THÈSE
345 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

THÈSE

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
345 pages
Français

Description


THÈSE
présentée à
L’UNIVERSITÉ BORDEAUX I
Ecole doctorale des Sciences du vivant - Géoscience, Sciences de l’environnement
par
Marie SORESSI
POUR OBTENIR LE GRADE DE
DOCTEUR
SPÉCIALITÉ : Préhistoire et Géologie du Quaternaire
Le Moustérien de tradition acheuléenne du sud-ouest de la France
Discussion sur la signification du faciès à partir de l’étude comparée de quatre sites :
Pech-de-l’Azé I, Le Moustier, La Rochette et la Grotte XVI
Soutenue le 16 décembre 2002
Après avis de :
MM. O. Bar-Yosef, Professeur à l’Université de Harvard, Etats-Unis
A. Tuffreau, Prersité de Lille I
Devant la commission d’examen formée de :
MM. O. Bar-Yosef, Professeur à l’Université de Harvard, Etats-Unis Rapporteur
J.-M. Geneste, Conservateur du Patrimoine Directeur
J. Jaubert, Professeur à l’Université de Bordeaux I Président
J. Pelegrin, Directeur de recherche au C.N.R.S. Examinateur
J.-Ph. Rigaud, Conservateur général du Patrimoine Directeur
A. Tuffreau, Professeur à l’Université de Lille I Rapporteur
- 2002 - Résumé : Ce manuscrit présente une base de données technologiques, économiques et
morpho-fonctionnelles pour quatre gisements moustériens de tradition acheuléenne (MTA)
du sud-ouest de la France. Ces gisements, dont les deux gisements éponymes, ont livré des
niveaux MTA de type A et MTA de type B datés du stade isotopique quatre ou de la première
partie du stade isotopique trois par des méthodes de datations radiométriques.
L’analyse des pièces ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 135
Langue Français
Poids de l'ouvrage 6 Mo

