Scénographie, espace et représentation

Scénographie, espace et représentation

Documents
25 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • rapport de stage
  • rapport de stage - matière potentielle : synthèse des étapes de réflexion
  • rapport de stage - matière potentielle : sommaire
  • rapport de stage - matière potentielle : principe de fonctionnement
  • rapport de stage - matière potentielle : citation
  • cours - matière potentielle : scénographie
  • rapport de stage - matière potentielle : angles de traitement retenus
  • rapport de stage - matière potentielle : argument général
Scénographie, espace et représentation Bourlot Lora Chambon Mathilde Damon Régis B o u r l o t
  • choix du lieu de présentation du dispositif
  • synthèse des étapes de réflexion
  • portrait du spectateur apparait
  • installation multimédia
  • miroirs
  • miroir
  • techniques
  • technique
  • réflexions
  • réflexion
  • image
  • images
  • spectateurs
  • spectateur
  • spectatrices

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 643
Langue Français
Signaler un problème

Scénographie, espace et
représentation
Bourlot Lora
Chambon Mathilde
Damon Régis
BourlotBourlotRapport de stage
Sommaire
Introduction 4
Argument général 5
« Miroir, mon beau miroir » 5
Angles de traitement retenus 7
Synthèse des étapes de réfexion menant à l’objet fnal 8
Principe de fonctionnement 9
Dramaturgie et processus 9
Schéma des événements 13
Caractéristiques techniques principales 15
Sens produit par le dispositif 17
Description de l’installation 20
Choix du lieu de présentation du dispositif 20
Plan d’installation type 21
Conclusion 22
Annexes 23
Budget 23
Tableau de Picasso 24
Bibliographie 25
3
BourlotRapport de stage
Introduction
Dans le cadre de notre cours de Scénographie, espace et représentation nous avons en
charge la conception d’une installation.
Notre équipe propose ici un dispositif interactif sur le thème suivant : «miroir, mon
beau miroir ».
Ce thème est un fondamental de la scénographie contemporaine, qui s’eforce de
mettre en scène l’espace en vue d’une représentation. Ici l’espace doit être occupé par
une installation multimédia interactive qui dégage sont sens aussi bien de l’œuvre en
elle même, que du lieu de l’installation.
Ce projet s’inscrit dans le cursus de troisième année de l’école d’ingénieur IMAC, une
école qui forme des ingénieurs capable de comprendre les visées artistiques d’une
œuvre multimédia tout en ayant conscience de contraintes technique. Il est donc
l’expression complète de notre savoir faire que se soit en compréhension artistique
que technique.
Nous présenterons dans ce rapport notre démarche de conception, le fonctionnement
de notre dispositif ainsi qu’une description détaillé de son implémentation.
4
BourlotRapport de stage
Argument général
« Miroir, mon beau miroir »
A l’écoute de cette phrase on ne peut s’empêcher de penser au célèbre conte Blanche
Neige et les sept nains. Au-delà de l’aspect narcissique, le conte nous apprend que le
miroir ne sait mentir, nous considérons ainsi que le miroir nous ofre la vérité.
Cependant ne nous limitons pas à ce conte, un miroir à bien des facettes !
Par défnition, le miroir est un objet constitué d’une surface polie – le plus souvent
en verre, mais pour les modèles les plus anciens en métal - qui réféchit les rayons
lumineux.
Cette notion de refet est importante car elle indique que le miroir ne nous ofre
qu’une copie inversée de la réalité et non la réalité elle-même.
De plus, cette « copie » de la réalité n’est que partielle : le champ de vision étant
toujours limité. Pour autant, avec un miroir, une part de « l’invisible » devient visible.
Il nous est en efet possible de voir ce qui se situe derrière nous, l’exemple le plus
parlant étant celui des rétroviseurs de voitures.
Nous pouvons aussi évoquer les imperfections des miroirs, les miroirs déformant, etc.
pour comprendre que la notion de réalité est toute relative.
Mais outre l’aspect physique le miroir a une dimension symbolique.
Comme le suggère son emploi dans le cinéma, le miroir refète le paysage intérieur :
une personne qui se regarde dans le miroir montre qu’il réféchit, notamment sur lui
même.
En littérature, on retrouve fréquemment l’idée de passer de l’autre coté du miroir
et ainsi la notion d’évasion du réel pour accéder au monde du rêve, du merveilleux
comme dans Alice au pays des merveilles.
Le miroir trouve aussi une place toute particulière en science. Il est employé dans de
nombreux appareils tels le microscope, le télescope …
5
BourlotRapport de stage
De multiples expériences se basant sur le comportement face au miroir ont aussi été
réalisées.
Par exemple, pour tester l’intelligence d’un animal l’épreuve du miroir est souvent
utilisée. Cela consiste à placer l’animal seul devant un miroir pour voir s’il se
«reconnaît». Pour ce faire, l’animal est marqué avec de la peinture à un endroit où
il ne peut pas s’observer lui-même, par exemple sur le front. Ensuite, l’observateur
étudie le comportement de l’animal : s’il attaque son refet ou le fuit, c’est signe qu’il
ne comprend pas que c’est lui qu’il voit dans le miroir et non pas un autre animal.
Par contre, s’il tente de savoir ce qu’il y a derrière le miroir, s’il touche la marque de
peinture avec insistance et s’il inspecte diverses autres parties de son corps qu’il ne
