Prog-Cours-Publics-2008-2009
28 pages
Français

Prog-Cours-Publics-2008-2009

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
28 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Les Cours pubLiCsHistoire & actualité de l’arc Hitecturesession 2008-2009 partenaire des Cours publicssomma Ire3 Des cours publics à la Cité de l’architecture & du patrimoineLa maF, partenaire des cours publics45 Qui sommes-nous ?Cours d’histoire de l’architecture et cycle thématique6La programmation / L’agenda 008-00910résumé des cours d’histoire de l’architecture21Les intervenants27Inscrivez vous !28Bulletin de pré-inscription29Conta Ct presse CoordinationAgostina Pinon tél. 01 58 51 52 85apinon@citechaillot.frConta Ct programmeCitétél. 01 58 51 59 98 / 52 94courspublics@citechaillot.frDes Co Urs p UBLICs À La CIt É De L’ar CHIte Ct Ure & DU patr ImoIneLes Cours publics sont devenus incontournables dans la programmation de la Cité de l’architecture & du patrimoine. Leur succès croissant en terme de fréquentation nous encourage à les poursuivre dans cette voie. Pour la troisième année consécutive, nous avons le plaisir de vous proposer un programme toujours renouvelé, mis en œuvre par l’École de Chaillot, avec la participation active et la sensibilité des deux autres départements - le musée des Monuments français et l’Institut français d’architecture. Après une deuxième édition consacrée en 2007-2008 à la découverte de l’architecture au travers de l’habitat, le cycle des jeudis prendra cette année le cap de l’architecture publique civile. Sous le titre « Gouverner et rassembler », ce sont les architectures du pouvoir, des ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 81
Langue Français

Exrait

Les C H i s to i r e &
partenaire des Cours publics
ours pubLiCs act u a l i t é d e l’a r c H i t e ct u r e session 2 0 0 8 - 2 0 0 9
3
4
5
6
10
21
27
28
29
sommaIre
D cu ublic à l Cié d l’chicu & du ii
L maF, i d cu ublic
Qui -u ?
Cu d’hii d l’chicu  cycl héiqu
L i / L’d 008-009
réué d cu d’hii d l’chicu
L iv
Icivz vu !
Bulli d é-icii
ContaCt presse Cdii Agostina Pinon tél. 01 58 51 52 85 apinon@citechaillot.fr ContaCt programme Cié tél. 01 58 51 59 98 / 52 94 courspublics@citechaillot.fr
Des CoUrs pUBLICs À La CItÉ De L’arCHIteCtUre & DU patrImoIne
Les Cours publics sont devenus incontournables dans la programmation de la Cité de l’architecture & du patrimoine. Leur succès croissant en terme de fréquentation nous encourage à les poursuivre dans cette voie. Pour la troisième année consécutive, nous avons le plaisir de vous proposer un programme toujours renouvelé, mis en œuvre par l’École de Chaillot, avec la participation active et la sensibilité des deux autres départements - le musée des Monuments français et l’Institut français d’architecture. Après une deuxième édition consacrée en 2007-2008 à la découverte de l’architecture au travers de l’habitat, le cycle des jeudis prendra cette année le cap de l’architecture publique civile. Sous le titre « Gouverner et rassembler », ce sont les architectures du pouvoir, des loisirs, de la santé, de l’éducation… qui nous seront présentées. Toutes ces architectures destinées à organiser les groupes sociaux et à les faire vivre signent une époque et traduisent la relation d’une société aux individus qui la composent. En ce sens, l’architecture publique nous offrira un regard sur la discipline toute entière que nous vous proposons de parcourir de l’Antiquité jusqu’aux réalisations les plus contemporaines. Les Cours publics, c’est également un cycle thématique de six conférences le lundi soir, à partir du mois de janvier 2009. Ces séances seront suivies en même temps par les élèves de l’École de Chaillot et par le grand public. Grande nou -veauté pour cette troisième édition, l’École de Chaillot nous propose de parta -ger l’actualité de ce qui fait le cœur de son métier depuis plus de 120 ans : le patrimoine architectural. Les intervenants, seuls ou en tandem, présenteront des chantiers et des réalisations illustrant différents positionnements déon -tologiques et techniques en matière de restauration et de création dans des monuments historiques ou du bâti ancien. Nous souhaitons donner la parole aux spécialistes du domaine, en France et dans d’autres pays, et partager ainsi avec un public élargi des réalisations d’exception. Les Cours sont dispensés par des historiens et/ou architectes, universitaires, enseignants d’écoles d’architecture et chercheurs dont les participations variées, personnelles, volontairement éclectiques offrent au public des rencontres privilégiées. Ils débuteront le jeudi 13 novembre 2008 dans l’auditorium du palais de Chaillot Fçi d mziè Président de la Cité de l’architecture & du patrimoine
