JEAN PONCET GÉOGRAPHE DES CRISES ET MUTATIONS TUNISIENNES

-

Documents
5 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Niveau: Supérieur, Doctorat, Bac+8

  • mémoire - matière potentielle : no


JEAN PONCET, GÉOGRAPHE DES CRISES ET MUTATIONS TUNISIENNES (1912-1980) (1) Après André Louis, ethnographe de la Tunisie disparu en 1979, voici que s'en va une autre figure franqaise des recherches tunisiennes, Jean Poncet. La différence entre ces deux figures était cependant très forte : alors que le premier privilégiait la connaissance de groupes sociaux en voie de dispari- tion ( z ) , le second, tout en ayant un fort besoin de se référer au passé, apparaît au contraire comme le géographe des crises e t mutations. Né à Saint-Claude dans le Jura , il fi t ses études à Lyon où il passa une licence de lettres classiques et un DES de philosophie. II découvrit la Tunisie en 1934, date à laquelle il fut nommé professeur à Sousse. 11 occupa ensuite divers postes d'enseignant : à Sfax puis Tunis (Collège Sadiki). Soucieux de comprendre le milieu dans lequel il vivait, il s'orienta vers la géographie et prépara un Doctorat d 'Etat qu'il soutint à Paris en 1958. Les autorités frangaises de tutelle jugeant sans doute cette thèse néfaste pour les intérêts français en Tunisie (Bizerte, récupération des terres coloniales...), n'appréciant pas. très subrepticement, ses affinités politiques e t le rôle qu'il avait joué avec d'autres dans la fondation e t la vie du Parti Communiste Tunisien.

  • i'agriculture

  • ouvrage collectif du cerm

  • affinités politiques

  • prise privée dans les secteurs

  • contradiction grandissante

  • connaissance de groupes sociaux en voie de dispari- tion

  • vie rurale

  • cause dans le développement des contradictions socio

  • structure agraire

  • science orientée vers les problèmes actuels


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 197
Langue Français
Signaler un problème
JEAN PONCET,
DES CRISES
ET MUTATIONS TUNISIENNES
(1912
-
1980)
(1)
Après André Louis, ethnographe de la Tunisie disparu en 1979, voici que
s'en va une autre figure
des recherches tunisiennes, Jean
La
différence entre ces deux figures était cependant très forte
:
alors que le
premier privilégiait la connaissance de groupes sociaux en voie de dispari
-
tion
le second, tout en
un fort besoin de se référer au passé, apparaît
au contraire comme le géographe des crises
e t
mutations.
à
Saint
-
Claude dans le Jura, il fit ses études
à
Lyon où il
une
licence de lettres classiques et un DES de philosophie. II découvrit la Tunisie en
1934,
date
à
laquelle il fut nommé professeur
à
Sousse. 11 occupa ensuite divers
postes d'enseignant
:
à
Sfax puis Tunis (Collège Sadiki).
Soucieux de comprendre le milieu dans lequel il vivait, il s'orienta vers la
géographie et prépara un Doctorat
qu'il soutint
à
Paris en 1958. Les
autorités
de tutelle jugeant sans doute cette thèse néfaste pour les
intérêts français en Tunisie (Bizerte, récupération des terres coloniales...),
n'appréciant pas. très subrepticement, ses affinités politiques et le rôle qu'il
avait joué avec d'autres dans la fondation et
la
vie du Parti Communiste
Tunisien. il fut
remercié. de son poste de coopération dans l'enseignement
supérieur en
1961.
De retour en France, après un intermède dans l'enseignement secondaire,
il entra en
1963
au CNRS qu'il quitta en
1977
pour la retraite.
( 1 )
de
à
remercier Monsieur
Professeur
A.
co
-
auteur
ouvrage
sur
Tunisie (cité
référence)
Jean
quelques
éléments
à
la
de
l'homme.
A
titre
d'exemple
son dernier ouvrage
d'hier
et
Sud
Edisud.
334
p.