Quoi monsieur lui dit elle enfin vous savez Ie latin

Quoi monsieur lui dit elle enfin vous savez Ie latin

Documents
3 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

I 106 - Quoi, monsieur, lui dit-elle enfin, vous savez Ie latin ? Ce mot de monsieur etonna si fort Julien qu'il reflechit un instant. - Qui, madame, dit-il timidement. . Madame de Renal etait si heureuse, qu'elle osa dire a Julien: - Vous ne gronderez pas trop ces pauvres enfants? - Moi, les gronder, dit Julien etonne, et pour- quoi? - N'est-ce pas, monsieur, ajouta-t-elle apres un petit silence et d'une voix dont chaque instant augmentait l'emotion, vous serez bon pour eux, vous me Ie pramettez ? S'entendre appeler de nouveau monsieur, bien serieusement, et par une dame si bien vetue etait au-dessus de toutes les previsions de Julien: dans tous les chateaux en Espagne de sa jeu- nesse, il sJetait dit qu'aucune dame comme il faut ne daignerait lui parler que quand il aurait un bel uniforme. Madame de Renal de son cote etait completement trompee par la beaute du teint, les grands yeux noirs de Julien et ses jolis cheveux qui frisaient plus qu'a l'ordinaire parce que pour se rafrafchir il venait de plonger Ia tete dans Ie bassin de Ia fontaine publique. A sa grande joie elle trouvait l'air timide d'une jeune fille a ce fatal precepteur, dont elle avait tant redoute pour sesenfants Ia durete et Ie ton rebarbatif.

