Utiliser les vitraux de Chagall pour illustrer un cours sur les ...

Utiliser les vitraux de Chagall pour illustrer un cours sur les ...

-

Documents
24 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • cours - matière potentielle : sur les bénédictions données aux tribus d' israël
  • fiche de lecture - matière potentielle : a
Ce document est publié sur TZOHAR, site de Recherche et de documentation de l'Institut André et Rina NEHER, pour sa capacité, dans un cadre de réflexion ouvert, à alimenter le débat et la réflexion. Les opinions émises par les auteurs n'engagent qu'eux-mêmes et ne sauraient en aucun cas être considérées comme reflétant les positions de l'Institut André et Rina NEHER. 1 Utiliser les vitraux de Chagall pour illustrer un cours sur les bénédictions données aux tribus d'Israël _______________________________
  • contenu de la bénédiction
  • tribus contenu de la bénédiction eléments de comparaison contenu de la bénédiction eléments de comparaison ףסוי
  • ʸʥʠʤ ʺʠ
  • histoire de la peinture
  • bénédictions
  • bénédiction
  • comparaison
  • comparaisons
  • tribu
  • tribus
  • créations artistiques
  • création artistique
  • textes bibliques
  • texte biblique
  • œuvre d'art
  • œuvre de l'art

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 93
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

ה''ב




Utiliser les vitraux de Chagall
pour illustrer un cours sur les
bénédictions données aux tribus
d’Israël
___________________________________________________________________________________
Penina MELLOUL (Directrice de programme à l’IARN)
Shaked ADIV (Professeur d’arts plastiques)


Introduction :
1
Une œuvre d’art est souvent une image qui est un moyen de communication. Elle délivre un
message qu’il faut décoder avec des règles propres à chaque époque de l’histoire. La
lecture et l’analyse de l’œuvre permettent de comprendre la façon de penser et de voir le
monde d’un artiste, d’une période ou d’une société.
Une peinture ou une sculpture peuvent se regarder de manière naïve mais elles gagnent à
être déchiffrées, décryptées à l’égal d’un texte littéraire. Connaître les textes qui les ont
inspirées, comprendre les codes esthétiques auxquels elles ont obéi, permet d’en apprécier
toute la richesse. Cette démarche d’apprentissage du Tanakh qui passe de l’image au texte
et du texte à l’image a une visée résolument pédagogique.
Notre démarche s’appuie sur une pratique d’ouverture des disciplines à la création
artistique, la sensibilisation à l’art, ancien ou moderne, incombant de plus en plus, selon les
instructions officielles, à l’ensemble des disciplines, à des titres divers.
Les productions artistiques dans toute leur diversité que ce soit la littérature, les arts
plastiques ou les arts du livre sont les productions symboliques d’une époque, qui expriment
ainsi ses valeurs, ses interrogations et ses représentations.
Nous travaillons ici dans une perspective d’interdisciplinarité, même si les démarches et
méthodes restent valables pour une action menée dans un cadre plus strictement
disciplinaire.
L’histoire de l’art s’est constituée comme discipline autonome : elle a ses méthodes
d’analyse propres, souvent très spécialisées (vérifier une attribution, une datation, ou
Ce document est publié sur TZOHAR, site de Recherche et de documentation de l’Institut André et Rina NEHER, pour sa capacité, dans un cadre de
réflexion ouvert, à alimenter le débat et la réflexion. Les opinions émises par les auteurs n’engagent qu’eux-mêmes et ne sauraient en aucun cas être
considérées comme reflétant les positions de l’Institut André et Rina NEHER.


encore étudier la genèse d’une œuvre à travers diverses esquisses, ou diverses influences ;
elle peut encore envisager des approches transversales : l’étude d’un thème, d’un motif,
d’un genre.
Nous ne retiendrons de tout cela que ce qui permet de rattacher l’étude de l’œuvre à des
objectifs disciplinaires relatifs à l’apprentissage du Mikra. L’approche par les arts visuels du
texte biblique gagnera à vérifier sur des œuvres plastiques l’expression de valeurs ou de
sentiments mis à jour dans les textes.
1 2 L’utilisation des vitraux de Chagall

