PAGE GABARIT

PAGE GABARIT

Français
21 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

  • leçon - matière potentielle : déposez
  • redaction
  • cours - matière potentielle : sur lefonctionnement de l' apn
  • redaction - matière potentielle : la chaîne iii
  • cours - matière potentielle : réalisation
  • mémoire
  • cours - matière potentielle : du colloque organisé
  • exposé
LUNDI 19 DÉCEMBRE 2011 - 24 MOUHARAM 1433 - N° 6438 - PRIX 10 DA - FAX : RÉDACTION : 021 67 06 76 - PUBLICITÉ : 021 67 06 75 - TÉL : 021 67 06 51 - 021 67 06 58 E di tio n d' A lg er - IS SN II II - 00 74 LE BONJOUR DU «SOIR» Ceci est la réaction du lecteur Raouf Z. à mon billet d'hier : «Le printemps berbère dont tu parles sur le quotidien du Soir qu'on lit le matin n'a concerné que ta Kabylie 25 000 km2.
  • el mouhoub
  • temps devant les stations-services
  • direction du logement et des équipements publics
  • œuvre traite de l'histoire ancienne
  • wilayas
  • wilaya
  • mains
  • main
  • nationales
  • national
  • nationaux
  • nationale
  • logement
  • logements
  • tion
  • algérie

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 77
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo
Signaler un problème

LE BONJOUR DU «SOIR»
Printemps berbère -2-
Ceci est la réaction du lecteur Raouf Z. à nombreux martyrs : Massinissa Guermah et
mon billet d’hier : «Le printemps berbère dont les autres.
tu parles sur le quotidien du Soir qu'on lit le Evidemment, à cette époque, Al Jazeera
matin n'a concerné que ta Kabylie 25 000 avait boycotté l’événement : les révolutions
2km .» citoyennes authentiques pour la liberté, le
D’abord, je ne pense pas que la surface a progrès et la modernité, ce n’est pas sa tasse
de l’importance lorsqu’on parle du Djurdjura, de thé, ni celle de la CIA et la DGSE d’ailleurs.terre des hommes libres ! Ensuite, je suis
On sait désormais ce qu’ils veulent pour nosvraiment désolé de vous embêter davantage
peuples…avec «ma» Kabylie (je ne suis pas kabyle
maamarfarah20@yahoo.frpourtant) : vous me donnez l’occasion de
vous rappeler une autre révolution oubliée,
2dont ces 25 000 km furent le théâtre : la «On ne peut retenir le printemps dans son
révolution citoyenne de 2000 avec ses jardin.»
RAPPORT DE LA COMMISSIONQUATRIÈME FORCE À L’APNQUA
D’ENQUÊTE DE L’APN SURQui sont LES HAUSSES DES PRIX
vraiment ces Pas de
indépendants ? révélations
Quatrièmes en terme numérique à l’Assemblée
nationale, les députés indépendants sont sous le feu
de la rampe. Ce sont eux qui ont volé au secours des
réformes en prêtant main-forte au FLN et au RND. fracassantesSouvent assimilés à un simple réceptacle des
PAGE 3dissidents des autres partis politiques, les députés
indépendants forment néanmoins un groupe
parlementaire à part entière. PAGE 3
LUNDI 19 DÉCEMBRE 2011 - 24 MOUHARAM 1433 - N° 6438 - PRIX 10 DA - FAX : RÉDACTION : 021 67 06 76 - PUBLICITÉ : 021 67 06 75 - TÉL : 021 67 06 51 - 021 67 06 58
Edition d’Alger - ISSN IIII - 0074
Photos : DRHyundai équipe ERISCOOPla Protection civile
Soirperiscoop@yahoo.frPC’est finalement Hyundai P Lundi 19 décembre 2011 - Page 2
Motor Algérie qui vient de
remporter le gros marché des La leçon210 bus lancé par la Protec-
tion civile. Plusieurs conces- bdelaziz Ziari s’est livré hier à un véritable cours sur leAfonctionnement de l’APN. Réagissant à la requêtesionnaires de véhicules
d’un député d’Ennahda qui exigeait un débat enétaient en
plénière sur les conclusions du rapport d’en-cour-
quête sur la hausse des prix des denrées ali-
se. mentaires, le président de l’APN a retenu
pendant plusieurs minutes les députés
pour leur rappeler le fonctionnement de
l’Assemblée, leur recommandant de bien
lire le règlement intérieur avant d’introdui-
re une quelconque demande.
Sonatrach Gros calibre
Les dépassements en matièrereprend d’attribution de marchés à travers
la formule du gré à gré sont
connus dans notre pays.10% de l’IAP
Cependant, un record vient d’être
Weatheford Holdings (BVI) établi par le marché conclu entre
LTD vient de céder à Sona- CEEG Spa (entreprise d’Etat)
trach les 10% qu’elle et l'américain General
détenait dans la Electric Internatio-
société Alge- nal INC qui porteBranle-bas
rian Petro- sur l’étude, la
leum Institute fourniture, lede combat
(IAP), soit montage et la
15 000 mise en servicepour Toumi
actions. A de turbinesLa ministre de la Culture a
rappeler électriques. mis en alerte tout le personnel
que Wea- Le marchéd’un grand hôtel à l’est d’Alger theford est octroyé de gré à
pour s’assurer de la réussite une société gré porte sur un
de droit end’une réception qu’elle don- montant supé-
vigueur auxnait dans le cadre de la mani- rieur à 13 mil-
îles Vierges liards de dinars.festation «Tlemcen, capitale
britan- Nouveaude la culture islamique». Khali-
niques. record !da Toumi s’est illustrée en ne
laissant au hasard aucun
Un jour, un sondagedétail, convoquant
personnelle-
Pensez-vous que la Tunisie de l’après-Ben Ali a retrouvé
ment les res-
la sérénité une année après le début de la révolution ?
ponsables de
l’hôtel pour OUI
s’assurer que NON
la cérémonie Sans opinion
se déroulerait
Résultats du dernier sondage
dans la per-
Pensez-vous que le permis à points va réduirefection.
les accidents de la route ?
OUI : 30,9 %
NON : 66,59%
Déposez votre réponse sur le site du Soir d’Algérie
S. OPINION : 2,51 % www.lesoirdalgerie.comLe Soir
d’Algérie Actualité Lundi 19 décembre 2011 - PAGE3
RAPPORT DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE DE L’APN SUR LES HAUSSES DES PRIX
Pas de révélations fracassantes
Les députés ont donné leur aval pour la publication du
rapport d’enquête sur la hausse des prix des denrées ali-
mentaires enregistrée en début d’année. Point de révéla-
tions mais des constats. Le président de la commission
d’enquête se défend, considérant que la commission
n’avait pour vocation «ni d’accuser ni de blanchir».
Nawal Imès - Alger (Le Soir) de contrôle, la non installation du
- Plutôt que des résultats détermi- Conseil de la concurrence, la
nant les responsabilités, les décision de Cevital d’obliger les
membres de la commission d’en- grossistes à utiliser le chèque, la
quête chargés de déterminer l’ori- crainte de ces derniers vis-à-vis
gine de la hausse des prix du de cette disposition, la faiblesse
sucre et de l’huile notamment ont de l’OAIC et de l’Onil et l’absence
rendu un rapport dans lequel ils d’une structure habilitée à contrô-
décortiquent la structure du mar- ler l’utilisation des produits sub-
ché national et pointent du doigt ventionnés par l’Etat.
ses dysfonctionnements. S’agit-il en conclusion d’une
Son président est pourtant défaillance des différentes struc-
convaincu du contraire. tures étatiques ? Mohamed
Mohamed Kamel Rezgui expli- Kamel Rezgui répond que les lec-
quait hier à l’issue du vote des teurs du rapport sont libres d’en
députés qu’il suffisait de lire entre tirer les conclusions.
les lignes pour trouver les raisons Les membres de la commis-
Les hausses des prix sont-elles dues à une défaillance des différentes structures étatiques ?
desdites hausses. Le rapport qui sion d’enquête ont également fait
sera désormais accessible au des recommandations. Ils préco- commission indiquait hier qu’au- sans débat, considérant cela d’avoir accepté de se faire mani-
grand public met le doigt sur des nisent l’installation du Conseil de cun budget particulier n’avait été comme une confiscation des puler par les hommes d’affaires
réalités déjà connues. la concurrence, la réorganisation alloué pour les besoins du travail droits des députés. qui leur ont fourni de fausses
Après plusieurs visites sur ter- du marché, le renforcement des de la commission. Un travail qui Ce même groupe fait même informations. Des affirmations
rain, les membres de la commis- outils de contrôle, une meilleure au sein même de l’Assemblée planer le doute sur la légitimité de balayées d’un revers de la main
sion d’enquête ont considéré que coordination entre secteurs, la nationale ne fait pas l’unanimité. cette commission considérant par le président de la commis-
les hausses enregistrées sur le lutte contre les positions domi- Les députés d’Ennahda et les qu’elle n’a été installée que pour sion. Le grand public pourra se
marché local étaient dues à plu- nantes et l’installation d’une cellu- dissidents du MSP ont fustigé le barrer la route à une initiative faire sa propre idée sur les
sieurs facteurs. Ils évoquent le pour observer les marchés rapport. Le groupe parlementaire antérieure visant à faire la lumiè- conclusions de ce rapport qui
l’augmentation des prix à l’inter- internationaux. d’Ennahda a fait part dans un re sur les émeutes du mois de sera mis en ligne sur le site inter-
national, la spéculation, la désor- Défendant les conclusions de communiqué de son étonnement janvier dernier. Ils reprochent aux net de l’Assemblée populaire
ganisation du marché, l’absence ce rapport, le président de la de voir le rapport rendu public membres de la commission nationale. N. I.
QUATRIÈME FORCE À L’APN
Qui sont vraiment ces indépendants ?
à l’origine de leur élection. Au La physionomie du groupe nistration continuent de les consi-Quatrièmes en terme numérique à l’Assemblée nationa-
lendemain des élections législa- parlementaire n’a pas beaucoup dérer comme ex-RCD ou ex-FNAle, les députés indépendants sont sous le feu de la rampe.
tives de mai 2007, pas moins de changé depuis 2007. Le groupe a par exemple. Ils ne peuvent seCe sont eux qui ont volé au secours des réformes en prê-
100 listes indépendantes étaient connu l’arrivée de quelques dissi- revendiquer comme faisant partietant main-forte au FLN et au RND. Souvent assimilés à un
en lice. Les résultats officiels les dents du FNA ou du PT mais des indépendants qui ont souvent
simple réceptacle des dissidents des autres partis poli- plaçaient en quatrième position organiquement parlant, ils ne et pas toujours à raison été assi-
tiques, les députés indépendants forment néanmoins un avec 33 sièges derrière le FLN, le peuvent être considérés comme milés au nomadisme politique.
groupe parlementaire à part entière. RND et le MSP. indépendants. Une accusation qu’ils réfutent,
Au moment où le parti de une liste électorale indépendante. Les indépendants surclas- Les députés ayant décidé de se considérant comme des dépu-
Soltani découvrait les vertus de N’ayant pas besoin de base parti- saient le Parti des travailleurs qui quitter leurs groupes parlemen- tés bien élus sur la base d’une
l’opposition en votant contre des sane, car n’appartenant organi- avait obtenu 26 sièges et le RCD taires suite à des désaccords liste indépendante bien identifiée
quement à aucune formation poli- avec 19 sièges. Les indépen- avec leurs directions sont consi- comme telle. lois entrant dans le cadre des
tique, ils font campagne au dants étaient représentés dans dérés comme n’ayant plus d’ap- Ils accusent ceux qui veulentréformes annoncées, les indé-
niveau local en comptant sur des quasiment l’ensemble des partenance politique mais ne les assimiler à de simplespendants s’essayaient au jeu des
relais non traditionnels. Le systè- régions du pays avec un repré- peuvent se revendiquer indépen- «nomades politiques» de vouloiralliances. Ils se sont alliés au FLN
me tribal, le réseau de connais- sentant élu à Washington au dants. D’ailleurs au sein de les discréditer.et au RND, se substituant ainsi au
sances, le lobbying sont souvent niveau de la zone six. l’Assemblée, leurs pairs et l’admi- N. I.MSP qui n’a à l’occasion pas joué
le rôle qui lui est assigné dans le AMÉLIORATION DE L’EMPLOYABILITÉ DES COMPÉTENCEScadre de l’Alliance présidentielle.
