Résumé Mariage de Figaro Acte I Scène 10

-

Documents
3 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

LE MARIAGE DE FIGARO ACTE I SCENE 10 Introduction èreAprès avoir appris dès la 1 scène de la pièce que le Comte Almaviva cherche à séduire Suzanne, la fiancée de Figaro le jour même de ses noces, nous en avons la confirmation à la scène 8 où le Comte apparaît conforme à l’image qui en a été donnée : un séducteur libertin et entreprenant qui délaisse son épouse. Dans la scène 10, Figaro doit forcer la décision du Comte : le laisser épouser Suzanne sans que celui-ci use de son droit du Seigneur, droit qui a déjà été aboli lorsque le Comte a épousé Rosine. Pour cela, il investit la scène d’une foule de vassaux destinés à faire céder le Comte. Une intrigue secondaire se joue également ici : il s’agit d’obtenir du Comte le pardon pour Chérubin, chassé à la suite d’une aventure avec Fanchette. Cette scène montre l’habileté de Figaro à faire céder le Comte. Mais les sous-entendus et les apartés montrent qu’aucun personnage n’est dupe, le Comte est contraint de se laisser enfermer dans un rôle qui n’est pas le sien mais qu’il se doit d’assumer devant les autres. Enfin ce tribunal improvisé annonce une satire politique. AXES DE LA LECTURE METHODIQUE 1. Les armes de Figaro contre le Comte 2. Le Comte, un homme sur la défensive 3. Une satire politique I. Les armes de Figaro contre le Comte A. Sa stratégie Figaro est un simple valet qui ne peut pas lutter à armes égales contre le Comte.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 26 septembre 2013
Nombre de visites sur la page 182
Langue Français
Signaler un problème
LE MARIAGE DE FIGARO ACTE I SCENE 10    Introduction   Après avoir appris dès la 1èrescène de la pièce que le Comte Almaviva cherche à séduire Suzanne, la fiancée de Figaro le jour même de ses noces, nous en avons la confirmation à la scène 8 où le Comte apparaît conforme à l’image qui en a été donnée: un séducteur libertin et entreprenant qui délaisse son épouse. Dans la scène 10, Figaro doit forcer la décision du Comte : le laisser épouser Suzanne sans que celui-ci use de son droit du Seigneur, droit qui a déjà été aboli lorsque le Comte a épousé Rosine. Pour cela, il investit la scène d’une foule de vassaux destinés à faire céder le Comte. Une intrigue secondaire se joue également ici: il s’agit d’obtenir du Comte le pardon pour Chérubin, chassé àla suite d’une aventure avec Fanchette. Cette scène montre l’habileté de Figaro à faire céder le Comte. Mais les sous-entendus et les apartés montrent qu’aucun personnage n’est dupe, le Comte est contraint de se laisser enfermer dans un rôle qui n’est pas le sien mais qu’il se doit d’assumer devant les autres. Enfin ce tribunal improvisé annonce une satire politique.    AXES DE LA LECTURE METHODIQUE 1. Les armes de Figaro contre le Comte 2. Le Comte, un homme sur la défensive 3. Une satire politique     I. Les armes de Figaro contre le Comte  
A. Sa stratégie Figaro est un simple valet qui ne peut pas lutter à armes égales contre le Comte. Il organise alors une vaste mise en scène pour piéger son maître et le forcer à renoncer publiquement à Suzanne. Figaro a en tête de confondre publiquement le Comte, le soir venu, de subornation et de parjure. Pour mieux faireéclater nonla vertu d’un si bon maître, mais sa duplicité, il lui demande d’abord de proclamer publiquement l’abolition du droit du seigneur. Comment pourrait-il refuser, sous les yeux de sa femme et de ses vassaux, de renouveler un engagement qu’il a pris devant elle et par amour pour elle? Ce serait faire entendre à tous qu’il n’en est plus épris et rendre public le peu de cas qu’il fait des contrats. Il se discréditerait comme époux, comme prince et comme magistrat. Cette scène nous montre que Figaro connaît bien les failles de son maître, un personnage autoritaire, libertin, qui veut donner de lui l’image d’un homme juste et honnête devant ses sujets. Toute l’habileté de Figaro va consister à l’obliger à se conformer à l’image publique qu’il veut donner de lui.    B. L’usage de la flatterie Figaro, aidé de Suzanne et de la Comtesse, va renvoyer au Comte le portrait que celui-ci aime donner de lui. Il évoque savertu, sasagesse, il lui donne duMonseigneuret le décrit commeun si bon maître (adv d’intensité). Suzanne vante hypocritement savertu,un éloge que vous méritez si bien alors qu’il vient d’essayer de la séduire scènes 8 et 9. La Comtesse évoquel’amour charmant qu’il avait pour elle ; elle laisse voir son désenchantement en utilisant le passé. Les conspirateurs donnent donc du Comte l’image d’un maître idéal. Mais en négatif le Comte est présenté comme menteur, volage, tyrannique.