La réflexion sur les méthodes et l’aspect pédagogique est évidemment fondamentale. Notre
choix a porté sur l’étude approfondie d’œuvres d’un seul artiste pour un thème donné : les
bénédictions des 12 tribus vues par CHAGALL.
Outre la dimension interdisciplinaire que procure l’exploitation des arts visuels, le professeur
de kodesh se doit de mobiliser tous les moyens pédagogiques pouvant susciter l’intérêt des
élèves (inondés par un monde de l’image) et leur faire aimer la Torah.
Le Rav Kook zal accordait une grande valeur à la création artistique. Chaque artiste peut
en effet exprimer de façon personnelle une valeur ou une thématique biblique à la manière
des différentes lectures du texte fournies par les exégètes.

Observer une œuvre d’art peut entraîner un sentiment d’identification, un rapprochement
avec le récit biblique et un renforcement de la foi. Telles sont les considérations du Rav 2
KOOK sur l’utilisation des œuvres d’art rapportées dans son livre שדוקה תורוא .

ןמ תינחורה ותבונת תא איצוי , ול הארמ ותמשנש המ תמאב דחא לכ ול רייצי"
א"ח( " וצבקתי רוא תוקובא , הלאכ תוצוצינמו . המרמ יתפש אלב לעופה לא חכה
.)הסק 'מע ,
האב איה רויצה ילודגבו . הלש ימצע קמועב המשנה תא םיריכמ הריציה ימכח"
.)זפק 'מע ,היארה ידעומ( םהירויצ ירפמ יולגה לא תואצוי תוראה .האלפנ הגרדמל

La bible a toujours été une source d’inspiration pour les artistes tant dans le domaine de la
poésie, de la littérature, de la chanson que dans celui des arts visuels.
Remarquons qu’en hébreu l’art תו נמא et foi ה נו מא ont la même racine. La foi se reflète
dans l’œuvre d’art qui n’est que l’expression des forces intérieures et de la créativité de
l’homme.

Un autre passage du Rav Kook dans son livre תורואה לבוי pourrait nous encourager
accorder une place importante à l’apport des arts visuels dans l’étude du Tanakh voyant en
l’artiste un partenaire de D. dans le processus de création de l’œuvre.

רואה תאירב לע ל"זח רמאמ יל וריכזה ןה טדנרבמר לש תונומתה תא הנושארל יתיארשכ"
דע םלוע ףוסמ תוארל היה רשפאש ריאמו קזח ךכ לכ היה אוה רואה תא ה"בקה ארבשכ .

1 Travail inspiré du commentaire de Miriam FREUND (Vice présidente honoraire de Hadassa et directrice de l’exposition
CHAGALL

Ce document est publié sur TZOHAR, site de Recherche et de documentation de l’Institut André et Rina NEHER, pour sa capacité, dans un cadre de
réflexion ouvert, à alimenter le débat et la réflexion. Les opinions émises par les auteurs n’engagent qu’eux-mêmes et ne sauraient en aucun cas être
considérées comme reflétant les positions de l’Institut André et Rina NEHER.


םיקידצל אוהה רואה תא זנג אוה ?השע המ . וב ושמתשי םיעשרהש דחפ 'הו . ופוס
. זונגה רואה תייארב םתוא ךרבמ 'הש םילוגד םישנא םנשי םעפ ידימ לבא . אובל דיתעל
תישארב ימיב 'ה ארבש רואה אוה ויתונומתבש רואהו טדנרבמר היה םהמ דחאש רובס ינא
)168 'מע ( "
« Quand pour la première fois j’ai vu les œuvres de Rembrandt, elles m’ont rappelé un
enseignement de nos Sages concernant la création de la lumière. Lorsque D. créa la lumière, celle –
ci était tellement forte et lumineuse qu’il était possible de voir le monde d’un bout à l’autre. D.
craignait que les mécréants en fassent un usage néfaste. Que fit –il ? Il cacha cette lumière pour les
Tsadikim pour le monde futur. Mais quelquefois, il existe des hommes d’exception dont D. dota de la
capacité de voir cette lumière caché- Je pense que Rembrandt est l’un d’eux et la lumière dans ses
œuvres est celle que D. créa dans la Genèse.


Proposition d’un plan de cours :

4 séances, pour des classes du secondaire


ère1 séquence : Donner aux élèves les 2 textes de références bibliques relatifs au
thème des « bénédictions aux 12 tribus » en hébreu et en français (cf Annexe 1).

Sous la forme d’un tableau à double entrée (annexe 2), inviter les élèves à relever à partir
des 2 textes poétiques le contenu explicite de la bénédiction de chacune des tribus et les
images symboliques, les comparaisons, attribuées à chaque enfant soit par Yaacov dans
Beréshith soit par Moché dans Devarim (eau, animaux …..) 3

ème2 séquence. En se basant sur la méthodologie de lecture d’une œuvre d’art (annexe 3)
comparer les informations du texte à celles fournies par les vitraux

ème3 séquence : Analyse, interprétation et commentaires
Exégèse biblique (annexe 4). Donner les explications de Rachi et d’Abrabanel en Hébreu
et en français en posant les questions qui devront déboucher sur les messages implicites.

ème4 séquence : Interprétation des vitraux et conclusion

Chagall a été guidé dans le choix des couleurs par le passage de Chemot dans lequel
Moché donne ses instructions relatives à la confection du Pectoral du Cohen Gadol.
Exécutée en rouges, bleus, jaunes et verts éclatants, l’iconographie inclut des animaux, des
fleurs, et des arbres, mais pas une seule figure humaine à cause de l’interdiction faite par la
Torah de représenter l’homme.

Chagall n’a pas cherché à illustrer à la lettre le texte biblique, mais à le représenter par des
symboles qu’il puisait dans ses souvenirs d’enfance : la Torah, le Maguen David, le
chandelier à 7 branches, les lettres hébraïques.
A mesure que se dégageaient les grandes lignes, le symbolisme apparent d’une certaine
section devenait pure fantaisie dans une autre.
Le symbolisme des vitraux est extrêmement souple et laisse à chacun le soin d’interpréter,
de projeter dans cette œuvre lumineuse sa propre interprétation poétique et de découvrir
que ces vitraux, dans leur allégresse, sont un mélange de profond respect et d’humour
malicieux.
Ce document est publié sur TZOHAR, site de Recherche et de documentation de l’Institut André et Rina NEHER, pour sa capacité, dans un cadre de
réflexion ouvert, à alimenter le débat et la réflexion. Les opinions émises par les auteurs n’engagent qu’eux-mêmes et ne sauraient en aucun cas être
considérées comme reflétant les positions de l’Institut André et Rina NEHER.




ANNEXES 4
Ce document est publié sur TZOHAR, site de Recherche et de documentation de l’Institut André et Rina NEHER, pour sa capacité, dans un cadre de
réflexion ouvert, à alimenter le débat et la réflexion. Les opinions émises par les auteurs n’engagent qu’eux-mêmes et ne sauraient en aucun cas être
considérées comme reflétant les positions de l’Institut André et Rina NEHER.


ANNEXE 2 : FICHE DE LECTURE

A partir de la lecture des 2 textes bibliques compléter le tableau suivant en y
inscrivant pour chacune des tribus
1. le contenu de la bénédiction
2. Les éléments de comparaison attribués à chacune des tribus
טמ קרפ תישארב גל קרפ םירבד
Bénédictions de Yaacov aux Bénédictions de Moché aux 12
12 tribus tribus
Contenu de la Eléments de Contenu de la Eléments de
bénédiction comparaison bénédiction comparaison
ןבואר

ןועמש


יול


5 הדוהי


ןד


ילתפנ


דג


רשא


Ce document est publié sur TZOHAR, site de Recherche et de documentation de l’Institut André et Rina NEHER, pour sa capacité, dans un cadre de
réflexion ouvert, à alimenter le débat et la réflexion. Les opinions émises par les auteurs n’engagent qu’eux-mêmes et ne sauraient en aucun cas être
considérées comme reflétant les positions de l’Institut André et Rina NEHER.



טמ קרפ תישארב גל קרפ םירבד
Bénédictions de Yaacov aux Bénédictions de Moché aux 12
12 tribus tribus
Contenu de la Eléments de Contenu de la Eléments de
bénédiction comparaison bénédiction comparaison
ףסוי



ןימינב


6
Ce document est publié sur TZOHAR, site de Recherche et de documentation de l’Institut André et Rina NEHER, pour sa capacité, dans un cadre de
réflexion ouvert, à alimenter le débat et la réflexion. Les opinions émises par les auteurs n’engagent qu’eux-mêmes et ne sauraient en aucun cas être
considérées comme reflétant les positions de l’Institut André et Rina NEHER.


ANNEXE 3 : METHODOLOGIE DE LECTURE D’UNE
ŒUVRE D’ART
- Face à une œuvre d’art (souvent une reproduction de l’œuvre !) il faut posséder un certain
nombre d’informations et procéder à une lecture descriptive et interrogative ou interprétative.

La méthode la plus simple (et la plus classique) consiste à :

1. Présenter l’œuvre et son auteur
2. Décrire l’œuvre
3. Interpréter l’œuvre et lui donner du sens (en soulignant son intérêt historique)
4. Élargir le sujet en l’inscrivant dans un contexte historique et culturel et en faisant
référence à d’autres modèles, d’autres œuvres, d’autres démarches.

1. Présenter l’œuvre et son auteur :

• L’auteur : nom et prénom date et lieu de naissance et de mort
• Le titre
• La date
• Les dimensions (préciser s’il s’agit d’un extrait)
• La localisation (musée ou collection)
• Le lieu représenté si c’est possible
• La technique et les matériaux, le support : peinture ou sculpture. (Ex : huile sur toile)
• Le genre auquel elle appartient : peinture d’histoire (avec comme sujets la mythologie, la
7 religion, les scènes de bataille, les événements historiques), portrait/autoportrait (des
monarques à des personnes célèbres en passant par de simples modèles anonymes),
paysage, nature morte, scènes de genre (scènes d’intérieur telles que les repas ou scènes de
rue)
• Provenance et histoire de la peinture : date et circonstances de la commande et de
l'exécution, histoire, origine.

2. Décrire l’œuvre :

- Cette lecture descriptive ou dénotative renseigne sur ce qui est visible. Le plus simple est
de procéder par plan ou en divisant le tableau en droite ou gauche, haut et bas. Il faut énoncer
les éléments qui composent la scène et désigner les personnages ou les objets. Dans le cas
d’une œuvre abstraite, on insistera plus sur le dessin ou la couleur.
- Dans le cas d’une peinture, d’un dessin, il est utile d’évoquer la lumière (directe ou indirecte,
naturelle ou artificielle), la couleur (dominantes chaudes ou froides, complémentaires,
dégradées), le choix de la gamme colorée : tons froids (violet, indigo, bleu) ou chauds (jaune,
orangé, rouge), camaïeux, tons purs, couleurs claires ou assombries), les touches de
pinceau, les ombres portées.

- Le cadrage ou la composition de l’œuvre sont intéressants et il faut les signaler afin de
simplifier la description. Il peut y avoir équilibre ou symétrie. Un contraste entre les objets ou
les formes peut rendre la composition intéressante originale. On peut dégager des lignes de
force qui composent l’image. On peut même aboutir au calque à l’émergence de lignes droites
ou courbes qui régissent la composition (triangle ou carré, spirale, ligne d’horizon…)
- Le point d’observation est parfois à signaler (plongée ou contre-plongée)
- Certains éléments du tableau peuvent sortir du cadre.
Ce document est publié sur TZOHAR, site de Recherche et de documentation de l’Institut André et Rina NEHER, pour sa capacité, dans un cadre de
réflexion ouvert, à alimenter le débat et la réflexion. Les opinions émises par les auteurs n’engagent qu’eux-mêmes et ne sauraient en aucun cas être
considérées comme reflétant les positions de l’Institut André et Rina NEHER.