La maF, partena Ire Des CoUrs pUBLICs
Créée par des architectes, la MAF assure depuis 1931 les architectes et concepteurs du bâtiment et les accompagne dans l’évolution d’un métier passionnant et exigeant. Pour cette raison, la mutuelle s’intéresse à toutes les actions qui participent à une meilleure appréhension de l’architecture, sous toutes ses facettes. Les cours publics de la Cité de l’architecture & du patrimoine sont une occasion privilégiée d’enrichir, d’approfondir et d’élargir des connaissances qui constituent les sources d’une analyse féconde pour les architectes sur le terrain. La MAF a donc souhaité, en tant que mécène, apporter son soutien financier à la captation vidéo de ces cours et à leur diffusion sous forme de CD aux écoles d’architecture. L’ampleur exceptionnelle des thématiques abordées par les cours de la Cité du patrimoine comme l’approche juridique du métier avec la formation HMO (Habilitation à la maîtrise d’œuvre), pour laquelle la MAF a mis à disposition des écoles d’architecture un module de formation dédié à la responsabilité et lassurance professionnelle, constituent des sources de savoir complémentaires à l’enseignement délivré dans les écoles d’architecture. La conjugaison des efforts pour susciter la curiosité des futurs constructeurs ne peut que les aider à se préparer aux choix qu’ils auront à faire demain. Soutenir la création architecturale - une expression de la culture -, tisser avec nos sociétaires des liens étroits, faire entendre la voix de la MAF pour la défense des architectes, tels sont les fondements de notre présence active au sein d’un environnement professionnel complexe et évolutif. michl g Président de la MAF
QUI sommes -noUs ?
La CItÉ De L’arCHIteCtUre & DU patrImoIne La Cité de l’architecture & du patrimoine constitue un équipement culturel nouveau et polyvalent destiné à un large public intéressé par l’architecture, le patrimoine et l’espace de la ville. Présidée par François de Mazières, elle est un établissement public à caractère industriel et commercial placé sous la tutelle du ministère de la Culture et de la Communication. La Cité comprend trois départements : le musée des Monuments français, l’Institut français d’architecture, et l’École de Chaillot. Elle comprend également le Centre d’archives d’architecture du XXe de l’Ifa et une bibliothèque siècle sur l’architecture, l’urbanisme et la construction. Lieu d’études, de diffusion et d’échanges, elle associe la présentation des réflexions contemporaines les plus innovantes et la présentation des œuvres majeures de l’histoire de l’architecture française. L cié ciifiqu d Cu ublic Les Cours publics constituent un projet commun des trois départements de la Cité de l’architecture & du Patrimoine, sous la responsabilité de l’École de Chaillot. Ils ont été conçus par un comité scientifique composé des personnalités suivantes : mi-pul auld Ci Béli Hvé Duc miill gub pcl Liévux Bji mu J-mi péu d mcl Fci rb Coordination : Mathilde Béjanin L’Écl d Chill Dé fi d l Cié d l’chicu & du ii L’École de Chaillot, dirigée par Mireille Grubert, forme depuis plu d’un siècle s les architectes du patrimoine et propose aujourd’hui différentes formations : L Dilô d écilii  d’fdi (D sa), i « chicu  ii »est ouvert aux architectes diplômés souhaitant se spécialiser dans la maîtrise des opérations liées au patrimoine architectural, urbain et paysager en vue de sa conservation, sa restauration, sa mise en valeur et son usage dans la société contemporaine. Elle assure par ailleurs  achicl fi -ccu d ubi d l’É (aUe)avec l’École nationale des ponts et chaussées. D céi iil sont menées dans plusieurs pays qui sollicitent la contribution de l’École pour des formations de spécialisation liées au patrimoine et destinées aux architectes (Syrie, Bulgarie, Cambodge, Maroc, Roumanie, Chine,...). Enfin sont organiséesd fi  dici d élu, d î d’uv  du d ublic.
