Les Animaux Malades de la Peste - En quoi cette fable donne-t-elle une vision critique de la société ?

Les Animaux Malades de la Peste - En quoi cette fable donne-t-elle une vision critique de la société ?

-

Français
4 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Ce document sur Les Animaux Malades de la Peste nous amène à nous demander en quoi cette fable donne-t-elle une vision critique de la société ? Vous découvrirez que les animaux présents dans cette fable de La Fontaine représente en fait une partie de la société de l'époque.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 6 755
Langue Français
Signaler un problème
LA Texte 2 : Jean de La Fontaine (1621-1695),Fables, Les animaux malades de la peste , Livre VII, 1 En quoi cette fable donne-t-elle une vision critique de la société ? Introduction Lauteur: Jean de La Fontaine (1621-1695) est un des grands écrivains, comme Molière et Racine, du XVIIe siècle, siècle du Classicisme. Les uvres classiques reposent sur une volonté d'imitation et de réinvention des uvres antiques. Elles respectent la raison et sont en quête d'un équilibre reposant sur le naturel et l'harmonie. (voir photocopies sur le XVIIe siècle et le Classicisme). La Fontaine sest illustré dans différents genres : poèmes lÉlégie aux nymphes de Vaux , contes (1662) Contes et nouvelles en vers(1665) et surtout les fables dans lesquelles il reprend fréquemment des modèles des fabulistes anciens comme le grec Ésope (VIIe-VIe siècle avant J.-C.) et le latin Phèdre (15 av. J.-C.- 50 ap. J.-C.). Cependant La Fontaine renouvelle le genre grâce à la vivacité du récit, à la maîtrise de la versification, à lart de camper des personnages.  il faut instruire et plaire  écrit-il dansLe pâtre et le lion, Livre VI, cest ce que lesFablesillustrent, en harmonie avec un des principes majeurs du Classicisme :  placere et docere  (Horace, poète latin du 1er av. J.-C.),  siècle et plaire instruire . (Pour plus de renseignements sur la vie de La Fontaine : http://ysopet.free.fr/auteur_bio.php) Luvre et le texte: LesFables composées de 12 livres, parus en trois recueils successifs (1688, 1678, 1694), elles sont sont écrites en vers, la plupart mettent en scène des animaux anthropomorphes et elles contiennent généralement une morale au début ou à la fin. Ces fables furent écrites dans un but pédagogiques : certains livres sont adressés au Dauphin (livres I à VI) ou au duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV (livre XII).  travers cette uvre, plusieurs thèmes se dégagent : la nature, la souffrance humaine, les relations humaines et sociales. Souvent, La Fontaine porte un jugement critique sur les comportements, les injustices, les abus de pouvoirs en mettant en scène les animaux, décalques fidèles des hommes. Les fables sont des apologues : apologos" en grec :  récit détaillé  ; synonyme de fable, terme issu du latin récit. Il désigne un  court récit exposé sous forme allégorique, et qui renferme un enseignement, une leçon de morale pratique . Cest une forme de largumentation indirecte. Cest sur la fable   pesteLes Animaux malades de laque souvre le livre VII desFablesde La Fontaine. Lauteur souligne dans un registre satirique linjustice qui règne à la cour, en montrant comment un conseil réuni par le lion pour châtier le plus coupable, finit par sacrifier en réalité le moins coupable de tous. Après un tableau sombre des ravages de la peste vers 1 à 14, La Fontaine donne la parole au lion, qui propose, pour apaiser la colère du ciel, que chacun confesse ses fautes pour que soit puni le plus coupable (vers 15-24) ; il donne lui-même lexemple vers 25-33. Le renard, vers 34 à 43, excuse alors les fautes du prince, et il en va de même pour les autres puissancesTigre ou lOurs, vers 44 à 48. Vient alors la comme le confession de lâne qui avoue un péché mineur, vers 49 à 54, ce qui suscite lindignation générale et débouche sur sa condamnation unanime vers 55 à 62. La morale, qui succède au récit dans les deux derniers vers, explique que la force est toujours innocente, et la faiblesse toujours coupable. Lecture Reprise de la question et annonce du plan: cette fable offre une vison critique de la société. Cette critique passe par la mise en scène des protagonistes, la progression du récit et par la satire I – Des personnages typés 1) le lion :incarne le roi des animaux, protecteur de ses sujets ; cest dans cette fonction quil réunit son peuple afin de faire face à lépidémie de peste :  le roi tint conseil  v. 15 a- une certaine modestie : Il ne semble pas au préalable un monarque imbu de ses pouvoirs. Il sadresse à ses sujets aimablement  mes chers amis  v. 15. Le ton nest pas péremptoire mais empreint de modestie comme le soulignent le verbe  je crois  v. 22, le modalisateur  peut-être  v. 20, le pronom indéfini  on  v. 22. De plus, il ne sexclut de lensemble de ses sujets en utilisant le pronom  nous  b – un roi conscient de son pouvoir : Le lion noublie pas pour autant sa fonction de roi. Le passage de loctosyllabe à lalexandrin v. 19 à 21, vers au rythme plus ample, majestueux correspond à sa suprématie. De même, en temps que souverain, il ordonne de trouver un coupable: Que le plus coupable de nous Se sacrifie aux traits du céleste courroux  v.18-19 Il utilise limpératif :  Ne nous flattons donc point ; voyons sans indulgence  v.23 En sa qualité de maître spirituel de son peuple, il fait référence au passé et à la religion :  Je crois que le Ciel a permis  Pour nos péchés cette infortune  v. 16-17  céleste courroux  v. 19  L'histoire nous apprend  v. 21 Cest à lui, le roi, de rendre la justice, cest le sens de son discours : pour apaiser la colère de Dieu, il faut trouver un coupable : Que le plus coupable de nous Se sacrifie aux traits du céleste courroux ; Peut-être il obtiendra la guérison commune  Enfin, conscient de son rôle de modèle, il commence sa propre confession :  pour moi …  v. 25 c - une confession hypocrite Cependant, le lion, va mettre en place une stratégie lui permettant dêtre exclus de tout reproche. - premièrement, il saccuse lui-même et dénonce ses méfaits en toute franchise :  satisfaisant [ses]appétits gloutons , il a  dévoré force moutons , il lui est arrivé de  manger/ Le berger  ; il met en évidence linnocence de ses victimes :  Que mavaient-ils fait ? Nulle offense . sagit peut-être de montrer lexemple mais plus sûrement damadouer lassemblée. il - la conclusion de son discours met en évidence son hypocrisie : en effet, laffirmation  je me dévouerai donc  est largement atténuée par lexpression  sil le faut  ; dautre part, le discours sachève par une autre restriction  mais je pense / Quil est bon que chacun saccuse ainsi que moi  : on comprend donc quil va essayer de trouver un bouc émissaire et que son apparente sincérité était fausse. un roi manipulateur une image du Lion quelque peu éloignée de sa représentation traditionnelle : noble et bon ; ici cest un souverain qui sait manipuler son peuple
2) le renard : a - image du courtisan : dans la tradition littéraire et notamment depuis leRoman de Renard, le renard est connu pour sa ruse et son art de flatter. Il apparaît ainsi dans cette fable - il sait flatter le roi : il lui adresse la parole avec respect :  Sire , il le complimente par des expressions hyperboliques :  trop bon roi ,   trop de délicatesse . Il atténue les crimes du roi et dévalorise les victimes :  Jai dévoré  v. 26crime-  manger  v.34besoin naturel -  en les croquant  verbe qui évoque le jeu, la euphémisme, gourmandise sans conséquence. force moutons nombreuses victimes canaille, sotte espèce  v.36 termes péjoratifs Le berger  :  il était digne de tousSon élimination devient une uvre utile maux  41-42. Sa mort est la conséquence logique et normale de son  vers comportementLe renard renverse donc la situation : le roi nest pas un criminel mais un bienfaiteur b - la ruse Le renard sait manier le discours : le style de son intervention est vivant. Il emploie exclamation, interrogation, rythme vif, ce qui convainc lauditoire. Mais on remarque quil ne dit rien de lui-même : flatter le roi lui permet de ne rien avouer. Le  je  est absent de son intervention. Dautre part, il permet par son discours à tous les courtisans puissants de sexclure de la confession :  On n'osa trop approfondir Du tigre, ni de l'ours, ni des autres puissances  Les moins pardonnables offenses. Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples mâtins (9), Au dire de chacun, étaient de petits saints.   Comme la fait le renard pour le lion, les courtisans se disculpent en transformant leurs crimes en vertus :  au dire de chacun ,  de petits saints  3) l'âne a- honnête Contrairement à ceux qui lont précédé, lâne fait preuve dune réelle honnêteté :  L'âne vint à son tour, et dit : J'ai souvenance  Qu'en un pré de moines passant, La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et je pense,  Quelque diable aussi me poussant, Je tondis de ce pré la largeur de ma langue. Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net.  