  • ia tete dans ie bassin de ia fontaine publique

  • beaute feminine

  • mouvement de tris- tesse

  • etait

  • redoute pour sesenfants ia

  • julien


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 16
Langue Français
Signaler un problème
I
106
-
Quoi, monsieur, lui dit-elle enfin
,
vous savez
Ie latin ?
Ce mot de monsieur etonna si fort Julien qu'il
reflechit un instant.
-
Qui, madame
,
dit-il timidement.
.
Madame de Renal etait si heureuse, qu'elle osa
dire a Julien:
- Vous ne gronderez pa
s
trop ces pauvres
enfants?
- Moi, les gronder, dit Julien etonne, et pour-
quoi?
- N
'
est-ce pas, monsieur, ajouta-t-elle apr
e
s
un petit silence et d'une voix dont chaque inst
a
nt
augmentait l'emotion, vous serez bon pour eux,
vous me Ie pramettez ?
S'entendre appeler de nouveau monsieur, bien
serieusement, et par une dame si bien vetue et
a
it
au-dessus de toutes les previsions de Julien:
dans tous les chateaux en Espagne de sa jeu-
nesse, il s
J
etait dit qu'aucune dame comme il faut
ne daignerait lui parler que quand il aurait un
bel uniforme. Madame de Renal de son cote etait
completement trompee par la beaute du teint, les
grands yeux noirs de Julien
e
t ses jolis ch
e
veux
qui frisaient plus qu'a l
'
ordinaire parce que pour
se raf
r
afchir il venait de plonger Ia tete dans I
e
bassin de Ia fontaine publique.
A
sa grande joi
e
elle trouvait l'air timide d'une jeune fill
e
a ce
fatal precepteur, dont elle avait tant redout
e
pour
sesenfants
Ia durete et Ie ton rebarbatif. Pour
l'ame si paisible de madame de Renal, Ie contraste
de ses craintes et de ce qu'elle voyait fut un grand
evenement. Enfin, elle revint de sa surprise
.
Elle
fut etonnee de se trouver ainsi a la porte de sa
maison avec ce jeune homme presque en chemis
e
et si pres de lui
.
- Entrans, monsieur, Iui dit-elle d'un air assez
embarrasse ; de sa vie, une sensation purement
agreable n'avait aussi profondement
emu ma-
dame de Renal;
jamais une apparition
aus
s
i
graci
e
use n'avait
s
uccede a des craintes plus in-
quietantes
.
A
i
nsi ses jolis en
f
ants
,
si soignes par
elle, ne tomberaient pas dans les mains d
'
un pre-
tre sale et grognon.
A
p
e
ine entr
e
e sous Ie vesti-
bule, elle se retourna vers Julien qui la suivait
timid
e
ment. Son air
~
tonne
,
a l'aspect d'une mai-
son si belle
,
etait une
g
race de plus aux yeux de
madame de Renal. Elle n
e
pouvait en croire ses
y
eux; il lui semblait surtout que Ie pre
ce
pteur
devait avoir un habitn
o
ir.
- Mais e
s
t-il vrai
,
monsieur, lui dit-elle
, e
n
s
'ar-
retant encore
,
et craignant mortellement de
se
tromper, tant
sa
croyance la rendait heur
e
us
e
,
vous savez Ie latin?
Ces mots choqu
e
rent l
'
or-
gueil d
e
Julien et dissipe
r
ent Ie
c
harme dan
s
lequel il vi
va
i
t
depuis un quart d'heure.
-
Oui, mad
a
me,lui
dit-il, en che
r
chant
a
prendr
e
un air
f
roid, j
e
s
a
is I
e
latin
a
ussi bi
e
n
que M
.
Ie cure et mem
e
qu
e
lquefoi
s
il a la bonte
de dire mi
e
ux que lui.
Madame de Renal trouv
a
qu
e
Julien
a
vait l
'
air
fort m
e
chant
;
il s
'e
tait arr
e
te
a
deu
x
pas d'elle.
Ell
e
s'approch
a
et lui dit a mi-voix :
- N'est-ce pa
s
, le
s
p
re
mi
e
rs jours, vous n
e
don
-
ne
r
ez pas Ie fouet
a
mes enfant
s
, m
e
m
e
quand ils
ne
s
aur
ai
ent p
a
s leurs l
e
<;
:
on
s
?
Ce ton si doux
e
t presque suppliant d'une si
belle d
a
me fit tout a coup oubli
e
r a Juli
e
n c
e
qu
'
il
devait
a
sa reputation de l
a
tiniste. La
f
igure d
e
madame de Renal
e
tai
t
pre
s
de la sienne, il sentit
Ie p
a
rfum des vetements d'et
e
d'une femme
,
cho
se
s
i
e
tonn
a
nt
e
p
o
ur un p
a
u
v
r
e
pa
ys
an. Julien
r
ou
g
it
extremement et dit avec un soupir
,
et d'une voi
x
d
e
faillante :
- Ne craignez rien, madame
,
je vou
s
obeir
a
i
en tout.
Ce fut en ce mom
e
nt seulement, quand
s
on
inquietude pour ses enfants fut tout a fait dis-
sipee
,
que madame de Renal fut frapp
e
e de l
'
ex-
treme
beaute
de Julien.
La fo
r
me
p
r
e
s
que
feminin
e
de s
e
s tr
a
its, et son air d'embar
r
a
s
, ne
semblerent point ridicules a une femme extre-
mement tim
i
de elle-meme. L
'
air male que l
'o
n
trouve communement nec
e
ssaire a la beaute d'un
homme lui eut fait peur.
-
Quel age avez-vous, monsi
e
ur?
dit
-
ell
e a
Julien.
~ BientOt dix-neuf ans.
- Mon
f
ils ain
e
a onze ans, reprit m
a
d
a
me de
R
e
nal tout a fait ras
s
uree, ce s
e
r
a
p
r
esque un
camarade pou
r
vous
,
vous lui parle
re
z
ra
ison.
Vn
e
foi
s
son p
e
re
a
voulu Ie battre ; l'
e
nfant a
e
te
malade pendant toute une sem
a
ine, et
c
epend
a
nt
c'etait un bien petit coup. Quelle diffe
re
nc
e
a
ve
c
moi, pensa Julien. Hier enco
r
e, mon p
e
r
e
m'a
battu. Qu
e
ces gen
s
riches
s
ont h
e
ureux
!
Mad
a
me de Renal en
e
tait dej
a a
sai
s
ir l
es
moindres nuances de ce qui se pas
sa
it dan
s
l'ame
du precepteur;
elle prit
c
e mouv
e
m
e
nt d
e
t
r
i
s
-
tesse pour de la timidite, et voulut l
'
encou
r
ag
er
.
- Quel
e
st votr
e
n
o
m
,
mon
s
ieu
r,
lui dit-ell
e,
avec un accent et une gr
a
ce dont
.
Julien
s
entit
tout Ie charme, sans pouvoir s
'
en r
e
ndr
e
compt
e
.
On m
'
appelle Julien Sorel
,
madame; je tr
e
mble
en
e
ntrant pou
r
l
a
premiere f
o
is d
e
m
a
vi
e
d
a
n
s
un
e
m
a
ison et
r
ange
re
, j
'a
i be
so
in de v
o
t
re
prote
c-
ti
o
n
e
t qu
e vo
u
s
m
e
p
ar
donni
ez
bien d
es
cha
ses
les pr
e
mie
rs
jours. J
e
n
'
ai j
ama
i
s
et
e a
u coll
ege,
j'
eta
i
s t
rap p
a
u
vr
e ; j
e
n
'
ai j
a
m
a
i
s
pa
r
l
e
a
d'autr
es
h
o
m
me
s qu
e
man
co
u
s
in I
e
chi
r
ur
g
i
e
n-m
a
j
o
r
,
m
e
mb
re
d
e
l
a
legi
o
n d
'
honn
e
u
r
, et M
.
I
e c
u
re
Ch
e
l
a
n
.
II
vo
u
s r
end
ra
bon
te
moigna
ge
de m
o
i.
M
es fre
res m'
o
nt
to
uj
o
urs b
a
ttu
,
n
e les
cro
ye
z
pa
s s'
il
s
vou
s
disent du mal d
e
moi, p
ar
donn
ez
m
es fa
utes, m
a
dame, j
e
n'aur
a
i j
a
m
ais ma
uva
ise
int
e
n
tio
n
.
Julien se
rass
urait p
e
ndant
ce
lon
g
di
sc
our
s,
il
e
xami
nait m
a
dam
e
d
e
R
e
n
a
l. Tel est l
'effe
t d
e
l
a
g
race
parfait
e,
quand
e
lle e
s
t n
at
urell
e a
u car
ac
-
ter
e
,
e
t que
s
urtout l
a
pers
o
nne qu
'e
ll
e
deco
re
n
e so
nge p
as
a
av
o
ir d
e
la
grace;
Juli
e
n, qui
se
con
na
issait for
t
bien
en
beau
te fe
min
ine,
eut ju
re
d
a
ns
c
et in
s
t
a
nt qu
'e
ll
e
n'a
va
it que
vi
n
g
t an
s.
II
eut
s
ur-Ie-
c
h
a
mp !
'
id
e
e hardi
e
de lui b
a
is
e
r l
a
m
a
in. Bient
a
t il
e
lit p
e
ur d
e so
n idee
;
un inst
a
n
t
ap
res,
il se d
i
t : II
y
a
ur
a
it d
e
l
a la
chet
e
a
moi d
e
n
e pas
ex
e
cut
er
un
e ac
tion qu
i
peut m'
e
t
r
e u
t
il
e,
et diminu
er
I
e
m
e
pri
s
qu
e ce
tte b
e
ll
e
dam
e a
pr
o
b
a
blem
ent
pour un pauv
re
ouvri
er
a
pein
e
arr
ac
h
e
a
l
a sc
i
e.
·
P
e
ut-
e
tre Juli
e
n fut
-
il un p
e
u
enc
o
u
ra
ge p
a
r ce m
ot
d
e
joli
gar
r
;
on
,
qu
e
depui
s
s
i
x
m
o
is il
e
ntend
a
it
re
p
e
t
er
I
e
dim
a
n
c
he p
ar
qu
e
lqu
e
s j
e
u
n
e
s
fill
es
. P
e
nd
a
n
t
ces d
e
b
a
t
s
int
e
-
ri
e
u
rs
, mad
a
m
e
d
e
R
e
n
a
l lu
i a
dres
sait
deu
x au
tro
is
mots d
'
in
s
truc
tio
n sur l
a fa
r
;
on
de
debut
er
a
vec
l
e
s en
fa
nt
s
. L
a v
i
o
l
e
nc
e
qu
e s
e f
a
i
sait
Juli
en
Ie
re
ndit d
e
nou
v
e
a
u
for
t p
a
l
e
; il d
it
, d
'
un
a
i
r
co
ntrai
nt:
-
J
a
mai
s,
madam
e,
j
e
n
e
b
at
t
r
ai v
os e
nfan
ts ;
j
e
I
e
jure d
eva
nt D
ie
u
.
Et
e
n di
s
ant
ces
m
ots,
il
osa pr
end
re
l
a
main d
e
m
a
d
ame
d
e
R
e
n
a
l,
e
t l
a
p
orter
a
s
es
l
ev
res.
E
ll
e f
ut
eton
nee d
e ce geste et
p
ar re
fle
x
i
on c
hoqu
ee
. C
om
m
e
il
fa
i
sa
it t
res
ch
a
ud, son b
ra
s
e
t
a
it
t
out
a
fa
it nu
so
us
so
n
c
h
a
l
e, e
t I
e mo
uvem
e
nt d
e
Juli
e
n
, e
n p
or
t
ant
l
a
m
a
i
n
a
s
es
l
ev
res, l
'ava
it enti
ere
men
t
d
ec
ouv
er
t.
Au b
o
ut d
e
quelqu
es
in
s
tant
s, e
ll
e
s
e gro
nda
e
ll
e-
m
e
me, il lui
se
mbl
a
qu
'
ell
e
n
'ava
it p
as e
t
e assez
rapid
em
ent indign
ee.