//img.uscri.be/pth/abd82f8d1ae7cc120c506c9b63c8db1d922e957b
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
Lire

Fiche de révision BAC Français - Résumé : Les Confessions de Rousseau

De
4 pages

Retrouvez le résumé Les Confessions de Rousseau pour préparer votre Bac de français.

Publié par :
Ajouté le : 19 mars 2015
Lecture(s) : 202
Signaler un abus
Nº : 91036
Titre de la Iche
Fiche Cours
FRANÇAIS
Toutes séries
Résumé d’œuvre : Les Confessionsde Rousseau (1763 - 1770)
1. Pourquoi entreprendre Les Confessions ? 2. Résumé
Pourquoi entreprendre Les Confessions ?
LE TALENT C’EST D’AVOIR ENVIE
A la ïn de l’année 1761, l’éditeur hollandais de Rousseau fait savoir à l’écrivain son désir de mettre en tête de ses œuvres complètes une vie de l’auteur. Rousseau lui répond en janvier 1762 qu’une telle entreprise compromettrait trop de monde. La tentation de l’autobiographie se manifeste déjà dansLa Nouvelle Héloïse, où elle revêt une forme romanesque, et même dans l’Emile. Rousseau nous dit d’ailleurs, au livre X desConfessionsil avait envisagé,la veille de quitter le monde des lettres, , comment, à pour ne pas sombrer dans l’ennui, de rédiger ses mémoires. Il commence donc à mettre de côté les lettres qu’il reçoit et à garder brouillons ou copies de celles qu’il écrit. En ce même mois de janvier 1762, il adresse à M. de Malesherbes les quatre lettres célèbres qui sont un véritable prélude auxConfessions: il y justiïe ses goûts tout en se défendant de l’accusation de misanthropie.
En juin 1762 survient la catastrophe : l’Emileest condamné par le parlement de Paris et l’auteur, menacé d’arrestation, doit fuir précipitamment la France. Il ressent alors le besoin de s’expliquer contre une mesure injuste. Ses lettres à l’archevêque de Paris, Christophe de Beaumont, puis aux pasteurs genevois enveniment le conit. Il commence alors à rédiger le préambule de sa future autobiographie. Malheureusement, les circonstances ne lui laissent guère le loisir de s’y consacrer : en 1764, alors qu’il est réfugié près de Neuchâtel, il reçoit un pamphlet anonyme,Le Sentiment des citoyensfait de la plume de , qui est en petit texteVoltaire. Ce fait des révélations compromettantes sur le père indigne qui a abandonné ses enfants, sur l’amant de Thérèse Levasseur, sur toutes les turpitudes d’une vie que le philosophe prétend consacrée à la vertu ! Il faut donc répondre par sa propre version des faits. Cependant, Rousseau ne veut rien publier de son vivant. Il lègue à son ami Du Peyrou les manuscrits que ce dernier devra se charger de faire éditer après sa mort.
La vie errante qu’il mène à travers l’Europe ne l’empêche pas de rédiger petit à petit son œuvre. A la ïn de l’année 1767, la première partie est achevée. Deux ans plus tard, il la reprend ; et termine la seconde partie en 1770. Une troisième partie prévue ne sera pas publiée et l’ouvrage s’arrête au Livre XII. Il existe trois versions autographes desConfessionsplus ancien manuscrit. Le s’interrompt au cours du livre IV. A la mort de Du Peyrou, qui en était dépositaire, il est donné à la bibliothèque de Neuchâtel. Le second, conservé à la bibliothèque de la Chambre des députés à Paris, est complet, ainsi que le manuscrit de Genève, celui que Rousseau destinait à la publication. Les Confessionsparaître longtemps après sa mort. La première partie paraît cependant dèsdevaient, selon la volonté de Rousseau, 1782. La seconde est publiée en 1789. Le succès du livre a été habilement préparé par Rousseau lui-même. Dès 1770, il en fait dans les salons parisiens plusieurs lectures. Il a pour but d’inquiéter ses anciens amis, ce qu’il réussit assez bien : Mme d’Epinay obtient l’intervention de la police pour que Rousseau cesse ses lectures ; David Hume publie dès 1766 l’exposé de sa querelle avec Jean-Jacques ; Diderot attaque l’œuvre dans sonEssai sur les règnes de Claude et de Néron.
Résumé
Dans le préambule,Les Confessionss’annoncent comme «le seul portrait d’homme, peint exactement d’après nature et dans toute sa vérité».