Il utilise la 1èrepers ( contrairement au : véritable confession honnête. renard) Il va chercher dans un passé lointain ce quil pourrait se reprocher :  Jai souvenance  Il en recherche les causes :  La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et je pense,  Quelque diable aussi me poussant  Il avoue franchement ce quil considère comme une faute :  Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net.  b - naïf, il avoue une faute qui nen est pas une - Vers 50 :  passant  : il ny a donc pas deffraction, pas de faute ;  un pré de moines  : allusion à la richesse du clergé, ce qui atténue dautant le  vol  de lherbe.. -  la faim  : lâne obéit à un besoin naturel, il agit donc sans aucune méchanceté -  lherbe tendre  : ce nest donc pas un champ cultivé, il ny a pas datteinte au travail de quelquun. Ce nest quun champ naturel -  tondis  : ce nest pas un acte criminel, il ne porte tort à personne, contrairement aux actions du lion  J'ai dévoré force moutons ; ,  Même il m'est arrivé quelquefois de manger / Le berger.  -  la largeur de ma langue : cest-à-dire presque rien compte tenu de la surface dun champ.. Il tente de saccuser, mais il se disculpe sans le vouloir, tellement sa faute est bénigne (au contraire des autres) 4) le loup  Un loup quelque peu clerc (11) prouva par sa harangue Qu'il fallait dévouer ce maudit animal, Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout le mal.  a- violent Il se définit par la violence de son propos : son discours est une  harangue  ; il traite lâne, animal pacifique, de termes injurieux :  ce maudit animal, / Ce pelé, ce galeux  ; il en fait le bouc émissaire  d'où venait tout le mal  b - manipulateur : il sait convaincre lauditoire : il est  quelque peu clerc , cest-à-dire savant ; cest par son discours que le sort de lâne est scellé  prouva par sa harangue 5) les autres animaux :interviennent brièvement : v 48-53 / 55 / 59-62 a – une foule anonyme"on" v 44, 55, 62b – et lâchetermes dépréciatifs : "flatteurs" v 43 comportement :  On n'osa trop approfondir 
II – Un récit construit théâtralement 1 ) le prologue Un mal qui répand la terreur,  Mal que le ciel en sa fureur (1) Inventa pour punir les crimes de la terre, La peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom), Capable d'enrichir en un jour l'Achéron, (2)  Faisait aux animaux la guerre. Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :  On n'en voyait point d'occupés  chercher le soutien d'une mourante vie ; (3)  Nul mets n'excitait leur envie,  Ni loups ni renards n'épiaient  La douce et l'innocente proie;  Les tourterelles se fuyaient :  Plus d'amour, partant (4) plus de joie. 1 – ouverture oratoire, dramatique- répétition du mot "mal" en début des vers 1 et 2 - allitération en "r" : v1 à 7 et "terreur" et fureur" en fin de vers 1 et 2 - "peste" seulement au v 4, et mis en relief au début du vers - champ lexical de la religion mêlé à celui du malheur :  ciel ,  punir ,  crimes ,  fureur  ,  terreur ,  Achéron  ... et  guerre  mis en relief en fin de vers. on a à faire ici avec le Dieu de la colère, qui punit les hommes pour leurs péchés2 – les effets du fléau:  Ils ne mouraient pas tous, mais tous- universalité du malheur : chiasme du vers 7 étaient frappés :  - multiples négations :  On n'en voyait point ,  Nul mets ,  Ni loups ni renards  et lexique de la privation :  Nul mets n'excitait leur envie,  Ni loups ni renards n'épiaient  La douce et l'innocente proie  + négation finale :  Plus d'amour, partant plus de joie.  peste apporte une négation de la vie, tous les instincts sont anéantisla Symboles animaliers la tourterelle symbolise tourterelles se fuyaient  ::  Les lamour, la douceur, la reproduction ;  Ni loups ni renards n'épiaient / La douce et l'innocente proie  : loup et renard, prédateurs, perdent leur instinct de prédation. imparfait duratif : limparfait exprime la durée, cest un tableau dun monde vide et désolé 2 – le procès a – un récit théâtral - ouverture du conseil par le roi - plaidoirie du renard acte 1 - témoignage de l'âne
b – une parodie de procès
c – un récit vif
