Résumé Une Vie de Maupassant
8 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Résumé Une Vie de Maupassant

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
8 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

UNE VIE DE GUY DE MAUPASSANT UNE VIE: MAUPASSANT Chapitre 1 : ligne 1 100 L'incipit doit nous livrer des indications de temps, sur l'espace et un minimum d'informations sur l'action. L'incipit commence en général par une description. Dans l'incipit d'Une Vie, il y a peu de description (elle est épisodique, par touche). La technique de Maupassant est de faire une description fondue au reste du texte. Il y a focalisation immédiate sur Jeanne. Nous avons un début In Médias Res (tout de suite dans la vie du personnage). Il y a une espèce de va et vient entre passé-présent-futur d'un paragraphe à l'autre. Introduction: Nous sommes ici dans l'incipit du roman Une vie de Maupassant. L'incipit va nous présenter le cadre, le personnage et l'action du roman. L'incipit obéi et toutefois il a une originalité qui réside dans son organisation interne que nous décrirons en détail et dans sa richesse évocative liée à la focalisation interne. Dans un premier temps nous examinerons la présentation du cadre spatio-temporelle et atmosphérique (ambiance couleur). Cadre Spatial : La scène se passe à Rouen. C'est une scène d'intérieur(maison ou appartement) dans la chambre de Jeanne. La pluie la bloque à l'intérieur. Evocation du couvent enfermement. Mouvement d'une porte à l'autre(de case à case).

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 27 septembre 2013
Nombre de lectures 5 053
Langue Français

Extrait

UNE VIE DE GUY DE MAUPASSANT


UNE VIE: MAUPASSANT

Chapitre 1 : ligne 1 100

L'incipit doit nous livrer des indications de temps, sur l'espace et un minimum d'informations
sur l'action. L'incipit commence en général par une description.
Dans l'incipit d'Une Vie, il y a peu de description (elle est épisodique, par touche). La
technique de Maupassant est de faire une description fondue au reste du texte. Il y a
focalisation immédiate sur Jeanne. Nous avons un début In Médias Res (tout de suite dans la
vie du personnage). Il y a une espèce de va et vient entre passé-présent-futur d'un paragraphe
à l'autre.


Introduction:

Nous sommes ici dans l'incipit du roman Une vie de Maupassant. L'incipit va nous présenter
le cadre, le personnage et l'action du roman. L'incipit obéi et toutefois il a une originalité qui
réside dans son organisation interne que nous décrirons en détail et dans sa richesse évocative
liée à la focalisation interne. Dans un premier temps nous examinerons la présentation du
cadre spatio-temporelle et atmosphérique (ambiance couleur).

Cadre Spatial :

La scène se passe à Rouen. C'est une scène d'intérieur(maison ou appartement) dans la
chambre de Jeanne. La pluie la bloque à l'intérieur. Evocation du couvent enfermement.
Mouvement d'une porte à l'autre(de case à case). Le texte insiste sur les limites de
l'enfermement(les murs, les carreaux, les toits, la ville, ciel bas, couvent " Elle sortait du
couvent, enfermée, cloîtrée"). A la ligne 90 Rouen est évoqué comme un lieu d'enfermement.
Les lieux d'enfermement du texte sont : Rouen, Couvent, Paris. Jeanne attache une affection
au lieu et la ville est pour elle un enfermement. Yport et les Peuples campagne Liberté.
Connotations de la liberté : "falaise", "liberté", "près d'Yport". Le sentiment de l'espace est lié
à la vision("Jeanne à la fenêtre").

Cadre Temporel :

Le cadre temporel est joué par un calendrier(l-20-22) la date y est précise. L'auteur parsème
des indices. C'est souvent dans le dernier chapitre que ces indices reviennent. Le calendrier
symbolise en quelque sorte la vie de Jeanne. Valeur symbolique du matin : début de la vie,
thématise le début du roman.

L'élément atmosphérique :

La pluie  "dissolution du sucre", "la délayant en bouillie".
Les choses se défont sous la pluie. Il y a une menace (connotations négatives).
Il y a également une idée de chaleur "suée", "fonte" liée à l'humidité donc il y a
étouffement.
D'autant plus que la pluie l'empêche de partie(sortir). "Mais la pluie ne cessait pas".
L'ensemble du texte est associé au regard de Jeanne. ("Elle s'approcha de la fenêtre,
interrogeait l'horizon"). La dernière phrase du texte renvoie au début du texte. "Et la pluie…".
La pluie est associée au chagrin. "Le premier chagrin", signifie qu'il y en aura d'autre. Début
en demi-teinte. Beaucoup de menaces.

