VIVRE MOBILE AUX PORTES DE LA NORMANDIE entre pôle multimodal et vallée de Seine

-

Documents
77 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Niveau: Supérieur, Master, Bac+5
VIVRE MOBILE AUX PORTES DE LA NORMANDIE, entre pôle multimodal et vallée de Seine Requalification de la Caserne Fieschi, Vernon (27) Mémoire de diplôme_Ségolène Falc'hon_juin 2011 Directeur de Diplôme: Samuel Ngue Nogha

  • cohérence des espaces urbains

  • memoire de diplôme

  • question actuelle des réhabilitations d'enclaves mili- taires

  • choix pour le diplôme parce

  • caserne

  • vivre mobile aux portes de la normandie


Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 juin 2011
Nombre de visites sur la page 144
Langue Français
Signaler un problème

VIVRE MOBILE AUX PORTES DE LA NORMANDIE,
entre pôle multimodal et vallée de Seine
Requalification de la Caserne Fieschi, Vernon (27)
Mémoire de diplôme_Ségolène Falc’hon_juin 2011
Directeur de Diplôme: Samuel Ngue NoghaAvant-propos
Ce site n’était pas le mien, il n’avait pas fait l’objet de mon choix pour le
diplôme parce qu’un autre sujet m’avait semblé plus à propos. Mais le fait
est que, en commençant à chercher, la question ne se posait pas à Giverny,
lieu choisi pour mon diplôme, village de Claude Monet accueillant 600
000 touristes entre avril et octobre. En fait, Les problèmes que Giverny
rencontraient étaient davatage le reflet d’un dysfonctionnement du territoire
des portes de l’Eure, que celles du petit village de 500 habitants croulant
sous les touristes.
Ce constat m’a fait douter, et, avec le recul, je ne regrette pas d’avoir saisi
ma chance en changeant de sujet au mois de janvier 2011. J’y voyais
l’opportunité de traiter le problème en amont, à Vernon, ville majeure de
ce territoire des portes de la Normandie. Je décidais alors d’entamer une
nouvelle démarche autour de l’ancienne caserne Fieschi, un site de 13,5
ha étant sur le point d’être requalifié.
Le rapport entre la ville et sa caserne est très ambigü. En fait, Il n’existe pas.
La caserne Fieschi, c’est un bout de ville qui ne se dévoile que ponctuelle-
ment par une démonstration de pouvoir et d’ordre, la cour d ‘honneur. Ses
grandes portes aiguisent la curiosité depuis que la caserne est désaffectée.
Tous les Vernonnais attendent de voir le nouveau visage d’un lieu qu’ils ne
connaissent pas.
La ville a lancé un projet sous la forme d’un dossier de création de ZAC et
d’une réserve foncière pour la gare. Un recour administratif bloque à l’heure
actuelle tout le processus, c’est dans ce cadre que j’interviens sur le site.
A la caserne désaffectée, s’ajoutent deux friches industrielles sur les bords
de Seine, joignant à la question actuelle des réhabilitations d’enclaves mili-
taires, celle du réinvestissement d’un modèle industriel déclinant, tout cela
dans un contexte d’infrastructures très présentes.
Ségolène Falc’hon _ juin 2011 _ Memoire de diplôme 2Avant-propos
Comment orienter la démarche, puis le projet, à des échelles variant de
celle de la région à celle de l’habitat dans une ville de province?
C’est avec intérêt que je me suis penchée sur ces questions.
Mais c’est avant tout avec la volonté de poser les problèmes urbains de front
que j’ai pris le chemin de ce diplôme.
“Le tissu urbain s’est « déchiré », la continuité des enceintes
des villes a été interrompue, et la cohérence des espaces
urbains a été endommagée. Les noeuds, les parcours et les
domaines ont donc perdu leur identité et la ville n’est plus
une totalité que l’on peut représenter.”
(Norberg-Schulz, Seyler 1997, c1981)
“[...]trois grands chantiers peuvent être suggérés ici: privilé-
gier l’urbanisme de tracés plutôt que l’urbanisme de secteurs;
la ville passante plutôt que la juxtaposition; la ville métisse
plutôt que la ville homogène.”
(Mangin 2004, p. 321)
Ségolène Falc’hon _ juin 2011 _ Memoire de diplôme 3Sommaire
Avant-propos 2
Sommaire 4
A la découverte d’un territoire.... 6
...et ses atouts
Qualités paysagères 10
Concentration de services 11
Infrastructures régionales 13
...ses points faibles
Une mauvaise gestion des flux 18
Une densité très inégale 22
Des espaces publics à l’abandon 25
Projets de la ville et de la CAPE (Communauté d’Agglomérations
des Portes de l’Eure)
Réaménagement des quais 29
Le nouveau pont 29
N Déplacement de la gare? 29
Ségolène Falc’hon _ juin 2011 _ Memoire de diplôme 4N

