Projet Leitturm Réactivation d'un lieu de mémoire au service de la création musicale Vienne

-

Documents
54 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Niveau: Supérieur, Master, Bac+5

  • mémoire


Projet Leitturm - Réactivation d'un lieu de mémoire au service de la création musicale à Vienne. Directeur de Diplôme - P.Dahan Mémoire de PFE - Jacek JARA

  • parc d'arenberg au pied d'énormes murs-falaises de béton

  • mémoire de pfe

  • souffle au quartier

  • parc

  • destruction des murs d'enceinte

  • glas de l'empire austro

  • équipements municipaux d'époque


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 44
Langue Français
Signaler un problème

Projet Leitturm
- Réactivation d’un lieu de mémoire au service de la création musicale à Vienne.
Directeur de Diplôme - P.Dahan Mémoire de PFE - Jacek JARAAvant-propos
On connaît Vienne de l’époque de sa grandeur, du temps du
règne des Habsbourg; aujourd’hui elle en arbore encore fère -
ment ses vestiges : elle est un véritable musée vivant architectu-
ral parcourant les époques baroque et, classique avec les bâti-
ments et palais impériaux comme Schönbrunn ou le Belvédère en
plus des équipements municipaux d’époque. Le Grand Vienne
du XIX et début du XX siècles est principalement marqué par le
Ring, crée suite à la destruction des murs d’enceinte remplacés
par de grands édifces du Ringstrassenstil ( Historicisme) dont
l’ambition, avec celle de nombreux autres travaux comme la
création des Bezirke, et la construction du métro, était de
dépasser les travaux de modernisation de Paris lancés par
Napoléon III. Globalement Vienne est alors l’emblème d’un vaste
empire multiculturel, dont l’infuence est incontestable en Europe.
Pourtant la ville princière n’a pas toujours connu des jours de
gloire. L’avènement de la Première Guerre Mondiale sonne le glas
de l’Empire Austro-Hongrois. Petit à petit il se morcèle en don-
nant l’indépendance aux multiples peuples le composant (slaves,
hongrois,… ) De la guerre, qui place l’Autriche du côté des vaincus,
naît une nouvelle identité autrichienne qui se cherche encore un
certain temps. Le pays est tiraillé entre austro-fascisme, nazisme,
socialisme, capitalisme, marxisme. L’infuence allemande se
concrétise et le nazisme devient par la suite le seul parti légal,
de force, alors qu’il était considéré comme ennemi d’un état
certes fasciste mais plus modéré que celuid’Hitler. La Seconde
Guerre Mondiale fait offciellement de l’Autriche sa première
victime par l’Anschluss. Aujourd’hui et, depuis 1955, l’Autriche
reste un état militairement neutre car, il ne peut s’engager dans
aucune alliance. Politiquement il a été depuis la fn de la Guerre,
et durant la rivalité entre les blocs Est et Ouest, une plateforme de
Mémoire de PFE-Jacek JARA 2Avant-propos
communication entre les deux camps.
Cette attitude de neutralité politique vis-à-vis de l’extérieur
expliquerait la volonté des Autrichiens, et des Viennois de garder
les traces de leur passé.
Je m’intéresse dans ce mémoire, et dans mon PFE à un bâti-
ment très singulier dans le paysage urbain de Vienne, en rupture
violente et en confrontation directe avec le Jugendstil notamment,
car issu directement de l’effort de guerre allemand et construit
dans un but principalement militaire mais aussi de propagande
nazie.
Enfant, je m’amusais dans le parc d’Arenberg au pied d’énormes
murs-falaises de béton. Ces constructions apparemment
«mortes» ont réussi à se faire discrètes, au point de faire tout sim-
plement partie du décor, tout en ayant servi que durant une infme
partie de leur existence. Inutile de dire que leur taille imposante,
et structure qui se veut indestructible, recèle des surfaces à fort
potentiel d’exploitation.
«Non, elles ne me gênent pas.»
«Je les trouve plutôt drôles.»
«Elles font partie du parc maintenant.»
Voici ce que Vous répondra un habitant du quartier du parc
d’Arenberg au sujet des deux bunkers anti-aériens d’une qua-
rantaine de mètres de haut. C’est un paradoxe auquel je me suis
confronté en interrogeant mes interlocuteurs.
Ainsi c’est pour les émotions qu’il suscite à mon égard que j’ai
choisi ce site comme sujet de mon PFE; le caractère brutal des
tours impose le respect. Elles renvoient cependant directement
à une époque de violence et d’injustices, et on est en droit de se
demander pourquoi on les a gardées en l’état et quasiment inuti-
lisées pour la plupart.
Mémoire de PFE-Jacek JARA 3Sommaire
Avant-propos......................................................................................................................................2
Introduction.........................................................................................................................................5
Contexte..............................................................................................................................................6
Histoire de Vienne.....................................................................................................................................6Vienne Aujourd’hui..................................................................................................................................10
Le 3e arrondissement.............................................................................................................................11
Le quartier du parc d’Arenberg..............................................................................................................15
Les Bunkers, ou Flaktürme.....................................................................................................................20Le Leitturm de l’Arenbergpark................................................................................................................24Contexte musical....................................................................................................................................27
Etude.................................................................................................................................................29
Faisabilité...............................................................................................................................................29Echelle...................................................................................................................................................31Symbole............................................................................................................................................... ..32
Projet.................................................................................................................................................33
Programme............................................................................................................................................33
Intentions globales.................................................................................................................................35urbaines.................................................................................................................................37architecturales........................................................................................................................38

