fidèle au loyalisme traditionnel que sa famille a voué la Couronne Par contre la mère de Tocqueville est durablement marquée par ces événe ments au point de souvent les évoquer en famille

-

Documents
7 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Niveau: Supérieur, Doctorat, Bac+8

  • mémoire


fidèle au loyalisme traditionnel que sa famille a voué à la Couronne. Par contre, la mère de Tocqueville est durablement marquée par ces événe- ments au point de souvent les évoquer en famille. Revenir sur cette période est essen- tiel, car elle est de forte incidence sur la pensée de notre auteur2. Les fréquentes descriptions de la capti- vité familiale le sensibilisent au désordre politique et social. Tocque- ville reçoit en héritage l'angoisse des masses révoltées. Son œuvre est un témoignage constant de sa haine des mouvements révolutionnaires et de son rejet de l'agitation d'une foule. D'ailleurs, la thèse principale de l'Ancien Régime et la Révolution (1856) pourrait trouver là son origine: les transformations dues à 1789 auraient pu être acquises sans la Révolution. Pour Tocqueville, l'obtention légitime des résultats fondamentaux de la Révolution était envisageable par une autre méthode ; la liberté aurait été conquise plus lentement, mais sans violence3. Dans De la démocratie en Amérique (1835 et 1840), si la classe moyenne gagne les faveurs de l'auteur, c'est essen- tiellement parce que cette classe sociale est un élément stabilisateur. Elle n'est pas attirée par une révo- lution pour laquelle elle n'a aucun intérêt. Nous y reviendrons… L'héritage intellectuel de Tocque- ville se caractérise donc par une tension entre les valeurs légitimistes et les idées issues des Lumières.

  • démocratie

  • château de tocqueville en normandie8

  • egalité

  • démocratie en amérique

  • politique

  • question sociale

  • tion sociale supérieure

  • tocqueville


Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 octobre 2000
Nombre de visites sur la page 51
Langue Français
Signaler un problème

Sociologie
Question sociale
et démocratie chez Tocqueville
Éric KESLASSY, professeur de SES au lycée de l’Alliance de Pavillons-sous-Bois
« Tocqueville ne figure pas d’ordinaire parmi les inspirateurs de la pensée
sociologique. Cette méconnaissance d’une œuvre importante me paraît injuste. »
Raymond Aron, Les Étapes de la pensée sociologique , Gallimard, 1967
Alexis de Tocqueville est un penseur de la démocratie. C’est autant sa perspicacité
que son existence qui l’ont amené à choisir la modernité.
Reste que la question sociale met en danger son raisonnement…
fidèle au loyalisme traditionnel que tiellement parce que cette classeLA VIE
sa famille a voué à la Couronne. Par sociale est un élément stabilisateur.D’ALEXIS DE TOCQUEVILLE
contre, la mère de Tocqueville est Elle n’est pas attirée par une révo-
Alexis de Tocqueville est la durablement marquée par ces événe- lution pour laquelle elle n’a aucun
1«conscience du milieu du siècle» . ments au point de souvent les intérêt. Nous y reviendrons…
Né à Paris en 1805, il s’éteint à évoquer en famille. L’héritage intellectuel de Tocque-
Cannes en 1859. Sa trajectoire lui Revenir sur cette période est essen- ville se caractérise donc par une
permet de connaître plusieurs tiel, car elle est de forte incidence sur tension entre les valeurs légitimistes
2« vies » : celle du sociologue, de la pensée de notre auteur . Les et les idées issues des Lumières. Son
l’économiste, de l’historien, du fréquentes descriptions de la capti- père est certes un noble «éclairé»,
philosophe politique, de l’homme vité familiale le sensibilisent au mais qui ne s’ouvre pas complète-
politique, du voyageur, du noble, du désordre politique et social. Tocque- ment aux nouvelles valeurs. C’est
démocrate… ville reçoit en héritage l’angoisse des dans ce cadre que le jeune Alexis
Issu d’une très vieille et noble masses révoltées. Son œuvre est un forge ses premières idées politiques.
famille de Normandie, Tocqueville témoignage constant de sa haine des Son éducation reste principalement
est un aristocrate de naissance. Son mouvements révolutionnaires et de attachée à un légitimisme sociolo-
enfance est troublée par le récit de la son rejet de l’agitation d’une foule.
captivité de ses parents. En effet, c’est D’ailleurs, la thèse principale de
sous la Terreur que les Tocqueville l’Ancien Régime et la Révolution
sont arrêtés, avec Malesherbes (1856) pourrait trouver là son origine:
1. Article « Tocqueville »
(son arrière-grand-père). Si ce der- les transformations dues à 1789 in Encyclæpédia Universalis.
nier est guillotiné, les parents de auraient pu être acquises sans 2. Tocqueville a d’ailleurs dit un jour:
« C’est parce que je suis le petit-fils Tocqueville échappent de justesse la Révolution. Pour Tocqueville,
de M. de Malesherbes… que j’ai écrit ces choses»,
à l’échafaud. Après un éprouvant l’obtention légitime des résultats in Alexis de Tocqueville , par André Jardin,
Pluriel, Hachette, 1984.séjour en prison, ils bénéficient de la fondamentaux de la Révolution était
3. «Tout ce que la révolution a fait se fût fait,
chute de Robespierre. En dépit de envisageable par une autre méthode ; je n’en doute pas, sans elle ; elle n’a été
qu’un procédé violent et rapide à l’aide duquel cet épisode douloureux, le père de la liberté aurait été conquise plus
on a adapté l’état politique à l’état social, les faits3Tocqueville continuera de voir la lentement, mais sans violence . Dans aux idées et les lois aux mœurs », in L’État social
et politique de la France avant et depuis 1789 –Révolution avec sympathie et retenue, De la démocratie en Amérique(1835
Œuvres complètes(notées OC dans cet article),
demeurant un noble à la fois attiré et 1840), si la classe moyenne gagne
tome II, volume 1, Gallimard, 1953.
