//img.uscri.be/pth/71249b449b1127a734c91a72fbe6573654ca51c6
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
Lire

Fiche de révision BAC Français - Biographie de Balzac

De
7 pages

Retrouvez la fiche de révision de la biographie d’Honoré de Balzac pour préparer votre bac français.

Publié par :
Ajouté le : 20 mars 2015
Lecture(s) : 248
Signaler un abus
Nº : 91038
Plan de la Iche :
Fiche Cours
FRANÇAIS
Biographie de Balzac
1. Enfance, études, débuts littéraires (1799-1829) 2. Naissance d’un monde : les premiers chefs-d’oeuvre (1829-1841) 3. La Comédie humaine comme système(1842-1950) 4. Annexe : textes de Victor Hugo
Enfance, études, débuts littéraires (1799-1829)
Toutes séries
Issu d’une famille paysanne du Tarn, Bernard François Balssa(1746-1829), le père d’Honoré, put faire carrière à la faveur de la Révolution. Il fut directeur des vivres militaires à Tours,où Honoré naquit le 20 mai 1799. Issue de la bourgeoisie parisienne, sa mère, Laure Sallambier, était beaucoup plus jeune que son père. Honoré eut deux soeurs : Laure quideviendra Laure de Surville, et Laurence devenue ensuite Madame de Montzaigle. Honoré souffrit du manque d’affection de sa mère qui préférait Henry, ïls adultérin dont le père était Jean de Margonne, châtelain de Saché-en-Touraine, où Balzac a souvent séjourné et travaillé.
De 1807 à 1813, Honoré est pensionnaire au collège des oratoriens de Vendôme, qui devint plus tard le lycée Ronsard.Balzac a évoqué la discipline austère qui régnait chez les oratoriens dansLouis Lambert, roman autobiographique.Voici un demi-siècle, les élèves sanctionnés du collège de Juilly, également tenu par les oratoriens, devaient apprendre des actes entiers duCidde Corneille. Marginal et imaginatif, Honoré n’était guère motivé par les exercices scolaires du collège et séjournait souvent au cachot, dans les « alcôves » ou les « culottes de bois », réduits où il se passionnait pour les livres et les dictionnaires. Pendant six ans, il ne revoit les siens que très rarement, conïné dans l’univers claustral du collège, comme l’étaient sous l’Ancien Régime les cadets du collège militaire de La Flèche. Mais il s’intéresse à des textes « philosophiques » et aurait même initié le projet d’unTraité de la volonté.
En 1813-1814, Honoré est pensionnaire à Paris où son père poursuit sa carrière dans l’intendance. Sa mère reste toujours aussi distante et, dans une lettre amère, l’informe par exemple qu’elle le laisse en retenue dans sa pension pour un mauvais résultat en version latine. Un peu plus tard, il devient étudiant en droit comme il est convenable pour un jeune bourgeois attentif aux ambitions conçues pour lui par sa famille. Bachelier en droit, il suit des cours de philosophie, devient bachelier-ès-lettres, entre comme clerc chez Maître Guionnet-Merville, avoué, puis dans celle d’un notaire. Marqué par ses stages, Balzac évoquera plus tard cet univers pittoresque, routinier et poussiéreux de la basoche dansLe Colonel Chabertla ïgure de Maître Derville., avec
Mais au printemps 1819, Honoré déclare vouloir rompre avec toute profession bourgeoise et afïrme sa volonté dêtre écrivain. Il entend devenir un homme de lettres célèbre, à l’image des ambitions de Lucien de Rubempré dans lesIllusions perduesatteinte. Déjà par une diminution de revenus et désormais installée à Villeparisis, hors de Paris, sa famille est râpée par cette décision. Bourgeoise austère, la mère d’Honoré désapprouve ce choix d’une vie de bohème hasardeuse. Pour devenir un grand écrivain, Honoré est alors installé dans une mansarde à prix modique, rue Lesdiguières, où on lui accorde deux ans pour réaliser sa vocation. Les dessins en coupe des immeubles bourgeois, comme la description de Paris dansFerragusla distribution étagée, montrent que de l’habitat est à l’époque très connotée socialement : les étudiants pauvres logent dans les mansardes, «espèce de tête pleine de science et de génie», écrit Balzac. Ainsi, c’est dans un très modeste logis que Rubempré s’installe à Paris dans lesIllusions perdues, et c’est de là que sont observées les moeurs du boulevard dansFacino Cane, avec la chance pour le romancier de devenir un autre par l’imagination.
Mais c’est dansLa Peau de chagrinqu’apparaît l’écho littéraire le plus saisissant de l’univers de la mansarde, chaude en été et froide en hiver comme il se doit, espace métaphorique de la marginalité mais aussi de la création esthétique, solitaire et féconde. «Rien n’était plus horrible que cette mansarde qui sentait la misère[...]Pendant les dix premiers mois de ma réclusion, je menais cette vie pauvre et solitaire[...].VeniseCette cage était digne des plombs de [...].Je vécus dans ce sépulcre aérien[...] travaillant nuit et jour sans relâche avec tant de plaisir que l’étude me semblait être la plus heureuse solution de la vie humaine.»
© Tous droits réservés Studyrama 2006
Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
1
Nº : 91038
Fiche Cours
FRANÇAIS
Toutes séries
Poète, dramaturge ou romancier, Honoré écrit des textes divers et parvient à achever un drame en vers,Cromwell, destiné à lui apporter la gloire et la fortune. Mais les exigences convenues du genre tragique ne conviennent guère au style impétueux d’Honoré et l’oeuvre, une fois lue en public devant le cercle familial, est jugée mauvaise par Andrieux, professeur au Collège de France et académicien. Honoré poursuit néanmoins ses débuts d’écrivain. Il avait déjà entrepris des textes de spéculation philosophique, les Notes sur la philosophie de la religionet lesNotes sur l’immortalité de l’âmerécits,. Deux Falthurne(1820) etSténie(1821), sont suivis d’unTraité de la prière. Plus particulièrement, Honoré porte son énergie à la réalisation d’aventures romanesques dans le goût romantique du temps. Le public veut des romans excitants, «violents, romantiques, exotiques » remarque Stefan Zweig dans la biographie consacrée au romancier. C’est «de vierges vertueuses, une mixture de poison et de larmes, de sang et d’encens, de corsaires, de crapulerie et de générosité, de magiciennes et de troubadours» réunis «en une boulette romantico-historique», à l’image des romans noirs d’Ann Radcliffe en Angleterre. La mode est au style néo-médiéval avec les romans de Walter Scott. Prisonniers, pages, corsaires, condotierri et sorcières peuplent ainsi le romanFalthurne.
En 1821, Honoré quitte sa mansarde et s’associe à Auguste Le Poitevin de L’Egreville en vue d’une production de romans en série dans le genre naissant du feuilleton sous le pseudonyme de Lord R’ Hoone. Honoré écrit et Poitevin commercialise. Cette quarantaine de romans lui procure quelques revenus, à la satisfaction familiale. Honoré perçoit de huit cents à deux mille francs pour chaque oeuvre (mille francs de l’époque équivalent environ à deux mille euros). Charles Pointel,Les Deux Hector,Jean-Louis ou La Fille trouvée,Le Tartare ou Le Retour de l’exilé,des ArdennesLe Vicaire ,Aroow le pirateetClotilde de Lusignan ïgurent parmi ces oeuvres dont les dernières sont signées Horace de Saint-Aubin. La critique littéraire académique n’y verra que produits marchands de consommation, « cochonnerie littéraire ». D’autres, plus lucides, comprendront qu’Honoré fait là son apprentissage littéraire : à côté de cette littérature facile, il rédige des codes et des physiologies, à la fois textes didactiques et descriptions satiriques des moeurs du temps, vendus à plusieurs milliers d’exemplaires, sans oublier des textes politiques comme uneHistoire impartiale des Jésuites.
Dans ces prémices de sa future oeuvre romanesque, Honoré est déjà contraint à un travail de plusieurs dizaines de pages par jour, dans un retranchement du monde nécessaire à la conquête de la gloire littéraire et de la réussite sociale. Sa liaison avec Laure de Berny, la « Dilecta », de plus de vingt ans son aînée, va le libérer de la tutelle familiale. Madame de Berny va aider matériellement,ïnancièrement et surtout moralement Honoré qui rencontre ainsi conïance,bienveillance et amour, alors qu’il n’avait été soumis jusqu’ici qu’à l’autoritarisme maternel. Madame Balzac ne voyait que prétention dans le génie du jeune homme. Or,Honoré bénéïcie maintenant d’une conseillère maternelle et protectrice. En 1825, Balzac connaît une nouvelle amie en la personne de la duchesse d’Abrantès qui lui ménage de nombreuses relations mondaines.
Après la fabrique de « marchandise littéraire », Honoré connaît une nouvelle étape de sa vie dans le monde des affaires, un levier de la réussite sociale dans le nouvel univers postérieur à la Révolution. Littérature, affaires, Bourse, journalisme, politique : tels furent pour Balzac les vecteurs de la réussite. Ni rentier ni écrivain installé, Balzac est plutôt un de ces ïls de la génération issue de la Révolution, ambitieux, actif et libre d’esprit comme son père. Il entend sortir de l’obscurité et devenir acteur de son siècle, comme Chateaubriand le préconisait pour l’écrivain moderne dans lesMémoires d’outre-tombe. L’artiste classique avait été trop longtemps un homme d’esprit ou de cabinet, distant des réalités sociales et économiques, vivant de ses rentes. Balzac entend au contraire réussir par ses entreprises et son propre travail. Idéaliste et imaginatif, il s’enthousiasme pour une affaire de librairie et d’édition proposée par Urbain Canel à qui il avait conïé son dernier roman,Wann-Chloreouverture d’une imprimerie puis d’une activité de fonderieen petits caractères d’oeuvres classiques, : réédition de caractères se soldent en déïnitive par des échecs ïnanciers, malgré le concours de sa famille et de Madame de Berny. En 1828, Balzac doit soixante mille francs à la suite de sa famille. Sa prodigalité fut telle dans les années qui suivirent que ces dettes ne furent jamais éteintes.