Les 33 voix des indépendants
auront été déterminantes pour Les services de la connaissance,
l’obtention de la majorité confor-
table nécessaire à légitimer des
textes défendus par le président une opportunité pour l’Algériede la République.
Peu habitués aux feux de la polarisation de l’économie sur les vestissement des activités imma-La promotion des services de la connaissance et d’in-
rampe, les indépendants ont été hydrocarbures, un développe- térielles (immobilisation, terrains,vestissements immatériels est une opportunité pour l’éco-
cependant propulsés au-devant ment humain remarquable mais énergie) sont faibles et ne néces-nomie algérienne, confrontée au défi d’employabilité des
de la scène. Ils sont 33 députés à inégalitaire, la prégnance de la sitent quasiment que du person-compétences universitaires et qualifiées.
se revendiquer du groupe parle- corruption et de l’informel, ainsi nel qualifié. Chérif Bennaceur - Alger (Le ainsi, question d’une forte massifi-
mentaire dit des «indépendants» qu’un rapport déséquilibré, asy- A charge, cependant, commeSoir) - C’est ce que le docteur en cation de l’enseignement et de
présidé par Imad Djafri, un dépu- métrique avec le partenaire com- le relève cet universitaire, desciences économiques, profes- l’éducation et un investissement
té élu sur une liste de Ouargla. mercial européen. cibler la diaspora qualifiée, chas-seur d’économie à l’Université public assez conséquent d’une
Le groupe est à dominante En ce sens, El Mouhoub ser le comportement rentier, miserParis-Dauphine, chercheur et part, et d’autre part une très faible
masculine. Seule une femme a Mouhoud en appelle à miser sur sur la co-traitance avec les com-spécialiste des questions euro- employabilité des diplômés et des
été élue sur une liste de Bouira. les services de la connaissance et pétences locales. méditerranéennes, El Mouhoub qualifiés, confrontés au chômage,
Contrairement à ce qui se dit sou- des investissements immatériels Egalement, mieux exploiter lesMouhoud, a développé hier lors au déclassement, à la dérive et à
vent et hormis quelques excep- (connaissances, recherche fonda- sciences sociales et matièresd’une conférence-débats, à l’ini- l’expatriation.
tions, les députés indépendants mentale, enseignement supérieur, techniques, développer la mutua-tiative du Club d’action et de Mais aussi d’une diaspora
ne sont pas des transfuges des conseil, publicité, marketing), lisation des ressources notam-réflexion autour de l’entreprise qualifiée assez ignorée, outre l’in-
autres partis politiques représen- comme sur les services informa- ment au niveau régional, voire(CARE) et de la Fondation alle- signifiance de la recherche et
tés au sein de l’APN. tionnels et de proximité et les ser- bannir la subvention publique etmande Friedrich Naumann. développement (moins de 1% du
Il s’agit majoritairement vices logistiques d’intermédiation. penser à recourir à d’autres typesL’occasion d’un constat assez PIB) et un risque d’érosion à
d’hommes d’affaires localement Et d’autant que ces activités de financement participatif etmitigé, propre notamment pour terme des transferts des émigrés.
influents qui ont réussi grâce à l’Algérie, en matière de valorisa- Et cela dans un contexte de rup- permettent de rattraper les pays indépendant des infrastructures.
leur notoriété à se faire élire sur tion des compétences. Il est, ture du pacte interne, une forte industriels car, les coûts fixes d’in- C. B.
Photo : Samir SidLe Soir
d’Algérie Actualité Lundi 19 décembre 2011 - PAGE 4
LES PROMOTEURS IMMOBILIERS DÉNONCENT LEUR NON-PARTICIPATION AU DÉBAT
«Noureddine Moussa fait la sourde oreille !»
problèmes et ce n’est qu’en 2009 queLes promoteurs adhérents au Fonds de garantie et de caution
sa situation a été clarifiée… mutuelle de la promotion immobilière (FGCMPI), qui sont venus
e Pourtant, regrette-t-il, «le directeurhier nombreux assister à la 10 assemblée générale de l’organi-
du logement et des équipementssation, ont publiquement fait part de leur déception quant au
publics de la wilaya de Guelma ne
départ du ministre de l’Habitat, Noureddine Moussa, tout juste veut toujours pas me délivrer l’attesta-
après son allocution d’ouverture, d’autant plus qu’«il n’a pas tion de démarrage des travaux, car
pris le soin de déléguer un représentant pour assister aux depuis avril 2009, le coût du CNL est
débats en vue de lui faire porter leurs doléances». passé de 500 000 à 700 000 DA… Il
veut ainsi que je réalise le projet avecMehdi Mehenni - Alger (Le Soir) de réalisation d’anciens projets lors
l’ancien tarif, ce qui n’est pas rentable- Le rapport d’activité du Fonds de des soumissions.
pour moi et ne fera pas avancer lesgarantie et de caution mutuelle de la
travaux». promotion immobilière a été adopté, «La même surface pour ceux qui payent et
En prenant la parole, il fera mêmehier, à Alger, à main levée sans être ceux qui ne payent pas !»
applaudir le président du conseil d’ad-soumis au débat. Ce n’est qu’après Un promoteur de Constantine fera
ministration de la FGCMPI : «Nousson adoption que la parole a été don- à son tour applaudir toute la salle en
avons un Etat fédéré et un Etat fédé-née aux promoteurs immobiliers adhé- lâchant ces mots : «C’est bien beau
ral. L’administration attend de nousrents au Fonds. Monsieur le Ministre de dire qu’il faut
que nous réalisons des projets faisantDéjà très remontés contre la nou- prémunir les bénéficiaires, mais qu’a-
partie du premier quinquennal remisvelle loi 11-03 régissant l’activité de la t-on apporté comme outils néces-
au deuxième quinquennal avec lepromotion immobilière et le départ de saires pour le faire… Le promoteur
même coût… Au niveau de la DLEPNourredine Moussa qui ni lui ni aucun jouit-il d’abord d’un cadre dans lequel
Noureddine Moussa tourne le dos aux promoteurs.de Guelma, c’est devenu la jungle etde ses représentants n’a officiellement il peut satisfaire son client… ? Nous
le mode opératoire est le règlement de expliquant son cas, ce dernier a vu Vers midi trente, la séance a étéassisté aux débats, les présents ont savons tous qu’avec le concours de
comptes… Si ça continue ainsi, cer- hier son espoir achevé quand levée sur fond d’un écran géant surdéversé leur colère sur le conseil d’ad- l’administration, il est demandé à des
tains projets, qui devaient être réalisés Noureddine Moussa est parti, sans lequel un slogan sur la promotionministration du FGCMPI, appelé éga- promoteurs de lancer des projets,
il y a longtemps, mettront encore des qu’il puisse lui permettre en mains immobilière revenait en boucle «Pluslement à être partiellement renouvelé alors qu’ils ne disposent même pas
années avant d’être livrés.» Ayant propres une lettre faisant état de tard, c’est trop tard». Nombreux ontà l’occasion. d’un permis de construire, d’un acte
plus d’une fois, comme dernier grands dépassements et entraves été les promoteurs qui ont clamé : «LeC’est un promoteur de la wilaya notarié… Est-ce parce que les walis
recours, transmis des correspon- administratives. Une copie a été remi- ministre fait la sourde oreille». d’Oum El Bouaghi qui prendra la paro- sont redevables au ministre qui, lui, à
dances au ministère de l’Habitat se au Soir d’Algérie. M. M.le le premier. Sans protocole, il ouvre son tour doit rendre des comptes au
le bal : «Nous aurions aimé voir le Président en matière de chiffres et de
ministre assister au débat. Maintenant bilans, que nous faisons dans la préci- SELON UN SPÉCIALISTE
qu’il est parti, je dirais que c’est bien pitation et l’anarchie… En fin de
beau de montrer une volonté de proté- compte, les promoteurs commencent
ger les souscripteurs, à travers cette à vendre sur plan, à récolter de l’ar- «L’Algérie peut avoir son armement
nouvelle loi, mais aucune disposition gent par-ci et par-là, vu que les crédits
n’a en même temps accompagné bancaires ne sont pas accessibles,
cette batterie de mesures pour réduire pour que finalement le projet se nucléaire en moins de quatre ans»la bureaucratie ou mettre fin à la main- retrouve à l’arrêt et les souscripteurs
taire fort», a souligné M. Benyahia qui se développent le plus rapidement,«Si l’Algérie a une réellemise de l’administration. Le ministre pénalisés… Et puis soyons francs, il
est intervenu en marge d’une confé- avec de nombreuses applications pro-n’a pas pris en considération le fait est injuste de continuer de construire volonté pour fabriquer un arme-
rence débat organisée par le quotidien metteuses dans des domaines aussique nous passons plus de temps à des logements sociaux participatifs de ment nucléaire, elle le réalisera
El Moudjahid sous le thème «la nano- variés que la médecine, l’énergie, l’in-régler les problèmes administratifs type F3, qui en matière de surface dans un délai qui ne dépasse-
technologie et la guerre électronique». dustrie et la communication. qu’à réaliser des projets… Aucune égalent et même parfois inférieurs aux rait pas les 46 mois», c’est ce
Il estime l’Algérie est exposée à de «Je suis convaincu que si nous nemesure n’est prise en faveur du pro- logements sociaux que l’on attribue rqu’a déclaré hier le D Farid gros risques vu sa richesse et sa posi- nous attaquons pas dès aujourd’huimoteur et, faut-il encore ajouter, que gratuitement. Il doit y avoir quand
Benyahia, spécialiste en rela- tion géographie. Pour se protéger, dit- aux calculateurs nanotechnologiqueslorsque nous postulons pour des cré- même une différence entre ceux qui
tions diplomatiques internatio- il, l’Algérie doit développer son écono- utilisés sur le système d’information, etdits bancaires, nous sommes la plu- paient et ceux qui ne paient pas.»