Seine Maritime
Quels sont les enjeux? 30
Méthode 30
Approche théorique 31
Problématique 40


A la rencontre entre quartier, espace public et mobilité Eure
Nouvelle répartition des flux 43
Orienter la ville vers le grand paysage 45
47 Utiliser l’espace public pour assurer la continuité
urbaine
52 Orienter le quartier vers la multimodalité
55 La multimodalité comme pôle attractif
Le détail du pôle multimodal
61 Les enjeux
65 Etape projet
68 Critique
69Conclusion et perspectives
70Remerciements
Ile-deFrance 71Bibliographies
73Annexes
Ségolène Falc’hon _ juin 2011 _ Memoire de diplôme 5A la découverte d’un territoire....
Présentation de Vernon
Situation et ruralité

La commune de Vernon est située en vallée de Seine sur l’axe Paris-Rouen,
à mi-chemin de Mantes-la-jolie et des Andelys. Elle se situe environ à 80 km
de Paris et 50 km de Rouen. Sa population, 27 000 habitants, la place au
deuxième rang des villes de l’Eure, après Evreux. Administrativement, elle
n’a pas le statut de sous-préfecture, la logique des découpages après Révo-
lution l’ayant rattachée à la préfecture d’Evreux.
Vernon se situe aux portes de la Normandie, en limite de la région Ile-de-
France dont elle accueille un certain nombre de ménages désireux d’un
cadre de vie plus agréable.
Elle dispose d’un réseau de communication remarquable: la Seine, de
grands axes routiers et la liaison ferroviaire directe avec Paris.
Dans un département ou la densité est inférieur à 100 habitants au km²,
donc un encore très rural, Vernon a une densité de plus de
700 habitants au km². C’est un pôle urbain, ayant son propre canton et sa
propre communauté d’agglomération, la CAPE.
Vivre dans une ville moyenne
Se pose alors la question de vivre dans une ville moyenne. Ce site, qui
représente dans son ensemble 20 ha, soit plus que le centre historique de
Vernon, a des infrastructures et une taille ouvrant à une échelle régionale Vue de la Seine depuis la Tour des Archives
(tour restante du château construite sous le règne de Philippe-Auguste en 1195)voire nationale. Il s’agit d’optimiser ce caractère et de s’interroger sur la
mobilité et la densité urbaine dans une ville de 25 000 habitants telle que
Vernon. Il s’agit surtout de mesurer l’impact qu’une telle opération peut avoir
sur la ville, avec une taille suffisante pour en bouleverser l’équilibre.
Ségolène Falc’hon _ juin 2011 _ Memoire de diplôme 6A la découverte d’un territoire....
Présentation du site de projet
Situation
Le site de l’ancienne caserne Fieschi compte 13,5 ha de terrain quasiment
vierge à 10 min à pied du centre-ville, à proximité d’une zone d’activité très
orientée alimentaire, proche de la voie de chemin de fer, des axes de circu-
lation majeurs, et en plus par le biais des deux friches industrielles ajoutées
au site d’étude, donnant accès aux quais de Seine. Sur ce site tout le sens
de « je préfère habiter plus loin de Paris mais avoir une bonne qualité de
vie »apparait ou devrait apparaitre.
Vue aérienne de la caserne avec tous ses bâtiments Gestion foncière
Les 13,5 ha du site de la caserne Fieschi sont répartis selon plusieurs ac-
quisitions foncières et plusieurs fonctions. Les 10 ha dédiés à la future ZAC
sont formés par la majorité de l’empreinte de l’ancienne caserne, ainsi que
trois parcelles privées rachetées par la commune. Les 3,5 derniers ha, dont
la totalité appartient à l’emprise de la caserne, sont gardés comme réserve
foncière pour un futur déplacement de la gare de Vernon. La particularité
de ce site est que, mis à part les trois parcelles privées, toute l’opération se
fait sur la même parcelle et la totalité des 13,5 ha appartient déjà à l’EPFN
(Etablissement public foncier de Normandie). En ce qui concerne les deux
friches industrielles, elles appartiennent à la ville de Vernon. Il n’y a donc
pas de contrainte d’acquisition foncière, en revanche la limite entre la ZAC
et la réserve foncière sur le site de la caserne coupe actuellement un bâti-
ment encore présent sur le site: il sera nécessaire de modifier cette limite
pour des questions de gestion et de phasage.
Limites foncières: ZAC et réserve foncière pour la gare
Ségolène Falc’hon _ juin 2011 _ Memoire de diplôme 7A la découverte d’un territoire....
Histoire de Vernon