Si cette aventure ruineuse a pu révéler l’inexpérience technique et économique de Balzac ainsi que sa difïculté à mener à bien ses multiples projets dans la vie réelle, elle prouve néanmoins que Balzac n’a jamais méprisé les affaires par vanité intellectuelle, l’essentiel étant d’imaginer, de concevoir de multiples voies de la réussite au prix d’un travail, d’un investissement intense. Cette dure expérience le familiarise enïn avec le monde des affaires, de l’édition et du journalisme. L’aventure du commerce ïgurera au centre deCésar Birotteau, celle de l’édition dans lesIllusions perdues. Balzac a acquis une connaissance de la société et de l’entreprise, des créanciers et des procès, réalités étrangères à l’esthétisme de ses contemporains. Ses grandes épopées littéraires du monde de la bourgeoisie, exactes métaphores ïctives d’une réalité sociale devenue mythologie, n’auraient pu être conçues sans ces expériences et ces déceptions des années de jeunesse.
Naissance d’un monde : les premiers chefs-d’oeuvre (1829-1841)
Surmontant son découragement, Balzac commence une nouvelle étape de sa vie marquée par une installation discrète rue Cassini
© Tous droits réservés Studyrama 2006
Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
2
Nº : 91038
Fiche Cours
FRANÇAIS
Toutes séries
dans un logis meublé avec goût, où il entend échapper aux créanciers. Il songe à faire son chemin et à gagner la gloire littéraire, comme Bonaparte a gagné la gloire militaire : «je l’accomplirai par la plumeCe qu’il a accompli par l’épée, » écrit-il. Soucieux jusqu’ici de faire de l’argent à court terme, sous des pseudonymes, il va désormais écrire sous son nom, Honoré Balzac, et fait paraître en 1829 son premier grand roman,Les Chouansqui ne connaît que le succès relatif de cinq cents exemplaires vendus la première année. Juste après, laPhysiologie du mariaged’un, refonte Code conjugalprécédent,le fait accéder à la célébrité et lui ouvre la porte des salons. Les conditions sont alors favorables à l’expression de son génie : expérience stylistique acquise par des dizaines d’essais, connaissance de la société beaucoup plus lucide qu’en 1820, forte imagination romanesque, amitiés et relations nombreuses, introductions dans le monde du journalisme et de la politique.
La production des années 1830 et 1831 est considérable à travers diverses collaborations à des journaux, soit près de cent cinquante publications en deux ans. La littérature n’est pour Balzac qu’une voie possible de la réussite, l’essentiel étant de dominer le monde par la gloire et par l’argent. Il écrit à sa mère en 1832 : « Tle journalisme, un mariage ouôt ou tard, la littérature, la politique, une grande affaire me feront une fortune».
Désormais lancé, Balzac écrit et publieLa Peau de chagrinen 1831,La Femme de trente ansla même année,Le Colonel ChabertetLouis Lamberten 1832,Eugénie GrandetetLe Médecin de campagneen 1833,La Recherche de l’absoluDès 1830, Balzac organiseen 1834. des regroupements aïn de conférer à son oeuvre une organisation d’ensemble : il rassemble lesScènes de la vie privéepuis viennent lesEtudes de moeursIl regroupe également lesen 1834. Romans et contes philosophiques.Vingt volumes d’Etudes philosphiquesvont ainsi paraître de 1834 à 1840. e En 1833, Balzac signe un contrat pour la publication desEtudes de moeurs au XIX siècledouze volumes parus jusqu’en, dont les 1837 comprennent lesScènes de la vie privée, lesScènes de la vie de province et lesScènes de la vie parisiennelettre. Dans une d’octobre 1834 adressée à Madame Hanska, Balzac décrit son système de manière synthétique, distribue son oeuvre enEtudes de moeurs,Etudes philosophiques,Etudes analytiques: il uniïant toutentend créer un monde romanesque rivalisant avec le monde réel, en un seul système, avec comme principe le retour des personnages, lequel est appliqué de manière systématique dansLe Père Goriotparu en 1835.Tout peut être décrit grâce à des « types » humains symboliques et signiïcatifs. Les observations sociales de la jeunesse prennent corps dans le roman. Balzac veut «devenir l’historien de son propre temps, le psychologue et le physiologue, le peintre et le médecin, le juge et le poète de ce monstrueux organisme qui s’appelle Paris, laFrance, le monde» (Stefan Zweig). Cette conscience de sa tâche oriente désormais sa vie. Il écrit en 1835 : «Je veux gouverner le monde intellectuel en Europe ; encore deux ans de patience et de travaux et je marcherai sur toutes les têtes de ceux qui veulent me lier les mains, retarder mon vol !» Les publications se poursuivent tout au long de la décennie :Le Lys dans la valléeen 1835,L’Histoire des treizede 1833 à 1835, le début desIllusions perdues,César Birotteauen 1837 etLe Curé de villageen 1839.
La vie mondaine de Balzac est active, ses voyages à l’étranger multiples et ses relations féminines le lient à Laure de Berny, à Madame d’Abrantès et à la duchesse de Castries qui l’introduit après 1830 dans le milieu légitimiste dont l’inuence sociale est certaine en dépit de la mutation politique de 1830 qui voit l’arrivée des orléanistes au pouvoir avec Louis-Philippe. Introduit dans les salons aristocratiques du faubourg Saint-Germain, Balzac afïche ses distances avec le nouveau pouvoir bourgeois dont il méprise la médiocrité. Il afïche même quelques ambitions politiques en 1831 et 1832. Ironisant sur les dirigeants de la Monarchie de Juillet, Balzac s’adresse à eux en mettant en cause leurs «habits mesquins», leurs «révolutions manquées«», leurs bourgeois discoureurs», leur « religion morte, leurs pouvoirs éteints» et leur «roi en demi-solde». Le choix du légitimisme permet à Balzac, ïls de plébéien, d’afïrmer sa singularité.
Quel portrait faire de Balzac dans le monde ? Balzac avait hérité de la verve et de la vitalité de son père, libre d’esprit, ouvert aux idées nouvelles, aux opportunités de carrière et lui-même auteur de brochures sur divers sujets sociaux. Apparu sur la scène du monde parisien après 1830, Balzac était fasciné par l’aristocratie et menait volontiers un mode de vie ostentatoire : dandy, il possède un tilbury, des chevaux, une loge à l’Opéra, du mobilier de luxe et des objets d’art ; sa tenue vestimentaire est plutôt voyante en dépit de sa critique de ceux qui en font trop dans leur mise (Traité de la vie élégante). Toutefois, il reste perçu comme un plébéien par son refus des règles mondaines et son exubérance d’autant plus forte qu’il reste ordinairement cloîtré dans le silence de son travail de romancier. Il est jugé trop loquace et coupe souvent la parole. Soucieux de son indépendance et conscient de la valeur de son travail, il lui est difïcile de s’intégrer à l’univers des mondains oisifs qui n’effectuent pour leur part aucun travail littéraire et qui méconnaissent précisément son propre travail. Tout en subissant les railleries de la « bonne société » et des journalistes aigris et jaloux, il éprouve la difïculté concrète de briller dans le monde tout en étant supérieur en littérature. Sans pouvoir toutefois se dispenser de la mondanité, Balzac éprouve la superïcialité des salons et veut en être indépendant. On rapporte une anecdote selon laquelle Balzac, fatigué d’une discussion mondaine, décida de rentrer chez lui pour retrouver l’univers plus réel de son roman. Ne voyant en lui qu’un original, certains méconnaissent sa démarche, cette nécessité de l’isolement indispensable à la création, ce qui explique son « exubérance » dans les moments de liberté après une tension intense. Loin de la mythologie de l’écrivain génial et inspiré, Balzac est avant tout un travailleur de la plume. Ses soixante-quatorze romans – sans compter ses articles et nouvelles – lui ont permis de créer un monde autonome, tout un peuple romanesque, un espace aux dizaines de lieux et aux milliers de personnages (plus de deux mille) dont plusieurs centaines sont présentées au visiteur par
© Tous droits réservés Studyrama 2006
Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
3
Nº : 91038
Fiche Cours
FRANÇAIS
Toutes séries
des gravures sur bois dans l’une des salles de la maison qu’il loua pendant sept ans à partir de 1840, sous le nom de Monsieur de Breugnol, rue Basse, actuellement au 47 de la rue Raynouard. Dans ce «trou de Passy où je vis comme un rat[…]il n’y a que solitude pour un homme qui travaille seize heures par jour.» De la petite table de son cabinet de travail, Balzac afïrme qu’«elle fut témoin de mes angoisses, de mes misères, de mes détresses, de mes joies, de tout[...]Mon bras l’a presque usée à force de s’y promener quand j’écrisBalzac passe».Après avoir dormi de dix-huit heures à minuit, de longues heures à écrire, vêtu d’une robe de chambre blanche qui lui confère une allure monacale. Il veille au type de papier et de plume employé. « Excitant moderne », le café qu’il consomme se compose de trois types de grains, bourbon, martinique et moka, achetés chez trois marchands distincts. Le silence de la nuit et les rideaux tirés l’isolent du monde extérieur ; les difïcultés ïnancières comme les déconvenues auprès des journalistes se dissipent et seul le monde ïctif intérieur s’exprime désormais. Balzac s’en libère sur le papier sans le secours de notes préparées. Le matin venu, il poursuit son travail de galérien des Lettres avec la correction des épreuves apportées par des coursiers, et l’on pense à ce vers de Boileau issu deL’Art poétique: «Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage».
A la différence de Flaubert qui contracte, Balzac crée presque systématiquement un nouveau texte par une série d’expansions autour du texte initial. Il réécrit plusieurs fois la même page et, comme en atteste le manuscrit deLa Vieille Fille, il est très soucieux de la perfection de son texte et exige le bon à tirer de ses éditeurs-imprimeurs. Les relations de Balzac avec ses éditeurs ont d’ailleurs été souvent orageuses. Sans dépenses somptuaires et sans dettes, Balzac aurait pu vivre de ses textes, romans, feuilletons et collaborations aux journaux, en particulier grâce à Emile de Girardin. Les rémunérations sont assez conséquentes et permettent de vivre largement à Paris avec trois mille francs par an. Un roman rapporte l’équivalent de 1 000 à 10 000 euros et un journaliste peut gagner six mille euros mensuels. Et, au XIXe sicèle, la ïscalité n’existe pas ; il en va de même pour les investissements informatiques.
Toutefois, si Balzac n’a pas le proïl « bohème » de Rimbaud ou de Baudelaire, il n’est pas non lus un écrivain installé et consacré comme le furent Hugo et Chateaubriand, sa réussite ne fut pas déïnitive et on ne peut pas parler à son propos de « carrière » au sens académique. Lié aux salons et au journalisme, Balzac pensait néanmoins qu’il était difïcile de réussir dans le monde sans renoncer à soi-même. Aussi, défend-il sans cesse son travail face aux éditeurs, bataillant, comptant sur ses seules forces, se chargeant de tous les papiers, sans secrétaire ni avocat, du moins en ses débuts. Il est souvent en retard dans la remise de ses manuscrits et doit compter, pour régler ses dettes, sur des avances ïnancières, des « à-valoir » perçus avant même d’écrire ses romans... Avant 1841, il travaille avec plusieurs éditeurs : Madame Louise Béchet à partir de 1831, qui va éditer lesEtudes de moeursde 1834 à 1837, puis Werdet, Buloz, Bohain, Mame et Gosselin qui vont le menacer d’un procès au civil pour inïdélité au moment de la parution duMédecin de campagne.
Après 1841, Balzac conïe à Furne toute l’édition deLa Comédie humaineles citedéfend la condition de tous les écrivains, . Balzac avec bienveillance mais lui-même doit subir les critiques acerbes de Saint-Beuve. Néanmoins, Jules Sandeau, George Sand et Victor Hugo lui témoignent leur amitié ; mais ses échecs successifs à l’Académie française en 1839 et en 1848 montrent qu’il ne jouit pas de l’estime de la classe littéraire installée qui sera également indifférente à des écrivains comme Proust ou Céline. Pour sa part, Balzac est soucieux de solidarité : il soutient Stendhal et le félicite pourLa Chartreuse de Parmepréoccupe du. Il se devenir et de la promotion de ses propres ouvrages comme il cherche à unir les écrivains pour la défense du droit des auteurs, à travers son activité au sein de la nouvelle Société des Gens de Lettres.
S’il est vrai que Balzac a connu ce retranchement, cette distance nécessaire à la création romanesque, il est essentiel de comprendre par ailleurs qu’il différait totalement des notables des Lettres, individualistes esthétisants, indifférents aux réalités de l’édition comme au devenir de leurs oeuvres. Balzac passait son temps à écrire, mais aussi à veiller à de meilleures éditions de ses ouvrages, à entretenir des contacts avec la presse, à relancer des projets, ce qui révèle qu’il fut pleinement en phase avec son temps. La décennie que nous examinons montre que Balzac fut l’enfant de son siècle, manifesta sa prodigieuse vitalité dans ses activités, au-delà de la littérature : journalisme, projets théâtraux, vie mondaine, voyages, entreprises ïnancières, projets immobiliers et économiques, relations féminines.
Les journalistes parisiens qui « font l’opinion » lui sont souvent défavorables, ce qui ne l’écarte pas pour autant du monde des journaux. Il entretient des contacts avec Emile de Girardin. Certains romans paraissent en feuilletons ; il collabore à divers journaux tels queLa Revue de Paris,LaRevue des Deux Mondes ou leRénovateurqui est une feuille légitimiste. Il prend une participation majoritaire et dirige en 1836La Chronique de Parisfeuille légitimiste qui ne lui apporte pas le succès, autre escompté. Il fonde, quatre ans après, l’éphémère Revue parisienne où il publie un article en hommage à Stendhal pourLa Chartreuse de Parme. Le théâtre, tout comme les textes philosophiques, était une ancienne et constante préoccupation de Balzac, qu’il estimait à l’égal du roman et dont il espérait une forte rentabilité ïnancière. Une pièce réussie pouvait rapporter cent ou deux cent mille francs.Il porte à la scène des romans dramatisés,Vautrin,L’Ecole des ménages,Les Ressources de QuinolaetPaméla Girauddes succès, avec très inégaux : les sifets et les chahuts succèdent aux salles presque vides.