3. Interpréter l’œuvre et lui donner du sens :

- Une œuvre est choisie pour illustrer une période, un mouvement, susciter une réflexion sur
une certaine vision du monde ou de la société. Cette lecture interprétative (ou connotative)
permet d’aller au-delà de la simple description précédente et de comprendre ce que l’artiste a
voulu exprimer et comment nous le recevons (en sachant que le spectateur ou commanditaire
d’hier ne réagissait pas de la même façon qu’un visiteur contemporain dans un musée). Il est
donc important de connaître le contexte historique et social ou culturel dans lequel l’œuvre est
créée.
- Un artiste peut utiliser des symboles qu’il faut interpréter.

4. Élargir le sujet en l’inscrivant dans un contexte historique et culturel :

- Une œuvre et la carrière d’un artiste ne sont pas isolées dans le temps ( XX° s) ou dans
l’espace (Jérusalem). Les étapes précédentes nous conduisent vers une école, un style de
peinture, ou de sculpture. Il faut faire référence à d’autres œuvres du même artiste (avant ou
après) ou d’un autre artiste de la Bible (Rembrandt Abel Pan…).
- Parfois une œuvre fait référence à un autre modèle, à un héritage, une tradition.



8
Ce document est publié sur TZOHAR, site de Recherche et de documentation de l’Institut André et Rina NEHER, pour sa capacité, dans un cadre de
réflexion ouvert, à alimenter le débat et la réflexion. Les opinions émises par les auteurs n’engagent qu’eux-mêmes et ne sauraient en aucun cas être
considérées comme reflétant les positions de l’Institut André et Rina NEHER.








ANNEXE 4 :
LES VITRAUX
9
Ce document est publié sur TZOHAR, site de Recherche et de documentation de l’Institut André et Rina NEHER, pour sa capacité, dans un cadre de
réflexion ouvert, à alimenter le débat et la réflexion. Les opinions émises par les auteurs n’engagent qu’eux-mêmes et ne sauraient en aucun cas être
considérées comme reflétant les positions de l’Institut André et Rina NEHER.


REOUVEN

DEVARIM Chapitre 33 BERECHIT Chapitre 49
6
3Que Reouven vive et soit immortel; que Reouven! Tu fus mon premier-né, mon orgueil et les
sa population soit prémices de ma vigueur: le premier en dignité, le premier
7 4innombrable! en puissance. Impétueux comme l'onde, tu as perdu ta
noblesse! Car tu as attenté au lit paternel, tu as flétri
l'honneur de ma couche.
REOUVEN : la couleur dominante du
vitrail est le bleu (….impétueux comme
les eaux…) Le poisson y symbolise la
fécondité. Dans le bas à droite, se trouve
une mandragore, la fleur que Reouven
avait apportée à sa mère. Comme le
cantique de Dévorah se réfère à la tribu
en termes champêtres (Juges 5 ; 5- 16),
on peut voir au dessus de la mandragore,
un mouton en train de paître sur des
pentes verdoyantes. Au dessus de la mer
bleue s’étend le ciel bleu agrémenté de
soleil et d’oiseaux. Les serres des aigles
pourraient être le symbole de la force de 10 Reouven.


Ce document est publié sur TZOHAR, site de Recherche et de documentation de l’Institut André et Rina NEHER, pour sa capacité, dans un cadre de réflexion
ouvert, à alimenter le débat et la réflexion. Les opinions émises par les auteurs n’engagent qu’eux-mêmes et ne sauraient en aucun cas être considérées comme
reflétant les positions de l’Institut André et Rina NEHER.



Analyse vitrail Références