peut observer par lui-même, c’est signe qu’il comprend que c’est lui qu’il voit dans le
miroir, et donc cela prouve qu’il a conscience de lui-même.
On parle également du stade du miroir, lorsque l’enfant réalise la synthèse de son
image corporelle devant le miroir en prenant conscience peu à peu de son identité et
de son intégrité propre par rapport au monde extérieur.
6
BourlotRapport de stage
Angles de traitement retenus
Nous avons pu constater que le miroir est lié à divers domaines et peut signifer des
notions diférentes.
Une idée s’est démarquée rapidement à savoir, détourner le regard du « spectateur »,
et l’amener à voir autre chose.
Nous souhaitons ajouter une autre dimension au miroir, pour qu’il ne nous amène à
autre chose qu’à la contemplation.
Dans l’analyse du sujet, nous avons pu voir que le miroir dans sa propre défnition
réféchit ce qui est face à lui. Mais ne serait-il pas intéressant de travailler autour de ce
que nous ne pouvons pas voir.
Notre champ de vision ne nous permet pas de tout voir et ce même face à un miroir.
Aussi si le miroir refète notre image, est-ce vraiment nous ? Nous ne sommes pas
qu’une image.
Enfn plutôt que nous attacher à l’objet miroir en lui-même, nous pensons au concept
de réfexion.
L’homme est lui aussi doter de réfexions.
Le miroir réféchit notre image, mais au travers de celui-ci nous avons pu voir qu’il y
avait aussi une prise de conscience de soi.
Il serait donc intéressant de pousser ces quelques idées pour amener l’utilisateur à la
réfexion.
7
BourlotRapport de stage
Synthèse des étapes de réfexion menant
à l’objet fnal
Nous souhaitons au travers de notre dispositif porter la réfexion sur l’image de soi et
les diférentes facettes de notre personnalité.
Que voit-on et que désire-t-on voir lorsqu’on se regarde dans un miroir ? C’est en
partant de cette réfexion que nous avons décidé de mettre en place ce dispositif.
Plutôt que de montrer au spectateur ce qu’il a l’habitude de voir dans un miroir, nous
avons souhaité « rediriger » son regard et l’amener à se poser certaines questions.
Plutôt que de se contempler, le spectateur réféchi sur son image.
Nous voulions dans un premier temps questionner l’utilisateur sur la perception de
son image. Cependant aucune question générique ne nous paraissait véritablement
pertinente. Nous avons alors estimé qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un point
d’interrogation au bout d’une phrase pour que celle-ci porte à la réfexion.
Nous avons ainsi choisi de travailler sur des citations.
8
BourlotRapport de stage
Principe de fonctionnement
Notre dispositif prend place dans une cabine d’essayage où se trouvent trois caméras.
Pour remplacer le miroir, un écran fera ofce de miroir. L’image difusée sera composée
par les trois captations augmentées d’images de synthèses, de texte etc.
Le spectateur fera l’objet de 5 scènes projetées sur l’écran, destiner à le faire réféchir
sur les thèmes de l’identité et de la connaissance de soi.
Dans un premier temps nous décrirons la composition de chacune des scènes, puis
nous décrirons le schéma des événements et terminerons par expliquer le sens de
l’œuvre.
Dramaturgie et processus
« Il n’y a pas que les miroirs qui réféchissent. » Afn d’amener le spectateur à une
réfexion devant un miroir, notre dispositif transcende le concept de miroir et de
refets par l’utilisation d’un écran et de caméra, afn de multiplier les points de vue et
la richesse de la (des) réfexion(s).
A travers notre installation, nous souhaitons faire réféchir le spectateur sur les
diférentes facettes d’une identité et l’image que l’on projette. Ces thèmes sont
déclinés en scénettes abordant des sujets comme la beauté intérieure, le regard des
autres...
Ces thèmes éminemment personnels en ce qu’il incite à une réfexion personnelle,
comme une introspection, nécessite un lieu clos, où le spectateur se retrouve seul
face à lui même.
Les scènes proposées au spectateur appuient leur réfexion sur des citations. Nous
en avons sélectionné cinq en rapport avec notre thème. Ainsi ces citations traitent de
l’image, du miroir, de la représentation, de la réfexion, du regard.
Chacune d’entre elle sera illustrée par une animation intégrant le spectateur.
9
BourlotRapport de stage
Citation 1 :
Un être ofre à chaque regard un visage diférent, modelé sur le regard même.
Monique Corriveau
Animation/Illustration :
Un portrait du spectateur apparait. Ce portrait est réalisé de façon cubiste tel le portrait
de Dora Maar de Pablo Picasso. Il est composé de diférentes facettes enregistrées par
les trois caméras.
Réfexion : Sous nos multiples facettes nous ne sommes qu’une et même personne.
Citation 2 :
L’image est une chose, l’homme en est une autre, c’est très difcile d’être à la hauteur de
son image
Elvis Presley
Animation/Illustration : Dans un cadre apparaît une photo portrait du spectateur, en
dessous, son refet en vidéo. Son refet grandi (sorte de zoom) essayant d’atteindre le
cadre mais celui-ci s’élève de plus en plus haut pour ne jamais être touché.
Réfexion :
Nous tendons indéfniment vers un idéal de soi, projeté dans le futur. Cette exigence
envers soi même est le moteur de nos ambitions. Mais parfois, lorsque cette image
est médiatisée, elle devient fantasmée par des admirateurs qui s’en emparent et place
la barre très haut.
10
Bourlot