Sélection signifiante des personnages :

On parle peu de la mère. On entre dans le texte par le mot "Jeanne" ce qui présuppose du
lecteur qu'il connaît déjà l'héroïne. On la connaît avant le début du roman. Manière de
raccrocher ce roman à la vie. Premièrement Jeanne nous paraît connue, deuxièmement nous
avons la vision des choses de Jeanne ensuite on nous présente son histoire(l-11-15) sa
situation présente (l-53) et présentation physique.
On passe de la présentation de la fille à celle du père puis retour sur la fille.
Jeanne est un personnage pastel, peu colorée. Elle est transparente comme si elle était dans
son corps sans l'âme. Ses yeux sont bleus opaques. Ils se confondent avec le paysage.
Elle est bien en chair et ondoyante. Il y a une pulsion de vie en Jeanne. "Espoir radieux, pleine
de sève, d'appétit de bonheur". Contradiction dans ce personnage.





Présentation du père : personnage bon mais étouffant. Idées venues de Rousseau. Insistance
sur le nom de baron et sur le titre. (Ils évoquent le titre de Lord de Maupassant). Aristocratie
qui connote la restauration. Il est le disciple de J.J.Rousseau et de la philosophie des lumières
et aristocrate de naissance. On pourrait dire qu'il est une figure emblématique de l'aristocratie
de Province. Tendance fanatiquement religieuse mais il est non croyant. Il y a une
contradiction. En outre ; il faut parler de sa bonté qui est une faiblesse et une force. C'est
presque un vice. Sa bonté est un manque par quelque chose. C'est un homme de théorie, c'est
à dire, que la représentation de l'éducation(par Rousseau) il faut isoler les enfants et il faut
qu'ils soient ignorés et ignorants. Par conséquent, la vision de la vie est déformée par
Rousseau et par son goût de la littérature pastorale(poésie). Il y a chez lui une grande naïveté
de la vie qui va être la cause des déceptions de Jeanne. Il semble soumit aux décisions de sa
femme.

Nous savons peu de choses sur la mère. On la trouve évoquée par ses pleurs(l-44)  scène
revécut par Jeanne et son fils. Elle est nommée par son titre qui crée une distance(petite mère
par Jeanne et Adélaide par le baron). Le personnage reste à l'arrière plan. Il faut remarquer
que la baronne va prendre + d'importance au fur et à mesure du texte(la trahison de sa mère va
achever Jeanne).

Nous avons donc une présentation du cadre extrêmement originale en ce sens qu'elle
sélectionne les personnages mettant à égalité le baron et Jeanne et la mère dans l'ombre. Cette
présentation est originale dans sa forme, sa composition, et dans l'ordre de la narration.
La première originalité se trouve dans les paragraphes qui sont très courts. La majeure partie
du temps, l'enchaînement entre le paragraphe est thématique : Jeanne, baron.
Jeanne: La succession des paragraphes se fait par la reprise (liaison)anaphorique(reprise d'un
terme).
Baron: 1 er paragraphe : le baron Simon Jacques : nomination. 2 eme " " : il 3 eme " " : Sa force
4 e " : Homme
5 eme " " : Elle  
6 e " : Il
Fin du passage du baron pour passer à Jeanne ensuite au baron puis à Jeanne.
Au milieu de la présentation du baron, implication de Jeanne puis dans la présentation de
Jeanne, implication du baron.
Il y a des ruptures thématiques :
1ere: 2eme paragraphe "l'averse
2eme:dernier paragraphe "Et la pluie"
Ca permet de fermer la présentation.
Le "et" de la l-100 montre le caractère continuel et incessant de la pluie.

Ordre de la narration : discours racontant ne suit pas l'ordre du récit.



Ordre du récit : histoire racontée dans l'ordre.


Analepse: retour en arrière
Prolepse: annonce de ce qui se passera dans le futur.


Va et vient incessant entre le passé et le présent. Grand décalage avec le jour de l'action et le
passé de Jeanne quand elle était enfant.
Léger décalage entre le jour de l'action et la veille de ce jour. (l-2-8) (l-8) (l-23-24)
Le véritable récit commence avec le Passé-Simple (l-17). Arrière plan de la ligne 1 17.Une
succession de verbes au PS arrêt, Analepse. Description l-50 puis nouvelle action ligne 74
Imparfait: description
PQP: Analepse
"Maintenant" l-53 marque le présent de l'action. Ce passage montre un futur.

Transition:

L'ordre de la narration qui navigue sans arrêt entre présent, passé et futur signifie à la fois la
nécessité de revenir en arrière pour expliquer ; et la tendance à la prolepse s'explique par le
fait qu'on est en début de roman. On peut considérer que cet ordre de la narration est redoublé
symboliquement par une annonce de thème qui en souligne les effets

Comme une symphonie, le narrateur annonce les thèmes qui vont être orchestrés.
er1 thème : Thème de la pluie liée à l'angoisse.
Indice entre

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents