La Chine dans les Mémoires de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres

-

Documents
7 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Niveau: Supérieur, Doctorat, Bac+8

  • dissertation

  • mémoire

  • mémoire - matière potentielle : sur la poésie

  • dissertation - matière potentielle : sur la littérature

  • dissertation - matière potentielle : savantes


Position de thèse La Chine dans les Mémoires de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres de 1700 à 1750 Nicolas Fréret et Etienne Fourmont sont les deux principaux savants français, membres de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres, à avoir étudié la Chine durant la première partie du XVIIIe siècle. On les considère comme les plus grands sinologues connus de leur temps en France. Grâce à eux, la Chine et sa civilisation, en particulier sa langue, sa littérature, son histoire et sa chronologie sont étudiées de façon à la fois minutieuse et sérieuse. C'est également eux qui ouvrent une nouvelle page de la sinologie en France, en Europe même, et font que la Chine va devenir ensuite un véritable sujet étudié en profondeur dans divers domaines. Les relations intellectuelles entre la France et la Chine au XVIIIe siècle ont déjà fait l'objet de plusieurs grandes études. Cette thèse cherche à les compléter et à les préciser en exploitant systématiquement les mémoires de l'Académie des Inscriptions et Belle Lettres, qui réunissait les principaux savants intéressés, et des fonds manuscrits encore inexploités, notamment les papiers de Fréret conservés à l'Observatoire de Paris. Nicolas Fréret, chercheur passionné et scrupuleux, consacre toute sa vie à l'érudition. Son œuvre entière est axée vers la recherche historique, particulièrement la chronologie, poursuivie à l'échelle du monde entier et à des fins philosophiques.

  • jésuites

  • contexte social du xviiie siècle

  • langue

  • importance littéraire

  • vraie dissertation sur la littérature

  • siècle des lumières

  • certitude

  • éclaircissements de l'antiquité et de la certitude

  • chine


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 49
Langue Français
Signaler un problème
Position de thèse
La Chine dans les Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres
de 1700 à 1750
Nicolas Fréret et Etienne Fourmont sont les deux principaux savants français,
membres de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, à avoir étudié la Chine durant la
première partie du XVIII
e
siècle. On les considère comme les plus grands sinologues connus
de leur temps en France. Grâce à eux, la Chine et sa civilisation, en particulier sa langue, sa
littérature, son histoire et sa chronologie sont étudiées de façon à la fois minutieuse et sérieuse.
C’est également eux qui ouvrent une nouvelle page de la sinologie en France, en Europe
même, et font que la Chine va devenir ensuite un véritable sujet étudié en profondeur dans
divers domaines. Les relations intellectuelles entre la France et la Chine au XVIII
e
siècle ont
déjà fait l’objet de plusieurs grandes études. Cette thèse cherche à les compléter et à les
préciser en exploitant systématiquement les mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belle
Lettres, qui réunissait les principaux savants intéressés, et des fonds manuscrits encore
inexploités, notamment les papiers de Fréret conservés à l’Observatoire de Paris.
Nicolas Fréret, chercheur passionné et scrupuleux, consacre toute sa vie à l’érudition.
Son oeuvre entière est axée vers la recherche historique, particulièrement la chronologie,
poursuivie à l’échelle du monde entier et à des fins philosophiques. Il est l’un des éléments les
plus vivants de l’Académie au coeur de la lutte pour la formation de la pensée nouvelle, car il
admet difficilement l’erreur et encore moins la ténacité dans l’erreur. Le caractère
encyclopédique de sa mémoire et de son intelligence lui permet d’aborder des disciplines très
variées comme la grammaire chinoise. Il demeure persuadé depuis sa jeunesse que la Chine
est une clé pour résoudre les problèmes historiques et philosophiques qui se posent à lui.
Etienne Fourmont est également un grand érudit de son temps, notamment dans l’orientalisme.
Il montre très jeune sa capacité à mémoriser les langues ce qui confirme sa qualité
intellectuelle. Sa méthode pour travailler les langues semble être la base pour les études
chinoises qui occupent plus tard une place primordiale dans ses recherches et qui lui laissent
le choix d’une carrière en tant qu’orientaliste.
Les académiciens s’intéressent de plus en plus à la Chine parce qu’ils ont l’intention
d’y chercher des exemples qui leur serviront de modèles afin d’améliorer et de construire une
1