CoUrs D’HIstoIre De L’arCHIteCtUre & CYCLe tHÉmatIQUe
À i d vb 008 Le CYCLe Long Des JeUDIs L cu d’hii d l’chicu >achicu ubliqu civil : uv  bl Du symbole de l’exercice du pouvoir à celui de la pratique de la démocratie, l’architecture publique a abrité les sujets puis les citoyens, à l’initiative de ceux qui les gouvernent. Gouverner, éduquer, soigner, distraire… sont devenus, au fil de l’histoire, s’exprimer, se cultiver, guérir et échanger. Tout au long de notre vie, chacun de nous utilise et vit ces architectures édifiées pour tous. Dans quelles conditions ont-elles été érigées ? Comment ces architectures marquent-elles leur époque, voire la transforme ? Parcourant la discipline de l’Antiquité à nos jours, les cours proposent pour cette édition 2008-09 une histoire de l’architecture publique civile à travers différents types de programmes. -  éc d h chcu - Hi : l judi, 18h0-0h0 - Liu : udiiu d l Cié d l’chicu & du ii  u li d Chill - Dii : u ublic
À i d jvi 009 Le CYCLe CoUrt Des LUnDIs L cféc héiqu >L’culié du ii La pratique de la restauration du patrimoine revêt des formes multiples visant, selon les chantiers, à la conservation du bâti autant qu’à la transformation des édifices en vue de leurs usages actuels. De la restauration à l’insertion d’architecture contemporaine, quelles sont les orientations choisies par les maîtres d’ouvrage et les maîtres d’œuvre ? Comment évalue-t-on la valeur patrimoniale, la qualité architecturale ? Comment choisit-on les techniques de restauration qui sont souvent des techniques de pointe ? Quels regards sur l’histoire et sur nos modes de vie actuels ces choix traduisent-ils ? Six cas d actualité de restauration du patrimoine, français et internationaux, vous sont proposés pour une approche ouverte de la discipline. -  éc d h chcu - Hi : l ludi, 18h0 -0h0 - Liu : udiiu d l Cié d l’chicu & du ii u li d Chill - Dii : u ublic
La programmatIon L’agenDa 00-008
Les CoUrs D’HIstoIre De L’arCHIteCtUre >Judi, 18h0-0h0  achicu ubliqu civil : uv  bl Judi 1 vb : cféc iuul pcl oy guv, c’ cui u L fbl du p li d Chill Judi 0 vb sh Fichl exi-’il u chicu ubliqu  gul cliqu ? Judi  vb Hi Bi D bi hlléiiqu ux h i Judi  décb J-Chl mi théâ c  i Judi 11 décb J-Lui pill L fu iqu Judi 18 décb J Chl Vic  l éidc yl édiévl Judi 8 jvi thiy Céi-Lbld pli éicl  qui cil : l’vi d l chédl  Fc u my Â Judi 1 jvi michl ti L lc ubliqu à l fi du my Â : élié, i, idéli Judi  jvi ali sl achicu ubliqu d l fi du my Â u débu d l ric : bffi, i cul  hôl d vill Judi 9 jvi J-mi péu d mcl ric d l’chicu ubliqu Judi  févi pcl Liévux L hôl d vill d’aci réi, ic d’u chicu ubliqu d (XVI-XVIIIiècl) Judi 1 févi alxd gdy L lc ryl ux XVII XVIIIiècl : u u ublic  cux ?
