Dr Philippe CHARLIER

Dr Philippe CHARLIER

Documents
23 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • exposé
M cC an n Sa nt é - 79 52 - 05 /2 00 8. raiter té au vous notre ouvez nes.fr ony.” Dr Philippe CHARLIER Service de Médecine Légale, Pavillon Vésale, Hôpital Universitaire Raymond Poincaré (AP-HP, UVSQ), 92380 Garches HALMA-IPEL (UMR 8164 du CNRS : Histoire, archéologie et littérature des mondes anciens), Université de Lille 3, Villeneuve d'Ascq 8099_Coll n°2 Rhinite Asthme:Mise en page 1 2/05/08 16:36 Page 2
  • histoire de la rhinite allergique et de l'asthme aux tentatives de compréhension des phénomènes de la respiration
  • apparition des pseudo-polypes inflammatoires
  • rhinite asthme
  • blocage nasal
  • affectionsasthmatiques par l'application dans le poumon d'humeursvisqueuses
  • respiration
  • tête
  • têtes
  • poumons
  • poumon

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 59
Langue Français
Signaler un problème

8099_Coll n°2 Rhinite Asthme:Mise en page 1 2/05/08 16:36 Page 2
D r P h i l i p p e C H A R L I E R
S e r v i c e d e M é d e c i n e L é g a l e , P a v i l l o n V é s a l e ,
H ô p i t a l U n i v e r s i t a i r e R a y m o n d P o i n c a r é ( A P - H P , U V S Q ) , 9 2 3 8 0 G a r c h e s
H A L M A - I P E L ( U M R 8 1 6 4 d u C N R S : H i s t o i r e , a r c h é o l o g i e e t l i t t é r a t u r e
d e s m o n d e s a n c i e n s ) , U n i v e r s i t é d e L i l l e 3 , V i l l e n e u v e d ’ A s c q
r a i t e r
t é a u
v o u s
n o t r e
o u v e z
n e s . f r
o n y . ”
Mc C an n San té - 7 952 - 0 5/ 2 0 0 8 .8099_Coll n°2 Rhinite Asthme:Mise en page 1 2/05/08 16:36 Page 3
No u s av io ns lais s é no tr e h is to ir e de la r h inite
alle r g iq u e e t de l’ as th me au x te ntativ e s de co mpr é h e ns io n de s
ph é no mè ne s de la r e s pir atio n.
Vo yo ns , co mme nt s ’ indiv idu alis e ch acu ne de ce s maladie s
e t q u e lle s th é r ape u tiq u e s s o nt e mplo yé e s …
Ast h m e
e rA u 1 s iè c le ap. J. -C. , Ce ls e introd u it u ne vé ritab le c las s ific ation d e s trou b le s
H y s sre s piratoire s : dys pné e pou r le s d iffic u lté s re s piratoire s m od é ré e s , as th me e n c as
d e d iffic u lté s plu s g rave s ave c halè te m e nt, o r th o pné e e n c as d e re s piration à c ou
te nd u s ans pos s ib ilité d ’ allong e m e nt d u s u j e t.
L e p r i n c i p e d u b r o n c h o s p a s m e s e m b l e a c c e p t é :
D e medi ci na, 4, 2, tr aducti o n M. N i s ar d
“ La ré gi on gutturale e st e ncore le si è ge d'une maladi e à la que lle
les Gre cs ont imposé de s nom s dive rs , de stiné s à re prése n te r
diffé re nt s de grés d'inte nsité . Le cara ctè re e ssentie l de ce tte
affe ction e st une difficu lté de re s pirer ; mai s qua nd la difficulté[
n'e st pas trè s prono ncée e t ne fait pas cra indre la suffocation, on
l'appelle dyspnée ; si la gêne e s t plu s grande, e t que la re s pira tion
2 �8099_Coll n°2 Rhinite Asthme:Mise en page 1 2/05/08 16:36 Page 4
se fasse av e c bruit e t anhélati on, la mala die pre nd le nom
d'as thme , e t quand le malad e ne pe u t re spi re r qu'e n se te nant
dro it sur son séant, on dit qu'il y a orthopn é e.
Le premier de ces é tats peut de ve nir chronique ; les de ux autre s
sont géné raleme nt aigu s. Voici ce qu'i ls on t de commun :
la re s piratio n e st accom pagnée d'un si ffle me nt* prod ui t
par le re sserre me nt du conduit aé ri e n** ; on re ssent dans
la poitrine e t les hypocondre s de s douleurs qui que lquefois ]
s'é te nde nt jusqu'aux é paule s ; ce s douleurs ce s se n t
e t se re produis e nt to ur à to ur , e t de plus une pe ti te toux
s'ajoute à ces symptôme s.”
L a thér a peuti que es t f on d ée s ur quelques r ar es g es tes
m éd i caux ( av ec, au pr em i er plan , la s ai g n ée, les lav em en ts
pur g ati fs et l’appli cati on d e cataplas m es ) et d es con s ei ls
d i ététi ques ou pos i ti on n els : tête en pos i ti on élev ée,
d éam bulati on s fr équen tes , eau m êlée d e m i el, pr i s e
d e d i ur éti ques , us ag e m od ér é d e v i n , d écocti on s d ’h ys ope
ou d e tér ében th i n e ( toutes d eux aux pr opr i étés
expector an tes d és or m ai s bi en con n ues ) .
D’autr es r em èd es s em blen t i n s pi r és par d es c on n otati on s
m ag i ques , com m e l’i n g es ti on d e f oi e d e r en ar d d es s éch é ou
en cor e d es poum on s d u m êm e an i m al “fr aî ch em en t r ôti s ”.
L ’ i mpo r ta nce des co nna i s s a nces bo ta ni ques d an s l’ An ti qui té
G r éco-r om ai n e n e d oi t pas êtr e s ous -es ti m ée.H y s s o pus o ffi ci ali s
L or s qu’un r eg ar d m éd i cal et par ti culi èr em en t ph ar m aco-
botan i que es t por té s ur les tr ai tés an ti ques d e m éd eci n e, on s e r en d com pte que,
m êm e s i un peti t f on d m ag i co-r eli g i eux ou s ym boli que per s i s te m alg r é tout, la g r an d e
m ajor i té d es es pèces m en ti on n ées pr és en te un e effi caci té r éelle d an s le cad r e
ern os ol og i que où elle es t ci tée. Ai n s i P li n e l’ An ci en ( 1 s . ap. J . -C . ) por te-t-i l tém oi g n ag e
d e l’effi caci té d e l’éph éd r a ( Eph ed r a fr a g i li s , L. ) et n otam m en t d es pr opr i étés
s ym path i com i m éti ques d e s on pr i n ci pe acti f , l’éph éd r i n e :
H i s t. N at. , 26, 20 , tr aducti o n E. L i ttr é, 1840 -185 0
“ L'é phédra (e phe dr a fragilis, L.), nommé par d'autre s anabasis,
croît d'o rdinai re dans les lieux e xposé s au ve nt. Il gri mpe le long[ de s arbres, e t pend de leurs branches ; il n'a point de fe ui lle s ,
mai s il a de s jets nombre ux, garnis de nœuds comme les joncs ;
* Il s ’ag i t d es r âles s i bi lan ts d es as th m ati ques , bi en en ten d u. 3�* * C ’es t le br on ch os pas m e.8099_Coll n°2 Rhinite Asthme:Mise en page 1 2/05/08 16:36 Page 5
la racine e st blan châtre . On le don ne
pilé, dans du vin no ir astringe nt,
pour la toux, l'as thme e t les tranché es.
On e n fait au ssi un potage ,
auque l il conv ie nt d'ajo ute r du vin.
On e mploie au mê me usag e la gentiane]dé tre mpée la ve ille , broyé e, la dose d'un
de nier, à dans tro is cyathes de vin.”
Ephedr a di s tachy a
P o ur en r eveni r à la cli ni que, c’es t à Ar étée d e C appad oce ( v er s 81-13 8 ap. J . -C . )
que r ev i en t la pr em i èr e i n d ubi table d es cr i pti on d e la m alad i e actuellem en t d én om m ée
a s thme. On r etr ouv e d an s le texte s ui v an t l’én um ér ati on et la d es cr i pti on d e s i g n es
cli n i ques con s ti tuan t d es cr i tèr es d i ag n os ti cs d e l’as th m e et d e s es d i ff ér en ts n i v eaux
d e g r av i té : ti r ag e, or th opn ée, i n capaci té d e par ole, uti li s ati on d es m us cles r es pi r atoi r es
acces s oi r es , tur g es cen ce jug ulai r e, s i g n es d ’h yper capn i e ( s ueur , n otam m en t) , etc.
Un e s ym ptom atol og i e com par able es t en s ui te r etr ouv ée d an s l’œ uv r e d e G ali en
et d e C aeli us Ar i s ti d e ( v er s 4 0 0 ap. J . -C . ) . N ous ci ton s i ci l’i n tég r ali té d e ce pas s ag e,
qui i n ter pelle par la jus tes s e d e l’obs er v ati on m éd i cale :
A r étée de Cappado ce,
D es s i g nes et des caus es des maladi es chr o ni ques , 1, 11, tr aducti o n M. L . Renaud
“ Lorsque par la course , to ut autre e xerci ce ou travail quelconque ,
la re s piration de vie nt difficile , ce tte affe cti on pre nd le nom
d’as thme . L’ortho pné e e st aussi une e spè c e d’asthm e e t e n porte
le nom ; ca r le s personne s attaquée s de ce tte de rnière maladie
é prouve nt dans le parox ysme la mê me chose que
les asthmatiques : comme e lles ne pe uve n t faci le m e nt re spi re r
que dans une situation é re cte e t que , quand e lle s se couche nt,
e lle s é touffe nt, on a donn é à ce tte maniè re de re s pirer le nom
d’or tho pné e . Ce s personne s e n e ffe t sont ob ligé e s de se te nir[ droite s e t e n avant pour avoir le ur haleine . Qua nd e lle s se
re nve rs e nt ou se couche n t, e lle s coure nt le ris que de s’é touffe r.
Dans l’asthm e , le poumon souffre , ai nsi que tous le s organe s
qui serve nt à la re spir ation, le thorax, le diaphra gme , e tc.
Lorsque le cœur se tro uve e n mê me te mps affecté , le mal ne pe ut
Qui a ur a i t pu i ma g i ner qu’ elles ne di s pa r a î tr a i ent ja ma i s
et que l’ ho mme a lla i t devo i r s ’ en a cco mo der po ur to ujo ur s ?4 �8099_Coll n°2 Rhinite Asthme:Mise en page 1 2/05/08 16:36 Page 6
subsis te r longte mps, car ce viscè re e st le principe de la vie e t
de la re spira tion. Ce tte malad ie a pour cause le re froidisse me nt
e t l’hu midité du poumo n, e t pour ca use maté rielle l’hume ur
é pa is se e t visqueuse do nt il e st farci .
Les fe mme s d’une constitution froide e t humide y sont plus
sujette s que les hom me s ; les e nfants s’en gué ri ssent faci le ment,
ca r à cet âge qui te nd à l’accr oisse ment, abonde e n chale ur.] Quoique les hom me s y soient moins e xposé s que le s fe mmes,
ils e n périssent plu tô t. La vie pe ut se prolonge r che z
les pe rsonne s qui s’occupe nt de certains ouvrage s propre s
à fo me nt e r ou e xciter la chale ur du poumon, te ls sont
les ouvr ages e n laine . Il e n e st de mê me de ce ux qui travaille nt
le fe r e t l’a cier ou chau ff e nt les bains publi cs .