© Tous droits réservés Studyrama 2006
Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
4
Nº : 91038
Fiche Cours
FRANÇAIS
Toutes séries
La vie mondaine était riche de rencontres avec ses amis, de fréquentation des salons et de voyages. Balzac visite la duchesse d’Abrantès et la duchesse de Castries qui l’introduit dans le milieu légitimiste qu’il rallie a rès 1830. Il fréquente la comtesse Guidoboni-Visconti, rend visite à ses amis Carraud à Frapesle, Margonne à Saché-en-Touraine. Il voyage en Suisse, en Autriche et en Italie, séjour de prédilection des écrivains romantiques dans la tradition du voyage de loisir qui dure plusieurs mois. Il rencontre Metternich en Autriche, Talleyrand en Touraine et George Sand à Nohant dans le Berry. La gloire littéraire lui semble mieux honorée à l’étranger, en Italie surtout, à Milan et à Venise, que dans le milieu parisien.
Le travail intensif et la notoriété lui procurent des revenus confortables. En 1832, il reçoit par exemple vingt-sept mille francs de Madame Béchet pour la réédition desScènes de la vie privée, de la vie de province et de la vie parisienne. En 1837, il écritCésar Birotteaupour vingt mille francs, et ses cinq romans par an lui rapportent de soixante à cent mille francs, ce qui lui permet de régler une partie de ses dettes. Mais l’année antérieure, 1836, malgré les succès récents duPère Goriotet d’Eugénie Grandet, fut plutôt difïcile : en retard sur les échéances des contrats, Balzac se brouille avec Buloz, l’un de ses éditeurs et ailleurs directeur de revue inuent. Buloz exige des dommages et intérêts si l’oeuvre n’est pas achevée à temps. Pour liquider ses dettes, Balzac se lance dans deux projets : celui des Jardies à Sèvres, en 1837, l’autre en Sardaigne. Le premier projet est une spéculation foncière : Balzac achète un domaine à Sèvres, y étend des constructions coûteuses en travaux et souhaite même, dit-on, y développer la culture de l’ananas et des vignes. L’entreprise devient un gouffre ïnancier et échoue en liquidation. L’autre projet le mène en Sardaigne pour devenir propriétaire de mines d’argent : voyage inutile puisque Balzac découvre le terrain déjà exploité. Ces deux exemples révèlent une faculté d’imaginer, de concevoir de multiples projets mais dont la concrétisation devient difïcile et ruineuse.
La situation ïnancière catastrophique de Balzac le mène à fuir les huissiers et les créanciers en dissimulant son identité et en s’installant dans plusieurs domiciles successifs ; rue Cassini, rue des Batailles, rue Basse, puis rue Fortunée – actuellement rue Balzac. Installé par exemple rue Cassini, Balzac use de ruses pour tenir les créanciers à distance : mots de passe périodiquement changés ou sorties multiples... Il est également recherché en 1836 et en 1839 pour s’être soustrait aux obligations de service de la Garde nationale, milice bourgeoise de l’époque de Louis-Philippe.
Faire fortune, s’installer et se marier : tels sont les buts de Balzac, écrivain de l’âge romantique et bourgeois. Il reçoit à la ïn de 1832 une lettre d’une admiratrice, signée « L’Etrangère », une aristocrate polonaise qui réside à Wierzchownia en Ukraine et qui est mariée à un mari âgé. Balzac va entretenir avec Madame Hanska une longue amitié littéraire, une correspondance passionnée, dont le premier jalon est une réponse faite à sa première lettre par le biais deLa Gazette de France.
Il rencontre celle qu’il surnomme « L’Etoile polaire » à Neufchâtel en 1833. Il la reçoit à Vienne en 1835, avant une séparation de huit ans. C’est Balzac qui doit se déplacer, organiser des voyages coûteux et complexes dans des conditions parfois aventureuses ou rocambolesques pour voir Madame Hanska sans éveiller les soupçons du mari ; celui-ci découvre un jour une lettre d’amour passionnée dont Balzac dut avouer qu’elle «n’était qu’un modèle littérairequi était un mensonge opportun.», ce On a beaucoup dit et écrit sur la relation de Balzac et de Madame Hanska. Si Balzac lui portait de sincères sentiments amoureux et espérait le mariage, Madame Hanska tint le romancier à distance pour plusieurs années et ne vit là qu’une forte amitié littéraire. Elle appréciait le talent de Balzac, jugeait sa compagnie plaisante tout en conservant des réticences de classe face à un plébéien dans une Russie à l’époque plutôt fermée à la France issue de la Révolution.
La Comédie humaine comme système (1842-1850)
Ce qui ouvre cette période est la constitution de l’oeuvre de Balzac en système organique, sous le titreLa Comédie humaine, dont Furne et Hetzel doivent procéder à l’édition complète. Dix-sept volumes vont paraître jusqu’en 1848. Des dessinateurs et caricaturistes comme Cavarni, Daumier et Monier sont chargés des illustrations. Balzac lui-même s’occupe du classement : aux dix-sept volumes parus viennent s’ajouter trois autres tomes, dont un de théâtre et un autre de contes drolatiques. L’ensemble comprend trois parties : études de moeurs, études philosophiques, études analytiques. La première partie est elle-même divisée en multiples scènes.
L’Avant-proposde 1842 est un texte théorique à valeur de manifeste où Balzac afïrme ses convictions catholiques et légitimistes : « J’écris à la lumière de deux vérités éternelles : la Religion et la Monarchiesurtout la démarche littéraire de». Mais il explique La Comédie humaine.Tout comme les espèces animales – étudiées en particulier par Geoffroy Saint-Hilaire –, les espèces humaines et sociales sont différenciées et très complexes. Balzac veut donc peindre cet univers, «faire concurrence à l’Etat civil, devenir le secrétaire de la société française», écrire l’histoire des moeurs, oubliée par les historiens. Il faut donner la vie à quelques milliers de personnages et de types humains : étudiants, anciens forçats, aristocrates, rentiers, employés, commerçants, courtisanes... Il faut parcourir tous les lieux, du boulevard parisien qui s’anime, des magasins, des bureaux et des salons aux ruelles les plus silencieuses et les plus étroites de la province, là où se jouent des drames muets. Balzac se fait donc démiurge omnicient. «La Comédie humaine », c’est l’imitation de « Dieu le Père», écrivit Thibaudet à propos de l’oeuvre. © Tous droits réservés Studyrama 2006 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com 5
Nº : 91038
Fiche Cours
FRANÇAIS
Toutes séries
Balzac pensait avoir tout achevé en quelques années, avoir parcouru tous les univers professionnels, politiques et militaires... jusqu’à l’écriture d’uneAnatomie des corps enseignantsvolumes sont mentionnés par lui dans le catalogue de l’oeuvre. Cent quarante-quatre établi en 1845, mais cinquante ne furent pas exécutés. Le titre lui-même,La Comédie humaine, utilise la métaphore théâtrale pour désigner la société comme jeu d’apparences, selon les leçons amères de l’observation des salons mondains par Balzac, comme par ses personnages, Rastignac et Rubempré.
Dans cette décennie, Balzac publie les oeuvres de la maturité :Le Curé de villageen 1841,La Femme de trente anssous sa forme ultime,La RabouilleuseetLes Parents pauvresIl achève les(Le Cousin Pons et La Cousine Bette) en 1847. Illusions perduesainsi que Splendeurs et Misères des courtisanespuissante des passions l’emporte dans ses dernières oeuvres.. L’évocation
La vie affective le mène en cette période vers Madame Hanska. En janvier 1842, on apprend le décès de Monsieur Hanski ; Balzac relance alors son projet de mariage avec une épouse idéale qui pourrait le libérer de ses dettes. Après huit ans de séparation, Honoré retrouve Eva en 1843 à Saint-Petersbourg et parcourt l’Europe avec elle. Les années suivantes, Eva diffère sa réponse positive dans l’attente du mariage de sa ïlle, qui a lieu en 1846. La même année, Balzac est désespéré par la naissance d’un enfant mort-né venu de leur union. Il fait installer pour Madame Hanska la maison parisienne de la rue Fortunée, lourdement et richement ornée. Il court les antiquaires, achète de nombreux objets d’art, monte des collections. Il séjourne plusieurs mois en Ukraine auprès d’Eva en 1847 et au début de 1850. Balzac n’est pas un notable : sa vie est jugée plutôt instable. Eva le qualiïe de « Bilboquet » ou de « pauvre Balzac » mais consent à l’épouser en mars 1850. Ils s’installent à Paris en mai de la même année. La distance sociale est évidente entre Eva et la mère de Balzac qui se tient à l’écart de la rue Fortunée. Le mariage comble l’écrivain. «J’ai épousé la seule femme que j’ai aimée... J’aurai le plus brillant de tous les étés, le plus doux de tous les automnes» écrit-il à Zulma Carraud. Mais la santé de Balzac se dégrade. Il ne peut plus lire ni écrire et souffre de pathologies cardiaques, pulmonaires et cérébrales. Selon la formule consacrée, il décède le 18 août 1850 « épuisé par le travail ». Ainsi s’achève le roman d’une vie où Balzac a pu surtout donner force à ses rêves par l’écriture.
Annexe : textes de Victor Hugo
Le premier texte qui suit est extrait deChoses vueset raconte la dernière visite que ït Hugo à Balzac au soir du 18 août 1850, le second est celui qu’il prononça sur sa tombe le 22 août.
La mort de Balzac
Nous traversâmes un corridor, nous montâmes un escalier couvert d’un tapis rouge et encombré d’objets d’art, vases, statues, tableaux, crédences portant des émaux, puis un autre corridor, et j’aperçus une porte ouverte. J’entendis un râlement haut et sinistre.
J’étais dans la chambre de Balzac.
Un lit était au milieu de cette chambre. Un lit d’acajou ayant au pied et à la tête des traverses et des courroies qui indiquaient un appareil de suspension destiné à mouvoir le malade. M. de Balzac était dans ce lit, la tête appuyée sur un monceau d’oreillers auxquels on avait ajouté des coussins de damas rouge empruntés au canapé de la chambre. Il avait la face violette, presque noire, inclinée à droite, la barbe non faite, les cheveux gris et coupés court, l’oeil ouvert et ïxe. Je le voyais de proïl et il ressemblait ainsi à l’Empereur [...].