Pour conclure.......................................................................................................................................49
Références.............................................................................................................................................50
Bibliographie....................................................................................................................................53
Remerciements......................................................................................................................................54

Mémoire de PFE-Jacek JARA 4Introduction-Problématique
Bien que construits sous l’autorité nazie, las bunkers ont
été des moyens de protection des civils pendant la période
de guerre, d’où sans doute l’attachement que les viennois leur
portent.
Pour une personne extérieure à la ville cependant, la présence de
ces monolithes imposants en ville semble inexpliquée et pourrait
être mal interprétée.
Notamment laisser les bunkers tels qu’ils sont depuis leur construc-
tion équivaut à se soumettre au voeu initial des nazis d’en faire
des monuments de leur période de domination en Autriche et en
Europe.
Les détruire est un entreprise à risques, elle coûterait cher et n’ap-
porterait rien en soi : ni économiquement, ni sur un autre plan. Les
réhabiliter semble être une possibilité de leur procurer une nou-
velle image et les rendre «utiles».
Comment tirer avantage d’un tel édifce pour éviter de le
«subir» passivement ?
Comment sur un plan du paysage urbain expliciter le rôle
de lieu de mémoire tout en les intégrant dans le quartier et,
marquer un changement de leur fonction?
La reconversion d’un lieu symbolique peut-elle redonner du
souffe au quartier ? Peut-elle s’inscrire dans une extension
du centre historique du premier Bezirk aujourd’hui endigué
par le Ring ?
Pourrait-elle, réconcilier l’Autriche avec son passé et consti-
tuer un pivot, ou un «tremplin» entre un passé glorieux, et
une période quelque peu honteuse du nazisme puis la proje-
ter vers un futur prometteur ?
Mémoire de PFE-Jacek JARA 5Contexte-Histoire de Vienne
• Une ville chargée d’Histoire et de Culture
Vienne est avant-tout une ville princière, dont l’esprit s’impose
grâce au patronage des Habsbourg. Son rayonnement s’étend
progressivement à mesure que la monarchie autrichienne
s’affermit et grandit. Las familles princières sont à l’origine de la
fortune de Vienne : les Babenberg, puis les Habsbourg qui en
font leur résidence. Elle tient donc d’abord une fonction politique.
• Une Ville frontalière
L’Autriche, dont le nom dérive de l’appellation Austria ou de
marche orientale attribuée par Charlemagne, place le contexte Les armoiries de Vienne
géographique du pays qui a toujours été une sorte de porte, ou
dernier bastion avant le passage à l’Est.
Aussi bien sous l’Empire Romain, que sous l’Empire Carolingien
Situation géographique
de Charlemagne, puis du Saint Empire germanique, l’Autriche se
plaçait souvent dans une situation frontalière avec différents en-
sembles politiques, avec Vienne pour principal point de passage.
Vienne en 1609 entre les deux assauts ottomans
L’Ostmark ottonienne compte parmi les pointe avancées du Saint
Empire en Europe Centrale.
Pendant plus d’un siècle et demi entre 1529 et 1683 Vienne tient
le garde de la chrétienté face à l’Empire ottoman.
Analogiquement, au lendemain de la Seconde Guerre
Mondiale elle est une der nièr e station avant l’entr ée dans l’Eur ope
communiste.

Mémoire de PFE-Jacek JARA 6Contexte-Histoire de Vienne
• Une Ville Métropole
Vienne est une ville métropole qui est amorcée par le travail
des Habsbourg, lorsque la Bohême et la Hongrie sont réunies
sous leur sceptre en 1526. L’essor de Vienne est alors encore
beaucoup freiné par la menace turque, mais, lorsque le der-
nier assaut ottman est repoussé la ville accède au rang de
métropole, ses horizons s’étendent jusqu’aux Carpates. Vienne
devient la capitale d’un vaste empire couvrant la plus grande par-
tie de l’Europe centrale, en s’adjoignant notamment le Pays-Bas,
et des possessions italiennes. Elle n’y exerce pas seulement une
autorité politique mais y diffuse une culture, tout en structurant
cet espace de son identité. Bien que des d’autres villes comme
Budapest et Prague se posent courant du XIX siècle comme villes
concurrentes. Vienne dépasse les 2 millions à la veille de 1914 et
conserve son hégémonie jusqu’en 1918.
Au cours de son histoire elle a donc été capitale du Saint
Empire romain germanique ainsi que de l’Archiduché d’Autriche, de
l’Empire d’Autriche (1804–1866) et plus tard de la double L’Autriche-Hongrie multiethnique en 1906
monarchie, communément appelée Autriche-Hongrie (1867-
Blason de l’Empereur Habsbourg du Saint Empire Romain Germanique (1605).1918).
• Une Identité Complexe
Le fond de la population Viennoise reste germanique. Bien que
située à la frontière du Saint Empire, elle en reste une des princi-
pales villes et devient même la ville de résidence de l’Empereur
à partir du XV siècle (Habsbourg ), d’abord par éclipses, puis de
manière durable.
Les Habsbourg tirent pourtant la plus grande part de leur puis-
sance des Etats centrés sur le Danube. Il en résulte une dualité
Mémoire de PFE-Jacek JARA 7Contexte-Histoire de Vienne
dans leur rôle, à la fois chef du Saint Empire et des Etats patrimo-
niaux, qui se résout en 1806 par la disparition du Saint Empire.
(Le saint empire romain germanique se dissout vers 1806, et
François II du saint empire devient François I empereur d’Au-
triche)
Vienne, alors métropole centre-européenne, est à la tête d’un
vaste ensemble dirigé par les allemands, mais qui sont en mino-
rité dans cette même ville. Elle se nourrit d’apports d’autres natio-
nalités, aussi bien économiquement que culturellement.
On peut prendre pour exemple le baroque qui caractérise en
grande partie la ville aussi bien architecturalement, sur les plans
théâtral, et musical; qui a pour berceau l’Italie.
Jusque dans la vie quotidienne on retrouve des emprunts étran-
gers , dans le dialecte, la culture culinaire ( Apfelstrudel & Knödel
de la Bohême, le Schnitzel Milanais, le Goulasch Hongrois ).
L’Histoire de Vienne s’ordonne ainsi autour de dualités, car elle est
souvent prise entre des pôles contraires. Son destin est aussi
Occupation de Vienne par les puissances fait de compromis. Les tensions au sein de la ville peuvent aussi
alliées après la Guerre
cependant s’avérer créatrices.
Au sortir de la guerre Vienne est une ville blessée; elle a souf-
fert de 52 bombardements. Environ 30% de la ville sont détruites,
dont 80000 logements.
Après la guerre Vienne est un ville divisée. La Déclaration de
Moscou avait reconnu à l’Autriche le statut de première victime de
l’agression hitlérienne mais lui avait également annoncé qu’elle
ne pourrait échapper aux conséquences de sa participation à la
guerre aux côtés des allemands. L’Autriche va donc être soumise
à un régime d’occupation en quatre zones, et Vienne aussi sera
découpée entre les quatre puissances libératrices.
Mémoire de PFE-Jacek JARA 8Contexte-Histoire de Vienne
En 1955 l’Autriche retrouve la souveraineté de l’Etat et se recon-
naît aussitôt un statut de neutralité permanente, par le vote d’une
loi constitutionnelle, qui lui interdit d’entrer dans un système d’al-
liance militaire et d’accueillir des bases étrangères. De ce fait elle
s’éloigne aussi de l’Allemagne, qui elle décide d’adhérer à l’OTAN
et, de l’alliance américaine.
Son statut de neutralité lui permet à la ville de Vienne d’affrmer
son caractère international. En novembre 1956, l’écrasement de
l’insurrection hongroise par les Soviétiques, 155000 Hongrois
cherchent refuge en Autriche. Douze ans plus tard, l’invasion de
la Tchécoslovaquie par les forces du pacte de Varsovie provoque
un autre exode. Durant la guerre froide elle oeuvre à la détente
entre les deux moitiés du continent.
Le Staatsvertrag en 1955, ici le balcon du belvédère (3e arrondissment)Pour l’Autriche, le siècle s’achève sur une série d’interrogations.
Après la réunifcation de l’Allemagne en 1989, et la chute du com -
munisme provoque une onde de choc qui retentit à Vienne. La ca-
pitale peut à présent retrouver une position centrale en renouant
les liens d’avant-guerre. Cependant elle subit la pression écono-
mique allemande dont les capitaux sont très présents ( notam-
ment dans les médias ). Formée sur le modèle de la nation poli-
tique, il n’y as pas de doute qu’elle ne soit immunisée contre des
tentations anachroniques.
Mémoire de PFE-Jacek JARA 9Contexte-Vienne aujourd’hui
La capitale compte environ 1.7 millions d’habitants, elle est
un important centre politique international, notamment en raison
de la neutralité autrichienne, puisqu’y siègent l’OSCE, l’OPEP et
diverses agences des Nations unies, comme l’Agence interna-
tionale de l’énergie atomique ou l’ONUDI. Elle a également été
le lieu de signature d’un grand nombre de traités internationaux
sous le nom de Convention de Vienne.
Divisée en 23 arrondissements (Bezirke), ils ont été numérotés
dans l’ordre chronologique de leur création et adhésion à la ville.
UNO City ( 23e arrondissement)
Cette dernière a longtemps été entourée de fortifcations, ce qui
explique la forte densité de son centre historique (Innere Stadt).
Ce n’est qu’à la fn du XIX et au début du XXe siècles que les for -
tifcations sont détruites et peu à peu remplacées par une série
d’équipements publics. On assiste alors à la création des Bezirke.
On peut regrouper les arrondissements comme suit :
Le centre proprement dit (Innere Stadt) est le premier arron-
dissement, c’est l’emplacement de la Vienne historique, sur la rive
droite du Danube. Il est entouré du Ring. l comprend en son sein,
entre autres, le palais impérial Hofburg. Depuis 2001, le centre
historique de Vienne est également classé au patrimoine mondial
de l’UNESCO.

Les arrondissements 2 à 9 entourent le premier dans le
sens des aiguilles d’une montre et lui sont adjacents (sauf le 5e).
Ces arrondissements, tous densément peuplés, sont considé-
rés comme le centre de la ville (avec le premier).
Mémoire de PFE-Jacek JARA 10