Voici les si gnes pré cu rseurs du paroxysme : se ntiment
de pesante u r dans la poitrine ; lente ur à e xé cuter le s travaux
ordina ires e t e n gé né r al dans tout ce que l’on fait ;
diffic ultés de re spir e r quand on ma rche un pe u vite e t sur
un te rrain é levé ; la vo ix de vie nt rauque , la toux fré que nte ;
les hypochondre s se re mplisse n t de ve nts e t on e n re nd une
quantité é no rme ; il y a insomnie e t, pendant la nui t, un pe u
plu s de chaleur que de cout ume , quoique peu se nsi ble ;
les narines co mprimé e s comme toujours prê te s à attire r le plus
d’air possible. Lorsque le mal augmente , ou dans l’i nte nsi té
du paroxysme , le s joue s sont anim é e s ; le s yeux protu bé ra nts,
comme chez ceux qu’on é trangle ; la re s piration de vient
ste rt ore use e n to ut te mps, mais bie n davantage pe ndant
le so mme il ; la voix se mo uille e t n’a plus de son ; dans le be soin
continuel de re spire r be au coup d’air frais, les malade s von t
e n plein air ; to ut appar te me nt le ur para ît trop é troit e t trop
é touff é ; ils se tie nne nt de bout dans une position é re cte ,
afin d’attire r le plus d’air possible e t d’e n jouir, e t, comme
s’il é tait e nc ore tro p rare e t qu’ils ne pussent e n as pirer assez,
ils re s te nt la bo uche ouve rte , afi n de s’e n procurer davantage.
À l’’exce ption de s pomme tte s qui sont rouge s, tout le re ste
de la figu re e st pâle ; il s’é l è ve une sue ur partielle sur le fron t
e t le de rrière du cou ; la toux de vient continue lle , viole nte ;
ce que les patient s re je tte nt n’e s t qu’un pe u de pituite te nue ,
fro ide , re ssemblant à une e spè c e d’e fflore sce n ce é c ume use .
Le cou se go nfle pe ndant le s e fforts pour re s pirer, les flancs
se cont racte nt, le pouls e st pe ti t, fré quent, dé pri mé , les cui sses
gr ê les. Qua nd le mal e st à son comble , il arrive souve nt
que le mala de pé rit suffoq ué , comme dans l’a cc è s é pileptique.
5�8099_Coll n°2 Rhinite Asthme:Mise en page 1 2/05/08 16:36 Page 7
Quand le mal prend une to urnure plus favorab le , la toux de vie nt
mo ins pre s sante , moins fré que nte ; il survient une e xpectoration
abo ndante d’une matiè re puriforme , plu s cui te , plu s é pa is se ;
le ve nt re se tro uble , il y a abondance de se lle s aque uses e t d’uri ne s
qui ne présente nt e ncore aucu n sé dim e nt ; la vois de vient plus
sonore , le somme il plu s long e t suf fisant, le s hypochon dre s
se dé te nde nt ; il survient que lque fois dans la ré mis si on une
douleur à l’é paule ; la dyspné e de vie nt plus rare , plus facile,
la vo ix ce pendant re ste toujo urs un peu rauque . ]C’e st ainsi que le s asthmatique s é chappent au danger.
Da ns les inte rvalle s du paroxysme, ils porte nt à la vé rité le mal
de bout, mais ils e n port e nt au ssi l’e mpreinte.”
D écr i r e une ma la di e o u des s y mptô mes es t un pr emi er pa s . C om pr en d r e la
ph ys i opath ol og i e, c’es t-à-d i r e les m écan i s m es abouti s s an t à l’appar i ti on d ’an om ali es
path ol og i ques es t bi en plus com plexe. De n om br eus es écoles v on t s ’oppos er ,
av ec un e pr éém i n en ce d es i d ées g alén i ques . En eff et, G ali en ( v er s 13 0 -20 0 ap. J . C . )
m et en jeu l’appli cati on , d an s les poum on s , d ’h um eur s v i s queus es et épai s s es qui
r étr éci s s en t le cali br e d es “cav i tés qui tr an s m etten t l’i n s pi r ati on ” ( les v oi es aér i en n es
e t n o t a m m e n t l e s b r o n c h e s ) . L e m ê m e e x p l i q u e é g a l e m e n t a i n s i l a d i l a t a t i o n p u l m o n a i r e
par l’i m pos s i bi li té à l’ai r d e ci r culer li br em en t : i l s ’ag i t, n i plus n i m oi n s , d u tr appag e
v en ti latoi r e.
D es li eux aff ectés , 4, 10 , tr aducti o n C. V . D ar ember g
“ Ce s individu s sont suffo qué s trè s prompte me nt par l’a ffe ction
mê me, e t parce que né cessair e me nt che z tous les e mpyé ma tique s
la for ce e st abattue . Elle ne l’e s t pas né c e ss ai re me n t dans le s
fluxions du poumon, ou les péripne umonies ou le s asthmes.
Au contraire, e lle s’affe rmit e t se consolide dans le s affe ctions
as thmatique s par l’applicat ion dans le poumon d’humeurs
visque u ses e t é paisse s.
Si un tube rcule ( pheum a ) de co ction diffic ile s’y e st fo rmé ,
il arrive que le thorax se dilate considé rableme nt, mai s que l’air
inspiré n’e st pas abondant. C’ e st pourq uoi le patie nt e s t forcé[ d’inspirer constamme nt, mais sans qu’il y ai t e xs ufflation, car
c’e s t le caractè re propre d’une chale ur abondante . Le s individus
atte ints d’angine arrive nt d’une autre façon à la mê me forme
de dyspnée , le ré tré ci sse me nt e xis tant, non dans les cavités
qui re çoive nt l’inspir ation, mais dans celle s qui la transmette nt.
Qui a ur a i t pu i ma g i ner qu’ elles ne di s pa r a î tr a i ent ja ma i s
et que l’ ho mme a lla i t devo i r s ’ en a cco mo der po ur to ujo ur s ?6 �8099_Coll n°2 Rhinite Asthme:Mise en page 1 2/05/08 16:36 Page 8
Ainsi, che z ceux qui ont un abc è s , une inflamma tion ,
une collection d’hume u rs dans les ca vité s du thorax
ou dans le poumon , sans obst ruction du la rynx
e t de la traché e -ar tè re , le ré tré c isseme nt e xis tant dans
les ca vité s qui re çoive nt l’ai r ins piré , il arri ve né ce s sa ire m e nt
qu’une grande dilat ation du thorax a li e u, que le pne uma
e st attiré e n pe tite quantité , e t que le patient e st obligé,
e n consé quence , de re spir e r rapideme nt e t fré quemme nt.”]
Une a utr e ca us e r eco nnue de l’ a s thme s on t les “tuber cules cr us d u poum on ”
r éali s an t d e v ér i tables cor ps étr an g er s g ên an t ég alem en t la ci r culati on d e l’ai r au s ei n
d e la cav i té th or aci que. C es lés i on s n e d oi v en t pas êtr e con f on d ues av ec celles d e la
tuber cul os e d on t l’étym ol og i e es t com m un e ; i l s ’ag i t plutôt d e con cr éti on s pr ov en an t
d ’un e autr e par ti e d u cor ps ( “fluxi on s d e la tête ou d es r ég i on s v oi s i n es ”) .
G ali en i n s i s te en fi n s ur le f ai t qu’i l exi s te un e v ér i table un i té an atom i que,
d on c path ol og i que en tr e la tr ach ée, les br on ch es et les poum on s , com pte ten u
d e la con ti n ui té d es cav i tés :
D es li eux aff ectés , 4, 11, tr aducti o n C. V D ar ember g
“ Si un individu e n bon ne santé , re mpli ssa nt ses fon ctions,
comme nce à é pro uve r de la gê ne dans la re s pira tion e t que le
symptô me s’accroisse sans que la re s pirati on de vie nne rauque ,
on doit soupçonne r la production d’un tube rcule cru.[
La rauc ité ave c une re spir ation bruyan te indique la gêne caus é e
par une quant ité d’humeurs visqueuses ou é pai sse s appliqué es
sur les bro nches du poumo n sans pouvoir e n ê tre dé tachée s.
Un e gê ne subite dans la re spir ation, ave c se n time nt de
ré tré ci sse me nt, do it vo us indique r que le poumon e s t e nvahi
par une fluxion de la tê te o u de s ré gion s voisine s . Lorsque je dis
que les humeurs visqueuses, é pais se s ou abondante s, se je tant
sur le poumo n, l’individu é pro uve de la gê n e dans la re spi ration,
songe z que ce s matière s sont re nfe rmé es dans les bron che s .
En e ffe t, la trachée -artère , comme l’a rtè re lis se, se ramifiant
dans le viscè re to ut e ntie r , la substance de s bron che s se re trouv e
dans le poumon to ut e ntie r . Le s anatomis te s appe lle n t bronche s
( bro nchia ) les cartila ges de la trac hé e -a rtè re qui ont la form e
d’un sig ma.”
7�8099_Coll n°2 Rhinite Asthme:Mise en page 1 2/05/08 16:36 Page 9
Rh i n i t e
L e s phé nom è ne s rhinitiq u e s , q u ’ ils s oie nt aig u s ou c hroniq u e s ,
e ront é té partic u liè re m e nt b ie n d é c rits par Ce ls e (1 s . ap. J. -C. ).
N otam m e nt, l’ hype rtrophie d e s c hoane s e t l’ apparition d e s ps e u d o-polype s
inflam m atoire s font l’ ob j e t d ’ u ne analys e e t d ’ u ne c u re c hiru rg ic ale
q u i n’ a rie n à e nvie r au x proc é d é s m od e rne s .
R e p r e n a n t l e s t r a d i t i o n s p l u s a n c i e n n e s ( n o t a m m e n t g r e c q u e s ) , l ’ a u t e u r a t t r i b u e
à l a r h i n i t e u n e h u m e u r v e n u e d e l a t ê t e q u i s e j e t t e s u r l e n e z o u l a g o r g e ( i l f a u t d i r e
q u e l ’ é m i s s i o n d e r h u m e p o u v a i t f a i r e p e n s e r à u n e s é c r é t i o n a q u e u s e c é p h a l i q u e
e x t é r i o r i s é e p a r l e s n a r i n e s o u p a r l a b o u c h e … d ’ o ù l ’ e x p r e s s i o n “ r h u m e d e c e r v e a u ” ) .
L a d e s c r i p t i o n d e l ’ e n c h i f r è n e m e n t ( l i t t é r a l e m e n t u n e m b a r r a s d e l a r e s p i r a t i o n n a s a l e )
a s s o c i e a i n s i b l o c a g e n a s a l , i n f l a m m a t i o n l a r y n g o - p h a r y n g é e , “ g o û t s a l é d e l a s a l i v e ”
( l i é à l a d é g l u t i t i o n d e s s é c r é t i o n s n a s a l e s ? ) , “ t i n t e m e n t d ’ o r e i l l e s ” ( a c o u p h è n e s l i é s
a u c a t a r r h e d e l a t r o m p e d ’ E u s t a c h e ? ) .
L e p r o n o s t i c , b i e n c o n n u , e s t g é n é r a l e m e n t b é n i n , s a u f l o r s q u e l ’ a f f e c t i o n s e p r o p a g e
a u x o r g a n e s d e v o i s i n a g e , à c o m m e n c e r p a r l e s p o u m o n s .
D e medi ci na, 4, 2, 4, tr aducti o n M. N i s ar d
“ Quelque fois une hume ur qui provie nt de la tê te se je tte
sur les narine s, ce qui e st pe u grave, d'autre s fo is e lle se je tte
sur la gorge, ce qui e st plu s fâche ux ; e t d'autre s fois
sur le poumon, ce qui e st bie n plus pernici e ux e ncore .
Quand e lle se porte sur les narines, il y a é c ouleme nt d'une
pituite té nue, la tê te e st un peu douloure us e e t pesan te ,
les éte rnueme nts sont fré que nts ; si c'est sur la gorge , il e n ré s ulte
de l'i rritation e t une pe tite to ux ; si c'est sur le poumon , outre
l'éte rnuement e t la to ux il y a pesa nte ur de tê te , la ssitude , soif,
cha leur, urines bilieuses. L'e n chi frè ne ment e s t une maladi e
vo isi ne de ce lle -ci, mais cependant dis tincte : il y a dans ce cas[ occlus ion de s narines, e nro ueme nt, toux sè che, goût sa lé de la
sa live , tinte me nt d'o re ille s, batte me nt de s vaisseaux de la tê te ,
e t trouble de s urines. Ce s dive rses affe c tions ont re ç u
d’Hippocrate le nom commun de coryza ; mai s je vo is
qu'aujo urd'hui les Gre cs n'appliq ue n t ce mot qu'à
l'enchifrène me nt, e t qu'ils appe lle n t ca tarrhe to ute fluxion
8 �8099_Coll n°2 Rhinite Asthme:Mise en page 1 2/05/08 16:36 Page 10
pituite use . En géné ral, ces maladie s sont de courte duré e ;
to ute fois, qua nd on le s né glige , e l le s peuve nt se prolon ger
longte mps ; mais e lles ne de vie nnent jamai s fune stes,
si ce n'e s t lorsque le poumo n s'ulcè re .”
Co mpte tenu du bo n pr o no s ti c de la ma la di e, s euls d es tr ai tem en ts d i ététi ques
et quelques con s ei ls d e v i e s on t r ecom m an d és : év i ter les bai n s , l’alcool, les “plai s i r s
d e v én us ”, f av or i s er les pr om en ad es en s e couv r an t con v en ablem en t le cor ps et la tête.
S i , au bout d e 3 jour s , le m al n ’a pas d i s par u, d ’autr es con s ei ls s on t d e r i g ueur :
s e r em ettr e au con tr ai r e au bai n , épai s s i r les s écr éti on s ( “la pi tui te” av ec d u v i n ,
d es œ ufs et d es plats r i ch es en am i d on com m e, par exem ple, la m i e d e pai n ) .
C h os e i m por tan te, le m éd eci n i n s i s te s ur le f ai t que le pati en t n e d oi t pas s ’en f er m er
d an s s a m alad i e n i s e lai s s er abattr e :
D e medi ci na, 4, 2, 4, tr aducti o n M. N i s ar d
“ Le s jours mê me s où l'on s'impose certaines privations,
il n'e st pas be s oin de se constitue r mala de , e t pour tout le re s te
on doit se gouve rne r comme e n san té : il faut e xcepte r pourtant
les personne s chez lesque lle s ce s mala die s ont coutume de se ]mont re r plu s opini âtres e t plu s viole nte s, car e lle s ré clam e nt
alors plu s de mé nageme nts.”
D a ns les ca s di ffi ci les , le médeci n s e fa i t chi r ur g i en et i n ter v i en t d i r ectem en t
s ur l’obs tacle pr és en t d an s les cav i tés n as ales . L es polypes , d an s le cad r e d ’un e r h i n i te
ch r on i que ( par exem ple d e n atur e aller g i que) s on t ai n s i exti r pés à l’ai d e d ’i n s tr um en ts
m étalli ques d on t cer tai n s exem plai r es on t été r etr ouv és d an s d es tom bes d e pr ati ci en s
an ti ques ou d an s d es r ui n es ( com m e à P om péi ou H er culan um , pr ès d e N aples ,
d atées d e 79 ap. J . -C . ) . L’autr e pos s i bi li té, m oi n s tr aum ati s an te, con s i s te à “d es s éch er ”
ces f or m ati on s à l’ai d e d e pr épar ati on s ph ar m aceuti ques ; l’em pl oi d u ter m e
“d es s éch er ” n ’es t pas an od i n et tr ad ui t bi en l’i m por tan te i m bi bi ti on aqueus e ( œ d èm e)
d e ces polypes fi br o-i n flam m atoi r es , com m e cour am m en t obs er v é l or s d u tem ps
an atom o-path ol og i que.