mie et son système de défense. mettre en place les systèmes denales. part du temps appelés à contribuer
Le conférencier rappellera que plu- défense de la guerre électronique, leavec un apport personnel de 70% sur L’Algérie possède, selon lui, lesLa lettre que le ministre n’a pas
moyens financiers, le potentiel techno- sieurs avancées sont enregistrées jour où nous le ferons, ce sera inutile»,le coût de réalisation global.» réceptionnée
dans le domaine des technologies de a-t-il indiqué. Les nanotechnologieslogique et scientifique et les infrastruc-Un promoteur de Souk Ahras Noureddinne Haridi, un promoteur
pointe. Pour développer sa recherche sont l'ensemble des théories et tech-s’est, quant à lui, carrément interrogé de la wilaya de Guelma présente tures nécessaires pour fabriquer l’ar-
mement nucléaire. dans ce domaine «l’Algérie doit mettre niques permettant de produire et mani-devant l’assistance s’il existe un peut-être le cas le plus édifiant, en
en place une institution regroupant les puler des objets minuscules à l'échelleCependant, souligne le spécialiste,cahier des charges unique auquel les matière d’entraves administratives…
la politique de l’Algérie est dirigée vers compétences nationales afin de faire du milliardième de mètre (le nano-promoteurs doivent se soumettre ou si Ce dernier devait commencer la réali-
une démarche pacifique. «Nous avons face aux grandes recherches», a-t-il mètre). Les applications des nanotech-chaque wilaya a le choix de l’appliquer sation d’un projet de 100 logements
préconisé. l’intervenant qui a parlé des nologies, souligne le conférencier, tou-à sa manière. Ceci avant d’ajouter, en sociaux participatifs à Guelma, un pro- une démarche pacifique certes mais il
faut toujours se préparer à la guerre. nanotechnologies, a expliqué que chent actuellement les domainesguise d’exemple, la non-prise en jet qui demeure à ce jour à l’arrêt. Le
Personne n’ose s’attaquer à une puis- cette technologie est actuellement militaire, médical et commercial. considération de l’expérience des pro- terrain sur lequel devait se réaliser le
sance qui possède un armement mili- l’une des disciplines où les techniques S. A.moteur, ainsi que la qualité et le taux projet faisait l’objet de beaucoup de
CONFÉRENCE DE KARIM YOUNÈS À ANNABA
Grandeurs et ruptures ou l’histoire millénaire de l’Algérie
Dans sa présentation, l’auteur fait une rétros- l’Algérien. Même si cette colonisation n’a pas leur recommande de résister à toutes lesLa salle du théâtre régional Azzedine-
pective sur les hommes qui ont marqué de leurs aussi duré dans le temps comme celle des épreuves. «Ne laissez pas les loups accaparerMedjoubi d’Annaba a vécu ce samedi
empreintes l’histoire de l’Algérie à travers les Romains qui sont restés plus de quatre siècles les acquis réalisés par des lions qui ont toutune fin d’après-midi exceptionnelle. Une
âges et les civilisations. Il n’oubliera pas de rap- en Algérie, précisera-t-il. L’homme qui a préféré sacrifié.» Se mettant au-dessus de la mêlée et
foule aussi nombreuse que diverse est
peler le rôle de sa ville natale, Béjaïa, dans cette démissionner de son poste — il était la troisième des frictions des clans, Karim Younès tient à pré-
venue suivre une conférence sur l’his- histoire, notamment durant l’époque florissante personnalité de la hiérarchie institutionnelle du ciser que ceux qui s’attendent à travers son
toire de l’Algérie animée par Karim où elle était la capitale du Maghreb central. pays — est connu pour ses principes, son patrio- œuvre à un «déballage politico-médiatique…
Younès, ex-président de l’Assemblée L’un des rares politiques algériens post-indé- tisme et sa fidélité à son pays : l’Algérie. pour solder des comptes seront déçus… j’écris,
populaire nationale (APN). pendance à se mettre à l’écriture, Karim Younès «Lorsqu’ il touche aux intérêts des citoyens et à pour l’histoire de notre pays, pour la libération de
Devant un auditoire composé d’avocats, de avoue avoir déjà pensé à ce thème, mais ce qui l’avenir du pays, il est du devoir de chaque nos consciences vis-à-vis des générations vis-à-
médecins, d’universitaires mais aussi de simples l’a encore décidé à le traiter, c’est le jour où un patriote d’abhorrer le pouvoir», tonne Karim vis desquelles nous sommes comptables».
jeune médecin s’est interrogé devant lui sur Younès. Mais, comme il le fait savoir dans son Abordant ceux qui avaient la destinée ducitoyens des deux sexes et de différents âges,
Karim Younès était à Annaba pour une vente- l’existence de l’histoire de l’Algérie. Là, il s’est livre, «il s’en trouvera toujours parmi les tenants pays entre les mains depuis 1962, l’auteur ne se
dédicace de son livre de près de 600 pages senti interpellé et décida, même s’il reconnaît du bendir chauffé en permanence à pousser des départira pas de son intégrité morale et afin
qu’il n’a pas de formation proprement dite d’his- cris d’orfraie à la lecture de ce point de vue. Je d’être aussi juste que possible en leur reconnais-ayant pour titre : De la Numidie à l’Algérie-
Gradeurs et Ruptures. À l’évidence, cette œuvre torien, à faire connaître aux nouvelles généra- demeure persuadé, quant à moi, qu’il existe sant des qualités. Il écrira ainsi qu’«il est honnête
traite de l’histoire ancienne et récente de tions les péripéties d’une nation d’origine numide dans notre pays suffisamment de raison et d’in- de reconnaître, sans effort, que Bouteflika est un
dont la présence sur le sol algérien, mais égale- telligence pour savoir que depuis l’aube des des derniers témoins de l’histoire non seulementl’Algérie.
ment maghrébin, remonte à plusieurs millénaires temps, un bendir aussi bruyant soit-il n’a jamais de l’Algérie contemporaine mais aussi du mou-
avant notre ère. trouvé sa place dans un orchestre sympho- vement de libération afro-asiatique et des relentsDÉCÈS Faisant un parallèle avec les différentes nique». de la guerre froide».
époques de l’histoire de l’Algérie, l’auteur, qui «Gravissant les échelons de la vie politique A la fin de sa conférence, Karim Younès s’estLa famille Abdelaziz d’El Biar a l’immense dou-
souligne la bravoure de ce peuple contre les grâce à sa propreté morale et sa compétence, il prêté avec gentillesse aux vœux des lecteurs, etleur de faire part du décès de leur très cher frère
incessantes agressions dont il a été l’objet de la arrive à occuper le prestigieux poste de prési- ils étaient des dizaines pour une dédicace. Il pre-Abdelaziz Abderrahmane part d’envahisseurs de divers horizons, regrette, dent de l’Assemblée nationale avant que les nait tout le temps nécessaire pour discuter avec
toutefois, les luttes intestines pour le pouvoir d’où principes moraux ne soient dévoyés. Il quitte eux. Ils étaient des dizaines à faire la queuesurvenu le 17 décembre 2011.
le sous-titre Grandeurs et Ruptures. alors ce poste sans regret, aussi intègre à sa avant de passer devant le pupitre de la scène oùL’enterrement a eu lieu le 18 décembre 2011 au
De toutes les colonisations qu’a connues sortie qu’à sa rentrée», écrit à son sujet Lamine se tenait l’auteur pour une dédicace. L’opérationcimetière de Oued Romane.
l’Algérie, le conférencier relève celle de la France Bechichi, homme de culture ayant occupé le s’est terminée en début de soirée après plus de«A Dieu nous appartenons
pour son horreur et ses graves méfaits contre poste de ministre de l’Information et de la trois heures sans interruption. et à Lui nous retournons».
tout ce qui a trait à la culture et à l’identité de Communication. S’adressant aux jeunes, l’auteur A. Bouacha
Photo : Samir SidLe Soir
d’Algérie 5Actualité Lundi 19 décembre 2011 - PAGE
REVALORISATION DES PENSIONS DE RETRAITE
La FNTR maintient la pression
de toutes les retraites qui ont été«L’argent est disponible, que faut-il donc attendre pour
versées, cela tourne autour deprocéder à la revalorisation des pensions de retraite ?»
500 milliards. Si la caisse n’avaitAhmed Gadiri, membre du bureau fédéral de la Fédération
pas payé ces gens-là, elle aurait
nationale des travailleurs retraités (FNTR) a, de nouveau, pris en charge convenablement
plaidé pour une revalorisation «rapide» et «conséquente» les retraités».
des pensions de retraite. Côté revendications, il n’y a
pas que les 40% d’augmentation.Abder Bettache - Alger Malheureusement, nous atten-
Selon ce même responsable,(Le Soir) - Les retraités doivent dons», a souligné l’invité de la
beaucoup de choses ont étéencore attendre au moins une rédaction de la Chaîne III. Il fera
faites sur les lois régissant lasemaine avant de pouvoir bénéfi- savoir à ce propos que des mil-
retraite. cier de la mesure portant revalo- liers de retraités «diminués»
La FNTR a ajouté plusieursrisation de leurs pensions de attendent avec impatience cette
points dans le dossier remis à laretraite. Pour cause, le Conseil revalorisation.
tripartite, à savoir «l’abrogationdes ministres devant trancher la «Pourtant, précise-t-il, lors de
de l’article 4 de la loi 93-03 quiquestion prévu pour hier a été la réunion du ministre du Travail,
modifie l’article 16 de la loi 83-12reporté d’une semaine. Entre- Tayeb Louh, avec les membres
et le retour au droit acquis figu-temps, les syndicalistes anima- de la tripartite, le Premier
rant dans l’authentique article 16teurs de la Fédération nationale ministre Ouyahia et le ministre du
qui fixe la pension minimum àdes travailleurs retraités main- Travail, Tayeb Louh, dans deux
100% du SNMG au lieu de 75%,tiennent la pression pour pouvoir déclarations, ont reconnu la
l’abrogation pure et simple defaire bénéficer les millions de situation déplorable des retraités,
l’article 3 de la loi 99-03 qui modi-retraités de cette augmentation. et qu’il fallait examiner la situa- Des milliers de retraités attendent avec impatience cette revalorisation.
fie l’article 15 de la loi 83-12 etHier, sur les ondes de la tion, donc il y a eu un espoir.
dans le budget de l’Etat. D’où augmentations, compte tenu des retour au droit acquis figurantRadio nationale (Chaîne III), M. Nous (FNTR), nous sommes
ont-ils eu l’argent ? C’est les rappels sur trois années qui ont dans l’authentique article 15Ahmed Gadiri a plaidé la cause assaillis ici et dans tous nos
réserves du Trésor public. Nous, produit des cotisations consé- fixant la majoration pour conjointdu troisième âge en lançant un bureaux de wilaya tous les jours
les retraités on a aussi droit à ces quentes». à charge à 600 fois le montanténième appel à l’adresse des par des retraités qui demandent
réserves.» Selon lui, «la Caisse Par ailleurs, selon M. Gadiri, horaire du SNMG, l’abrogation,pouvoirs publics pour «venir à où nous en sommes. On essaye
nationale des retraites (CNR) n’a «il y a eu en 1997 une ordonnan- lit-on, de l’article 09 de la loi 99-l’aide de cette catégorie sociale». de les calmer en leur disant que
jamais été menacée de déficit et ce qui prévoyait le départ à la 03 qui modifie l’article 43 de la loi«Nous avons demandé une aug- le gouvernement a promis une
elle ne l’est pas. Les augmenta- retraite non pas à 60 ans mais en 83-12 et le retour au droit acquismentation de 40%, approuvée augmentation en novembre.
tions salariales attribuées avec fonction de l’âge, selon que le figurant dans l’article 19 de l’or-par le SG de l’UGTA à compter Mais à ce jour, il y a rien de
un effet rétroactif depuis 2008 salarié ait cotisé pendant 32 ans.er donnance 96-18, elle-mêmedu 1 janvier 2010. Une augmen- concret.»
sont venues la renflouer grâce au Mais on n’a pas prévu les res- venue modifier la loi citée plustation dégressive.
surplus de cotisations sala- sources mettant ainsi la Caisse haut, le relèvement du minimumC’est-à-dire 40% jusqu’à L’argent est disponible riales». de retraite en difficulté. C’est des petites allocations20 000 DA, ensuite ce sera 35%, M. Gadiri explique : «Quand Implicitement, il fera savoir pour cela que parmi nos revendi- à5 000 DA…»etc. de manière à ce qu’en défini- ils ont payé trois années de rap- que la CNR peut supporter ces cations, figure le remboursement A. B.tive, tous les retraités aient entre pel aux fonctionnaires et aux
5 500 et 6500 DA par mois. médecins, ce n’était pas prévu ILS RÉCLAMENT LEURS ARRIÉRÉS DE SALAIRE
CHU DE TIZI-OUZOU Sit-in des marins devant la direction
Rassemblement générale de la Cnan
Des dizaines de marinsdes médecins chefs
ont observé, hier, un sit-in
Hier matin, plusieurs médecins chefs de différents services du
devant le siège de la direc-CHU de Tizi-Ouzou, auxquels se sont joints des assistants et maîtres
tion générale de la Cnanassistants, une soixantaine, ont organisé une journée de protestation
devant la direction générale de l’établissement, pour exiger : «Le Group (Compagnie natio-
départ définitif du DG». nale algérienne de naviga-
Parmi eux, des professeurs qui cumulent plus de 20 ans de ser- tion) à Alger. Au chômage
vice dans l’établissement. Ils ont protesté contre «l’intimidation, les «forcé» depuis plusieurs
humiliations et les sanctions à tort et à travers dont le DG nous fait
mois, ils réclament leursgré».