Thèse qui contient la genèse de l’ouvrage de 1856.par la philosophie des Lumières et les faveurs de l’auteur, c’est essen-
32 . DEES 121/OCTOBRE 2000
z9gique. Sa rencontre avec les philo- celui de Louis-Philippe. Son éduca- des partis.» Ainsi, en s’exilant,
sophes des Lumières est alors déci- tion est aristocratique, sa tradition est Tocqueville a en tête l’idée d’écrire
sive. À l’âge de 16 ans, il consulte légitimiste. D’ailleurs, sa famille un livre sur l’Amérique qui pourrait
les ouvrages de Montesquieu, Rous - décide de soutenir Charles X.Tout lui permettre d’embrasser une carrière
seau et V oltaire qu’il trouve, à Metz, le destine à refuser la modernité. politique. La suite lui a donné
dans la bibliothèque préfectorale de Tocqueville hésite. raison…
son père. Sur la fin de sa vie, dans Prêter serment signifie renier ce Tocqueville et Beaumont partent
une célèbre lettre à Mme Swetchine, qu’il est. Dans ses Souvenirs, il en avril 1831 et reviennent en jan-
Tocqueville confesse le «doute» qui explique ne pas avoir pu retenir vier 1832. À leur retour, Beaumont
l’a envahi à la lecture de ces auteurs quelques larmes devant le spectacle sera le rédacteur principal du rapport
edu XVIII siècle : «un doute uni- de la déchéance de Charles X.Il adressé au ministre de l’Intérieur
4versel » . Notre auteur n’a plus de choisit toutefois de se rallier à intitulé Du système pénitentiaire aux
certitude, il se situe entre deux États-Unis et de son application enLouis-Philippe pour éviter… l’anar -
mondes: le monde aristocratique de chie et parce qu’il veut monter dans France qui paraît en 1833.
ses origines familiales et le monde le train de l’Histoire. Cependant, tout Démissionnaire par fidélité à
en train de se construire sur des en s’éloignant des valeurs aristocra - Beaumont révoqué, Tocqueville a
bases démocratiques, que sa raison tiques, il n’arrive pas à rompre com - alors tout son temps pour rédiger la
l’entraîne à adopter. plètement avec son origine sociale: première partie de De la démocratie
Dès lors, Tocqueville opte avec tout au long de sa vie, il reste une en Amérique. C’est le livre de l’année
7conviction pour la liberté et s’inscrit sorte d’aristocrate par les manières. 1835! Il y est principalement ques-
résolument dans la mouvance du libé - Par exemple, Tocqueville mène tion de la Constitution, des institu-
ralisme politique à la française. Par une existence toute seigneuriale tions, des mœurs et de la géographie
exemple, il accepte de défendre les dans le château de T ocqueville en de l’Amérique. Conformément à ses
5 8résultats obtenus par la Révolution. Normandie . prévisions, notre auteur devient alors
Ainsi, bien que 1789 signifie la fin C’est donc contre sa famille et ses une personnalité recherchée dans les
du monde auquel il appartient, il valeurs qu’il prend la décision de salons littéraires et les milieux poli -
accepte de considérer cette date prêter serment. Ces circonstances tiques. En novembre1837, il décide
comme une étape définitive, à enté- l’amènent à former le projet de son alors de se présenter, sans succès, à
riner et même à défendre. «Ce qui voyage en Amérique. A vec Gustave Valognes aux élections législatives.
est fait est fait. Il faut en finir avec de Beaumont, rencontré au tribunal Échec qui n’a pas diminué le crédit
le passé; il est temps que le livre de Versailles et qui se retrouve dans dont il dispose auprès des milieux
sanglant de notre Révolution soit une situation comparable, il obtient intellectuel et politique puisqu’en jan -
fermé pour jamais. Si la liberté est un congé de dix-huit mois du garde vier 1838 il est élu à l’Académie des
un bien inestimable, la stabilité en est des Sceaux pour le motif of ficiel sciences morales et politiques. En
un autre trop peu prisé peut-être dans d’étudier le système pénitentiaire 1839, il prend sa revanche et devient
6le temps où nous vivons.» Son américain. En fait, l’objectif de député de Valognes. Réélu jusqu’en
œuvre entière peut également se Tocqueville est politique: «[…] 1848, l’homme politique prendra
définir par une défiance à l’égard de supposez que, sans cesser d’être
toute forme d’absolutisme ou de magistrat et de faire courir mes droits
despotisme. d’ancienneté, je passe en Amérique.
Comme Constant, par exemple, il Quinze mois s’écoulent; les partis se
4. Lettre à Mme Swetchine, 26 février 1857,
défend l’idée d’une souveraineté limi - dessinent en France, on voit claire- OC, t. XV , 2, 1983.