acte 2 - réquisitoire du loup verdict :  Sa peccadille fut jugée un cas pendable. Manger l'herbe d'autrui ! quel crime abominable !  acte 3le lion : intervention la plus longue : 19 vers ; juge et partie dun procès truqué -- le renard : 9 vers. Discours marqué par la malhonnêteté les victimes du roi devenant des coupables ainsi le berger  Étant de ces gens-là qui sur les animaux  Se font un chimérique empire  - Les autres : ne sexpriment pas au discours direct, ils sont définis par leur pouvoir et leur violence  puissances ,  tous les gens querelleurs  - l'âne : coincé entre le renard et le loup ; 6 vers. Une vraie confession pour un acte anodin - rapidité du jugement :   ces mots on cria haro sur le baudet le coupable est désigné hiatus "on cria haro", assonances "o", "a"violence de la foule  on  intervention du loup : violence injustifiée - une condamnation inique :  Manger l'herbe d'autrui ! quel crime abominable ! - dénouement elliptique et immoral :  Rien que la mort n'était capable D'expier son forfait : on le lui fit bien voir - Alternance de différents discours :  Direct : le lion, le renard, lâne  indirect : le loup  indirect libre :  Manger l'herbe d'autrui ! quel crime abominable !  - diversité des tons selon les personnages : fausse modestie et ton majestueux pour le lion ; rythme vif et hyperboles du discours du renard ; humilité du discours de lâne ; violence des propos du loup - diversité de la longueur des vers : alternance des alexandrins et octosyllabes
3 – la morale deux vers :  Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour (12) vous rendront blanc ou noir  - antithèses : "puissants" / "misérables" ; "blancs "/ "noirs" - formulation rapide et expressive - condamnation des courtisans flatteurs et lâches - condamnation dune justice arbitraire et expéditive - Emploi du pronom  vous  : le lecteur, élargissement une morale pessimiste III - un enseignement pessimiste a) une justice contestable - la morale nie lexistence dune justice égale pour tous. Comme dans Le Loup et lAgneau ,elle est au service du plus fort. Lâne est condamné parce que personne ne prend sa défense, parce quil est faible et honnête. En revanche, ceux qui ont mal agi ne sont pas puni : le lion et tous ceux qui ont un quelconque pouvoir dû à la force : le tigre, l'ours, les autres puissances, les simples mâtins. Comme on les craint, on ne les accuse pas :  On n'osa trop approfondir Du tigre, ni de l'ours, ni des autres puissances  Les moins pardonnables offenses. Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples mâtins  une image de la justice du XVIIe siècle mais aussi une invitation à réfléchir sur la justice daujourdhui.cest b) une mise en cause des relations humaines Les animaux ne sont que le reflets des hommes : - La Fontaine stigmatise la croyance que tout fléau est une punition divine pour les péchés des hommes : le discours du lion reproduit les doutes de lauteur par lutilisation de modalisateurs : Je crois que le Ciel a permis  Pour nos péchés cette infortune ;  Que le plus coupable de nous Se sacrifie aux traits du céleste courroux ; Peut-être il obtiendra la guérison commune. L'histoire nous apprend qu'en de tels accidents (5) On fait de pareils dévouements   cette croyance des hommes est en fait un aveu de leur faiblesse : ne comprenant la raison de ce quils subissent, ils en attribuent la cause à une volonté surnaturelle - la loi du plus fort et la recherche du bouc émissaire : le récit montre bien que les plus forts sortent indemnes dun procès alors quils sont pourtant les coupables. En revanche, linnocent est châtié. Mais cela ne peut se faire sans lassentiment du plus grand nombre qui, lâchement, prend le parti du plus fort. Ceci est souligné à trois reprises dans la fable : -  On n'osa trop approfondir Du tigre, ni de l'ours, ni des autres puissances  Les moins pardonnables offenses.  -   ces mots on cria haro (10) sur le baudet  -  on le lui fit bien voir.  le pronom indéfini  on  montre que la responsabilité individuelle se dilue dans la foule et chacun, pour ne pas sexposer, permet la condamnation de linnocent Conclusion Satire ironique de la cour, la fable donne de celle-ci une image très négative : elle est un lieu où la force prime sur le droit, ou lintérêt des dominants prévaut sur les droits des dominés. Elle est aussi un lieu dapparences et de mensonges, dhypocrisie et de flatteries, un lieu où cest la parole qui est pestiférée et viciée. La peste dont souffrent les animaux nest pas seulement une maladie physique, cest bien davantage une peste morale, qui fausse les valeurs et les jugements, et qui débouche sur des aberrations : au désordre de la nature frappée par la peste, qui voit les tourterelles renoncer à lamour, répond un désordre culturel qui voit les hommes renoncer à la justice et à la raison au nom de leur intérêt immédiat. En moraliste pénétrant, la Fontaine met au jour la mauvaise foi des puissants qui font passer lexercice arbitraire de leur force pour des décisions de justice.