Exrait

THÈSE présentée à L’UNIVERSITÉ BORDEAUX I Ecole doctorale des Sciences du vivant - Géoscience, Sciences de l’environnement par Marie SORESSI POUR OBTENIR LE GRADE DE DOCTEUR SPÉCIALITÉ : Préhistoire et Géologie du Quaternaire Le Moustérien de tradition acheuléenne du sud-ouest de la France Discussion sur la signification du faciès à partir de l’étude comparée de quatre sites : Pech-de-l’Azé I, Le Moustier, La Rochette et la Grotte XVI Soutenue le 16 décembre 2002 Après avis de : MM. O. Bar-Yosef, Professeur à l’Université de Harvard, Etats-Unis A. Tuffreau, Prersité de Lille I Devant la commission d’examen formée de : MM. O. Bar-Yosef, Professeur à l’Université de Harvard, Etats-Unis Rapporteur J.-M. Geneste, Conservateur du Patrimoine Directeur J. Jaubert, Professeur à l’Université de Bordeaux I Président J. Pelegrin, Directeur de recherche au C.N.R.S. Examinateur J.-Ph. Rigaud, Conservateur général du Patrimoine Directeur A. Tuffreau, Professeur à l’Université de Lille I Rapporteur - 2002 - Résumé : Ce manuscrit présente une base de données technologiques, économiques et morpho-fonctionnelles pour quatre gisements moustériens de tradition acheuléenne (MTA) du sud-ouest de la France. Ces gisements, dont les deux gisements éponymes, ont livré des niveaux MTA de type A et MTA de type B datés du stade isotopique quatre ou de la première partie du stade isotopique trois par des méthodes de datations radiométriques. L’analyse des pièces bifaciales montre leur caractère polyfonctionnel, leur raffûtage et leur utilisation comme outils et comme pourvoyeurs d’éclats dans des localités éloignées de celle de leur production. Une nouvelle méthode de débitage, caractéristique par son organisation volumétrique semi-tournante et par la morphologie de ses produits allongés et à dos, a été reconnue dans ces ensembles. La comparaison des techniques et des méthodes utilisées dans ces gisements et dans d’autres gisements du sud-ouest de la France permet de mettre en évidence l’unité des savoir-faire et des connaissances techniques partagés par les artisans des ces industries MTA. En revanche, l’organisation de l’activité de taille dans le territoire est variable. Les industries MTA A témoignent d’une fragmentation du processus opératoire dans le territoire, et cela même dans des contextes où la matière première est abondamment disponible. L’ensemble des opérations de taille est au contraire toujours effectué dans une unité de temps et de lieu pour les industries MTA B. La comparaison des industries MTA avec le Micoquien d’Europe centrale permet d’établir l’originalité de ce faciès, du point de vue de la méthode de production et de retouche des pièces bifaciales. Deux unités culturelles voisines pourraient ainsi être distinguées par leurs méthodes de production bifaciale dans le première partie du stade isotopique trois, l’une centrée sur le sud-ouest de la France, l’autre sur l’Europe centrale. Les changements comportementaux du MTA A par rapport au MTA B pourraient être interprétés comme un changement dans l’organisation de la mobilité des groupes, celle-ci devenant plus résidentielle après avoir été plus logistique. En outre, la combinaison des spécificités techniques et techno-fonctionnelles d’un des débitages MTA – le débitage d’éclats allongés - est partagée par le MTA et le Châtelperronien alors qu’elle est inconnue dans les autres industries du Paléolithique supérieur. La thèse selon laquelle le Châtelperronien trouve ses racines dans le MTA est renforcée et la capacité des Moustériens à développer des technologies de type Paléolithique supérieur indépendamment du contact avec les premiers aurignaciens est confirmée. Enfin, la forte prédétermination et planification de certains processus de taille MTA diminue le contraste parfois établi de ce point de vue entre les industries du Paléolithique moyen et du Paléolithique supérieur. Mots-clés : Technologie lithique, Paléolithique moyen, Moustérien de tradition acheuléenne, Pech-de-l’Azé I, Le Moustier, La Rochette, La Grotte XVI Marie Soressi, Institut de Préhistoire et de Géologie du Quaternaire, UMR 5808, Université Bordeaux I, Av. des facultés, 33405 Talence cedex, France, m.soressi@iquat.u-bordeaux.fr Title: The Mousterian of Acheulian Tradition in the southwest of France. Discussion on the significance of the facies based on a comparative study of four sites: Pech-de-l’Azé I, Le Moustier, La Rochette, La Grotte XVI Abstract: This manuscript presents a set of technological, economical and morpho- functional data for four Mousterian of Acheulian Tradition (MTA) sites from southwest of France. Those sites, two of them being ones which originally defined this facies, are dated to the end of OIS 4 or to the first part of OIS 3 using radiometric dating methods. Analysis of the bifacial pieces show their multi-functionality, their history of resharpening and their use as both tools and cores on sites away from their production location. A new method of producing flakes, characterized by its volumetric organisation and its elongated end products - which are frequently backed - was recognized. Comparison of the techniques and methods used within these MTA sites and others of southwest France shows a unity of technical know-how and knowledge shared by knappers of those industries. However, the organisation of knapping activity within the territory is varia- ble. MTA type A industries show a fragmentation of the