L es s ubs tan ces uti li s ées d an s ce cas s on t m i xtes ( v ég étales et m i n ér ales ) et
pr ov i en n en t d e d i v er s li eux d e la Méd i ter r an ée ; on n oter a la pr és en ce d e s an d ar aque
( un e r és i n e extr ai te d u cypr ès d e l’ Atlas , en Afr i que d u N or d ) et d u m i n i um d e S i n ope
( tétr a-oxyd e d e pl om b extr ai t d e m i n es tur ques s ur les bor d s d e la Mer N oi r e,
an ci en P on t-Euxi n ) .
En r ev an ch e, les polypes d ur s n e s on t pas opér és . G én ér alem en t d e n atur e tum or ale, i ls
s ai g n en t abon d am m en t. T out g es te ch i r ur g i cal peut ai n s i êtr e à l’or i g i n e d u d écès
d u pati en t, les épi s taxi s pr ofus es étan t en cor e m al jug ulées à cette époque.
9�8099_Coll n°2 Rhinite Asthme:Mise en page 1 2/05/08 16:36 Page 11
De medicina, 6, 8, traduction M. Nisard
“ On voit quelquefois se former, dans l'intérieur du nez,
des caroncules semblables aux mamelons des femmes ;
et ces productions adhèrent aux parties inférieures des narines[
qui sont les plus charnues. Le traitement consiste à les consumer
entièrement par l'application des caustiques.
Le polype est une caroncule blanche ou rougeâtre, adhérente
aux os du nez, qui dans certains cas s'étend vers les lèvres
et remplit la narine, et d'autres fois se dirige vers la gorge par
les fosses nasales, en prenant un tel développement qu'on peut
l'apercevoir derrière la luette. Le malade est alors menacé de
suffocation, surtout quand le vent du midi ou le vent d'est vient
à souffler. Presque toujours d'une consistance molle, le polype
offre rarement de la dureté ; mais quand il a ce caractère,
il rend la respiration plus difficile, et fait subir aux narines
une dilatation plus grande. Cette espèce étant presque toujours
de nature carcinomateuse, on doit se garder d'y toucher.
En général, on traite avec le fer le polype mou ; mais on réussit
parfois à le dessécher en introduisant dans les narines, à l'aide
d'une mèche ou d'une tente, une préparation qui a pour
ingrédients : minium de Sinope, chalcitis, chaux, sandaraque,
ana P. *. I. ; vitriol P. *. II. de courte durée ; toutefois,
quand on les néglige, elles peuvent se prolonger longtemps ;
mais elles ne deviennent jamais funestes, si ce n'est lorsque
le poumon s'ulcère.”
Un exemple (parmi d’autres) de rhinite chronique nous est fourni par cette jeune fille
de 12-13 ans retrouvée lors de fouilles archéologiques en plein centre de Rome
(Equus Domitiani 2) : ses choanes présentaient un aspect inflammatoire caractéristique
de la maladie (hypervascularisation, appositions périostées, hypertrophie, sténose des méats
supérieur, moyen et inférieur communiquant avec les cavités sinusiennes).
D’autre part, de récentes études (à la fois allergologiques, paléopathologiques et
historiques) semblent imputer aux pollens de cyprès une large part des manifestations
allergiques (rhinite chronique et asthme) du pourtour méditerranéen.
10