5. Dans ses Causeries, Guizot écrit de T ocqueville:tée. Au-delà de cet héritage révolu- ment quel est celui qui est incom -
«Vous êtes un aristocrate vaincu qui accepte
tionnaire, son libéralisme politique patible avec la tranquillité et la sa défaite», et c’est « cette acceptation de
l’inévitable qui donne sa qualité à l’intelligence se manifeste également par l’amour grandeur de son pays ; […] ce
de Tocqueville». Cité par Maxime Leroy ,
qu’il porte à la liberté: un amour voyage, à lui seul, vous a tiré de la
Histoire des idées sociales en France,
d’instinct. En effet, notre auteur classe la plus vulgaire, les connais- de Babeuf à T ocqueville, Bibliothèque des idées,
Gallimard, 1950.défend, sans cesse, toutes les liber- sances que vous avez acquises chez
6. OC, t. XVI, Mélanges, 1989.
tés : de presse, d’association, de un peuple si célèbre achèvent de vous 7. D’ailleurs Rémusat écrivait de T ocqueville
qu’il «dédaignait le légitimisme sans haïr culte… La liberté est la première de sortir de la foule. V ous savez ce que
les légitimistes», in Mémoires de ma vie , Plon,
ses valeurs… c’est au juste une vaste république, 1958-1967.
8. En janvier1836, suite à un par tage Pourtant, en 1830, Tocqueville se pourquoi elle est praticable ici,
des propriétés familiales dû au décès de sa mère,
retrouve devant un choix existentiel. impraticable là! […] si le moment Alexis reçoit le château de T ocqueville et le titre
de comte qui y est joint. Il refusera toujours Nommé juge auditeur au tribunal de est favorable, une publication quel-
de l’utiliser.Versailles en 1827, il doit, à ce titre, conque peut avertir le public de votre
9. Lettre de T ocqueville à Charles Stöffels,
prêter serment au nouveau régime, existence et fixer sur vous l’attention 4 novembre 1830.
DEES 121/OCTOBRE 2000 . 33
zd’autant plus facilement le pas sur le jusqu’à présent dans le monde est non la démocratie. Voilà le fond de
publiciste que le second volume de injuste; que la propriété repose sur l’âme. Je hais la démagogie, l’action
De la démocratie n’a pas le même des bases qui ne sont pas les bases désordonnée des masses, leur inter-
retentissement que le premier. Cet équitables? Et ne croyez-vous pas vention violente et mal éclairée dans
accueil moins enthousiaste peut que, quand de telles opinions les affaires, les passions envieuses
s’expliquer par le niveau d’abstrac- prennent racine, quand elles se des basses classes, les tendances
tion important de cette seconde partie. répandent d’une manière presque irreligieuses. Voilà le fond de l’âme.
Il s’agit de comprendre ce qu’il va générale, quand elles descendent Je ne suis ni du parti révolutionnaire
advenir de la liberté dans nos sociétés profondément dans les masses, elles ni du parti conservateur; mais cepen-
égalitaires. L’Amérique n’est plus dant et après tout, je tiens plus audoivent amener tôt ou tard, je ne sais
alors qu’un prétexte. John Stuart Mill pas quand, je ne sais comment, mais second qu’au premier. Car je diffère
voit, dans ce second volume, le elles doivent amener tôt ou tard les du second plutôt par les moyens que
premier grand ouvrage politique par la fin, tandis que je dif fère du pre-révolutions les plus redoutables?
consacré à la démocratie moderne. Telle est, Messieurs, ma conviction mier tout à la fois par les moyens et la
L’activité politique du député profonde : je crois que nous nous fin. La liberté est la première de mes
12Tocqueville est intense. Il rédige trois endormons à l’heure qu’il est sur un passions. Voilà ce qui est vrai» .
rapports importants sur l’abolition de volcan, j’en suis profondément
10l’esclavage dans les colonies (1839), convaincu…» . LA PENSÉE
sur la réforme des prisons (1843) et Ainsi, Tocqueville voit l’avenir D’ALEXIS DE TOCQUEVILLE
sur les affaires de l’Algérie (1847). sous le signe de la décadence et du
Il prononce des discours conséquents. désordre. Le ton angoissé est, vrai - La profondeur de la pensée de
Par exemple, en 1848, Tocqueville semblablement, volontairement Tocqueville est telle qu’il est très
annonce à la Chambre qu’un vent excessif pour sensibiliser la Chambre hasardeux de vouloir la résumer ou
révolutionnaire se lève: «On dit qu’il des députés. Le pronostic des événe - la simplifier, évoquons quelques axes
n’y a point de péril, parce qu’il n’y ments de 1848 indique l’exception- de réflexion…
a pas d’émeute; on dit que, comme nelle intuition politique de notre
il n’y a pas de désordre matériel à la auteur, car quand le trouble ouvrier De la démocratie…
surface de la société, les révolutions se déclenche, la surprise est générale.