8
Judi   Y Bul L héâ ublic u XVIIIiècl Judi 1  Bil Budz achicu du éc  d l fic à l’Équ d  Judi 19  pi-Lui L achicu hiliè d l fi du XVIIIiècl à  ju Judi   Cli-Li Ci Qull chicu ubliqu u XIXiècl d l vill y  l i vill ? Judi  vil a-mi Châl Dux iècl d bâi cli  Fc (XIX-XXiècl) Judi 9 vil K Bwi achicu  ubi d  d chi d f : ch hiiqu, jux iiux (XIX-XXIiècl) Judi 0 vil J-michl Liud Dux iècl d’chicu iiuill (XIX-XXiècl)  Judi  i Hélè Cux D l biblihèqu à l édihèqu (180-000) Judi 1 i Clud Luic D Chill à Chic, l édific d ccl héâl  uicl ux XIX XXiècl Judi 8 i ai L B L’chicu d équi if, d l’b d culi à l luiè d i Judi  jui Ci Béli aé : du ch d’vl à l vill éui Judi 11 jui si txi pc, jdi ublic, c v : u ui u XXiècl Judi 18 jui Fci rb Cclui
9
Les ConFÉrenCes tHÉmatIQUes >Ludi, 18h0-0h0 L’culié du ii
Ludi 1 jvi L’ivi évélic d l éi ad Bu
Ludi  jvi ak : l l du Bhu pcl ryè  Clud Jcqu
Ludi 9 févi L u s Jcqu  l ui d culu J-Fçi Lu  J-Lui Buvi
Ludi 9  L châu d suu : l cuci du  d gb m d pjd
Ludi   L ui d jdi d XIX XXiècl pi-ai gi
Ludi  vil Qui hiiqu u u : u ch cil  hui u u vilii dubl auu d Bii Cli : Xvi Cv, ali mi, Lé oll
10
rÉsUmÉ Des CoUrs D’HIstoIre De L’arCHIteCtUre
arCHIteCtUre pUBLIQUe CIVILe : goUVerner et rassem BLer Judi 1 vb pcl oy guv, c’ cui u L fbl du p li d Chill Cféc iuul La notion d’architecture publique civile est, par définition, moderne, en ce sens qu’elle suppose une claire délimitation de l’espace public et de l’ espace civil. Il y faut, surtout, des instances politiques, qu’elles soient étatiques ou locales, disposant d’une autonomie suffisante pour développer des projets architecturaux spécifiques, s’étageant du régalien au scolaire, de l’hospitalier à l’artistique. Les grandes monarchies puis les états-nations qui leur succédèrent en disposaient. Après avoir posé ces bases, on prendra pour exemple la période, à la fois proche et déjà lointaine, de l’entre-deux-guerres. On s’attachera ici à montrer pourquoi et comment cette vingtaine d’années a été l’apogée de l’architecture publique civile, dans une émulation des régimes totalitaires et des régimes démocratiques. On essaiera de convaincre de la nécessité d’utiliser la catégorie de « style entre-deux-guerres » pour qualifier l’architecture publique de cette époque, où le classicisme jette ses derniers feux sous le regard d’une société à prédominance masculine, étatique et communautaire. Le Palais de Chaillot, apothéose de ce style juste avant la chute, viendra à point nommé illustrer cette proposition.
Judi 0 vb sh Fichl exi--il u chicu ubliqu  gul cliqu ? La Gaule aux âges du Fer est avant tout un monde rural où l’architecture publique n’a pas sa place. Pourtant, à partir du second siècle avant notre ère, nous assistons à l’émergence d’agglomérations, puis de véritables villes appelées oppida par César. Ces nouvelles formes urbaines s accompagnent de la mise en place de plans d’urbanisme. Une des principales caractéristiques des oppida est la présence de remparts ayant un rôle défensif mais surtout une fonction symbolique et ostentatoire. Ils sont percés par des portes monumentales constituées d’une tour-porche, passage obligé entre le monde rural et le monde urbain. Ces remparts sont la forme la plus visible d’une architecture publique. Les fouilles des dernières années ont cependant mis en évidence la présence d’autres types de monuments publics. Sur l’oppidum de Corent, en Auvergne, des chantiers archéologiques ont mis en évidence la présence d’un sanctuaire monumental au centre du site. Au Titelberg (Luxembourg), le point le plus élevé de l oppidum est occupé par une grande halle de plan basilical, qui sera remplacée à l’époque romaine par un fanum. Le site de Villeneuve-Saint-Germain dans l’Aisne est structuré par deux grands fossés couverts sur plusieurs centaines de mètres de long. Malgré l’absence d’architecture en pierre, ces quelques exemples montrent à l’évidence que l’aspect monumental et public est bien présent sur l’ensemble des grands sites urbains de la fin de la période gauloise.