Livre I (1712-1728) : une enfance genevoise
Jean-Jacques naît en 1712. Ses parents sont citoyens de Genève. Son père Isaac Rousseau est horloger. Sa mère, Suzanne Bernard, meurt en le mettant au monde. L’enfant est de santé fragile. Il survit grâce aux bons soins de sa tante, Suzanne Rousseau.A l’âge de cinq ou six ans, il découvre les joies de la lecture en compagnie de son père. Il dévore des romans qui plaisent à son imagination et
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
En partenariat avec :
1
Nº : 91036
Fiche Cours
FRANÇAIS
Toutes séries
LE TALENT C’EST D’AVOIR ENVIE
qu’il trouve dans la bibliothèque de sa mère. Dans celle de son père, il tire des ouvrages historiques et moraux, comme Plutarque. S’identiïant aux héros de l’Antiquité, il se forge un «esprit libre et républicain». Si son père est très proche de Jean-Jacques, il néglige le frère aîné de celui-ci, âgé de sept ans de plus. Ce frère s’enfuit un jour du domicile familial. Il ne donnera plus jamais de nouvelles. Jean-Jacques demeure en quelque sorte ïls unique. Il apprend la musique auprès de sa tante Suzanne. Lorsqu’Isaac Rousseau doit quitter Genève, Jean-Jacques est conïé à son oncle maternel Gabriel Bernard. Avec son cousin Abraham Bernard, il est ensuite mis en pension dans le village de Bossey, chez le pasteur Lambercier et sa sœur, de 1722 à 1724. Chez les Lambercier, Jean-Jacques découvre plusieurs traits de son caractère : son amour pour la nature, ses tendances légèrement masochistes lorsque la jeune femme lui donne une fessée, son refus révolté de l’injustice lorsqu’il est puni pour une faute qu’il n’a pas commise (le peigne cassé). En 1724, les deux garçons, âgés d’une dizaine d’années, reviennent à Genève. L’éducation de l’oncle Bernard n’est guère contraignante. Jean-Jacques s’occupe en tombant amoureux d’une jeune femme de vingt-deux ans, Mlle de Vulson, et d’une ïllette, Mlle Goton, qui joue avec lui à la maîtresse d’école. Avec l’adolescence commence l’apprentissage d’un métier. Il est placé chez un juriste, M. Masseron, pour apprendre les tâches de procureur. Mais il est bientôt renvoyé et placé en apprentissage chez un graveur, M. Ducommun. Le métier ne lui déplaît pas, mais son maître est brutal et le bat. En entrant dans l’univers des adultes, Jean-Jacques apprend «la fainéantise, le mensonge, le volpommes). Il continue » de petits objets (asperges, à s’adonner avec passion à la lecture et vit des amours imaginaires. A seize ans, le jeune homme s’éloigne parfois de Genève dont les portes ferment chaque soir. A deux reprises, il oublie l’heure et doit passer la nuit hors de la ville. Le matin, quand il rentre chez son maître, celui-ci le corrige sévèrement. Une troisième fois, la crainte du châtiment et l’amour de la liberté l’emportent. Il décide de quitter la ville. Avant de partir, il avertit son cousin Abraham Bernard, qu’il ne reverra plus jamais.
Livre II (1728) : la rencontre de Mme de Warens et le voyage en Italie Jean-Jacques, sans argent, erre quelques jours autour de Genève, puis quitte la Suisse protestante pour se diriger vers les contrées catholiques. Il est recueilli par un curé, qui voit l’occasion de le convertir. Ce dernier l’envoie à Annecy. Le jour des Rameaux 1728, le jeune homme frappe à la porte de Mme de Warens, qu’on lui a recommandée. C’est le coup de foudre : Louise-Eléonore de Warens n’a rien de la vieille dévote qu’il avait imaginée. Elle a vingt-huit ans, est souriante et belle. Elle lui conseille de se rendre à Turin pour être formé au catholicisme et lui donne un peu d’argent pour le voyage. Le lendemain de son départ, le père de Jean-Jacques se présente chez Mme de Warens.Apprenant que son ïls a quitté Annecy, il renonce à se lancer à sa poursuite. Jean-Jacques fait à pied le voyage vers l’Italie. Ses compagnons de route, M. Sabran et sa femme, lui dérobent au ïl des jours son argent et son linge, mais il n’ose rien dire. En arrivant à Turin, Jean-Jacques est ébloui par le monde de la grande ville. L’hospice des nouveaux catholiques est moins sympathique et il y rencontre des personnes peu recommandables qui tentent de l’initier à l’homosexualité. Converti au catholicisme contre un peu d’argent, il parcourt la ville à la recherche d’un travail.
