//img.uscri.be/pth/0cd8c14fa07041b35a74dc8fd8e2020594aca222
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
Lire

Fiche de révision BAC Français - Biographie et Autobiographie

De
3 pages
Retrouvez la fiche de révision du genre biographique pour préparer votre Bac de français.
Plan de la fiche :
1. La biographie
2. L’autobiographie
"La biographie est le récit de la vie d’une personne où le narrateur et l’auteur se confondent et se distinguent du personnage principal. Il s’agit d’un récit mené à la troisième personne, qui relate une vie réelle, très souvent passée, achevée et qui relève d’un discours narratif, d’une démarche chronologique.
La biographie est un genre historiquement ancien, qui remonte à l’Antiquité et qui connaît une évolution considérable au fil des siècles.Ce genre était alors utilisé afin de relater, oralement ou par écrit, la vie de personnages illustres tels des politiques, des philosophes."
Voir plus Voir moins
Nº : 09008
Plan de la Iche
1. La biographie 2. L’autobiographie
Fiche Méthodologie
FRANÇAIS
Toutes séries
Le biographique
LE TALENT C’EST D’AVOIR ENVIE
Le terme biographique vient du grecbio, la vie, etgrapheincomparé au portrait et à l’autoportrait en peinture,, écrire. Souvent le biographique est donc un récit de la vie d’une personne par une autre (biographie) ou de celle d’un auteur par lui-même (autobiographie).
La biographie
La biographie est le récit de la vie d’une personne où le narrateur et l’auteur se confondent et se distinguent du personnage principal. Il s’agit d’un récit mené à la troisième personne, qui relate une vie réelle, très souvent passée, achevée et qui relève d’un discours narratif, d’une démarche chronologique. La biographie est un genre historiquement ancien, qui remonte à l’Antiquité et qui connaît une évolution considérable au ïl des siècles. Ce genre était alors utilisé aïn de relater, oralement ou par écrit, la vie de personnages illustres tels des politiques, des e philosophes. Plutarque, dansVies parallèlesVécrit la vie des hommes du il déïnit le caractère en fonction desiècle av. J.-C. dont leurs actions. Au Moyen Age, dans un souci religieux, la biographie sert essentiellement à faire connaître la vie des saints à travers leurs vertus, tandis qu’à la Renaissance ce sont les artistes qui sont au centre du récit. Giorgio Vasari (1511-1574), peintre, architecte et auteur italien, publie en 1550 le premier grand ouvrage biographique faisant aussi ofïce de première étude critique sur l’art, intituléLes Vies des plus excellents peintres, sculpteurs et architectesouLes Vies. e Progressivement, à partir du XVII siècle, tandis que le terme « biographie » fait son apparition dans les dictionnaires, les biographes s’intéressent non plus seulement à la vie des grands mais de plus en plus aux vies privées et ordinaires, privilégiant le caractère psychologique d’un personnage et de son évolution au sein de la société. L’individualité devient source d’inspiration. e A la ïn du XXLes biographes dirigent leurs écrits non plus forcémentbiographies se font de plus en plus fréquentes. siècle, les de façon chronologique mais davantage pour tenter de répondre à des interrogations, à des mystères qui n’ont pas été élucidés. Ainsi, en 1996, l’auteur suisse Myriam Anissimov, dansPrimo LeviouLa Tragédie d’un optimistecomment l’Histoire, aussi, veut montrer tragique soit-elle, peut inuer sur la vie privée d’un auteur. De la même façon elle tente en 2004 de mettre en lumière le caractère « mystique » d’un auteur aux facettes multiples dansRomain Gary le caméléonen élaborant un travail d’investigation considérable, jusqu’à remonter aux ancêtres de l’écrivain. La motivation d’un biographe peut aussi répondre à un besoin personnel, c’est-à-dire à une passion vouée à un personnage. L’anglais Knowlson, en 1999, entreprend l’écriture de la vie de Beckett. Il parvient, tout en restant au plus proche de la réalité dans sa description de la vie du dramaturge irlandais, à lui rendre hommage et à le faire connaître en apportant des éléments complémentaires aux biographies déjà existantes. De plus, les biographies ne sont plus essentiellement des récits de vies historiquement éloignées. Les contemporains suscitent un intérêt croissant et une nouvelle façon de mener le récit d’une vie se dessine et devient de plus en plus récurrente. Les biographes n’hésitent pas à mêler au récit leur propre vécu. Ole Wilel, dansun conLit irrésoluKaren Blixen, , enrichit la biographie de l’étonnante femme de lettres danoise de documents inédits, d’entretiens et de conversations privés. Il réussit non seulement à donner plus d’authenticité à son texte mais il permet une meilleure approche et une meilleure connaissance de Blixen et de son œuvre.
L’autobiographie
Du grecautoest par déïnition un genre qui a toujours été contesté. Genre très souvent qualiïé desoi-même, l’autobiographie « subjectif », la question d’authenticité est au centre des préoccupations des critiques. Il est tout de même reconnu en tant que e genre littéraire à partir du XVIII siècle avecLes Confessionsde Rousseau. L’autobiographie est le récit de la vie d’un auteur par lui-même. Mené à la première personne, c’est un récit rétrospectif qui est souvent entrepris tardivement. Il alterne passé (évocation des souvenirs) et présent (bilan). L’auteur, le narrateur et le personnage principal ne font qu’un.
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
En partenariat avec :
1
Nº : 09008
Fiche Méthodologie
FRANÇAIS
Toutes séries
LE TALENT C’EST D’AVOIR ENVIE
L’autobiographie prend sa source dans un passé plus proche que ne l’a fait la biographie. On considère la naissance du genre aux e alentours du IV siècle avec saint Augustin et sesConfessionseffet, jusqu’alors, s’intéresser à soi-même apparaissait vide de sens. En et dépourvu d’utilité mais, avec l’émergence du christianisme, ce sont l’introspection et l’examen de conscience qui s’imposent e comme les principales motivations des autobiographes. Plus tard, au XVI siècle, l’autobiographie devient un moyen de s’interroger sur l’humanité entière. Ainsi, dans ses Essais Montaigne se présente comme étant lui-même «la matière de (son) livre» et afïrme e que «tout homme porte (en lui) la forme entière de l’humaine conditionsiècle et avec les».A partir du XVIII Confessionsde Rousseau, l’autobiographie atteint son apogée. Depuis, presque tous les auteurs ont fait retour sur eux, sur leur passé, grâce à leurs écrits. Cependant une question essentielle se pose concernant ce genre ; celle de l’authenticité. En effet, entreprendre le récit de sa vie signiïe faire un choix dans les épisodes et les événements relatés. Une vie entière ne peut être racontée et cela implique quelques alternatives. La mémoire n’étant pas infaillible, le récit autobiographique peut souligner des omissions voulues ou non de la part des auteurs. La réalité peut être « retravaillée » selon l’objectif que se ïxe l’autobiographe et le point de vue qu’il adopte. Ainsi, Philippe Lejeune s’interroge sur cette notion « d’entière » authenticité relative à l’écriture autobiographique qu’il appelle « pacte autobiographique » ou « pacte de sincérité ». Ce pacte doit pouvoir unir l’auteur et son lecteur à travers l’évocation d’un « contrat » qui indique, de façon implicite ou non, que les faits relatés sont authentiques et que la réalité n’a pas été transformée. De plus il doit spéciïer que l’auteur, le narrateur et le personnage ne font qu’un. L’auteur doit donc s’engager à ne dire que la vérité. Le récit autobiographique revêt de nombreuses fonctions.Tout d’abord, l’autobiographie peut avoir une fonction éducative et morale comme le montrent lesConfessionspeut avoir un rôle historique et de ce fait permettre de comprendre,Augustin. Elle de saint de rééchir sur soi-même et sur son temps, Chateaubriand et sesMémoires d’outre-tombe en est l’exemple le plus probant. L’autobiographie peut avoir une vocation psychologique ; par l’introspection et la rétrospection, elle permet de faire le bilan d’une vie non encore achevée, comme c’est le cas pour Nathalie Sarraute qui, dansEnfance, fait preuve d’originalité en menant un dialogue à deux voix de sorte à distinguer, dans le « je » autobiographique, l’auteur de la narratrice. L’autobiographie offre aussi la possibilité à un auteur de s’expliquer et de se justiïer, une fonction adoptée entre autre par Rousseau. Elle a la faculté, par le pouvoir des mots, de faire revivre le passé et avec lui un être cher (Albert Cohen dansLe Livre de ma mère). Enïn, l’autobiographie est aussi un témoignage, le plus souvent à caractère historique tel que le montre Primo Levi dansSi c’est un homme. Aux limites du genre, l’autobiographie connaît quelques variantes : • le journal intime, caractérisé par une écriture au jour le jour à travers laquelle l’auteur livre ses impressions (Ann Frank,Journal; V. Klemperer,Mes soldats de papieretJe veux témoigner jusqu’au bout) ; • les carnets, proches du journal intime sous forme plus fragmentaire (Cohen,Carnets, 1978) ; • les mémoires dont la principale vocation est d’ordre historique ; • les souvenirs où l’auteur se limite à l’évocation de quelques événements ; • les récits de voyage ou les récits exotiques (K. Blixen,La Ferme africaine) ; • le récit témoignage qui s’attarde sur un événement historique le plus souvent tragique (P. Levi,Si c’est un homme; E. Guinsbourg, Le Vertige) ; • la ïction autobiographique dont les similitudes entre la vie du personnage et celle de son auteur permettent de soupçonner un lien entre auteur et narrateur (F. Uhlman,L’Ami retrouvéou A. Solienitsyne,Une journée d’Ivan Denissovitch).