arriérés de salaire. Selon eux, beaucoup de problèmes futiles entravent et parasitent
Rym Nasri - Alger (Le Soir)leurs activités au sein des différents services du CHU. Des pro-
- Transférés en 2007 de la Cnanblèmes «créés de toutes pièces par le professeur Ziri», directeur
général par intérim qui aurait, selon eux, peur pour son poste. «Il vers IBC (International Bulk
Carrier) dans le cadre d’unpasse alors son temps à sanctionner et établir des écrits diffama-
toires à notre encontre pour nous discréditer devant la tutelle», pour- contrat, 250 marins se retrou-
suivent nos interlocuteurs. vent aujourd’hui sans salaire
L’assistance parle aussi de la répression morale que subissent depuis plusieurs mois. Hier, ils
les fonctionnaires de l’établissement, en la qualifiant de «terrorisme étaient nombreux à se rassem-
psychologique». Les divergences entre la Cnan et IBC lèsent les marins.bler devant la direction générale
Le DG userait d’abus d’autorité et les «sanctions qu’il distribue ça de la Cnan Group (Alger) récla- façon», ont-ils ajouté Les souffrir de cette situation. Mêmeet là pour des éléments qui, depuis toujours, ont été exemplaires, mant leurs arriérés de salaire. contestataires exigent un «salai- les 17 marins libérés par lesagissent alors comme la potence qui n’a jamais servi pour tous les «Nous n’avons pas perçu nos re d’attente», en attendant la pirates somaliens, après 10fonctionnaires. Ils sont terrorisés par l’aléatoire comportement du salaires depuis plusieurs mois, reprise des embarquements. mois de détention, endurent leDG». «Nous sommes ses aînés, il nous sanctionne parce qu’il a allant de 10 mois pour certains «Nous ne demandons pas l’au- même calvaire, précise-t-on. entre les mains des pouvoirs qu’on lui a conférés», nous ajoutera un
jusqu’à 24 pour d’autres», ton- mône. Nous sommes venus Les représentants syndica-professeur de l’établissement.
naient les protestataires. Et d’ex- réclamer nos droits», précisent- listes font remarquer, pour leurToujours selon l’assistance, l’établissement manquerait de beau-
pliquer : «Nous sommes au chô- ils. part, qu’il y a des «divergences»coup de choses inadmissibles pour un CHU de cette taille.
mage forcé car les navires algé-Le CHU Nedir-Mohamed qui couvre quatre wilayas du centre Ils dénoncent également le entre la présidente du conseil
riens sont bloqués à l’étranger,souffrirait d’un manque sévère en moyens, surtout humains. Un favoritisme dont bénéficient les d’administration de la Cnan et le
dont 4 en Malaisie, 3 en Grècemanque en médicaments, en matériel médical a aussi été déploré, et étrangers lors des embarque- DG de IBC. «Elle nous a affirmé
et un autre au Kenya.»dont seuls les malades en pâtissent. ments. «Le pavillon national que nous ne sommes plus des
S’estimant lésés par leur«Le directeur général est au courant du désastre qu’il crée par le n’est pas à vendre», s’exclame employés de la Cnan et qu’elle
transfert vers IBC, les marinsbiais de sa mauvaise gestion, ce qui importe pour lui c’est d’intimider Hamid, l’un des marins. ne peut répondre à nos revendi-
précisent qu’ils sont pourtantle personnel», conclura un médecin en colère. Ceci a d’ailleurs pous- Venu d’Oran, Ahmed, père de cations tandis que le DG d’IBC
titulaires au sein de la compa-sé beaucoup de médecins à déposer leurs démissions à cause de 3 enfants, affirme qu’il s’est nous renvoie vers elle en affir-
l’ingérence du directeur. gnie nationale. «Nous n’avons converti en «chauffeur clandes- mant qu’elle est habilitée à
Plusieurs cardiologues, pédiatres, endocrinologues, radiologues pas moins de 30 ans d’expérien- tin» pour subvenir aux besoins prendre en charge nos
auraient quitté l’établissement parce qu’ils affirment que le DG les ce. Nous avons passé la moitié de sa famille. «Les choses n’ont doléances», a dit Rabah, le
empêche de travailler. de notre vie en mer et aujour- que trop duré», dit-il. Ils sont représentant syndicaliste.
B. T. d’hui on nous lâche de cette nombreux comme Ahmed à R. N.
Photo : Samir Sid
Photo : Samir SidLe Soir
d’Algérie Actualité Lundi 19 décembre 2011 - PAGE 6
eLE COLLOQUE L’ALGÉRIE ET LA FRANCE AU XXI SIÈCLE
Les velléités de bien faire se transformeront-
elles en réelle volonté d’action ?
Richesse incontestable des échanges au cours du colloque partenariale, concertée». Et de tion. Quant au traitement fait à tement dans les investissements,
suggérer que cette gestion soit l’immigration, là aussi, la critique «sachant que la France possèdeorganisé samedi dernier à l’Assemblée nationale par J.-P.
assurée conjointement par le est quasi générale à l’égard de la une technologie importante et qu’ilChevènement, président de l’Association France-Algérie. Si nous
Medef, le Forum Algérie et des uni- France et notamment à l’égard des y a la langue qui peut lier les opé-n’avons pu prendre part aux rencontres de la matinée, qui, de
versités algériennes et françaises. politiques de la droite «sachant rateurs» et qui peut faire l’écono-l’avis de beaucoup étaient assez riches, celles de l’après-midi ne
Et pour prévenir très certainement pertinemment que très souvent, mie d’interprètes et de traducteurs. l’étaient pas moins, même si l’une des interventions, celle consa-
tout débat sur le sujet, le ministre ces politiques se font à la veille Quant aux rapports qui lient lescrée à la dimension humaine et sociale de la relation franco-algé-
conclut en précisant qu’«il ne faut d’élections présidentielles ou légis- journalistes algériens et français,rienne et notamment à «l’identité des deux sociétés et leur pro-
pas faire l’impasse sur la gouver- latives ce qui engendre une suren- Belhouchet distinguera deuxjection dans l’avenir», traitée par Malek Chebel, a été bien en
nance» qui est, selon lui, «un nou- chère de la droite à propos de la périodes : d’abord celle de 1992-deçà des attentes. Aménagement du territoire, coopération
veau concept de l’autorité ; assu- présence des Algériens qui vivent 1993 où, avec beaucoup dedécentralisée et dimension humaine et sociale de la relation fran-
rer une sorte de nouvelle repré- ici, négligeant, ce faisant, leurs nuances toutefois, les rapports ont
co-algérienne ont occupé la première partie de la séance. La
sentation des populations, de nou- apports au pays d’accueil». été assez heurtés, où une certaine
deuxième dédiée à «l’Algérie et la France au miroir des médias»
velles règles du jeu et faire adhé- Quant au Sahara occidental, presse ou organisation comme
a permis à notre confrère, directeur d’El Watan, Omar
rer citoyens, partenaires et société autre aspect qui donne une sévéri- Reporters sans frontières voyait
Belhouchet, à Jean Daniel, directeur membre fondateur du
civile à ces règles, créer un nou- té du regard algérien et de la pres- derrière chaque journal, un géné-
Nouvel-Observateur, au philosophe et écrivain Régis Debray et à veau lien territorial avec les se vis-à-vis de la France, ral, mais en même temps où des
Jean-Pierre El Kabach de donner, chacun pour ce qui le concer- citoyens… pour mieux nous rap- Belhouchet explique que les titres tels que le Nouvel Obs,
ne, sa lecture de cette image projetée par les médias respectifs procher avec le monde de la Algériens et la presse algérienne Témoignage Chrétien et Télérama
des deux pays. démocratie». ne demandent pas aux officiels par exemple et d’autres comme
ce qu’il a annoncé deux projets Très loin de croire à ces inten- français de changer de cap, «de des personnalités médiatiques ont
De notre bureau de Paris, soumis à l’Union pour la tions ô combien généreuses et changer de politique, de ne plus accueilli, aidé ou manifesté de la
Khadidja Baba-Ahmed Méditerranée. L’Algérie a suggéré porteuses de nouveautés, très loin être l’ami du Maroc, puisqu’il y a solidarité face aux 500 journalistes
que l’agence pour les villes du schéma national et de ses une amitié particulière entre le qui se sont exilés. L’intervention du ministre Cherif
durables, essentielle pour grands projets, un assistant dans pouvoir français et la monarchie «Il y avait de la compréhensionRahmani a été en totalité consa-
l’Algérie, y soit domiciliée. «Cela la salle interpella le ministre sur «la marocaine, mais ils demandent mais aussi parfois de l’incompré-crée au schéma national d’aména-
permettra d’expertiser sur la dura- saleté dans nos villes, l’absence tout simplement à ce que la hension mais aujourd’hui cesgement du territoire qui, a-t-il dit, a
bilité, sur l’économie verte, sur la de traitement des déchets et l’état France joue un rôle beaucoup plus choses se sont estompées.»été bâti sur deux horizons 2010-
ville de demain et de pouvoir ferti- de délabrement visible à tout visi- équilibré, qu’elle aide ces deux «Nous sommes aujourd’hui, a2030, l’horizon d’une génération et
liser sur d’autres villes en Algérie, teur. En guise de réponse , le pays à dépasser cette situation». déclaré Belhouchet, dans une nou-le deuxième horizon est «géogra-
au Maghreb et également ministre a dû se suffire de dire que Et de conclure sur cet aspect : velle phase “grâce d’ailleurs àphique», celui dans lequel se meut
ailleurs.» ces problèmes se résoudront au «En prenant le parti un peu trop l’ambassade de France enl’Algérie, le Maghreb ; celui de la
La deuxième proposition fur et à mesure et qu’il comprenait fortement du Maroc, il est clair que Algérie”» caractérisée par desMéditerranée et dans lequel
concerne «la création d’un centre que les citoyens soient impatients. la France perd ce privilège qu’elle contrats de formation des journa-l’Europe et notamment l’Algérie et
pour la connaissance et les tech- Lorsque Omar Belhouchet a dû aurait pu avoir dans la région et listes et d’aide au managementla France «occupent une place
nologies nouvelles pour l’Algérie». se plier à l’exercice consistant à qu’elle aurait pu justement utiliser pour notre presse jeune. Pourstratégique, charnière». Comme
Ce centre, pour Cherif Rahmani, dessiner l’image que véhicule la pour faire avancer un peu le illustrer cet aspect, le directeur d’Elpour justifier ce deuxième espace,
se fondera sur les sciences de l’in- presse algérienne de la France, il Maghreb». Belhouchet a consacré Watan évoquera le contrat qui liele ministre poursuit : «Il faut abso-
génieur, sur la physique, la phar- organisa ses propos en les situant le second volet de son intervention son journal à l’Ecole de journalis-lument que nous nous insérions
macie, la biotechnologie et per- dans l’évidence qu’en vérité «les à l’image positive véhiculée par la me de Lille et qui va selon ses der-dans cet échange international et
mettra à l’Algérie d’avoir un centre journaux sont la voix d’une presse algérienne et qui se mani- nières informations -confirméesque nous nous préparions».
