2 pages
Français

Correction : Analyse, Calcul approché d'une intégrale

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Etude de fonction. Fonction définie par une intégrale dont la borne supérieure est la variable.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 29
Langue Français

1.a

1.b

1.c

2.a

2.b

1.a

1.b

1.c

2.

3.a

3.b

Correction

Partie I

est bien définie surℝ+∗et est∞par opérations sur les fonctions∞.
(12) 22l
′()= +(1+−2)2ndu signe de() car(1+2)2>0 .
est∞et′()= −4lndu signe de−ln.
est strictement croissante sur 0,1 avec li0m=1 et(1)=2 .
 1,est strictement décroissante sur+∞avec(1)=2 et lim= −∞.
+∞
Par suite l’équation()= en admet une et une seule 0,1 et pas de solution dans0 n’adans
1,+∞.

est croissante sur 0,et décroissante sur,+∞.
li0m= −∞et lim=0 de manière immédiate.
+∞
 
()=1l+n2=2ln2ln=212car 1+2−22ln=0 .
A la calculatrice :(1,89)>0 et(1,90)<0 donc=1,89 à 10−2près.








Partie II

Si≥1 alors( l’intégrale d’une ) estfonction positive avec des bornes en ordre croissante, donc
()≥0 .
Si≤1 alors( ) estl’intégrale d’une fonction négative avec des bornes en ordre décroissante, donc
()≥0 .
Finalementest une fonction positive.
est la primitive dequi s’annule en 1 .
est donc dérivable et donc continue surℝ+∗
′()=()=l1+n.
2
Via le changement de variable :=1:
l1 1
()=∫11+n2d=∫11+−1ln2−d2=∫1l1+n2d=(1) .

Quand→0 ,ϕ()=arctan−−arcta0n0→(arctan)′(0)=1 .
ϕest prolongeable par continuité en 0 en posantϕ(0)=1 .
Par intégration par parties :()= [lnarctan]1−1arctand=lnarctan−∫1ϕ() d.

3.c

3.d

4.a

4.b

4.c

4.d

4.e

5.

Quand→ ln0 ,arctan∼ln→0
et1ϕ()→∫01ϕ() d carϕ . 0,1est continue sur
1
Ainsi()→ϕ()=(0) .
0
Quand→ +∞,()=(1)→(0) .tend vers(0)

en+∞.

′=→− ∞.
1)(lt 0 ee entinuc noe ts+n2→0
n’est pas dérivable en 0 etΓ 0 .présente une tangente verticale en
()=∫1lnd=+1+ln1−∫1(+1)=+1+ln1−(++11−)2. 1
1  

Par récurrence ou=(1)=()11(2)+1
∑0−2=∑0−2+=−−2.

()−∑=0(−1)2()=∫1ln1+12−∑=0(−1)2d=∫1l(−11)++122+2
n d
do()(1)2()1( ln 2221 2 2 2 2
nc
−∑=0−≤ −∫−1)++d≤ −∫(−ln )+d=+( )

Quand→0 :()→(0) ,∑=−1)2→∑=(−+1)2=et2 2 1 (2( ) 32
0( ( )0(2 1)+→+)
− ≤.
et l’inégalité précédente donne à la limite : (0)(21+3)2

=
Pour6 on a (21+3)2≤0,5.10−2.
A la calculatrice6=0,92 à 0,5.10−2près.
Donc(0)=0,92 à 10−2près.

Sur 0,,=′est croissante et doncconvexe.
Sur,+∞,=′est décroissante et doncconcave.
Le point d’inflexion est en.