11
Judi  vb Hi Bi D bi hlléiiqu ux h i Les premiers témoignages archéologiques de bains collectifs datent du Ve siècle avant notre ère. Ces édifices répondent alors essentiellement à des soucis hygiéniques. Dans la première moitié du IIIe siècle, le bain chaud par immersion fait son apparition. Les bains publics proposent désormais à la fois un bain de propreté, que l’on pratique par affusion dans une cuve individuelle, et un bain chaud de délassement que l on pratique dans une baignoire, collective ou non. La place de celui-ci deviendra prépondérante à la fin du IIe siècle. Avec les révolutions techniques qui adviennent dans le courant du Ier siècle avant notre ère - généralisation de l’emploi de l’opus caementicium, invention de l’hypocauste et du verre à vitre -, les balanéia grecs de dimensions modestes vont faire place à des édifices beaucoup plus vastes, mieux chauffés et mieux éclairés que sont les thermes romains. Enfin, avec la pratique du bain froid qui fait son apparition à l’époque augustéenne, les modalités du bain telles qu’elles seront en usage jusqu’à la fin de l’Antiquité tardive sont établies. Les thermes répondent tous désormais à un même programme, certes plus ou moins simplifié selon l’ampleur de l’édifice, mais leur diversité formelle reflète avant tout l’ingéniosité de leurs concepteurs. Lieux par excellence de la sociabilité, ils offrent dans bien des cas à ceux qui les fréquentent bien d autres plaisirs que ceux du bain à strictement parler.
Judi  décb J-Chl mi théâ c  i L’ rchitecture théâtrale est apparue en Grèce dans le courant de l’époque a archaïque pour accueillir les compétitions de musiciens, de poètes et de danseurs organisées en l’honneur de diverses divinités. D’abord simple installation de bois montée à l’occasion des compétitions, le théâtre devint à l’époque hellénistique une construction de pierre aux formes complexes, capable d’accueillir des milliers de spectateurs. L’édifice, dont la diffusion était encore très limitée au Ve siècle, se répand à partir de la fin du IVe siècle dans toutes les cités du monde hellénisé, de la Sicile jusqu’en Afghanistan, avec une diversité régionale assez peu marquée. Un nouveau type de monument se développe progressivement en Italie au Ier siècle avant J.-C. Vitruve, dans son traité d’architecture composé vers 35-20 avant J.-C., l’appelait le « théâtre latin » par opposition au « théâtre grec ». Souvent destiné à recevoir des spectacles donnés dans le cadre du culte impérial, ce type monumental, plus unitaire et plus orné que son prédécesseur, fut adopté dans tout l’Empire romain. L’Asie Mineure et plus encore les Gaules développèrent cependant une architecture théâtrale originale.
Judi 11 décb J-Lui pill L fu iqu Le forum romain, lointain cousin des agoras grecque et hellénistique est une place publique rectangulaire entourée de portiques et de certains monuments dont le nombre et la fonction varient au cours des siècles. Les récentes recherches en Italie ont montré qu’au IIIe siècle avant J.-C., les premiers forums étaient des espaces sacrés, délimités par des poteaux ou des arbres, au sein desquels les prêtres venaient consulter les augures. Les premiers monuments à s’être installés autour de cette place primitive sont le comitium et la curie où se réunissent les notables pour gérer la vie publique de la cité. Dès cette époque, le forum est un centre civique ouvert, implanté à proximité immédiate de l’intersection du decumanus et du cardo maximus.
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents