N°25 N°27

N°25 N°27

Documents
12 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • redaction
  • mémoire
L e m a g a z i n e d u C e n t r e d e C a d a r a c h e N°25 Février 2011 7 Octobre p.9 p.5/7 p.12 Exercice de Crise Labo LIMMEX Les Secrétaires
  • activités du site
  • activités sur le site
  • vie du centre ¶
  • vie par les équipes du service technique
  • département de support technique
  • cadarache
  • cea
  • réseaux
  • réseau
  • travaux
  • travail
  • centre
  • centres
  • service
  • services

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 540
Langue Français
Signaler un problème

Le magazine du Centre de Cadarache
°°NN 2527
OctFévrier 2011obre 2011
p.5/7
p.9Exercice de Crise
p.12Labo LIMMEX
Les SecrétairesUn Centre
toujours en mplanté en région Paca depuis
plus de 50 ans, Cadarache est un mouvement I Centre toujours en mouvement.
Notre Centre de recherche nucléaire, Sommaire
animé par des milliers de personnes, participe pleinement
à la vie locale, à l’instar des communes des alentours, ce
qui s’y passe concerne donc tout le monde. Aussi, j’ai sou-
haité que ce journal, en tant que vecteur d’informations,
soit désormais largement diffusé, et lu par le plus grand Vie du Centre
nombre. Car cette publication est à l’image de notre nouvel 3 Nouveau département
« Espace Com », qui accueillera les visiteurs dès cet
automne : ouvert sur l’extérieur. Lire Atout Cadarache
vous permet à la fois de mieux comprendre la variété de
nos activités scientifiques et la richesse humaine de notre Vie du Centre
communauté. On découvre, notamment, au fil des pages 4 Espace Com
qui suivent, le soin que nous mettons pour entretenir notre
patrimoine et améliorer la vie quotidienne, ce, à travers
d’importantes rénovations de nos infrastructures et de nou- Dossier du mois
veaux aménagements. Nous avons, par exemple, profité de Séisme,
l’été pour refaire des routes, moderniser le restaurant 2 et exercice de crise5-7
créer un chemin piétonnier. Le renouveau passe aussi par
l’attention portée à chacun et à chacune. Dans ce numéro,
un article met en valeur le travail au féminin et un autre pré-
sente les initiatives du réseau professionnel Promotion des Zoom
Femmes (PdF). Le CEA et notre Centre sont prêts à mettre Labo DTN8
en place des actions concrètes en faveur des femmes pour
une plus grande égalité professionnelle. Nous réfléchissons
aussi à différentes solutions pour aider ceux et celles qui
ressentent le besoin de mieux concilier leur vie profession- R & D
nelle et leur vie personnelle. Cadarache avance, et nous Labo Limmex9
souhaitons partager cette vivacité avec tous.
Vie du Centre
Maurice Mazière 10 PdF
Temps libre11
Directeur de la publication : Maurice Mazière – Rédacteur en chef : Dominique
Denis – Rédaction : Alexie Valois, Robert Arnoux, Dominique Denis - Photos : Alexie
Valois, Robert Arnoux, Corinne Guis, Dominique Denis, CEA/Lesenechal, CEA
Elles ont dit
Couverture : Vue de l’exposition du nouvel espace communication 12
à tout Cadarache02 N°27 // Octobre 2011
éditoVie du Centre
Indicateurs QSE
d’économie d’eau43 %
3Consommation 2010 .........................................................................400 000 m
Les nouveaux équipements de comptage et la rénovation du réseau de dis-
tribution ont permis cette économie (le prélèvement d’eau est réalisé dans le 7 A Acanal de EDF).
L’effort est à poursuivre
Matinées de Cadarache
Mardi 22 novembre 2011 à 11h des actions réalisées mi-2011
salle polyvalente du bât 151dans le cadre des analyses de
Conférence sur « OGM, faut-il avoir 52 % conformité des installations
peur de la science ? »
- Par Gérard Pascal (INRA)
Objectif 100% fn 2011,
restons mobilisés Arbre de Noël, journée récréative
Mercredi 23 novembre
Cirque Pinder/Jean Richard
Féerie aquatique des milles et une
nuits, la princesse du Bengale
- Or ganisé par l’ALAS au Château de Nouveau département Cadarache
erepuis le 1 juin, Philippe Hiel est le respon-
FORM’2Dsable d’un nouveau département qui regroupe Dle Service du Personnel et des Affaires Sociales Forum des métiers du Développement
(SPAS), le Service des Technologies de l’Information Durable
et de la Communication (STIC), le Service Technique Samedi 26 novembre 2011
et Logistique (STL), le Service Financier et le Contrôle - Pertuis
de Gestion (SFCG), le Service Commercial (SC) et
la Cellule Juridique et de Conseils (CJC). L’orga-
enigramme s’enrichit donc d’un 7 Département :
le Département de Support Technique et Gestion
(DSTG).
BIENVENUE à CADARACHE
Recrutements de juin à août 2011
• Ke vin Cruz, DTN/STRI • Jean-F rançois Rojo, DIR/CSMN
• Cor alie Carmouze, DER/SPRC • Jean-Chris tophe Cambillard, DSTG/STL Armelle Houmaire, Chef du SPAS
• Éric Fl eurot, DIR/CSMN • Romuald Mall et, DTN/STRI
• Guilhem Dif-Pr adalier, IRFM/SCCP
• Julien Sal etes, DEC/SPUA
Mutations inter-établissements de juin à août 2011
Venant de Saclay : Venant de Valrho :
• F ranck Begalla, DEC/SA3C • Philippe Hiel, DSTG
• Armell e Houmaire, DSTG/SPAS
Venant de Grenoble :
• Marie-Anne Bert on, DSN/SIAD Venant de DIF (DAM Île de France) :
• Loïc Laas, D2S/FLS• Car ole Maillard, DEC/SLS
• Quang Chau, D2S/LABM
• Olivier Vigneau, DEC/SA3C Loïc Laas, Chef de la FLS
DTN/STRI Département de Technologie Nucléaire/Service de Technologie des Réacteurs Industriels I DER/SPRC Département d’Etudes des Réacteurs/Service
de Physique des Réacteurs et du Cycle I DIR/CSMN DIRection/Cellule de Sûreté et des Matières Nucléaires I IRFM/SCCP Institut de Recherche sur la Fusion
Magnétique/Service Chauffage et Confnement du Plasma I DEC/SPUA Département d’Etudes des Combustibles/Service Plutonium Uranium et Actinides mi-
neurs I DSTG/STL Département de Support Technique et Gestion/Service Technique et Logistique I DEC/SA3C Département d’Études des Combustibles/Service
d’Analyse et de Caractérisation du Comportement des Combustibles I DSTG/SPAS Département de Support Technique et Gestion/Service du Personnel et des
Affaires Sociales I DEC/SLS Département d’Études des tibles/Service LECA STAR I D2S/LABM Département de Soutien en Sécurité/Laboratoire d’Ana-
lyses de Biologie Médicale I DSTG Département de Support Technique et Gestion I DSN/SIAD Département de Services Nucléaires/Service des Installation en
Assainissement démantèlement) I D2S/FLS Département de Soutien en Sécurité/Formation Locale de Sécurité
à tout Cadarache 03N°27 // Octobre 2011
gendVie du Centre
Espace
Com
epuis mi-octobre l’accueil des visiteurs, de plus en plus nom-
breux, se fait au bâtiment 1220. Numérotation à 4 chiffres qui Dest une nouveauté pour les salariés du site. Ce lieu d’accueil ou
« Espace Com » comprend un auditorium de 60 places et une salle
2d’exposition de 150 m qui donnera aux visiteurs une vision globale de
toutes les activités du site.
Ce nouvel espace est le premier à ossature bois réalisé à Cadarache.
Ce nouvel espace est le L’utilisation du bois comme élément constructif améliore l’isola-
tion thermique, acoustique et phonique de l’ensemble du bâtiment, premier à ossature bois
comparativement à une maçonnerie dite « classique ». Sa concep-
réalisé à Cadarache. tion de base va dans le sens de la démarche H.Q.E (Haute Qualité
Environnementale).
Resto 2 La rénovation du restaurant 2 (cuisine et zone préparation), s’est achevée comme
prévue le 4 septembre après 2 mois de travaux. Objectifs, améliorer l’ergonomie des espaces de tra-
vail et l’intégration de matériels de productions modernes et économes en énergie. Cela a nécessité
14 500 heures de travail mobilisant 15 entreprises et sous-traitants, la gestion et le tri de 39 tonnes
de déchets (démolition), la mise en place et le raccordement de 6000 mètres de câbles électriques,
la refonte totale des réseaux «eaux sanitaires » par le remplacement de 1400 mètres de canalisation
et la mise en place de 200 vannes, la dépose et la repose de 800 m² de faux plafond, la réalisation de
550 m² de sol technique, la mise en œuvre de 13 00 m² de panneaux techniques (cloisonnements et
doublages) et enfn le remplacement des vieux châssis de la salle de restaurant par 160m² de châssis
vitrés à haute performance.
L’opération dirigée par le Service Technique et Logistique a fortement mobilisé, durant toute la
période estivale, les équipes de ce service mais aussi celles des services électricité, informatique
et commercial.
à tout Cadarache04 N°27 // Octobre 2011Le magazine du Centre de Cadarache
°°NN 2527
OctFévrier 2011obre 2011
Exercice de crise:
17 janvier 2012 la terre fera
semblant de tremblerDossier du mois
Equipe d’intervention du CEA Cadarache lors
d’un exercice de crise en 2009
Le jour où la Terre fera
semblant de trembler
Le Centre se prépare à participer à un grand
exercice d’envergure régionale sur le thème
du séisme, programmé pour le 17 janvier 2012. sur l’échelle MSK – cette
échelle décrit les effets L’heure, l’intensité et les bâtiments impactés ne
d’un événement sismique
seront pas connus des acteurs opérationnels en termes de destructions
des bâtiments et instal-jusqu’au dernier moment.
lations et de modifcations
de l’aspect du terrain, et
évalue ses effets psycho-
eux événements sismiques, dans la logiques sur les populations. Une intensité
région proche de Cadarache, ont été VIII-IX (MSK) se traduit par l’écroulement D suffsamment importants pour lais - des bâtiments les plus fragiles et, du point
ser une trace dans les mémoires : celui de de vue du comportement des populations, par
Lambesc en 1909 et celui de Manosque en un effet de panique.
1708. Les couches géologiques profondes En complétant cette approche « histo-
gardent en outre le souvenir d’un « paléo- rique » d’une démarche plus théorique, on
séisme », survenu il y a plusieurs milliers défnit les données qui doivent être prises
d’années. en compte pour dimensionner les instal-
L’étude de ces événements, leur modéli- lations nouvelles, rénover et renforcer les
sation, leur « déplacement » au plus près installations anciennes, mettre en place des
du site Cadarache sur les lignes le long procédures automatisées de mise en sécu-
desquelles ils auraient pu se produire, rité et défnir les plans d’urgence ainsi que
permettent de défnir un « séisme maximum les moyens généraux à mobiliser.
historiquement vraisemblable ». « Le Centre de Cadarache est situé dans
En affectant ce séisme hypothétique d’un une région de sismicité moyenne, explique
coefficient de majoration, on obtient un Estelle Vincent, adjointe au chef de Cellule
séisme de référence appelé « Séisme Majoré Qualité, Sécurité, Environnement. Il s’agit
de Sécurité » (SMS), d’une magnitude locale donc de nous prémunir des effets d’un éven-
Echelle MSK (Medvedev Sponheuer de 5,8 sur l’échelle de Richter, qui induirait tuel séisme et de nous préparer à en gérer les
Karnik) mesure de l’intensité d’un séisme
au niveau du site une intensité de VIII-IX conséquences. »
Atout Cadarache06 N°27// Octobre 2011Communes concernées par le PPI
(Plan Particulier d’Intervention)
tous les moyens les 18 que compte le Centre, sera
dont nous dis-concernée ainsi que l’INBS (Installation
posons pour que Nucléaire de Base Secrète) et une Le Centre est chacun sache ICPE nucléaire (Installation Classée
précisément pour la Protection de l’Environnement). gréé pour gérer
ce qu’il devra Nous savons également qu’autour de des situations
faire lorsque le Cadarache, les communes concernées
de criseséisme virtuel se par le Plan Particulier d’Intervention
produira… »(PPI) seront impactées par le séisme. »
De toutes les Le Centre se prépare donc à gérer les
dimensions de effets d’un séisme « virtuel », mais
l’exercice, la réaliste en termes de magnitude et
composante psychologique n’est cer-d’intensité – « Nous ne serons pas sur
tainement pas la moindre. « Chacun un scénario apocalyptique », dit Estelle
voudra savoir si sa famille est en sécu-Vincent –, dont l’heure de la survenue
rité et dans la mesure où les réseaux ne sera communiquée qu’au dernier
de communication publics seront for-moment aux acteurs opérationnels.
tement perturbés, ou totalement hors « Nous allons perdre des moyens de
service, tous ceux dont la présence sur communication, une partie de l’alimen-
le Centre n’est pas nécessaire voudront tation électrique ; des bâtiments vont
probablement rentrer chez eux retrou-s’effondrer, des incendies se décla-
ver leur famille. Devra-t-on autoriser rer… Nous aurons à gérer le personnel,
un millier de véhicules à quitter le les blessés, tout en garantissant la
Centre alors que, peut-être, le pont de sécurité du Centre et la
Mirabeau aura été détruit ? »maîtrise nucléaire de nos
Si le scénario de l’exercice programmé installations. »
colle au plus près de la « réalité », Depuis près de dix ans,
ceux qui l’ont écrit ont cependant le Centre a mis en place
épargné aux responsables du Centre des moyens techniques
une contrainte qui, en cas de surve-et des procédures
nue d’un vrai séisme, aurait été bien permettant de faire face
réelle : le 17 janvier 2012, le Centre à une telle situation.
ne sera pas soumis à la « pres-« Nous considérons que
sion médiatique » qui s’exercerait notre organisation peut
immanquablement si la terre devait répondre à un événe-
trembler pour de bon au voisinage de ment de cette nature,
Cadarache. estime Estelle Vincent.
L’exercice va nous per-
mettre de la tester en
Tremblement de terre du 11 juin 1909
vraie grandeur. »
La priorité, dans une si-
tuation de crise telle que celle qui sera
Dans cette perspective un exercice sur « mise en scène » le 17 janvier, est de
Estelle Vincentla thématique du séisme sera organisé disposer, dans les meilleurs délais,
à l’extérieur du Centre et sur celui-ci le d’un état des lieux – « On doit pouvoir
17 janvier 2012. Sa préparation, au niveau évaluer très vite l’état de nos bâtiments,
national, a été lancée il y a près d’un an celui des systèmes de surveillance et de
et demi (mai 2010) ; son scénario, qui ne communication, et, bien sûr les consé-
sera pas connu des acteurs opération- quences sur le personnel. »
nels jusqu’à la dernière minute, est Le Centre s’étant organisé de longue
élaboré sous le pilotage de l’Institut de date pour faire face à un événement
Radioprotection et de Sûreté Nucléaire de cette nature, la préparation de
(IRSN). l’exercice n’a pas donné lieu à des
« Le Centre est gréé pour gérer des situa- modifications notables des procé-
tions de crise, poursuit Estelle Vincent. dures. « Ce que nous avons boosté,
Nous organisons une fois par an un exercice par exemple, c’est l’élaboration d’une
de type PUI (Plan d’Urgence Interne), ce qui check-list qui permettra de hâter l’état
permet au directeur du Centre de tester son des lieux. »
organisation de crise. Dans ce type d’exer- L’ampleur de l’exercice programmé
cice toutefois, c’est nous qui définissons a cependant conduit « à pousser très
le scénario comme l’avons fait l’an- loin la réflexion », particulièrement
née dernière sur Magenta, peu de temps pour ce qui concerne la capacité du
avant que l’installation soit mise en ser- personnel présent au moment où le
vice. Dans l’exercice programmé pour le séisme se produira, à observer les
17 janvier, nous ne connaissons ni le scénario, consignes de sécurité. « Ces consignes
ni les installations qui seront impactées. existent et nous devons impérativement
Nous savons seulement qu’au moins une nous assurer que le personnel en a
INB (Installation Nucléaire de Base), sur connaissance. Nous mettrons en œuvre
Atout Cadarache 07N°27 // Octobre 2011Zoom
Une première étude sur
« l’impact global »
du site de Cadarache
Christophe Tifreau, Franck Effets directs et indirects, temporaires et permanents, à court, moyen et
Jourdain, Yves Marguerit,
Pierre Roubin, Thierry Hedde, long terme – rien n’a été négligé dans l’étude que le LMTE (Laboratoire
Jocelyne Garnier et les
de Modélisation des Transferts dans l’Environnement) vient de fnaliser, stagiaires Rakesh P.T., Shuang
Wu, Amélie Clabaut et Emilie conclusion : l’impact de l’ensemble des installations du site, tous acteurs
Villecheze.
confondus, est « non signifcatif ».
’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) disposera bientôt d’un constituent l’environnement du site,
document produit par le CEA Cadarache permettant d’appré- les experts chargés de la réalisation Lcier l’impact global du site sur son environnement naturel, de l’étude ont successivement analysé L’étude d’impact
physique et humain. et évalué l’impact des rejets et des a nécessité un
Alors que, jusqu’ici, les études d’impact étaient réalisées par prélèvements d’eau ; celui des rejets
considérable chaque exploitant pour les installations qui relevaient de sa gazeux et liquides, de l’entreposage
responsabilité, l’étude que le LMTE vient de piloter prend en des déchets, des nuisances sonores « travail de
compte l’ensemble des installations présentes sur le site, qu’elles et olfactives, et jusqu’aux incidences synthèse »(1)relèvent du CEA, de l’IRSN, d’AREVA ou d’ITER Organisation . sur la « commodité du voisinage »,
Cette première, réalisée à la demande de l’ASN, ne procède pas sur les paysages, le patrimoine et les
d’une exigence réglementaire : l’étude globale de l’impact du activités socio-économiques.
site est avant tout un outil, « le socle, régulièrement complété Cet état des lieux est complété par une
et actualisé, sur lequel nous nous appuierons pour répondre à description des « mesures mises en œuvre pour minimiser les
toute future étude environnementale », résume Franck Jourdain, conséquences sur l’environnement » et par une « analyse des
le coordonnateur de l’opération. méthodes d’évaluation. »
L’étude d’impact a nécessité un considérable « travail de syn- De ce travail très important, il ressort que l’impact sur l’environ-
thèse », ainsi que la prise en compte de paramètres qui ne nement et particulièrement sur les zones de protection de type
figuraient pas dans les études réalisées jusqu’ici, comme la Natura 2000, pour l’ensemble des installations du Centre est
réglementation Natura 2 000. « Nous disposions certes d’un « non signifcatif ». Son impact sur la santé des populations
inventaire des espèces, explique Christophe Tiffreau, le chef de riveraines l’est tout autant : les valeurs des rejets de nature
laboratoire du LMTE, mais pas d’une analyse en terme d’impact. chimique, essentiellement dus à la chaudière assurant le
Nous avons donc fait réaliser une étude par un spécialiste et entamé chauffage domestique du Centre, (laquelle ne fonctionne au fuel
une réfexion sur les stratégies à mettre en place, notamment en que quelques heures par an) sont inférieures aux valeurs guides
terme d’atténuation et de compensation. » défnies par le Code de l’Environnement ; l’impact radiologique
quant à lui est de l’ordre de 0,002 mSv par an – à rapporter à
Un impact « non signifcatif » et « non préoccupant » la dose due à la radioactivité naturelle qui est en moyenne, en
France, de 2,4 mSv par an (facteur 1000).Parce qu’elle vise à « apprécier, évaluer et mesurer les effets di-
« Le risque sanitaire dû aux rejets du Centre de Cadarache, estime rects et indirects, temporaires et permanents, à court, moyen et long
l’étude d’impact, peut donc être considéré comme négligeable. »terme » des installations du site sur l’environnement et la santé
humaine, l’étude a fait l’objet d’une approche particulièrement
(1) Dans la mesure où l’installation ITER ne sera pas opérationnelle avant plusieurs
exhaustive et détaillée. années, seul l’impact du chantier de construction a été pris en compte.
Prenant en compte l’ensemble des données physiques – clima-
tologie, géologie, sismologie, hydrologie, etc. – et humaines qui
Chemin piétonnier, tous les salariés qui se rendent à pied au restau-
rant 1 peuvent le faire en toute sécurité. Du grand rond-point jusqu’au restaurant, ce chemin
« bucolique » de 2 mètres de large, serpente entre les pins. Il est réalisé en béton désactivé
fbré. Entériné par le Groupe de Travail « Risque routier » la réalisation de ce parcours a été sui-
vie par les équipes du Service Technique. Élagage, terrassement, ouvrages spécifques comme
escaliers, passages busés et dalles de recouvrement ont été nécessaires pour donner à tous un
chemin alliant sécurité et plaisir de la marche.
à tout Cadarache08 N°27 // Octobre 2011Recherche & développement
Gilles Bignan
Autour d’Abdallah Lyoussi, Jean-François Villard, Jean-Pierre Chauvin,
Damien Fourmentel et Hicham Amharrak.LIMMEX
Un nouvel élan dans la collaboration CEA-Université
e CEA et l’Université entretiennent, d’une collaboration avec l’Université de « Le LIMMEX est ce qu’on pourrait appeler
depuis plusieurs décennies, des Provence s’est imposé naturellement et "un laboratoire sans murs", poursuit Lrelations étroites et mutuellement s’est traduit, en 2009, par la mise en place Abdallah Lyoussi, le coordonnateur scien-
fructueuses. Les actions de recherche d’un programme de recherche commun tifique de cette nouvelle structure. Il a pour
communes, la mise à disposition associant le CEA, le programme RJH et le vocation de mutualiser les compétences
d’équipements, la participation à des groupe « Instrumentation » du Laboratoire et les moyens scientifiques autant que
enseignements ou encore l’accueil de Chimie Provence (laboratoire commun technologiques, de manière à promouvoir
stagiaires et de doctorants ont permis aux trois universités d’Aix-Marseille et au et à développer la thématique instrumen-
d’établir de nombreuses passerelles avec CNRS), la démarche étant soutenue par la tation et mesure au travers des projets
le monde académique. Des générations Région PACA et par l’Union européenne au collaboratifs. »
de scientifiques et d’ingénieurs se sont travers des Fonds Européens de Dévelop- Le comité directeur du LIMMEX est
formées dans ce creuset et, dans de nom- pement Régional (FEDER). composé de membres du CEA (Alain Por-
breux domaines, le CEA a pu bénéficier de Baptisé IN-CORE (pour Instrumentation racchia, Maurice Mazière et Gilles Bignan),
l’apport des laboratoires universitaires. for Nuclear radiations and Calorimetry de l’Université de Provence en la personne
Ainsi, dès les années 2003-2004, le On line in Reactor), ce programme vise de son président Jean-Paul Caverni, du
CEA-Cadarache et l’université de Pro- à concevoir, à réaliser et à qualifier un directeur de l’UFR science de la matière et
vence (Aix-Marseille I) se sont associés dispositif de mesure dédié à la caractéri- d’un expert en instrumentation du Labo-
pour mettre en place une collaboration sation précise de “canaux expérimentaux” ratoire Chimie Provence.
sur le thème de l’instrumentation et de du RJH – les emplacements qui, dans le « IN-CORE constitue la première pierre du
la mesure, laquelle s’est traduite dans réacteur, peuvent accueillir une vingtaine LIMMEX, sa base actuelle, mais les portes
un premier temps par la création, au d’expériences simultanées. sont largement ouvertes à de nouveaux
sein de la filière instrumentation, d’une « Nous avons besoin de connaître de nom- projets et à de nouveaux partenaires, ajoute
spécialisation de Master 2 appelée « Ins- breux paramètres en temps réel, comme Abdallah Lyoussi. Deux fois par an, avec la
trumentation des moyens d’essais », sous les flux neutroniques et photoniques ou les coordinatrice adjointe Christelle Reynard-
coresponsabilité du CEA et de l’univer- échauffements nucléaires, explique Abdal- Carette de l’université de Provence et en
sité, et cohabilitée par l’institut National lah Lyoussi, le chef de projet IN-CORE au concertation avec le président du comité
des Sciences et Techniques Nucléaires CEA/RJH. Il nous faut améliorer la précision directeur, nous faisons un appel à candida-
(INSTN). de nos moyens et méthodes de mesure tures, et nous avons déjà labellisé le projet
Depuis 2004, cette filière a formé chaque comme les détecteurs neutroniques, les Nanogamma (microsystèmes capteurs
année une quarantaine d’étudiants, dont calorimètres… bref, il s’agit de bâtir tout pour la détection de rayons gamma) projet
le « profil » n’intéresse pas seulement les un système de mesure "en ligne" innovant, collaboratif entre le CEA/RJH et Institut
grands établissements de la recherche ou ce qui constitue un saut technologique Microélectronique Matériaux Nanosciences
de l’industrie nucléaire, mais est égale- considérable. Dans cette perspective, la de Provence (IM2NP-Toulon) dédié au
ment très prisé par les PME spécialisées. collaboration avec les équipes de l’Univer- développement et la mise au point de
L’implantation, à Cadarache, du réacteur sité nous apporte une réelle plus-value. » sub-micro matériaux pour la détection de
de recherche Jules-Horowitz (RJH), a rayonnement gamma. »
donné à cette collaboration une impulsion Un « laboratoire sans murs » Au sein du LIMMEX, la culture univer-
nouvelle. sitaire et celle du CEA se conjuguent et Pour conférer à ce programme un cadre
Le RJH, qui sera opérationnel à l’horizon s’enrichissent mutuellement. « Nous fai-juridique adapté et l’inscrire dans la
2015, est une installation dédiée à l’étude sons un vrai travail d’équipe, nous publions, durée, mais également pour disposer
des matériaux et à la production de radio- nous organisons des conférences ensemble, d’une structure susceptible d’accueillir
éléments à usage médical (voir Atout n°24). nous partageons nos méthodes et nos et de labelliser d’autres collaborations,
connaissances, se félicite le coordonnateur le CEA et l’Université de Provence ont
Bâtir tout un système de mesur   e scientifique du laboratoire. L’enjeu, pour signé, le 18 mai 2010, une convention de
 « en ligne » les années qui viennent, est d’ancrer plus collaboration qui a jeté les bases d’un
solidement encore le CEA dans le réseau Le programme du RJH repose sur de laboratoire commun, le Laboratoire
universitaire régional, et, au-delà, dans le nombreuses innovations scientifiques et d’Instrumentation et de Mesure en
paysage académique européen. »technologiques et ses besoins en instru- Milieux Extrêmes ; LIMMEX.
mentation avancée sont multiples. L’intérêt
Palmes académiques vendredi 17 juin, Eric Kraus, Chef du Département de
Technologie Nucléaire, a remis à Christian Latge, Responsable de la Mission Scientifque du DTN et Pro-
fesseur INSTN, la médaille d’Offcier de l’ordre des Palmes Académiques. Elle récompense l’investisse-
ment accompli dans le domaine de l’enseignement depuis 25 ans, à l’Ecole du Sodium, à l’INSTN, dans
les Universités d’Aix-Marseille, Toulouse, Grenoble et à l’international.
à tout Cadarache 09N°27 // Octobre 2011Vie du Centre
Groupe PdF, de gauche à droite : Marie-Christine Anselmet,
Pierre-Yves Camaro, Sophie Portier, Dominique Protas,
Maurice Mazière, Sylvie Frachet, Nadia Langomazino
les crèches. Le bureau PdF de Cadarache
prévoit de questionner les salariés – via
l’Intranet - pour connaître leurs besoins.
Cette démarche permettra au réseau
d’orienter sa recherche vers les entre-
prises et les organismes les plus à même
de fournir ces services.
Les programmes « Duo »PdF Un réseau professionnel au féminin
À plus court terme, PdF va lancer un pro-
Elles portent leur regard sur le monde du travail, soulèvent des gramme de mentorat sur le Centre. Le
programme « Duo » mettra en contact questions - parfois tabou - et font des propositions. Ni collectif de
une jeune femme qui s’interroge sur son
suffragettes, ni groupe de copines, mais plutôt "labor atoire d’idées ", parcours professionnel avec l’un(e) de ses
aîné(e) s, dans une relation de confance le réseau Promotion des Femmes se structure à Cadarache et
confdentielle. Les mentors volontaires compte bien étoffer ses rangs de nouvelles forces vives.
seront formés à partir de fn 2011 ; cette for-
mation leur permettra de bien comprendre
romotion des Femmes (PdF) est un Au CEA, combien de femmes sont Chefs leur rôle et d’en percevoir les attendus et
collectif de réfexion, créé en 2008 en de département ? Directeurs ? Si les ser- les limites. Selon leur parcours profes-Prégion parisienne, par des femmes vices RH, la hiérarchie et les syndicats sionnel - les échelons gravis, les diffcultés
cadres du CEA. En partant de l’idée que sont déjà attentifs à certains critères rencontrées - les mentors apporteront un
la mixité des talents est une condition d’égalité professionnelle, les membres éclairage et un soutien précieux à celles
essentielle au développement de l’entre- de PdF vont chercher à identifer d’autres qui souhaitent changer de voie, accéder à
prise, son objectif est de réféchir à des indicateurs, moins visibles bien que tout plus de responsabilités ou même amélio-
actions concrètes permettant, d’une part, aussi pertinents. Ils traduisent l’existence rer leur équilibre vie professionnelle/vie
de promouvoir les femmes, et d’autre part, d’un vrai décalage dans la façon dont se privée. Le mentor n’est ni un psy, ni une
d’améliorer l’équilibre entre vie profession- déroule une carrière de femme. Pour maman, mais un accompagnateur qui aide
nelle et personnelle pour tous. Ce réseau, exemple, le cycle de formation supérieur sa «mentorée» à trouver sa propre ligne
présidé par Anne-Marie Jonquière de la (CFS) accueille un tiers de femmes dans de conduite.
direction des ressources humaines et des sa session annuelle, ce qui prouve qu’un PdF Cadarache espère la signature de
relations sociales du CEA (DRHRS), est, réel effort est fait aujourd’hui pour identi- chartes Duo dès 2012.
depuis fn 2010, sponsorisé par le Haut fer les compétences au féminin au CEA.
Commissaire, le directeur de la DRHRS, Mais après le CFS, comment expliquer que Informations et inscriptions au réseau
et des directeurs de pôles et de Centres. Le seulement 4 % des femmes accèdent un PdF : www.intranet-pdf.cea.fr
rôle des sponsors est d’être à l’écoute des jour à un titre de directeur, contre 34%
réfexions du réseau et de ses propositions des hommes ? PdF reste vigilant pour qu’à Article réalisé à partir d’un entretien avec Sophie
d’actions pour en décider la mise en œuvre. compétences équivalentes, les postes au Portier, référente PdF de Cadarache, Sylvie Frachet
qui a en charge à Cadarache l’atelier « Postes à CEA soient ouverts tant aux femmes qu’aux
responsabilités », Dominique Protas qui anime à Fonctionnement et projets hommes, et pour développer la mixité dans
Cadarache l’atelier « Services à la personne » et Marie-
les laboratoires. Une des propositions du Christine Anselmet, candidate au mentorat.PdF comprend aujourd’hui une soixan-
réseau PdF en 2010 a été de s’assurer sys- Autres Membres du bureau PdF Cadarache: Pierre- taine de personnes à travers les différents
Yves Camaro (Mentorat) Nicole Fortunet (Mentorat) tématiquement de la présence de femmes Centres du CEA. Le bureau de Cadarache, Laetitia Grammatico (Télétravail) Nadia Langomazino.lorsqu’on examine des candidatures pour très récemment créé, compte aujourd’hui
un poste donné… Les femmes au CEA représententhuit membres. Les échanges du réseau se
cadres supérieursCôté « service à la personne », c’est-à-dire font via des visioconférences - souvent à
« dispositif qui facilite la vie au quotidien salariésl’heure du déjeuner : il y est question de 12 %
sur nos Centres », Cadarache a déjà la expertsl’égalité professionnelle, du mentorat, du 30 %
poste et la banque. PdF souhaite réféchir 19 %télétravail, des « services à la personne »,
à d’autres types de service, par exemple la de la promotion des femmes non-cadres,
mise en place d’une conciergerie (pres-etc. Le groupe, également lié aux réseaux 20 %
sing, cordonnerie, etc.) qui pourrait être professionnels féminins d’autres grandes 35 %couplée à une action sociale faisant appel entreprises, a besoin de davantage d’adhé-
aux services de Centres d’Aide par le Travail rents : des femmes et des hommes prêts recrutements
(travailleurs handicapés). Une réfexion 36 %à partager leur expérience et à apporter annuelsmanagers pourrait aussi être menée pour faciliter 26 %leurs idées. opérationnels
la garde des enfants des salariés dans
non-cadres cadres
Voie de Carcy Il fallait des yeux de chat pour suivre les travaux sur la route de Carcy. Pour ne
pas gêner la circulation la réfection de cette voie a été réalisée en période de vacances et en grande partie la
nuit (en particulier l’enrobage). Des fssurations, des joints ouverts, des affaissements ont rendu ces travaux
indispensables. L’entreprise Colas de Manosque a réalisé la prestation encadrée par les équipes du Service
Technique de Cadarache. Une des particularités de ce chantier a été le recyclage des déchets de fraisage de
la route pour la réfection du chemin des réservoirs. Rien ne se perd!!!
à tout Cadarache10 N°27 // Octobre 2011