e Le genre autobiographique est très controversé. Jugé trop subjectif, il est aussi qualiïé par certains critiques du XXsiècle de moyen de atter l’egode son auteur et de servir d’exutoire à son mal-être. Il est souvent limité alors à sa seule fonction d’écriture libératrice, à sa fonction thérapeutique entraînée par les « nouveaux maux » d’ordre psychologique propres à cette ïn de siècle. De plus, à une époque où la question d’authenticité est d’actualité – dans la mesure où l’émergence des émissions de télé-réalité demandent à voir et à montrer la part de réel qui est en chacun de nous, les défauts plus que les qualités – des pseudo-témoignages s’apparentant à des récits autobiographiques et écrits par des personnalités en vogue rencontrent un succès considérable et peuvent créer une sorte de confusion dans l’esprit des élèves. En effet, il est courant de constater que la plupart d’entre eux, considérant cette « production paralittéraire », rattachent ces textes au genre autobiographique, ne faisant aucune distinction entre un témoignage relatant un événement passé et parfois douloureux (appelant une démarche littéraire quant aux choix des événements relatés) et une expérience de vie dans un monde superïciel, voire artiïciel. C’est pourquoi l’étude qui suit est orientée vers la notion de témoignage authentique, appartenant à l’histoire littéraire, aïn de montrer que la frontière entre ces deux aspects du témoignage est grande et qu’aucun lien ne peut les unir, aucun rapprochement ne peut être fait.
Grâce à de véritables témoignages de survivants, les lecteurs du monde entier ont pu se rendre compte du martyre qu’ont subi les hommes et les femmes victimes du totalitarisme et déportés dans les camps nazis et staliniens. Ces témoignages ont donné naissance à une nouvelle forme de récits autobiographiques que l’on pourrait appeler « la littérature des déportés ». Cette littérature issue de la déportation répond avant tout à un besoin de dire, par les mots, les souffrances et les humiliations faites aux hommes dans un contexte historique particulier et complexe. De plus, elle semble, aux yeux de certains auteurs, indispensable dans la mission qu’ils se sont ïxés, c’est-à-dire le devoir de mémoire.Ainsi, même si Primo Levi souligne la question d’authenticité, afïrmant, à propos de son œuvreSi c’est un homme, que «aucun des faits n’y est inventé», le but de ces ouvrages est de «transcrire les choses les plus pénibles, les plus pesantes, les plus lourdes et les plus importantes» pour laisser une trace historique aïn que l’horreur ne se reproduise plus. Il s’agit tout à la fois d’un acte politique et moral, un véritable engagement. A ce sujet, Tzvetan Todorov, dansFace à l’extrême (1994), s’interroge aussi sur le sens et la place que cette période occupe et occupera dans l’Histoire. Pour lui, seuls les témoignages des survivants peuvent laisser une trace ïable. Il veut aussi «réLéchir à
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
En partenariat avec :
2
Nº : 09008
Fiche Méthodologie
FRANÇAIS
Toutes séries
LE TALENT C’EST D’AVOIR ENVIE
la morale à partir de l’expérience extrême des camps» et montrer que, malgré la démarche amorale des bourreaux, «une résistance morale chez les détenus» a existé, ce qui transparaît dans ces récits autobiographiques. Ce qu’il nomme les « vertus quotidiennes » permettent aussi de mieux comprendre le passé et de mieux cerner la difïculté de relater les événements. Aussi, dans son essaiAuschwitz en héritageGeorges Bensoussan veut montrer la différence, concernant le devoir de mémoire, entre commémorer et comprendre. Selon lui ce sont deux manières différentes de considérer ce qui a été, la commémoration faisant appel aux sentiments, et la compréhension à la raison, seule capable de faire obstacle au négationnisme et d’éviter un nouvel holocauste. «élément essentiel de la mémoire faite religion civile, porte plus au rite qu’à la compréhension du passéLa commémoration, » (G. Benssoussan, 1998).
© Tous droits réservés Studyrama 2010 Fiche téléchargée sur www.studyrama.com
En partenariat avec :
3