pédagogique et scientifique, nation». La première face de cette festerait d’abord par la place par l’ambassadeur de France surPlus explicite encore, il livre du
d’avoir un centre pour les start-up image, celle critique vis-à-vis de la importante que consacre réguliè- place - intéresser aussi Echsens à ce schéma dont le socle
pour booster les jeunes et d’avoirreposerait sur la durabilité (parce France, se base sur trois points rement la presse à l’ambassadeur Chourrouk.
un business-centre. Et en ces essentiels : la question de la français qui intervient dans des Est-ce que ces volontés de par-que nous avons trop soutiré de
temps de cadeaux de noël en mémoire, celle du sort réservé aux titres en langue française ou faire les relations, d’assainir lesnos ressources) ; sur l’équilibre
France, le ministre annonce :(éviter le trop-plein et le trop-vide) immigrés algériens vivant en arabe, alors «que ça arrive rare- passifs, de sortir du paternalisme
«L’Algérie est prête à financer ce France et la question du Sahara ment dans la presse française à trop souvent présent dans les rap-et l’équité (en évitant les fractures
centre comme elle est prête à cesociales et les fractures territo- occidental. Qu’elle soit arabopho- l’ambassadeur algérien en ports de la France avec ses parte-
riales). Le schéma directeur a qu’une entreprise française ne ou francophone, il y a unanimi- France». naires du Sud passeront, comme
construise ce centre en contrepar-nécessité des prérequis que té pour dire que la question de la Autre aspect positif, selon notre suggéré lors de ce colloque, pour
constituent les autoroutes, les TIC, tie nous voulons qu’il y ait une mémoire est entière et que la confrère, est la projection de la une fois de velléités en volonté sin-
le chemin de fer et les espaces vie expertise de la France avec ses France officielle doit faire l’effort de presse algérienne dans le futur cère et en actions concrètes au
pour donner plus «d’avantages capacités.» Quant à la gestion de reconnaître, de s’excuser, selon des relations bilatérales et l’insis- bénéfice des deux pays ? L’avenir
comparatifs à l’Algérie dans le ce centre, elle devra se faire en les voies, de reconnaître les tance avec laquelle elle demande très proche nous le dira.
futur». Enfin la surprise viendra de binôme, «d’une façon intelligente, crimes commis durant la colonisa- que la France intervienne plus for- K. B.-A.
CONSTANTINE
Recasement des habitants de la cité
Boudraâ-Salah sous haute tension
C’est dans un climat tendu, émaillé Intervenant dans le but d’apaiser les temps, se préparaient un peu plus loin à brû- des exclus et bien d’autres cas. En bref,
esprits qui commençaient à s’échauffer, le ler des pneus en signe de contestation. l’approche adoptée par l’administration loca-de protestations et d’altercations que
chef de cabinet du wali qui était accompa- L’intervention de quelques habitants et le consistant en la communication des résul-s’est déroulée, hier, l’opération de reca-
gné à l’occasion par le SG de la wilaya n’a des officiers de la police, lesquels ont réussi tats des recours sur place, le jour même desement des 1 000 habitants des chalets
pas pu convaincre ces derniers. «Rejoignez à dissuader ces derniers, a permis d’éviter l’opération de recasement a failli mettre leSotraco et les trois bidonvilles
vos chalets et patientez. Une fois votre tour le pire. Aussi, la tension qui régnait sur les feu aux poudres. Aussi, dans une ultime ten-Ameziane, Annasr et El Hatabia sis au
arrivé vous saurez le résultat de votre lieux a atteint son paroxysme lorsque un tative de remettre les pendules à l’heure etsecteur urbain Boudraa-Salah.
recours», dira-t-il. Une réponse qui semble- jeune, âgé d’une trentaine d’années, à bout permettre, notamment, la reprise de l’opéra-Comme craint, à peine entamée, l’opéra-
t-il, n’a pas été du goût de tous les présents. de nerfs et qui proférait des injures à l’en- tion, M. Benyoucef SG de la wilaya provo-tion a dû être arrêtée net quelques heures
S’ensuivent alors une grande agitation et droit du chef de cabinet s’agrippa au cou de qua sur place une réunion avec des repré-après. Et ce, à partir du moment où près de
des altercations verbales entre ce dernier et ce dernier et tenta de l’agresser. Il sera arrê- sentants des habitants. 40 résidants, impatients de connaître leur
les protestataires qui menaçaient de freiner té par la police et conduit au commissariat. Expliquant la démarche adoptée par l’ad-sort, se sont manifestés pour exiger des res-
l’opération. Jusqu’à 14 heures l’opération Selon les dernières informations en notre ministration, ce dernier a exhorté les repré-ponsables présents sur site de leur commu-
n’avait toujours pas repris. possession recueillies auprès de ses sentants des habitants à revenir à la raisonniquer dans l’immédiat les résultats des
D’autres résidants, plus remontés vont proches, il aurait été relâché quelques et faire confiance aux membres de la com-recours déposés par ces derniers.
même jusqu’à brandir la menace de l’immo- minutes après. Ainsi donc, la situation risque mission. «Personne ne sera lésé, assure-t-il«On ne quittera pas nos chalets tant que
lation si leurs cas ne sont pas pris en char- à tout moment d’exploser au vu du nombre avant d’ajouter que le fait de figurer dans lanous ne saurons pas ce qu’il en est de nos
requêtes. Cela faisait trois mois qu’elle (l’ad- ge. Vraisemblablement, décidés à en important de mécontents. liste du recensement ne veut pas dire béné-
découdre avec la commission, des jeunes Il s’agit, notamment, des cas des familles ficier d’office d’un logement. Il existe aprèsministration) nous fait courir. Tout ce que
nous demandons, c’est notre droit à un loge- dont les noms, disent-ils, ont été retirés des nombreuses attributaires de F2, de celui des le recensement une autre enquête adminis-
ment comme tout un chacun», s’écrient à listes des bénéficiaires arbitrairement après célibataires âgés de 40 ans, des émigrés trative qui statuera sur chaque cas.»
tue-tête les protestataires. avoir été attributaires dans un premier dont les familles habitent chez leurs parents, F. B.Le Soir
d’Algérie Contribution Lundi 19 décembre 2011 - PAGE 7
Vouloir salir nos héros à tout prix
révèle la misère de l’esprit
grand rassemblement présidé accompagnait les commandants battants de l’ALN et soldats de souple et compréhensif avec ses
Par Ouali Aït-Ahmed,
hommes. Parler d’«oukases» depar le colonel Si Amirouche, à Si Omar Oussedik et l’armée française. Lors de la der-
ancien officier de l’ALN Alma-Tagma (Zekri). C'était là Si Azeddine. Nous avons eu 394 nière réunion tenue le 30 juin la révolution, c’est la vivre du
qu’il nous a affirmé qu’aucun, moudjahidine tombés au champ 1962 et après avoir épuisé dehors ou se tenir en position de
Dans ses livraisons du mardi
aussi gradé soit-il, n’a le droit de d’honneur, dont 385 crânes ont l’ordre du jour, débattu par nos spectateur. A chaque temps, la
et mercredi 6 et 7 décembre, Le
traiter de traîtres ceux qui ont été retrouvés à l’indépendance. cinq officiers de l’ALN (Ahcène perception des choses est diffé-
Soir d’Algérie a publié deux
été happés par l’opération «ce Du côté de l’armée ennemie, les Mahiouz, Lamara Hamel, moi- rente, à chaque étape, le raison-
articles signés de Mohamed
sont des chouhada au même pertes étaient sévères, y com- même, Mouhand Oubelkacem nement est différent, à chaque
Maarfia et de Chérif Mehdi. Si le
titre que ceux tombés sous les pris le sinistre capitaine Izri, Mohand Saïd de Maâtkas) itinéraire, la vision globale est
second a fait preuve d’une
différente. Certains font de «laprojectiles de l’ennemi», conclut- Grazziani connu pour les tor- face à cinq officiers français dont
remarquable clarté et d’une
bleuïte» leur leitmotiv. Mais ilsil. tures et sévices qu’il faisait subir le colonel Derienic, celui-ci s’est
logique quasi-parfaite dans ses
ne parlent jamais du poste deL’opération «bleuïte» était aux militants, lors de la bataille adressé au commandant si
révélations, bien que des zones
Horrane 1958 qui a suppléé auclose à cette date, comment d’Alger. Laissons là le récit, pour Ahcène Mahiouz : «Mon com-
d’ombre, notamment la part de
manque d’armes et de munitionspourrait-elle être inscrite à le reprendre plus loin et reve- mandant, j’ai appris à vous res-
responsabilité de Ahmed Ben
dont souffrait sa Wilaya. On nel’ordre du jour de la réunion des nons à un mensonge aussi gros- pecter durant ces deux mois et
Bella, alors président de la
parle jamais de «l’opérationcolonels de l’intérieur à Ouled- sier que diffamatoire de l’auteur, demi passés ensemble.
République, dans l’opération
Oiseau Bleu» qui a fourni desAskeur (Taher) ? Donc, affirmer sur le commandant si Ahcène Aujourd’hui, veille du référen-honteuse et avilissante d’exhu-
hommes, des armes et financesque le colonel de la Wilaya III Mahiouz. dum qui aboutira, sans doute,mation, réinhumation et séques-
dont ont bénéficié l’ensemblevoulait attirer l’attention de ses Dans son article, Mohammed sur l’indépendance, je me per-tration «à la sauvette» des corps
des wilayates. On ne parlepairs sur une probable et pareille Maarfia souligne que Si Ahcène mets de vous ouvrir mon cœur,de deux héros nationaux Si
jamais d’Amirouche qui voulait àopération dans les parties du ter- Mahiouz a été parachuté par pour vous dire que, durant laAmirouche et Si El-Houas, le
tout prix épargner la vie au lieu-ritoire qu’ils dirigeaient, relève l’armée allemande, avec un guerre, nous avions peur depremier – Mohamed Maarfia —
tenant Hocine Salhi, fait prison-de la volonté de salir un héros autre, du côté du Constantinois, vous voir à la tête de la Wilayapar contre, s’est fourvoyé dans
nier par le capitaine Leger, tout àdes plus légendaires et des plus lors de la Seconde Guerre mon- III.» A vous donc, M. Mohammeddes spéculations aussi menson-
fait au début de la «bleuïte». Onaimés de ses troupes. diale. Il continue pour dire Maarfia, de cesser vos bali-gères que grotesques et des
ne parle jamais d’Amirouche quiLa vérité est tout autre. Les qu’après interception des deux vernes et insinuations à soncontre-vérités flagrantes et n’hésitait pas à se retrousser leswilayates de l’intérieur étaient hommes par l’armée française, sujet.indignes, d’autant plus qu’il se manches pour préparer «thikur-privées d’armement et surtout le deuxième a été décapité et Si Revenons, maintenant, àprétend avoir été membre du vavines», spécialité de la Petite-de munitions. Le dernier convoi, Ahcène Mahiouz relâché, insi- celui qui a toujours fait tremblersecrétariat du PC de la Wilaya I Kabylie. On ne parle jamais depour la III, remontait déjà au nuant par là qu’il était agent des les généraux français sortis dehistorique.
la mission qu’il a faite dans lesdébut de l’année 1958. Cette pri- services secrets français. Quelle Saint-Cyr et d’autres grandesAussi, devant toutes ses sup-
Aurès pour aplanir les difficultésvation continuera jusqu’au 19 honte et quelle horreur ! On ne écoles militaires française, lui, leputations et insanités qui ne font
y afférentes menaçant l’unité demars 1962, jour du cessez-le-feu doit pas se hasarder, lorsque petit orphelin, natif de Tassaftque salir sa personne, et par
cette Wilaya. On ne parle jamaisentre l’ALN (Armé de libération l’on ignore un fait historique. Ouguemmoun (Iboudraren)devoir de mémoire, je ne saurai
de son geste qui avait sauvé denationale) et l’armée française. Tout cela pour dire que, si l’ar- devenu petit artisan à Ighirl-Izanme calmer et remettre mes nerfs
la mort six moudjahidine dont SiLes convois d’acheminement mée française a quadrillé de (Relizane), pour dire à l’auteuren place, il m’est agréable de
Abdelkader El-Bariki et Sid’armes et de munitions partis punaises sa carte de la Wilaya de l’article que le choix de l’itiné-porter haut ma voix, par le biais
Belkacem Nezzar, trouvés lesde l’intérieur n’étaient jamais III historique, Si Ahcène Mahiouz raire n’était pas fortuit, et devaitdu même quotidien, afin de
mains attachées derrière le dos.«revenus bredouilles» comme le n’en était pas étranger, d’autant être mûrement réfléchi par lesmettre les points sur les «i» (s)
Tous les six mourront en hérossouligne Mohamed Maarfia. Et plus qu’il était l’homme de deux émissaires des chefs deet apporter des éclairages à cer-
en Wilaya III. pourtant, il le sait bien, lui qui confiance du colonel Si wilaya. Après le refus de Si Alitains points dont l’auteur, par
Il n’y a pas de guerre propre yétait dans une wilaya-tampon Amirouche. Kafi d’assister aux travaux de lamalhonnêteté intellectuelle ou compris celle que nous avonsavec la Tunisie. Il peut bien Certes, si Ahcène Mahiouz réunion, et malgré l’envoi de Sitout simplement par méconnais- livrée à la France pour briser lesavoir que ceux qui pouvaient avait rejoint les «SS» allemands, Lamine Khene aux assises desance, ne fait que transposer la joug colonial. Et «on ne fait pasfranchir les barrages électrifiés lors de la Seconde Guerre mon- décembre 1958, la conclusionsphère politique politicienne sur d’omelettes sans casser lesétaient retenus aux frontières diale, mu par la règle «l’ennemi découle d’elle-même, d’autantle champ historique. œufs». Le résultat est globale-par l’Etat-major. Pour les autres, de mon ennemi est mon ami». plus qu’il correspondait en clairLa première distorsion et la ment positif, puisque le pays est
ils étaient décimés par les mes- Mais il n’a jamais été parachuté avec l’extérieur à l’aide des ser-plus niaise est relative à la libéré. Si le pays éprouve des
salistes ou l’armée française. dans le Constantinois. Ceux qui vices de transmissions dont ilcontradiction se rapportant à difficultés à se frayer un chemin,
Qui ne se souvient des batailles l’avaient été, c’étaient Saïd disposait. Par voie de consé-l’objet du départ des deux héros ce n’est ni la faute d’Amirouche
mémorables de Annaba, Mohammedi, dit si Nacer, ou quence, la possibilité et le risquevers la Tunisie : d’un côté, il sou- ou des autres chouhada, ni celle
menées par Hidouche et ses Mohand Ath-Ouali, futur chef de de captage par l’armée ennemieligne que le chef de la Wilaya III des moudjahidine qui ont conti-
50 hommes, ou de Souk-Ahras ? la Wilaya III et prédécesseur de étaient énormes.historique y était convoqué pour nué jusqu’à la victoire. Il est
Ayant pris conscience de si Amirouche, et Amar Lazri dit Plus loin encore,rendre compte de «la bleuïte», temps de pointer le doigt sur les
cette forme d’abandon, le colo- Si Amar, futur chef de la M. Mohammed Maarfia s’appuiede l’autre, il dit que les «3B» responsables qui ont décidé de
nel Si Amirouche et ses pairs région 1, zone 3 de la Wilaya III. sur le témoignage d’un certains'étaient mis à serrer les rangs profaner les tombes des deux
voulaient se concerter dans le J’informe l’auteur de l’article Omar Ramdane qui affirmait quedès qu’il y avait menace sur leur héros nationaux. Exhumer leurs
Nord constantinois, plus exacte- que Si Ahcène Mahiouz était un l’opération du Djebel Thameur apouvoir, de la part des deux corps du Djebel Thameur, les
ment à Ouled-Askeur (Taher) et des officiers supérieurs les plus été déclenchée à la suite de l’éli-colonels. Cette contradiction réinhumer d’une façon furtive et
ce, en l’absence machiavélique- brillants que l’ALN ait connus. mination de deux harkis pardémontre, à elle seule, que l’ar- anonyme à El-Alia, dans des
ment calculée du colonel Si Ali C’était lui l’initiateur des contacts l’ALN. Je rirais à pleine gorge, siticle n’est rédigé que pour tombes numérotées, les exhu-
Kafi, car on n’a pas idée d’offrir de certains appelés de l’armée ce n’était pas l’objet poignant etbrouiller davantage la voie mer de nouveau pour les
sa maison pour une réunion et française, d’origine algérienne, remuant du sujet traité. Lesmenant à l’écriture de l’histoire séquestrer dans un caveau de la
s’abstenir d’y prendre part. C’est par le biais des femmes moudja- postes militaires voisins avaient-de notre pays dont nos jeunes gendarmerie, les réinhumer une
ainsi que procède la chauve- hidate, contacts qui ont abouti à ils besoin d’un renfort de plu-générations ont aussi soif que troisième fois, une vingtaine
souris : la nuit, elle est oiseau, le l’enlèvement de plus de vingt sieurs milliers d’hommes pourfaim. Ce n’est pas en falsifiant d’années après, n’est-ce pas le
jour, elle redevient souris. postes militaires ennemis, après rendre la pareille à celui qui a éli-l’histoire qu’on bâtit et consolide signe d’une mauvaise conscien-
Les travaux terminés, les leur investissement et l’élimina- miné les deux harkis ? les assises d’un pays. Ce n’est ce et d’une peur bleue face à la
chefs des wilayates de l’intérieur tion de soldats français, harkis Tombés au champ d’honneurpas en détruisant ses repères vérité historique ? Celle-ci est
avaient chargé Si Amirouche et ou goumiers. C’était, peut-être, le 28 mars 1959, ils lancent à laqu’on le développe et le fait implacable, même si le scénario
avancer vers un avenir radieux. Si El-Houas de la Wilaya VI de avec la complicité des services volée leur légende pour continue pour réhabiliter des
Ayant crapahuté dans le se rendre en Tunisie pour français, pour compenser l’arrêt atteindre le zénith : «Amirouche traîtres au moment où l’on ne
maquis, par les monts et les secouer quelque peu le cocotier. d’envoi d’armes et de munitions nous a quittés. Soyons tous des rate pas l’occasion pour écrire
vaux, ayant géré des PC du sec- D’ailleurs, sur le chemin du à partir des frontières, nous Amirouche pour que son sacrifi- ou tenir des propos diffamatoires
retour, les colonels Si M’hamed dirait-il. Tiens, tiens, l’ennemi ce ne soit pas vain», disait unteur à la Wilaya, en passant par à l’égard de nos héros natio-
Bouguerra (Wilaya IV) et Si était, donc, gentil !... tract signé du commandant Sila région et la zone, je suis à naux. A ces gens qui diffament
Amirouche ont échappé de jus- Ayant eu l’honneur de faire Mouhand Oulhadj, chargé demême de connaître bon nombre ceux qui les dépassent de la tête
tesse à la bataille du 6 janvier partie de la commission mixte de l’intérim de la Wilaya III.de secrets relatifs à la guerre de et des épaules, on n’a qu’une
libération et plus particulière- 1959, à Aït-Yahya-Moussa cessez-le-feu, nous nous réunis- Vivant ou mort, Amirouche seule envie : leur boucher la
ment de la Wilaya III historique. (Draâ-El-Mizan) qui a duré toute sions, avec la partie française, fait trembler tous ceux qui ont (1) gueule avec un «amuzzur» de
A ce titre, je dirai à l’auteur de une journée, avec plusieurs uni- une fois par semaine, à Aït- mauvaise conscience. Il était dur bourricot.
l’article que «la bleuïte» a connu tés de la zone 4 (W.III) et un Hichem (Aït-Yahya) pour régler avec lui-même, dur avec ses O. A.-A.
sa fin le 12 octobre 1958, lors du bataillon de la Wilaya IV qui d’éventuels incidents entre com- homologues. Mais il était très (1) : Crotte d’âneLe Soir
d’Algérie Actualité Lundi 19 décembre 2011 - PAGE 8
AÏN DEFLA
Crise du logement, quelles solutions ?
A titre d’exemple, il n’y a pasComment gérer la crise du logement qui perdure et qui
longtemps, à Miliana, dans leva en s’amplifiant ? Comment répondre aux demandes à
quartier Hamama, ce sont pas
venir lesquelles, poussée démographique oblige, ne moins de 4 bâtiments soit une
seront que plus nombreuses ? Le problème qui se pose quarantaine de logements, qui se
aux gestionnaires des dossiers au niveau de chaque daïra sont enfoncés dans le sol et dont
devient quasi ingérable. La plupart des communes ont il a fallu ordonner la destruction
connu des manifestations revendiquant l’attribution de sans que quiconque soit inquié-
té, ni les promoteurs, ni les ser-logements.
vices chargés du suivi et des
De nombreux responsables par l’APW lors de la dernière ses-
études.
se trouvent dépassés et s’éver- sion d’automne, fait ressortir que
L’autoconstruction étant
tuent à faire patienter les uns et ce sont 32,7 ha pris à 27 exploi-
réservée uniquement à ceux qui
les autres en faisant miroiter la tations agricoles collectives
ont de gros moyens, tout le
réalisation de programmes qui (EAC), qui sont les plus tou-
monde se rabat sur le logement
pousseraient à l’optimisme. chées, 14,75 ha à 6 exploitations
étatique, locatif ou aidé.
Cependant, la concrétisation agricoles individuelles, 14 ha pris
Partant de ce constat, il est
de ces programmes de loge- à l’Institut technique des grandes
peut-être plus que nécessaire
ments est confrontée à des cultures et cédés à l’université
maintenant de réfléchir à
contraintes diverses et nom- pour la réalisation de 8 500 nou-
d’autres solutions pour rattraper
breuses. velles places pédagogiques, le
les retards considérables d’une
Parmi ces contraintes, on reste vient de terres excéden-
part, et considérer les besoins
pourrait citer, entre autres, les taires de certaines exploitations cueil de 8 500 places pédago- la réalisation de 190 logements.
que ne manqueront pas de for-
faibles capacités de réalisation, agricoles. giques pour faire face à la Le projet, indique-t-on, est au muler les générations montantes,
le nombre restreint de promo- Ici, il y a lieu de se demander demande croissante dans l’en- stade des études. d’autre part. Mais ça c’est un
teurs fiables et disposant des pourquoi ce sont les EAC et EAI seignement supérieur, des ter- Le programme 2011, quant à
autre problème !
moyens techniques et matériels, qui sont les plus touchées par rains sont destinés à recevoir lui, porte sur la réalisation de 1 Karim O.
des prix peu attractifs, «en ces ponctions de terrains si des structures administratives ou 700 unités qui seront implantées
dehors du temps et de la réalité quelque part, le début de leur sécuritaires (brigades de gendar- sur 17 sites. A ce sujet, on Un dangereuxdes prix des matériaux», une liquidation n’est pas programmé merie, unité de la Protection civi- indique que 57 plis ont été dépo-
bureaucratie bien «installée» et surtout si on ajoute la décision le, antennes administratives sés par 20 promoteurs, et le dos- malfaiteurdont tout le monde se plaint et, prise par le ministère de communales, subdivisons de sier est en phase de jugements.
enfin, facteur déterminant, qui l’Agriculture de donner ces l’agriculture et autres maisons Face à la lenteur dans la réa- sous les verrousfait barrière parfois infranchis- exploitations sous forme de cantonnières. lisation, les promoteurs vétérans
sable à la concrétisation de ces concessions. Par ailleurs, selon les informa- ne sont plus à même de Les services de la police
programmes, le manque de ter- On précise toutefois, selon le tions, obtenues auprès de la répondre à des besoins colos- judiciaire de la Sûreté de
rains a bâtir. chef de l’éxécutif de la wilaya, direction du logement et des saux en matière de logement. wilaya de Aïn Defla ont procé-
dé mercredi dernier à l’arresta-Pour libérer le lancement de que le ciblage de ces exploita- équipements publics, un pro- Lors d’une exposition portant
ces programmes de construction tions a été établi par une com- tion d’un dangereux criminel,gramme notifié en 2010, portant sur les programmes alloués, en
alors qu’il était en train dedans la wilaya d’Aïn-Defla, les mission ministérielle, ces exploi- sur la construction de 1 190 loge- cours de réalisation et non enco-
dévaliser un local commercialPDAU (Plans de développement tations ayant été jugées à très ments a été confié à l’agence re lancés, au stade des études
sis à la cité des 112 logements,et d’aménagements urbains) ont faible rendement pour le secteur foncière. 210 sont en cours de ou des jugements, le chef de
à Aïn Defla.été étendus et des terrains récu- de l’agriculture. réalisation dont 60 achevés et le l’éxécutif de la wilaya a exhorté
Selon une source policière,pérés. Ce sont des terrains pris à On indique que ces terrains à reste en voie d’être lancé. les responsables à ouvrir la porte
c’est suite à un appel télépho-des EAC et EAI (Exploitations bâtir sont destinés à la construc- L’ OPGI a pris option, toujours aux promoteurs privés à condi-
nique dans la nuit de mercrediagricoles collectives et indivi- tion de 2 810 logements promo- sur le programme notifié en tion qu’ils répondent aux exi-
à jeudi dernier, vers 22 h, fai-duelles), sur des terrains excé- tionnels locatifs (LPL) et 1 070 2010, pour la réalisation de 620 gences de la profession, et
sant état d’un vol qui était endentaires, appartenant à des logements promotionnels aidés logements, dont 130 ont été lan- d’écarter les «casseurs de prix»
train d’être perpétré dans unorganismes étatiques. (LPA), répartis sur 15 communes cés, les 490 restants sont à l’étu- incompétents. Il faut dire que
local commercial de matérielLa proposition globale des ter- pour le premier type et 9 pour le de, toujours selon le DLEP. nombre de constructions, pour-
audiovisuel, qu’une équipe derains intégrés aux PDAU, soit second. S’agissant du troisième pro- tant récentes, souffrent déjà de
policiers qui a agi avec céléri-
une surface totale de 63,40 ha, En plus de l’extension du moteur, l’ENPI (ex-EPLF), il a vices, de forme et se dégradent
té, s’est déplacée sur les lieux
adoptée et votée à l’unanimité campus pour une capacité d’ac- une dotation de programme pour faute de suivi.
et cerné le local.
Un homme venait de fractu-
rer le rideau et s’apprêtait àCELA S’EST PASSÉ DURANT LE WEEK-END DERNIER
quitter les lieux les bras char-
gés de matériel pris dans le
magasin. Il fut arrêté et conduitUn mort et 23 blessés dans 6 accidents
qui siège de la PJ. Le voleur,
M. Dj., 30 ans, originaire de la
ville de Bourached, à 10 km aude la route à Blida sud-ouest de Aïn Defla avait
sur lui un poignard et une carted’une véhicule, une Peugeot arbre suite à un glissement sur laLa Protection civile de la wilaya de Blida a enregistré,
d’étudiant au nom de T. L. M.,206, et ce, après avoir dérapé et RN 8 entre Larbaâ et Tablat, fai-vendredi et samedi derniers, 6 accidents de la circulation
âgé de 23 ans. terminé sa course dans un cani- sant quatre blessés graves.qui ont fait 1 mort et 23 blessés. L’étudiant avait déposéveau rempli d’eau, à Béni Mered. Tandis qu’hier à 5 h 35, une
quelques heures auparavantLe premier accident s’est pro- Une demi-heure plus tard, les Blessés, les quatre membres de collusion entre des véhicules
une plainte après avoir étéduit vendredi dernier à 17 h sur éléments de la Protection civile cette famille ont été évacués à légères sur l’autoroute, au niveau
agressé par un individu répon-l’autoroute Est-Ouest, au niveau de Blida ont secouru une famille l’hôpital de Blida. de la commune de Béni Mered, a
dant au signalement de M. Dj.,de la commune de Boufarik où de quatre personnes qui s’est A 13 h5 de la même journée, blessé grièvement 10 personnes.
T.L.M. avait été blessé à l’aideun déficient mental, âgé de 50 retrouvée coincée à l’intérieur une Clio Classic a heurté un M. B.
d’une arme blanche au niveauans, a été renversé par une
de l’arcade sourcilière gauche,Renault Sénic, alors qu’il allait
avant d’être délesté de sontraverser la route. La victime est ALORS QUE LE PRÉSUMÉ AUTEUR DU CRIME
téléphone et de divers docu-morte sur le coup.
ments personnels dont la carteA ÉTÉ ARRÊTÉLe deuxième accident a eu
d’étudiant
lieu quelques minutes plus tard
Présenté au juge d’instruc-
sur le même axe routier. C’est un Les habitants du quartier Ourida menacent
tion sous les chefs d’inculpation
camion semi-remorque qui per-
de vol, port d’arme blanche pro-
cuta un bus de voyageur de
hibée, d’atteinte à l’intégritéde sortir dans la rue
marque Isuzu. Bilan : quatre
physique d’un citoyen en
Suite à l’assassinat d’un jeune homme de 24 ans dans le quartier Ourida, à Blida, comme rapportéblessés graves qui ont été trans- l’agressant et le blessant avec
dans notre édition d’hier, les habitants menacent de sortir dans la rue pour dénoncer l’insécurité dansportés en urgence à l’hôpital de une arme blanche et lui ayant
Boufarik. leur cité, fréquentée, disent-ils, de plus en plus par les narcotrafiquants. Même si le présumé auteur du subtilisé ses documents et son
Samedi dernier, à 8 h 23, un crime a été arrêté quelques heures après son acte, les habitants demandent une présence permanen- téléphone, M. Dj, a été placé
te des policiers. A noter que les éléments de la police ont sauvé d’une mort certaine le frère du présu-carambolage entre plusieurs sous mandat de dépôt et incar-
mé assassin, lynché par les voisins de la victime. Ivre, ce dernier était avec son frère la nuit de l’homi-véhicules légers survenu sur céré.
cide. M. B.l’autoroute entre La Chiffa et Béni K. O.
Mered a fait 7 blessés graves.
Photo : NewPressLe Soir
d’Algérie Actualité Lundi 19 décembre 2011 - PAGE 9
TRAFIC DE CARBURANT À TLEMCEN SIDI BEL-ABBÈS
Plus de 300 millions Les jeunes transporteurs de centimes de marchandises
de contrebande saisis réduits au chômage
dans le train
Encore une crise de carburant Pour la deuxième fois consécutive, et ce, en moins de 10
qui intervient en plein hiver, met- jours, le train reliant Tlemcen à Oran transitant par Sidi Bel-
Abbès était dans la journée de vendredi dernier, truffé detant à rude épreuve les automobi-
marchandises destinée à la contrebande.listes qui ne comprennent plus
La gendarmerie, qui procédait à un contrôle de routine, a,
rien à cette situation qui paralyse au niveau de la gare de la ville de Sidi Bel-Abbès, découvert
un pan important de l’économie une importante quantité de marchandises destinée, sans
aucun doute, à la contrebande, consistant en des lots delocale.
jeans, de chaussures de sport et de survêtements, le toutCette fois, ci, ce sont les jeunes trans-
d’une valeur de 300 millions de centimes, dissimulés dans leporteurs qui ont bénéficié de l’aide de l’An-
train, et même dans les toilettes.sej qui montent au créneau et menacent de
Les éléments de la gendarmerie ont saisi toute la mar-sortir dans la rue pour dénoncer le diktat
chandise, cependant, les contrebandiers n’ont pas été iden-des hallabas lesquels sont les premiers ser-
tifiés parmi les voyageurs, qui étaient fort nombreux en cevis.
jour de week-end. Il y a quelques jours, une importante quan-En fait, ces trafiquants passent leur
tité de marchandises (jeans et chaussures de sport) a ététemps à surveiller les camions-citerne de
découverte dans le train reliant Tlemcen à Oran via Sidi Bel-Naftal, car ils n’ont rien à perdre en passant
Abbès, au niveau de la gare de la ville de Sidi Bel-Abbès.leur temps devant les stations-services.
Quatre personnes ont été arrêtées et la marchandise a étéPendant le dernier week-end, plus du
saisie et remise aux services des douanes.tiers du parc roulant était immobilisé, pas
dois me lever à quatre du matin pour espé- burant ne figure pas parmi les autres mar-une goute d’essence sur tout le territoire de
rer faire le plein. A ce train-là, personne ne chandises récupérées lors des barrages.la wilaya. Même les stations-services des UN FOURGON MASTER BOURRÉ
pourra rembourser les prêts consentis par La semaine dernière, un drame a étépetites localités n’échappent pas à cette
razzia. les banques.» évité de justesse au niveau d’une station- DE BOISSONS ALCOOLISÉES
En effet, on a du mal à croire à ce qui se service à Imama, dans la commune dePour leur part, les jeunes qui ont acquis
passe à longueur de journée. Ce sont les Mansourah. Les hallabas avaient tout sim-du matériel auprès des structures de l’Ansej Trois personnes,
camions des hallabas qui assiègent les plement bloqué la route, obligeant les auto-et de la CNAC tirent la sonnette d’alarme.
pompes d’essence et cela ne semble mobilistes à faire un long détour pour entrerIls ne peuvent activer dans le secteur du dont une femme, arrêtées
inquiéter personne. en ville.transport dans une wilaya où le trafic de
Dans la journée de jeudi dernier, la gendarmerie de SidiAvec l’ouverture de l’autoroute Tlem- Le mari d’une femme enceinte quicarburant se fait au vu et au su de tout le
Bel-Abbès a intercepté un véhicule de type Master bourré decen-Maghnia, le trafic du carburant a pris devait être évacuée aux urgences se sou-monde.
bouteilles de boissons alcoolisées au niveau du rond-point àd’autre proportions. Autre chose qui peut viendra longtemps du cauchemar qu’il aLe jeune Rachid nous a dit : «J’ai atten-
la sortie de la ville de Sidi Bel Abbès, débouchant sur l’auto-paraître tout de même bizarre, et pour vécu. Mais enfin, de qui se moque-t-ondu plus de deux ans pour avoir ma camion-
route Est-Ouest.cause. Dans les bilans donnés par les diffé- dans la capitale de la culture islamique ?nette et maintenant je ne peux plus tra-
Selon nos sources, un véhicule de marque Yaris qui,rents services de sécurité, la saisie de car- M. Zenasnivailler normalement. Tous les deux jours, je
d’ailleurs, a réussi à prendre la fuite servait d’éclaireur au
Master, qui transportait une importante quantité de boissonsBOUMERDÈS alcoolisées dont la valeur avoisine les 70 millions de cen-
times et qui se rendait de Sidi Bel-Abbès vers la wilaya de
Tlemcen.Comment lutter contre le parasite Alors que le véhicule léger s’est évaporé, le Master a été
immobilisé, trois personnes dont une femme ont été arrê-
tées. Les deux hommes ont été écroués alors que la femme
a été relâchée. Le Master et son chargement ont été saisis.destructeur de la tomate
Par ailleurs, dans la localité de Ras El Ma, un autre véhi-
ment un champ de culture l’ouest à partir du Maroc. et ont ensuite exposé les deuxLes services de cule transportant 120 bouteilles de boissons alcoolisées,
sous serre ou en plein air de Il a causé les premiers méthodes de lutte contre ce d’une valeur de 7 millions de centimes, a été intercepté parl’agriculture de la
tomates. dégâts dans la wilaya de Bou- fléau notamment par l’asper- la gendarmerie pas loin du village. Quatre personnes ont étéwilaya de Boumerdès Ce sont donc des dizaines merdès en 2008. Les techni- sion des champs de produits écrouées, le véhicule et la marchandise ont été saisis.