operational process within the territory, even when raw material is abundant, while for MTA type B industries the process is done within a time and location unity. Comparison of MTA industries with the central Europe Micoquian demonstrates the originality of the MTA facies from the perspective of how the bifacial pieces were produced and retouched. Thus, two distinct neighbouring cultural unit may be distinguished within the first part of IOS 3: one centred in southwest France, the other in central Europe. Behavioural changes from MTA A to MTA B may be interpreted as changes in mobility patterns, from a more logistical pattern to one that is more residential. The combination of technical and techno-functional characteristics of one of the MTA methods of producing flakes – the production of elongated flakes – is shared with the Chatelperronian, whereas this combination is unknown within Upper Paleolithic industries. This reinforces the idea that the Chatelperronian is derived from MTA. This also confirms the capacity of the Mousterian to develop Upper Paleolithic lithic technologies independent of contact with the first Aurigancian. Finally, the high predetermination and planning of some of the MTA knapping processes diminish the sharp contrast usually seen from the lithic point of view between Middle Paleolithic and Upper Paleolithic industries. Key-words : Lithic technology, Middle Paleolithic, Mousterian of Acheulian Tradition, Pech- de-l’Azé I, Le Moustier, La Rochette, La Grotte XVI Les abris du Moustier à l’époque paléolithique Dessin J.-G. Marcillaud, Conseil Général de la Dordogne Il existe donc des univers dans lesquels s’instaure un consensus social à propos de la vérité /.../ ; dans lesquels les rapports de force symboliques prennent une forme, tout à fait exceptionnelle, telle que, pour une fois, il y a une force intrinsèque de l’idée vraie, qui peut puiser de la force dans la logique de la concurrence ; dans lesquels les antinomies ordinaires entre l’intérêt et la raison, la force et la vérité, etc. tendent à s’affaiblir ou à s’abolir. Et je citerai ici Popper qui, sans doute dans une intention et une logique différentes, soutient, comme Polanyi, que c’est la nature sociale de la science qui est responsable de son objectivité : « assez paradoxalement, l’objectivité est étroitement liée au caractère social de la méthode scientifique, du fait que la science et l’objectivité scientifique ne résultent pas - et ne peuvent résulter - des tentatives d’un savant individuel pour être « objectif », mais de la coopération amicalement-hostile de nombreux savants. L’objectivité scientifique peut être décrite comme l’intersubjectivité de la méthode scientifique » (K. Popper 1945, The Open society and its Enemies). P. Bourdieu 2001, Science de la science et réflexivité. Cours du Collège de France 2000-2001. Paris : Raisons d’agir éditions. Avant propos Ce mémoire est l’aboutissement d’une recherche initiée et menée pendant cinq années à l’Institut de Préhistoire et de Géologie du Quaternaire, dirigé par Jean-Philippe Rigaud. Je le remercie et je tiens à remercier à travers lui l’ensemble des membres de cette institution pour m’avoir accueillie dans leur laboratoire. Cette équipe m’a apporté les bases intellectuelles et le soutien logistique essentiels à la réalisation de cette recherche. Je suis gré aux initiateurs de cette recherche, Jean-Michel Geneste et Paola Villa, de la confiance qu’il m’ont accordée en m’orientant vers un tel sujet. Je remercie Jean-Philippe Rigaud d’avoir accepté en cours de réalisation la co-direction de cette recherche avec Jean- Michel Geneste. Merci pour votre attention malgré vos emplois du temps chargés, merci de m’avoir guidée tout en me laissant suffisamment libre, merci enfin pour la qualité des séances de travail que nous avons pu partager. Plus ponctuellement mais de manière tout aussi décisive, A. Morala et A. Turq ont accompagné cette recherche lors de mes nombreux séjours au Musée national de Préhistoire. Merci pour votre investissement dans ce travail, particulièrement en ce qui concerne la détermination des matières premières. D’autres personnes ont fortement nourri mes réflexions au cours de ces dernières années. Parmi elles, mention spéciale à Harold Dibble. Merci de m’avoir donné la possibilité grâce à nos nombreuses discussions de mieux structurer ma pensée en la confrontant à l’originalité de la vôtre et à la précision de votre argumentation. Merci également de m’avoir ouvert de nouveaux horizons par les travaux que vous m’avez permis d’engager et de réaliser à l’extérieur des frontières de l’hexagone. C’est aussi sur le terrain que se forme un préhistorien. Je remercie particulièrement Ofer Bar-Yosef, Liliane Meignen, Jacques Pelegrin, Magen O’Farrell, Jean-Philippe Rigaud, Jan Simek et Randy White pour leur accueil sur leurs gisements. Les problèmes abordés lors des fouilles ont été l’occasion de nombreux échanges conviviaux et stimulants. Un point important de ce travail, les datations des gisements de Pech-de-l’Azé I et de la Rochette, a été rendu possible grâce à l’implication de Jack Rink, Heather Jones, Hélène Valladas et Maria-Fernanda Sanchez-Goñi. Je leur en suis gré. Trois personnes ont contribué à ce manuscrit par leurs talents d’illustrateurs : Jean- Georges Marcillaud, Philippe Jugie et Sylvain Pasty. Merci pour votre collaboration attentive et pour les agréables moments que nous avons passés ensemble.