LA STRUCTURE ET L'IDENTITE DES ETRES CHEZ LEIBNIZ

-

Documents
4 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Niveau: Supérieur, Doctorat, Bac+8
1 LA STRUCTURE ET L'IDENTITE DES ETRES CHEZ LEIBNIZ Thèse par Jechull BAK Directeur de recherche : Michel FICHANT POSITION DE THESE Cette thèse est d'abord consacrée à la recherche du système de la philosophie leibnizienne, c'est-à-dire, la totalité de la relation cohérente de ses doctrines ainsi qu'à l'histoire interne de cette philosophie, c'est-à-dire, le processus selon lequel, dans ce système, une doctrine est à la fois modifiée par la réflexion et modifie les autres doctrines. Cette analyse prend en compte les deux concepts suivants : « structure des êtres » et « différentes sortes d'identité des êtres ». Il semble que ces deux concepts soient adaptés à notre recherche. Nous allons d'abord considérer la structure et l'identité des êtres : celles de l'idée, de la substance individuelle et de la substance corporelle. Les doctrines leibniziennes de cette structure et de cette identité sont liées par la relation qu'on appelle ‘système' et changent suivant le processus appelé ‘histoire'. Les études de la philosophie leibnizienne ont suscité de nombreuses critiques concernant le logicisme, doctrine interprétative selon laquelle toutes les doctrines leibniziennes dérivent uniquement de la doctrine logique : « praedicatum inest subjecto »1. Reconnaissant la pertinence de cette critique, nous ne prendrons pas la position du logicisme.

  • substance individuelle

  • métaphysique de leibniz

  • leibniz

  • identité

  • ontologie du discours de métaphysique

  • théorie du faisceau de la substance individuelle'

  • réseau de doctrines

  • débat entre la théorie du substratum

  • doctrine


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 27
Langue Français
Signaler un problème
1
LA STRUCTURE ET L’IDENTITE DES ETRES CHEZ LEIBNIZ
Thèse par Jechull BAK
Directeur de recherche : Michel FICHANT
POSITION DE THESE
Cette thèse est d’abord consacrée à la recherche du système de la philosophie
leibnizienne, c’est-à-dire, la totalité de la relation cohérente de ses doctrines ainsi qu’à
l’histoire interne de cette philosophie, c’est-à-dire, le processus selon lequel, dans ce
système, une doctrine est à la fois modifiée par la réflexion et modifie les autres
doctrines.
Cette analyse prend en compte les deux concepts suivants : « structure des
êtres » et « différentes sortes d’identité des êtres ». Il semble que ces deux concepts
soient adaptés à notre recherche. Nous allons d’abord considérer la structure et l’identité
des êtres : celles de l’idée, de la substance individuelle et de la substance corporelle. Les
doctrines leibniziennes de cette structure et de cette identité sont liées par la relation
qu’on appelle ‘système’ et changent suivant le processus appelé ‘histoire’.
Les études de la philosophie leibnizienne ont suscité de nombreuses critiques
concernant le logicisme, doctrine interprétative selon laquelle toutes les doctrines
leibniziennes dérivent uniquement de la doctrine logique : «
praedicatum inest subjecto
»
1
. Reconnaissant la pertinence de cette critique, nous ne prendrons pas la position du
logicisme. Les doctrines ontologiques leibniziennes ne se réduisent pas à celle de la
logique. La philosophie leibnizienne n’est pas un système à porte unique mais à
plusieurs portes dont aucune n’est prioritaire sur l’autre. Cependant, il n’en résulte pas
l’absence de relation entre les doctrines leibniziennes.
1
Cf. Couturat, L. (1901), x : « la métaphysique de Leibniz repose uniquement sur les principes
de sa Logique, et en procède tout entière. »