sont loin de nous. Messieurs, per- Tocqueville vit intensément la Dans De la démocratie en Amé-
mettez-moi de vous dire que je crois révolution de février et les journées rique, Tocqueville théorise le
que vous vous trompez. Sans doute de juin, comme en témoignent ses changement social en s’efforçant
le désordre n’est pas dans les faits, Souvenirs. Le suffrage universel de comprendre le passage d’un état
n’empêche pas Tocqueville d’être social aristocratique à un état mais il est entré bien profondément
dans les esprits. Regardez ce qui se réélu député pour l’Assemblée social démocratique. Ce qui le rend
passe au sein de ces classes ouvrières constituante. Son célèbre Discours possible, c’est la progression durable
qui, aujourd’hui, je le reconnais, sont sur le droit du travail(1848) indique et irrésistible de l’égalité des condi -
tranquilles. Il est vrai qu’elles ne sont combien il est actif lorsqu’il s’agit de tions. Il s’agit d’abord d’une égalité
pas tourmentées par les passions rédiger la nouvelle Constitution. politique et juridique: une égalité des
politiques proprement dites, au même Ministre des Affaires étrangères en droits. Les individus des temps démo -
degré où elles ont été tourmentées 1849, le gouvernement auquel il cratiques sont des citoyens qui ne
jadis; mais ne voyez-vous pas que appartient est très rapidement peuvent être différenciés par des
leurs passions, de politiques, sont renversé et c’est le coup d’État de
devenues sociales? Ne voyez-vous Louis-Napoléon en décembre 1851
pas qu’il se répand peu à peu dans qui marque la fin de sa carrière
10. Œuvres, «Discours prononcé à la Chambreleur sein des opinions, des idées, qui politique. Tocqueville reprend alors
des députés, le 27janvier 1848, dans la discussion11ne vont point seulement à renverser ses voyages et prépare L’Ancien
du projet d’adresse en réponse au discours
telles lois, tel ministère, tel gouver- Régime et la Révolution … de la couronne», Bibliothèque de la Pléiade,
tome I, Gallimard, 1991.nement même, mais la société, à Dans une page écrite pour lui-
11. En effet, T ocqueville est un grand voyageur .
l’ébranler sur les bases sur lesquelles même, intitulée «Mon instinct, mes Nous avons évoqué le voyage en Amérique.
Très tôt, dès l’âge de 20 ans, il se rend en Italie elle repose aujourd’hui? N’écoutez- opinions », Tocqueville se résume
et en Sicile. Il y retour ne en 1850. Il visite
vous pas ce qui se dit tous les jours bien : «J’ai pour les institutions à trois reprises l’Angleterre et l’Irlande (en 1833,
1835 et 1857). En 1836, il effectue un voyage dans leur sein? N’entendez-vous pas démocratiques un goût de tête, mais
en Suisse et en Allemagne (il séjour nera à nouveau
je suis aristocrate par instinct, c’est-qu’on y répète sans cesse que tout ce en Allemagne en 1849 et 1854).
Enfin, il se rend en Algérie en 1841 et 1846.qui se trouve au-dessus d’elles est à-dire que je méprise et crains la
12. Cette citation et celles qui suivent sont toutesincapable et indigne de les gouver- foule. J’aime avec passion la liberté,
extraites des deux tomes de De la démocratie
ner; que la division des biens faite la légalité, le respect des droits, mais en Amérique– OC, tome I, volumes 1 et 2, 1951.
34 . DEES 121/OCTOBRE 2000
zprivilèges: « il n’existe plus de séjour aux États-Unis, ont attiré mon à peu près de ce niveau, les moindres
caste». La loi est la même pour tous, attention, aucun n’a plus vivement le blessent. C’est pour cela que le
garantie par des institutions formelles. frappé mes regards que l’égalité des désir d’égalité devient toujours insa -
Mais un des apports essentiels de conditions ». Lieu approprié puisque tiable à mesure que l’égalité est plus
Tocqueville, par rapport à un auteur les Américains ont eu la chance grande». Les citoyens se sentant sem -
comme Montesquieu, est de consi- d’«être nés égaux au lieu de le deve - blables, les inégalités persistantes
dérer que la démocratie n’est pas nir». Pour Tocqueville, l’égalité des deviennent insoutenables. Cela les
seulement un système politique, mais conditions est un synonyme de démo - maintient dans une insatisfaction
un état social. En effet, l’égalité des cratie. Mais comment définir la constante et une frustration relative
conditions prend aussi la forme d’une démocratie? C’est un état social qui car il est impossible d’obtenir le
égalité des chances qui autorise la permet la mobilité sociale et la dis- niveau de bien-être désiré. Pourquoi
mobilité sociale: «[les riches] sor- parition des classes sociales en même cette égalité se perpétue-t-elle? Quel
tent chaque jour du sein de la foule temps que l’uniformisation des est son moteur? Tocqueville répond:
et y retournent sans cesse». Il ne modes de vie. Les pauvres ne sont l’égalité. Il s’agit d’une mécanique
s’agit pas d’un processus mécanique, pas nombreux et «la loi ne les a pas auto-entretenue: plus l’égalité pro-
mais la démocratie offre une éven- attachés les uns aux autres par les gresse, plus la moindre inégalité
tualité inconcevable dans le système liens d’une misère irrémédiable et insupporte, nécessitant de l’éradiquer ,
aristocratique. D’ailleurs, cela ne héréditaire. Les riches, de leur côté, ce qui assure le progrès continu de
signifie pas que les inégalités écono - sont clairsemés et impuissants; […] l’égalité. Cette passion pour l’égalité
miques n’existent plus, mais la pos - De même qu’il n’y a plus de races de va-t-elle se réaliser au détriment de
sibilité nouvelle d’accéder à une posi - pauvres, il n’y a plus de races de l’amour pour la liberté ? C’est
tion sociale supérieure permet de riches ». La démocratie est donc l’interrogation fondamentale de
mieux les accepter. Chacun peut dominée par une vaste classe toute l’œuvre de Tocqueville : les
prendre la place de l’autre: «À moyenne où «tous les individus y individus des temps démocratiques
chaque instant, le serviteur peut deve - sont à peu près égaux en lumières et sont tellement attachés à leur égalité
nir maître et aspire à la devenir ». La en biens». Tocqueville observe alors, (nourrie de bien-être matériel) qu’ils
relation de subordination n’est accep - avec intérêt, que les citoyens appar - seraient prêts à l’accepter dans la
tée qu’en vertu d’un contrat: «Pour- tenant à cette classe moyenne n’ont servitude.