L’histoire de Vernon remonte à l’époque celtique, son nom signifirait “rivière
bordée d’aulnes”. Sa situation lui acquiert dès le Xème siècle une position
militaire stratégique entre le duché de Normandie, auquel la ville est rat-
tachée, et l’Ile-de-France. C’est un point de passage obligé et surtout une
zone de contrôle entre Rouen et Paris.
Au cours des siècles suivants, la ville est soit sous le contrôle du duc de
Normandie, soit le sujet de convoitise du roi de France, soit sous le contrôle
des Anglais. Au XIIIème siècle, elle obtient le statut de ville royale.
L’enceinte de Vernon sera successivement détruite entre le XVème et le
XVIIIème siècle. Entre 1723 et 1770, le propriétaire du château de Bizy,
à l’époque domaine contigü, fait planter 560 arbres, d’abord des ormes
puis des tilleuls. Ces arbres sont encore présents aujourd’hui sous la forme
d’une double rangée longue de 1,5km. Les communes alentour, dont Bizy,
sont rattachées à Vernon après la Révolution.
La ligne de chemin de fer passant par Vernon est construite en 1843, ren-
forçant encore davantage la position de point de pivot entre Paris et Rouen.
La guerre de 1870-1871 cause des premiers dégâts dans le centre, dûs à
des bombardements prussiens. Toujours en raison de son rôle stratégique,
Vernon va être très marquée par les deux Guerres mondiales: la seconde
est particulièrement dure pour son patrimoine bâti et détruit l’ensemble des
Plan de la ville de Vernon en 1889quartiers du centre. Le visage actuel de Vernon est donc le résultat de la
reconstruction après-guerre, c’est-à-dire des 60 dernières années. Les tracés
ont peu évolué, l’architecture en revanche comporte dans sa grande ma-
jorité des constructions en béton.
Ségolène Falc’hon _ juin 2011 _ Memoire de diplôme 8A la découverte d’un territoire....
Histoire de la caserne
Le couvent des Capucins et la filature de coton
Le site de la caserne Fieschi était au départ le lieu d’établissement des reli-
gieux Capucins, comportant plusieurs bâtiments construits à partir de 1613,
dont la chapelle est encore présente sur le site. Expulsés pendant la Révolu-
tion, le site sera vendu à une filature de coton en 1793, un incendie mettra
fin à cette activité en 1813.
L’activité militaire
Napoléon 1er est, à cette époque, à la recherche d’un site pour y instal-
ler un escadron du train avec ses chevaux (arsenal). Le Capitaine chargé
des recherches propose le site de Vernon, qui sera choisi pour sa situation
proche de Paris et en bord de Seine. Le “Parc de construction”, dont la
construction sera achevée en 1865, poursuivra son activité jusqu’en 1919.
A partir de cette date, le site n’est plus un arsenal mais un casernement
nommé Avernay et accueillant le 11ème régiment d’artillerie. Après la sec-
onde Guerre Mondiale, le site devient un établissement de Réserve Général
de Matériel (E.R.G.M.). Le nom Fieschi ne sera donné à la caserne qu’en
1947, en hommage au Lieutenant-Colonel Fieschi décédé dans un accident
d’avion. La dernière activité de la caserne s’arrêtera avec la désaffectation
du 517ème régiment de transmission en juin 1998.
Ségolène Falc’hon _ juin 2011 _ Memoire de diplôme 9... ses atouts
Qualités paysagères
Caractéristiques

Vernon s’est développée sur la Seine. Elle se situe au
seul endroit où le fleuve se canalise en ligne droite,
pour continuer ses serpentins vers Rouen. C’est la Quais de Seine entre la caserne et le centre ville: un paysage à souligner
Seine qui est à l’origine de tout: la création d’un
lieu presque plat, les falaises qui ont fait de Vernon
une zone stratégique au cours de toutes les guerres,
la Seine donne à Vernon tout son caractère et sa qualité de vie.Quatre
grandes unités paysagères en témoignent:
-la vallée de la Seine
-une rupture de pente au nord séparant la vallée du plateau du
Vexin, qui accueille les masses boisées
-une élévation en amphithéâtre au sud, jusqu’à la forêt de Bizy
-un thalweg au sud-est (le grand-val).
L’urbanisation de Vernon s’est développée naturellement en fonction de ces
contraintes pour former le pôle urbain actuel de 30 000 habitants.
Tout autour de Vernon se développent toujours les paysages de la vallée,
avec de grandes forêts sur la rive gauche, et une pente abrupte encore très
naturelle rive droite. Cette configuration fait de la partie de Vernon, située
rive gauche, le meilleur point de vue pour observer les collines aux vaches,
situées de l’autre côté de la Seine.
Aujourd’hui, ce lien s’est perdu en raison de la présence de la route natio-
nale entre la ville et le fleuve, il ne faut pas cependant oublier qu’il est néces-
saire pour la qualité de vie d’une ville, de l’enraciner dans son lieu afin lui
redonner une identité propre.
Première tranche du nouvel aménagement des quais
Ségolène Falc’hon _ juin 2011 _ Memoire de diplôme 10