ont organisé, à l’inten- de millions d’investissements ciens de la DSA et ceux de chimiques ou la lutte biolo-
qui sont en jeu. Tuta absoluta, l’Institut national de la protec- gique (pièges).tion des fellahs de la
qui prospère dans les zones tion des végétaux (INPV) ont En plus des soucis que On achève bien les forêtsrégion, une journée
humides, est un parasite origi- expliqué aux cultivateurs cause le mildiou, nos fellahs Deux camions transportant 15 q de bois, provenant desd’information sur la
naire du Brésil, disent les spé- d’abord le processus régle- ont un autre problème à gérer arbres de la forêt, ont été interceptés mercredi dernier par lalutte contre un parasite cialistes. Il a envahi l’Espagne mentaire de la lutte contre ce au quotidien. gendarmerie dans la localité de Taoudmount, dans la daïra
qui s’attaque en géné- pour arriver en Algérie par fléau, car elle est obligatoire, Abachi L. de Marhoum, au sud de la wilaya de Sidi Bel-Abbès.
ral aux cultures maraî- Cinq personnes ont été arrêtées.Présentés devant le
procureur de la République de Telagh, les mis en cause ontchères, mais plus par- KHENCHELA
bénéficié d’une citation directe. Les deux camions et leurticulièrement à la
chargement ont été saisis. Cette affaire n’est pas la premiè-
tomate. Il s’agit de la Mort mystérieuse d’un prisonnier re du genre puisqu’il y a moins d’un mois, un chargement de
mineuse ou tuta abso- Selon une source crédible, un les circonstances du décès restent 5 q de bois provenant de la forêt de Marhoum a été intercep-
té par les services de sécurité.luta. homme incarcéré dans la prison du inconnues. La dépouille du prisonnier a
Deux personnes ont été interpellées et le camion et sonchef-lieu de la wilaya, originaire de été transférée à la morgue de l’hôpitalCe parasite, une fois éclos,
chargement ont été saisis.Khenchela, a trouvé la mort dans l’éta- de Ali Boushaba pour autopsie.prend la forme d’un minuscule
A. M.papillon. Il peut détruire totale- blissement pénitentiaire. Les causes et Benzaïm Abdelouahab
COMMUNIQUÉ : PROMO FIN D’ANNÉE SUR NEDJMA PRO-CONTRÔLE
Jusqu’au 14 janvier 2012, achetez un téléphone à 2 000 DA et repartez
avec une Sim «Nedjma Pro-Contrôle» et le forfait du premier mois offerts
Soucieuse de répondre aux besoins spécifiques de ses clients Entreprises et Destinée aux entreprises, toutes tailles confondues, Nedjma Pro-Contrôle
afin de leur permettre de profiter pleinement des offres qui leur sont dédiées permet une meilleure maîtrise du budget de communications grâce aux mul-
aux moindres frais, Nedjma lance du 18 décembre 2011 au 14 janvier 2012, tiples avantages qu’elle offre, à savoir : des appels gratuits, des forfaits flexibles
une promotion exceptionnelle sur son offre «Nedjma Pro-Contrôle». et personnalisables, et des tarifs préférentiels.
En effet, pour tout achat d’un téléphone portable d’une valeur de 2 000 DA, Nedjma Pro-Contrôle donne également la possibilité au client d’effectuer des
le client reçoit une Sim «Nedjma Pro-Contrôle» avec le forfait du premier mois rechargements via les cartes ou STORM, pour les communications au-delà du
offerts. Ainsi, pour chaque téléphone acheté, les clients recevront une ligne forfait, et de transférer du crédit entre la ligne principale et les lignes secon-
Nedjma Pro-Contrôle avec les mêmes avantages exclusifs de la promotion. daires.
Cette promotion, disponible dans les Espaces Nedjma, les City-shops et L’offre Nedjma Pro-Contrôle est actuellement la meilleure solution qui
auprès des commerciaux, est valable pour tous les clients Entreprises, anciens répond parfaitement aux besoins des entreprises. Elle facilite les communica-
et nouveaux. Pour les clients déjà détenteurs de lignes Nedjma Pro-Contrôle, tions en milieu professionnel, contribue à l’optimisation des budgets et surtout
toutes les lignes nouvellement acquises dans le cadre de cette promotion béné- à l’atteinte des objectifs de performance.
ficieront des avantages offerts.
Photo : DRLe Soir
d’Algérie Société Lundi 19 décembre 2011 - PAGE 10
SCULPTURE DE LA POTERIE À ALGER
L’artisanat reprend la main !
et nous explique par desAprès avoir été quelque
gestes qu’il est sourd et muet.peu boudé, l’artisanat
«Cela fait trois ans qu’il travaillereprend la main. En visitant
ici», nous dit Nabil. «Malgré unun atelier d’art manuel,
second handicap, une mainconsacré à la sculpture de
infirme, il s’est battu comme unla poterie algérienne, situé
fou pour apprendre le métierau boulevard Krim-
d’artisan sculpteur. CommeBelkacem dans le quartier
quoi, à cœur vaillant, rien d’im-
du Télemly, nous avons
possible !»
réalisé qu’un vrai génie
Services à café, tajines,
créateur bouillonne à l’inté-
miroirs en mosaïque, coffrets à
rieur de ces petites bijoux, bonbonnières, vases,
fabriques où des petites horloges, abat-jours... Tout est
mains expertes façonnent, fait main, à base d’argile.
polissent, galbent et pei- «Aujourd’hui, nous constatons
gnent des œuvres aussi un retour en force vers tout ce
belles, les unes que les qui est authentique et tradition-
autres. nel», souligne Nabil. «Le
Des représentations parfois domaine de l’artisanat n’a pas
insolites, comme ce sucrier en de limite. C’est un créneau où
forme de «tarbouche» ou enco- l’on se doit d’être toujours créa-
re, cette derbouka en peau de tif», conclut-il. En plus de la
poisson, qui fait l’unanimité création d’objets d’art, ces arti-
chez les d’rabki algérois. A la sans interviennent parfois dans
tête de cet atelier, Nabil la restauration des vieilles fon-
Belazzoug, 40 ans. Il nous fait taines ou de murs anciens,
duction d’une célèbre miniature arabesques sur un vase géant. naitre entre mes doigts !» nousle tour du propriétaire. notamment dans les «douirate»
de Mohamed Racim. «J’ai «Comme pour tout travail fait lance-t-elle, non sans fierté.Absorbés par leur ouvrage, une à La Casbah où ils s’attellent à
appris à peindre sur le tas. Je main, il faut énormément de Armé d’un pinceau et de beau-dizaine d’artisans, jeunes pour la reproduction artistique de
n’ai jamais mis les pieds dans concentration et de persévé- coup de patience, Bilal, 27 ans,la plupart, travaillent dans un zellig en remplacement des
une école d’art !» nous révèle-t- rance. Mais ma récompense, peint des petits tajines. Il noussilence religieux. Boualem, 24 anciennes faïences.
il. A ses côtés, Nora peint des c’est de voir une pièce unique gratifie d’un sourire chaleureuxans, est plongé dans la repro- Sabrinal
TIPASA
Les urgences médicochirurgicales
à l’avant-garde
Blida, Aïn-Defla et Alger. OnIl s’agit d’infrastructures médicales dotées d’équipe-
évalue cette affluence horsments de dernière génération à l’instar du scanner étagé à
wilaya à 25% de l’ensemble4 barrettes permettant d’assurer, outre un confort aux
des patients que nous rece-malades, une meilleure analyse, et aussi d’offrir la possi-
vons.»bilité à plusieurs radiologues de travailler simultanément
rLe D Oukfil soulignera pouret, partant, d’examiner plusieurs patients par jour dans
sa part que «cette infrastructu-des conditions optimales de sécurité, particulièrement
re sanitaire assure une couver-contre les rayonnements.
ture pour la quasi-totalité des
Selon les déclarations d’un structures médicales, il affirme
zones enclavées, particulière-
médecin de cette infrastructure, avec sérénité que «cet écho- ment celles nécessitant les
«l’existence au sein de ces graphe permet des explora-
consultations des espacements
urgences médicochirurgicales tions en obstétrique, des explo- des naissances, les conseils
(UMC) d’un échographe ultra- rations rénales et abdominales
sur les nécessités d’allaitement
sophistiqué piloté par logiciel demandées très souvent par
maternel, le choix des moyens
permet des explorations urolo- d’autres établissements hospi- de prévention et de contracep-
giques que ne permettent pas taliers et ce sont ces caractéris-
tion en plus des consultations
les échographes classiques». tiques de haute technologie qui générales et spécialisées».
Selon une autre source, ces font que l’UMC de Tipasa soit
Il déplore toutefois les pro-
performances sont devenues devenue un lieu de convergen- gence ont transité depuis le (UMC), il est assuré la prise en
blèmes générés par l’insuffi-
possibles grâce à l’exploitation ce de plusieurs centaines de début de 2011 par l’UMC de charge des besoins sanitaires sance de gynécologues. Tout
de bases de données compara- patients venant des communes Tipasa». de proximité : diagnostics, trai-
en constatant avec satisfaction
tives permettant l’obtention de et wilayas limitrophes de Blida, Le directeur de cette infra- tements, réadaptation médicale la disponibilité de spécialistes
résultats instantanés. Alger, Aïn-Defla et Chlef. structure hospitalière précisera et hospitalisation au niveau des
assurant les consultations spé-
rQuant au D Oukfil, initiateur Ainsi plus de 700 patients pour sa part qu’outre «ces établissement de santé et de
cialisées, il dira que «l’UMC de
de plusieurs projets d’infra- dont une centaine de cas d’ur- urgences médicochirurgicales proximité à travers les polycli- Tipasa, structure d’avant-
niques et les salles de soins
garde, est une fierté régionale
rurales situées dans les com- qui assure des consultationsNAÂMA
munes et daïras de Tipasa,
permanentes de chirurgie
Ahmer-El-Aïn, Hadjout et Sidi-
générale, de chirurgie urolo-Nette augmentation des accidents de la route Amar qui couvrent de larges gique, de maternité ainsi
territoires enclavés, des agglo-Dans un bilan partiel de l'année 2011, les services de la sécurité routière de la wilaya de qu’une permanence et un
mérations rurales de Temloul,Naâma, indiquent que le nombre des accidents de la route a connu une progression et que important pôle de garde destiné
frontalière avec la wilaya de1 186 permis de conduire ont été retirés durant cette année pour diverses infractions. Et ce, mal- aux urgences médicochirurgi-
Aïn-Defla, à celle de Benomar,gré l'enrobage et l'élargissement des routes, la réalisation des ouvrages d'art, ainsi que l'élimina- cales. tion des points noirs sur les différents tronçons. Elle sera complétée dans un
Blida».«Nous enregistrons unL'excès de vitesse reste malheureusement la principale cause des accidents. proche avenir par l’UMC de
afflux de malades provenantB. Henine Cherchell».
H. Larbides villes et wilayas de Chlef,
Photos : DR