quoi donc le premier a-t-il le droit de pas assez de biens pour susciter l’en - L’avènement de l’égalité des
commander et qu’est-ce qui force le vie (puisque tout le monde possède conditions est incontestable. Mais
second à obéir? L’accord momentané à peu près la même chose) et assez est-ce compatible avec le respect
et libre de leurs deux volontés. Natu - pour désirer l’ordre. Ils redoutent par - de la liberté? L’œuvre de Tocqueville
rellement, ils ne sont point inférieurs dessus tout de perdre leurs proprié- peut se comprendre comme une ana -
l’un à l’autre, ils ne le deviennent tés. «Ainsi, dans les sociétés démo- lyse de la dialectique égalité/liberté.
momentanément que par l’ef fet d’un cratiques, la majorité des citoyens ne Notre auteur veut comprendre la ten -
contrat. Dans les limites de ce contrat, voit clairement ce qu’elle pourrait sion qui existe entre ces deux valeurs
l’un est le serviteur et l’autre le gagner à une révolution, et elle sent à afin de délimiter les dangers qui guet -
maître; en dehors, ce sont deux chaque instant, et de milles manières, tent la démocratie. En ef fet, le para-
citoyens, deux hommes». Enfin, ce qu’elle pourrait y perdre». doxe le plus moderne énoncé par
l’égalité des conditions recouvre une Ainsi, Tocqueville annonce la Tocqueville est que les sociétés
dernière dimension: une égalité de moyennisation des sociétés démocratiques peuvent engendrer un
respect. Dans l’imaginaire démocra - modernes. Elle s’accompagne donc régime non démocratique, une nou-
tique, les individus se perçoivent d’une uniformisation des conditions velle forme de despotisme. C’est l’en -
égaux. Comme l’égalité se propage d’existence et conduit au matéria- richissement et le désir d’une plus
dans les mœurs, au point de devenir lisme: «la passion du bien-être maté - grande satisfaction matérielle qui sont
une norme, les individus se voient et riel est essentiellement une passion à l’origine d’effets pervers. Dans les
vivent comme égaux. Il règne un des classes moyennes». Pour autant, sociétés égalitaires, chacun est pré-
esprit d’égalité qui peut se définir les individus de la société démocra - occupé par la préservation de son
comme la tendance des individus à tique, au milieu de leur bien-être bien-être matériel et par la quête de
se considérer comme égaux indé- matériel, ne sont pas heureux car « ils l’égalité. Cela se traduit par une iner -
pendamment des inégalités réelles songent sans cesse aux biens qu’ils tie des citoyens qui se replient sur
de situation. n’ont pas». Il faut comprendre ici que leur vie privée, sur leur propre sphère
Tocqueville comprend que l’Amé - l’égalité révèle l’inégalité: «quand d’activité. «Individualisme» est le
rique est le terrain idéal pour observer l’inégalité est la loi commune d’une nom que donne T ocqueville à ce phé-
l’égalité des conditions: «parmi les société, les plus fortes inégalités ne nomène: «l’individualisme est un
objets nouveaux qui, pendant mon frappent point l’œil; quand tout est sentiment réfléchi et paisible qui dis -
DEES 121/OCTOBRE 2000 . 35pose chaque citoyen à s’isoler de la minorité peut être exclue par l’ex- contredire. En effet, la recherche du
masse de ses semblables et à se reti - pression de la volonté générale: bien-être alimente le développement
rer à l’écart avec sa famille et ses l’adoption de lois injustes se ferait au de l’industrie. Tocqueville, nostal-
amis; de telle sorte que, après s’être nom du peuple. Avec la centralisa- gique, déplore que l’agriculture, se
ainsi créé une petite société à son tion des pouvoirs (pouvoir exécutif, modernisant moins rapidement
usage, il abandonne volontiers la pouvoir législatif et pouvoir judi- que l’industrie, soit petit à petit aban -
grande société à elle-même […]. ciaire), la démocratie est en très grand donnée. Il faut dire que les résultats
L’individualisme est d’origine démo - danger, or «la crainte du désordre et que l’on peut en attendre en terme
cratique, et il menace de se dévelop - l’amour du bien-être portent insensi - de bien-être sont peu importants et
per à mesure que les conditions s’éga - blement les peuples démocratiques à assez longs à obtenir . En fait, elle est
lisent». Certes, l’individualisme est augmenter les attributs du pouvoir réservée «à des riches qui ont déjà
révélateur d’une autonomie indivi- central». On saisit ici combien la pas - un grand superflu, ou à des pauvres
duelle, mais Tocqueville s’inquiète sion pour l’égalité fait perdre aux qui ne demandent qu’à vivre». Mais
du repli sur soi. T out d’abord, il citoyens une large part de leurs liber - la classe moyenne, qui a acquis le
déplore la labilité du lien social. tés. Tocqueville pense alors qu’il faut confort du bien-être matériel, préfère
Ensuite, il comprend que l’indivi- réguler les sociétés égalitaires pour s’adonner aux activités qui lui
dualisme affaiblit la capacité de résis - éviter de tomber dans le despotisme. permettent de le satisfaire rapidement.
tance des citoyens: isolés, ils sont Développer tous les remèdes qu’il Ces individus choisissent de quitter
plus faibles pour lutter contre la préconise serait trop long. Nous les champs pour embrasser des
menace du despotisme. Enfi n, l’iner- allons donc en énoncer quelques-uns: carrières industrielles et commer-
tie de l’homo democraticus se traduit décentralisation et développement de ciales car les profits y sont plus
par une désaffection démocratique et la vie locale, favoriser la pratique de rapides et lucratifs: «La démocratie
par la dégradation de l’esprit public. toutes les libertés et la séparation des […] porte les hommes à un travail
Occupés à régler leurs affaires, les pouvoirs (indépendance de la justice), plutôt qu’à un autre et, tandis qu’elle
citoyens cultivent le risque de négli - encourager l’émergence de corps les dégoûte de l’agriculture, elle
ger la chose publique et peuvent intermédiaires comme les associa- les dirige vers le commerce et
abandonner aux gouvernants la ges - tions… À ces conditions, il est pos - l’industrie.»
tion des affaires du pays. Ils s’ap- sible de trouver un équilibre entre Mais le développement de l’indus -
puient immodérément sur la puis- égalité et liberté… trie menace la démocratie de l’inté-
sance publique qui doit en rieur : l’industrie est «un monstre
contrepartie garantir protection et dans l’ensemble de l’État social».De la question sociale…
quiétude. «Au-dessus de ceux-là [des Pour Tocqueville, l’industrie est une
Tocqueville pense que la démocra -hommes semblables et égaux], s’élève sorte d’anomalie, qui se caractérise
un pouvoir immense et tutélaire qui tie est inéluctable et universelle. Pour - par une montée continue et de plus
se charge seul d’assurer leurs jouis- tant, il est bien obligé de constater en plus forte des inégalités, au sein
sances et de veiller sur leur sort. Il est qu’il reste une activité susceptible de la démocratie égalitaire. Alors que
absolu, détaillé, régulier, prévoyant de réhabiliter l’aristocratie. Ainsi, l’inégalité décroît dans la société
et doux.» Les individus des temps tandis que l’égalité progresse dans la globale, que les différences sociales
démocratiques sont infantilisés par société démocratique, un domaine sont de moins en moins marquées, la
un pouvoir qui prend en char ge la fait exception: l’industrie. La révo- société industrielle génère des inéga -
satisfaction de leurs besoins. On sent lution industrielle est à l’origine de lités : «Ainsi, à mesure que la masse
poindre une critique de l’État-provi - la question sociale qui se fait jour au de la nation tourne à la démocratie,
13 edence… Plus largement, Tocque- XIX siècle lorsque la cohésion de la la classe particulière qui s’occupe
ville pense que l’individualisme société est menacée par un phéno-
conduit à une perte des vertus mène nouveau: le paupérisme.
civiques, laissant l’espace du pouvoir Contrairement à l’indigence,
13. Tocqueville ne doit pas pour autant être
à n’importe quel despote! L’apathie phénomène individuel, le paupérisme considéré comme un libéral sur le plan économique.
Dans un ouvrage intitulé Le Libéralisme d’une société trop matérialiste dimi - est une misère de masse qui donne
de Tocqueville à l’épreuve du paupérisme
nue la vie culturelle et le débat d’idée. naissance à des «classes laborieuses, (collection «L’ouverture philosophique»,
L’Harmattan, 2000), je montre que sa réfl exionL’égalisation conduit au confor- classes dangereuses». Son dévelop-
économique et sociale le positionne à égale
misme, c’est-à-dire à l’idée que toutes pement est le produit d’une indus- distance du libéralisme économique
et du socialisme étatique. T ocqueville souhaite queles opinions se valent. La qualité de la trialisation qui semble permettre le
l’État intervienne lorsque la situation le commande
démocratie en est fortement détério - retour des valeurs du passé, celles de véritablement car, s’il craint une ingérence
économique et sociale excessive de la par t rée, cela se traduit encore par une l’aristocratie… Là encore, c’est du
de l’État, il n’accorde aucune confi ance nouvelle forme de despotisme appe - sein même de la démocratie et de ses
à la régulation spontanée du marché.
lée «tyrannie de la majorité». La lumières que naît ce qui peut la Une «troisième voie» doit s’envisager…
36 . DEES 121/OCTOBRE 2000
zd’industrie devient plus aristocra- BIBLIOGRAPHIE
tique. Les hommes se montrent de
plus en plus semblables dans l’une et • La publication des Œuvres complètes de Tocqueville est assurée par
de Gallimard. Cette édition réédite les ouvrages et les discours de T ocque-
plus en plus différents dans l’autre, ville, mais aussi de nombreux essais, des jour naux de voyage restés inédits ;
l’inégalité augmente dans la petite elle recueille également son abondante correspondance. Les introductions
société en proportion qu’elle décroît et les notes sont une véritable mine de renseignements tant sur T ocqueville
edans la grande». Si bien que par un que sur ses contemporains et l’histoire du XIXsiècle. Quand elle sera
«chemin détourné l’industrie pour- complète et selon le plan actuellement annoncé, cette édition comprendra
rait bien à son tour ramener les trente volumes répartis en dix-huit tomes.