Une odeur insupportable s’exhalait du lit. Je soulevais la couverture et je pris la main de Balzac. Elle était couverte de sueur. Je la pressais. Il ne répondit pas à la pression.
C’était cette même chambre où j’étais venu le voir un mois auparavant. Il était gai, plein d’espoir, ne doutant pas de sa guérison, montrant son enure en riant.
Nous avions beaucoup causé et disputé politique. Il me reprochait ma « démagogie ». Lui était légitimiste [...].
Il me disait aussi : « J’ai la maison de M. de Beaujon, moins le jardin, mais avec la tribune sur la petite église du coin de la rue. J’ai là dans mon escalier une porte qui ouvre sur l’église. Un tour de clef et je suis à la messe. Je tiens plus à cette tribune qu’au jardin. »
Quand je l’avais quitté, il m’avait reconduit jusqu’à cet escalier, marchant péniblement, et m’avait montré cette porte, et il avait crié à sa femme : « Surtout, fais bien voir à Hugo tous mes tableaux ». © Tous droits réservés Studyrama 2006 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com 6
Nº : 91038
La garde me dit : – Il mourra au point du jour.
Fiche Cours
FRANÇAIS
Toutes séries
Je redescendis, emportant dans ma pensée cette ïgure livide ; en traversant le salon, je retrouvais le buste immobile, impassible, altier et rayonnant vaguement, et je comparai la mort à l’immortalité.
Le discours de Victor Hugo au Père-Lachaise
Tous ses livres ne forment qu’un livre, livre vivant, lumineux, profond, où l’on voit aller et venir et marcher et se mouvoir, avec je ne sais quoi d’effaré et de terrible mêlé au réel, toute notre civilisation contemporaine : livre merveilleux que le poète a intitulé comédie et qu’il aurait pu intituler histoire, qui prend toutes les formes et tous les styles, qui dépasse Tacite et qui va jusqu’à Suétone, qui traverse Beaumarchais et qui va jusqu’à Rabelais ; livre qui est l’observation et qui est l’imagination ; qui prodigue le vrai, l’intime, le bourgeois, le trivial, le matériel, et qui par moments, à travers toutes les réalités brusquement et largement déchirées, laisse tout à coup entrevoir le plus sombre et le plus tragique idéal.
A son insu, qu’il le veuille ou non, qu’il y consente ou non, l’auteur de cette oeuvre immense et étrange est de la forte race des écrivains révolutionnaires. Balzac va droit au but. Il saisit corps à corps la société moderne. Il arrache à tous quelque chose, aux uns l’illusion, aux autres l’espérance, à ceux-ci un cri, à ceux-là un masque. Il fouille le vice, il dissèque la passion. Il creuse et sonde l’homme, l’âme, le coeur, les entrailles, le cerveau, l’abîme que chacun a en soi. Et, par un don de sa libre et vigoureuse nature, par un privilège des intelligences de notre temps qui, ayant vu de près les évolutions, aperçoivent mieux la ïn de l’humanité et comprennent mieux la providence, Balzac se dégage souriant et serein de ces redoutables études qui produisaient la mélancolie chez Molière et la misanthropie chez Rousseau.
L’homme qui vient de descendre dans cette tombe était de ceux à qui la douleur publique fait cortège. Dans les temps où nous sommes, toutes les ïctions sont évanouies. Les regards se ïxent désormais, non sur les têtes qui règnent, mais sur les têtes qui pensent et le pays tout entier tressaille lorsqu’une de ces têtes disparaît. Aujourd’hui, le deuil populaire c’est la mort de l’homme de talent ; le deuil national c’est la mort de l’homme de génie. Messieurs, le nom de Balzac se mêlera à la trace lumineuse que notre époque laissera dans l’avenir...
Sa mort a frappé Paris de stupeur. Depuis quelques mois, il était rentré en France. Se sentant mourir, il avait voulu revoir la patrie, comme la veille d’un grand voyage on vient embrasser sa mère ! Sa vie a été courte, mais pleine : plus remplies d’oeuvres que de jours !
Hélas ! Ce travailleur puissant et jamais fatigué, ce philosophe, ce penseur, ce poète, ce génie a vécu parmi nous cette vie d’orages, de luttes, de querelles, de combats, commune dans tous les temps à tous les grands hommes. Aujourd’hui le voici en paix. Il sort des contestations et des haines. Il entre le même jour dans la gloire et le tombeau. Il va briller désormais au-dessus de toutes ces nuées qui sont sur nos têtes parmi les étoiles de la patrie !
Non, ce n’est pas l’Inconnu ! Non, je l’ai déjà dit dans une autre occasion douloureuse et je ne me lasserai pas de le répéter, non, ce n’est pas la nuit, c’est la lumière ! Ce n’est pas la ïn, c’est le commencement ! Ce n’est pas le néant, c’est l’éternité. N’est-il pas vrai, vous tous qui m’écoutez ? De pareils cercueils démontrent l’immortalité.
© Tous droits réservés Studyrama 2006
Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
7