adam et Eve avant le Péché originel est présente : v. 3-4. Le Fruit Défendu est évoqué v. 13-14. - La §2 est consacrée au Spleen, qui est rattaché au réel. La sexualité est devenue impure et la nudité honteuse : v. 20 à 22. Chaque humain a « hérité » du Péché Originel (v. 27-28). - Dans la § 3, est évoquée l’idée que l’écriture poétique peut permettre de se rapprocher de l’Idéal.
Lecture complémentaire à la séquence II :La Morte amoureuse, Théophile Gautier, 1836. Nouvelle fantastique.
Résumé: Le vieux Romuald raconte à son public les faits étranges qui ont suivi son ordination. Alors jeune prêtre d'une cure de campagne, il vit une expérience troublante : le jour il est homme d'église, la nuit il est un riche seigneur de Venise. Cette existence bicéphale prend sa source avec la rencontre de Clarimonde, une courtisane sur laquelle courent les plus sordides rumeurs. Frère Sérapion met en garde Romuald : il ne doit pas se laisser tourmenter parune goule, une vampire n'a d'autre volonté que de l'éloigner de Dieu. Mais la quifascinationqu'elle exerce sur lui est telle qu'il naît entre euxun amour plus fort que la mort. Un amour qui permit à Clarimonde de revenir d'un endroit "Sans Soleil ni Lune" pour rejoindre son aimé. Pour Romuald tout est de plus en plus confus. Il ne sait qui, d'entre le prêtre ou le gentilhomme, est l'identité chimérique. Mais un soir, il découvre que Clarimonde le drogue pour qu'il s'endorme profondément de façon à ce qu'elle le pique de son aiguille en or ; et de se nourrir parcimonieusement du sang vermeil de Romuald. Violemment encouragé par Sérapion, ils vont chercher tous deux la tombe de Clarimonde dans le cimetière de la commune. Trouvant l'emplacement du cercueil, le vieil abbé Sérapion n'hésite pas à le profaner. La belle courtisane y gît, blanche mais fraîche, sereine, un filet de sang coulant de ses lèvres. Saisi d'une rage folle, Sérapion exorcise la morte dont le cadavre se disloque en un tas de " cendre et d’os ". Romuald conclura son récit par cette sentence : "Ne regardez jamais une femme, et marchez toujours les yeux fixés en terre, car, si chaste et si calme que vous soyez, il suffit d'une minute pour vous faire perdre l'éternité."
Petite biographie de Théophile Gautier: - 1811-1872 ; poète, romancier, peintre et critique d’art français. - Fondateur du Mouvement duParnasse, prône « qui pour l’art l’Art c’est-à-dire que pour les parnassiens, le but de », l’œuvre d’art est la beauté, la perfection formelle. L’art ne doit pas viser l’utilité. ère - 1852 : 1 publication de son recueil de poèmesEmaux et Camées. - Fonde le Club des Hashischins, voué à l’étude du cannabis, et que Baudelaire fréquentera. - A été l’ami de Baudelaire.
Points communs avecLes Fleurs du Mal, de Baudelaire :- La femme estduelle(=double) : elle est vue parfois comme unange, et s’apparente à lapureté, à la virginité sur son lit de mort. Mais elle est en fait une créature deSatan, un vampire. - Lerêvejoue un rôle important : il se confond avec le réel. Le narrateur (qui est aussi le héros) n’arrive pas à démêler le rêve du réel. Le rêve finit même par prendre le pas sur le réel, par prendre sa place. - Le narrateur est attiré parla sensualité, la voluptéqui émane de cette femme. - Le narrateur estenvoûté, ensorcelépar la femme.