hommes vers l’aristocratie». La • Il existe aussi, dans la très belle collection « Bibliothèque de la Pléiade »
démocratie favorise le développement (Gallimard), une sélection des œuvres de T ocqueville.
de l’industrie, un poison qui peut
• Enfin, les trois principales œuvres de T ocqueville – De la démocratie enentraîner sa destruction, en permet-
Amérique, Souvenirs, L ’Ancien Régime et la Révolution – sont réunies danstant la réapparition d’une nouvelle
un seul volume, dans la collection « Bouquins», chez Robert Laffont.
forme de féodalité. La multiplication
des usines permet le développement • La biographie de référence est le Alexis de Tocqueville (1805-1859)
d’une nouvelle aristocratie au milieu d’André Jardin (Hachette). Fondé sur un dépouillement exhaustif des
archives de la famille, cet ouvrage met en œuvre un très riche ensemble ded’une société qui se démocratise: une
« aristocratie manufacturière». documents souvent inédits et replace T ocqueville dans la vie politique et
Tocqueville produit alors une sociale de son temps.
véritable analyse de la condition • Quelques essais sur T ocqueville:
ouvrière, que l’on a tendance à sous- – Tocqueville et les Français , de Françoise Mélonio, Aubier Histoires. Une
estimer. Sensible au devenir de la excellente sélection bibliographique centrée sur la place de T ocqueville
classe opprimée, il redoute terrible- e edans la culture européenne du XIX-XX siècle figure dans cet ouvrage.
ment les effets de l’industrialisation: Au-delà, il s’agit de comprendre la réception de l’œuvre de T ocqueville
le spectre d’un retour en arrière hante en France.
notre auteur. Tocqueville regrette la – Tocqueville et les deux démocraties , de Jean-Claude Lamber ti, Puf, série
toute-puissance des maîtres indus- « Sociologie». Ouvrage fondamental qui situe les textes de T ocqueville
triels qui peuvent rétablir en leur par rapport aux débats politiques et juridiques du temps, et aussi par
faveur une nouvelle féodalité. Par les rapport aux idées de despotisme, de révolution et d’individualisme.
termes employés, l’auteur montre – Sociologie de Tocqueville, de Pierre Birnbaum, Puf, collection «Sup».
une remarquable conscience des L’auteur expose clairement la méthode et analyse les principaux concepts
inégalités engendrées par la société de Tocqueville. Cette étude souligne avec une clar té instructive l’apport
industrielle et attire l’attention avec significatif de T ocqueville à la sociologie contemporaine.
vigueur sur l’esclavage auquel sont – Tocqueville et la nature de la démocratie , de Pierre Manent, Julliard.
réduites les classes laborieuses. Pour Ouvrage qualifié de «petit livre brillant» par André Jardin, il per met une
lui, la misère des ouvriers crée une approche en profondeur de De la démocratie en Amérique .
dépendance que les propriétaires
n’hésitent pas à exploiter. Tocque-
ville est un observateur pessimiste
de la société industrielle et mar - l’industrie et qui provoquent, en elle met l’accent sur les gains de pro -
chande, car, à ses yeux, son organi- même temps, la paupérisation des ductivité, sur la spécialisation par la
sation détruit une liberté qu’il défend ouvriers : «Dans le même temps que répartition des tâches et donc sur la
ardemment. Si le paupérisme est la science industrielle abaisse sans division du travail.
haïssable, c’est parce qu’il prive une cesse la classe des ouvriers, elle élève Tocqueville se lance alors dans une
grande partie de la population de cette celle des maîtres. Tandis que l’ou- critique radicale, mettant en cause
liberté qui appartient au patrimoine vrier ramène de plus en plus de son une application excessive de la divi -
de tout homme. Il méprise ce capita - intelligence à l’étude d’un seul détail, sion du travail. Pour lui, il s’agit
lisme qui représente une nouvelle le maître promène chaque fois ses d’une détérioration et non d’une
forme d’asservissement. regards sur un plus vaste ensemble. » amélioration de la condition ouvrière.
Tocqueville montre que le dévelop - Pour satisfaire la demande toujours Il met en avant le caractère aliénant
pement industriel permet l’enrichis- croissante de jouissances matérielles, de la société moderne (et industrielle)
sement des capitalistes. Mais il ne l’industrie accroît sa production tout puisque le travailleur se concentre
manifeste aucune sympathie pour ces en cherchant à abaisser ses prix afi n sur l’exécution d’un détail, occupe
nouveaux riches qui font fortune dans de vendre davantage. Dans ce but, toujours la même place dans la chaîne
DEES 121/OCTOBRE 2000 . 37de production et n’est plus jamais au profit de son travail: «En un mot, qui se répand dans l’État social
capable de se préoccuper d’une autre il n’appartient pas à lui-même, mais démocratique. Elle ne peut ni béné-
activité, car «en lui, l’homme se à la profession qu’il a choisie.» De ficier de l’égalité des chances, ni de
dégrade à mesure que l’ouvrier se plus, comme nous l’avons déjà l’égalité imaginaire qui modifie le
perfectionne». L’ouvrier ne peut plus évoqué, Tocqueville met en relief la rapport entre le maître et le serviteur .
s’intéresser au monde qui l’entoure. dépendance de l’ouvrier à l’égard de Nous sentons poindre, chez
Sous l’emprise permanente de son son maître, à la volonté duquel il se Tocqueville, l’analyse d’une lutte des
labeur, il ne pense pas. Tocqueville livre littéralement. Dès lors, comment classes. L’activité industrielle produit
semble répondre à l’analyse d’Adam pourrait-il songer à s’élever dans la une forme radicale de dépendance,
Smith qui voyait un certain nombre hiérarchie sociale? L’organisation du où l’ouvrier, en effet, semble né pour
d’avantages à la division du travail. travail industriel anéantit l’espoir de obéir et l’industriel pour commander .
Reprenant son exemple de la manu - pouvoir changer de place, de métier Tocqueville dépeint un nouveau cli -
facture d’épingles, il ne retient que et de condition: «Ainsi donc, dans mat social où les inégalités traduisent
les effets négatifs de cette organisa- le même temps que la science indus - la montée en puissance de deux
tion du travail, notamment l’aliéna- trielle abaisse sans cesse la classe des groupes d’individus: des entrepre-
tion de l’ouvrier condamné à répéter ouvriers, elle élève celle des maîtres ». neurs cupides minoritaires et une
14indéfiniment le même geste : «Que L’industrie rend impossible la masse croissante d’ouvriers abêtis,
doit-on attendre d’un homme qui a perméabilité des classes: l’ouvrier ne les premiers exploitant les seconds.
employé vingt ans de sa vie à faire peut bénéficier de la loi démocratique Pour Tocqueville, même si l’indus-
des têtes d’épingles? et à quoi peut de la mobilité sociale et profession- trie n’est pas un régime politique,
désormais s’appliquer chez lui cette nelle car «ces pauvres ont peu de elle possède à la fois les défauts de
puissante intelligence humaine, qui moyens de sortir de leurs conditions l’aristocratie (inégalités, pas de
a souvent remué le monde, sinon à et de devenir riches […]». mobilité sociale) et les défauts de
rechercher le meilleur moyen de faire Notre auteur dénonce la supériorité la démocratie (absence de solidarité
15des têtes d’épingles! » et l’influence de cette nouvelle aristo - et impersonnalité du lien social entre
L’ouvrier qui passe sa vie à faire cratie qu’il définit de la manière sui- le maître et l’ouvrier). Si bien que
des têtes d’épingles se dégrade et ne vante: «Le maître et l’ouvrier n’ont Tocqueville se montre sans conces-
devient bon ouvrier qu’en étant moins donc ici rien de semblable, et ils sion pour la société industrielle:
homme. En effet, l’intelligence diffèrent chaque jour davantage. Ils ne «je pense qu’à tout prendre, l’aristo -
humaine s’atrophie et la réfl exion de se tiennent que comme les deux cratie manufacturière que nous
l’individu est impossible. Ainsi, anneaux extrêmes d’une longue chaîne. voyons s’élever sous nos yeux est
contrairement aux économistes libé - Chacun occupe une place qui est faite une des plus dures qui aient paru sur
raux, Tocqueville ne voit pas dans le pour lui, et dont il ne sort point. L ’un la terre». Pour finir, on peut se
système instauré par la division du est dans une dépendance continuelle, demander pourquoi ces pages consa -
travail matière à optimisme. En ana - étroite et nécessaire de l’autre, et crées à la montée en puissance de
lysant les effets psychologiques et semble né pour obéir , comme celui-ci l’industrie dans De la démocratie
sociaux de cette forme d’organisa- pour commander. Qu’est-ce ceci sinon en Amérique sont habituellement
tion du travail, il craint qu’elle de l’aristocratie?» négligées?
s’étende et empêche, entre autres, les Le monde industriel reproduit donc
travailleurs d’accomplir leurs obli- la structure du pouvoir typique de
gations de citoyens. T ocqueville l’aristocratie : les ouvriers et les
s’avise également que la division du entrepreneurs sont les représentants
14. Tocqueville montre le pouvoir avilissant de latravail entrave et peut même mettre de deux classes qui dif fèrent radica-
division du travail sur l’ouvrier . Celle-ci étant moinsfin à une caractéristique de la société lement mais qui sont attachées. Il se
répandue en Amérique, « développer l’intelligence
démocratique: la mobilité sociale. développe une nouvelle stratifi cation de l’ouvrier» est possible.
15. Lors de son second voyage en Angleterre,Tocqueville se rend bien compte de la société entre deux mondes qui
Tocqueville a observé les grandes usines de textile
que le principe de mobilité sociale s’ignorent et se détestent. Les confl its de Manchester, où sont concentrés 1 500 ouvriers
que l’on fait travailler soixante-neuf heures parn’est pas applicable à l’industrie. Il du monde industriel réhabilitent une
semaine: «Quel être tout matériel doit
pense qu’aucun ouvrier ne peut hiérarchie sociale. L’ère industrielle nécessairement devenir un homme qui fait la même
chose pendant douze heures environ tous les joursprendre la place d’un manufacturier , provoque la fin de la mobilité sociale
de sa vie, excepté le dimanche ? Quelle soif de
même si aucun obstacle de principe et produit des privilégiés qui le repos ou de distraction vive il doit avoir le
ne s’y oppose. Avec la division du resteront. La classe ouvrière forme dimanche ? Aussi, à Manchester , les ouvriers restent
couchés ce jour -là ou passent la jour née au cabaret.
travail, l’ouvrier, rapidement abêti et bien une exception dangereuse au
On ne les voit que peu dans les églises, excepté les
aliéné, se désintéresse de lui-même principe d’égalité des conditions catholiques» (Œuvres, Pléiade, tome II).
38 . DEES 121/OCTOBRE 2000
zn