Livre III (în 1728) : premiers métiers Il entre au service d’une certaine Mme Basile – dont il tombe naturellement amoureux. Il tente de la séduire en tombant à ses genoux, mais une servante survient, le mari est prévenu et il perd sa place. Il est employé comme laquais par la comtesse deVercellis, qui meurt d’un cancer peu après. C’est au cours de ce service qu’il commet une faute qui va hanter son œuvre jusqu’auxRêveries d’un promeneur solitaire. Il dérobe Soupçonné, il à sa maîtresse un ruban. Marion, qui est congédiéeaccuse du forfait une servante, à sa place.
Livre IV (1729-1730) : retour aventureux en Suisse Il s’ennuie bientôt à Turin et son emploi de valet l’humilie. Il décide de repartir pour la Suisse en 1730, en compagnie d’une jeune ïlle qui tente de le séduire, mais qui ne lui plaît pas. Il passe par Genève, mais ne visite pas sa famille et retrouve son père à Nyon. Cherchant à gagner sa vie, il accompagne un ami nommé Venture et tous deux se prétendent professeurs de musique. Il se vante même d’être compositeur et écrit une pièce de concert. Mais le jour où le morceau est joué, les musiciens sont pris d’un fou rire devant la partition. Sa carrière de musicien tourne court. L’hiver se passe en aventures diverses : il pense encore à Mme de Warens, ïnit par apprendre la musique correctement et trouve même quelques élèves à Neuchâtel. Fidèle à son habitude de rencontres originales, il accompagne un temps un faux curé grec, qui prétend être venu quêter en Europe des fonds pour une sainte œuvre. Il propose à Jean-Jacques de lui servir d’interprète et de l’accompagner dans ses démarches. Mais les autorités françaises ne tardent pas à démasquer l’imposteur. Le secrétaire de l’ambassade de France, M. de la Martinière, propose à Jean-Jacques un emploi de sous-secrétaire, ce qui ne le séduit guère. Le jeune homme rêve de Paris. Or un colonel suisse installé en France, M. Godard, cherche à mettre quelqu’un au service de son neveu parisien. Au printemps 1731, Jean-Jacques part à pied pour la capitale. Il se voit déjà «en habit d’ofIcier avec un beau plumet blanc». Mais l’arrivée à Paris est décevante : la ville est sale, le neveu de l’ofïcier parfaitement insupportable. Presque aussitôt, il reprend la route, toujours à pied, résolu à retrouver «Maman», Mme de Warens.
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
En partenariat avec :
2
Nº : 91036
Fiche Cours
FRANÇAIS
Toutes séries
LE TALENT C’EST D’AVOIR ENVIE
A Lyon, il rend visite à Mlle du Châtelet, une amie de Mme de Warens, pour trouver l’adresse de celle-ci. Les temps sont difïciles : il n’a plus d’argent et est plusieurs fois abordé par des individus qui lui proposent des expériences homosexuelles.Ayant enïn reçu des nouvelles de Mme de Warens, Jean-Jacques se met en route pour la rejoindre. Elle lui obtient un emploi convenable : «C’est ainsi qu’après quatre ou cinq ans de courses, de folies et de souffrances depuis ma sortie de Genève, je commençai pour la première fois de gagner mon pain avec honneur».
Livre V (1732-1739) : l’idylle des Charmettes Auprès de Mme de Warens, Jean-Jacques se consacre à sa passion, la musique, et redevient bientôt professeur. Mme de Warens fait de lui son amant, tout en gardant auprès d’elle l’homme qu’elle aime, son intendant Claude Anet. Jean-Jacques s’entend très bien avec ce dernier, mais il meurt malheureusement brutalement.
Livre VI (1739-1740) : les désillusions amoureuses Dans une ferme appelée les Charmettes louée par Mme de Warens, Jean-Jacques mène une vie paisible et heureuse. Il se promène, lit beaucoup et parfait ses connaissances dans toutes les disciplines. Comme sa santé n’est pas très bonne, il entreprend d’aller consulter un médecin à Montpellier. Il y vit une brève aventure avec Mme de Larnage. A son retour de voyage, Mme de Warens se montre plus froide. Elle est devenue la maîtresse d’un jeune homme originaire du pays de Vaud,Vintzenried. Jean-Jacques décide de quitter les Charmettes. Il part à Lyon où il est engagé comme précepteur des enfants d’un grand seigneur, M. de Mably. Mais l’expérience est peu concluante. Il revient aux Charmettes, sans pouvoir reconquérir Mme de Warens. Il met au point une nouvelle manière de noter la musique, et gagne Paris avec l’espoir d’y trouver le succès.
Livre VII (1741-1747) : la vie parisienne Jean-Jacques ne parvient pas à faire reconnaître son système de notation musicale. Il redevient professeur de musique. Il fait cependant quelques rencontres dans la société parisienne, devenant notamment l’ami de Diderot et entrant dans le monde intellectuel de la capitale. Il obtient une place de secrétaire d’ambassade à Venise, qu’il occupe quelques mois. L’ambassadeur étant particulièrement odieux avec lui, il démissionne et revient à Paris. Il travaille avec Voltaire et Rameau sur un opéra, mais ce travail ne lui procure guère de reconnaissance. C’est à cette époque qu’il rencontre la lingère Thérèse Levasseur qui partagera désormais sa vie. Jean-Jacques et Thérèse auront cinq enfants, qui, à leur naissance, seront tous abandonnés aux Enfants Trouvés.
Livre VIII (1748-1755) : la vocation philosophique En 1749, Rousseau lit par hasard dans le journal la question mise au concours par l’académie de Dijon pour le prix de morale de l’année suivante : «Si le progrès des sciences et des arts a contribué à corrompre ou à épurer les mœursle Discours sur les». Il rédige sciences et les arts et obtient le prix. C’est le début de sa célébrité et des succès publics : il est reconnu comme penseur ; il est fêté comme musicien, grâce à ses opéras à succès, commeLe Devin du villagequi a la faveur de Louis XV. Pourtant Rousseau souhaite être logique avec lui-même : il refuse désormais le luxe, vit très simplement et revient à Genève quelques mois pour y reprendre la religion protestante. Il publie leDiscours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommesriche et cultivée Mme. La d’Epinay lui offre, dans la forêt de Montmorency, une maison qui se nomme l’Ermitage.
Livre IX (1756-1757) : les grandes œuvres
En 1756, Rousseau s’installe à l’Ermitage : ce sera son principal lieu de travail, loin de ses amis et de la société parisienne. Il y écrit ses trois œuvres principales :Du contrat social,La Nouvelle Héloïse,Emilelieu de sa passion silencieuse pour. C’est aussi le Sophie d’Houdetot. Rousseau s’éloigne de ses amis ; il entretient des relations de plus en plus difïciles avec Grimm, Diderot et Mme d’Epinay. Une querelle avec Grimm s’envenime, malentendus et reproches s’accumulent, Rousseau quitte l’Ermitage.
Livre X (1758-1759) : le « complot » Jean-Jacques va s’installer tout près, à Montmorency, avec Thérèse. Il ne voit presque personne mais il a l’impression que ses anciens amis conspirent contre lui. Il croit que Grimm veut sa perte, que Mme d’Epinay ne lui a pas pardonné d’avoir quitté l’Ermitage. La «coterie holbachiquepense-t-il, une » (le cercle réuni autour du baron d’Holbach) se fait, joie de le persécuter. Il continue d’écrire à Voltaire mais supporte de moins en moins l’ironie de son correspondant. Rousseau songe à rédiger ses mémoires pour se justiïer. Le philosophe n’est cependant pas isolé et garde de puissants amis et protecteurs. Le maréchal de Luxembourg et sa femme le logent bientôt auprès d’eux dans un bâtiment dépendant du château de Montmorency.
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
En partenariat avec :
3
Nº : 91036
Fiche Cours
FRANÇAIS
Toutes séries
LE TALENT C’EST D’AVOIR ENVIE
Livre XI (1760-1762) : le scandale de l’Emile La Nouvelle Héloïseest un grand succès. Mais l’Emilefait scandale. Un mandat d’arrestation est lancé contre Rousseau. Grâce à M. et Mme de Luxembourg, Jean-Jacques parvient à échapper à la police et à gagner la Suisse.
Livre XII (1762-1765) : errance en Suisse S’il a cru trouver refuge dans sa patrie, Rousseau est sévèrement détrompé : le scandale de l’Emilea touché Genève et c’est en vain qu’il cherche asile dans différentes villes suisses. Il s’installe à Yverdon, d’où il est bientôt chassé. Il gagne Môtiers, mais la population lapide sa maison. Il se réfugie dans l’île de Saint-Pierre (au milieu du lac de Bienne), mais il est bientôt délogé de cette retraite. Désespéré, il songe à fuir en Corse, puis à Berlin. Mais c’est en Angleterre qu’il trouvera l’hospitalité, auprès du philosophe David Hume. C’est sur ce projet que s’achèventLes Confessions.
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
En partenariat avec :
4