Greenpeace - Drones et sécurité des installations nucléaires françaises
3 pages
Français

Greenpeace - Drones et sécurité des installations nucléaires françaises

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
3 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Drones et sécurité des installations nucléaires françaises
Depuis le 14 septembre plus de 30 survols par des véhicules aériens sans pilote, mieux connus sous le nom de drones, ont été recensés sur 19 sites nucléaires français, dont 14 centrales nucléaires exploitées par EDF.
Les motivations et objectifs de ces survols non autorisés restent encore inconnus à ce jour. Ces drones violent de façon flagrante l’interdiction d’accès à l’espace aérien au-dessus et à proximité des centrales nucléaires. À ce jour, EDF et les autorités nationales de sûreté et de sécurité nucléaires se sont avérées incapables d’anticiper, de détecter et d’empêcher ces survols, ainsi que d’identifier les responsables.

Informations

Publié par
Publié le 25 novembre 2014
Nombre de lectures 2
Langue Français

Exrait

Drones et sécurité des installations nucléaires françaises
Depuis le 14 septembre plus de 30 survols par des véhicules aériens sans pilote, mieux connus sous le nom de drones, ont été recensés sur 19 sites nucléaires français, dont 14 centrales nucléaires exploitées par EDF.
Les motivations et ob ectifs de ces survols non autorisés restent encore inconnus à ce our. Ces drones violent de fa on fla rante l’interdiction d’accès à l’es ace aérien auroximitédessus et à des centrales nucléaires. À ce our, EDF et les autorités nationales de sûreté et de sécurité nucléaires se sont avérées inca ables d’antici er, de détecter et d’em êcher ces survols, ainsi que d’identifier les responsables.
Dans ce contexte de survols à ré étition, Green eace a sollicitéeJohn Lar ueert britanni , ex en matière de sécurité nucléaire, afin d’établir un ra ort détaillé sur les ris ues ue font eser les drones sur des centrales françaises vulnérables.
A l’occasion de son audition ar les arlementaires de l’Office Parlementaire d’Évaluation des choix scientifi ues et technolo i uesort auxeace remet au ourd’hui ce ra OPECST , Green autorités Direction de l’ASN, de l’IRSN, ministère du DévelDurable, Mati non,o ement ministère de l’Intérieur et OPECST).Ce document n’est pas rendu public ce jour, car
Green eace souhaite éviter ue des informations sensibles accessibles à des personnes mal intentionnées.
uissent être facilement
Le danger est réel : les centrales nucléaires françaises sont vulnérables
La vulnérabilité des installations nucléaires fran aise n’est lus à rouver : à la suite de la catastro he de Fukushima en 2011, l’autorité de sûreté nucléaire ASN a identifié les failles et les vulnérabilités des centrales nucléaires en ex loitation, et a rendu ces éléments ublics.Lire le rapport et les recommandations de l’ASN)
L’absence de noyau dur sur les installations nucléaires françaises est un risque en soi :
Le conce t de “no au dur” vise à dis oser de structures et é ui ements résistant à des événements extrêmes assurant les fonctions vitales our la sûreté du réacteur. Il s’a it de roté er les matériels nécessaires à la maîtrise des fonctions de sûreté visàvis d’aléas notablement su érieurs à ceux retenus our le dimensionnement énéral de l’installation, de manière à assurer une protection ultime des installations visàvis des agressions.
L’absence de “no au dur” au ourd’hui, si nifie ue les centrales nucléaires fran aises sont rivées d’une barrière de rotection ultime en cas de ueserte totale des alimentations électri externes et internes. C’est ce ui s’est roduit à Fukushima, entraînant la erte catastro hi ue de trois unités nucléaires.
Concernant les iscines de désactivation, ui euvent contenir lusieurs centaines de tonnes de combustible, l’ébullition de l’eau ourrait démarrer, dans certaines circonstances, dans un délai de six heures, entraînant une réaction uissante entre les aines combustible et la va eur, l’accumulation d’h dro ène et un ris ue élevé d’ex losion dans un délai d’environ 10 à 12 heures.
Les ro rammes de renforcement ont ris du retard, si bien ue le ro ramme “no au dur” ne sera certainement as achevé en 2018, comme révu initialement ar l’ASN, mais dans le meilleur des cas quatre ans plustard, c’estàdire en 2022.
Ces retards sont très in uiétants, d’autant lus ue ces ro rammes laissent entendre clairement ue toutes les centrales fran aises sont vulnérables en cas de menaces extérieures, et ue l’ensemble du arc doit subir des modifications substantielles ui prendront plusieurs années pour pallier ces faiblesses.
Ima e : Survolez avec votre souris les différentes zones de la centrale les caractéristi ues et les ris ues associés
Les drones semblent pour l’instantavoir le dessus
our en connaître
Nombre des survols en uestion ont eu lieu endant la nuit, manifestement our écha er à la vigilance humaine. Mais ils se sont aussi avérés extrêmement difficiles à détecter par les
é ui ements de surveillance installés sur les sites nucléaires, uis ar les s stèmes militaires avancés mis en place sur certaines installations.
Les drones se ouent manifestement très facilement des li nes de défense des centrales. C’est ce ue montre ce ra ort et nous es érons u’en le remettant aux autorités, cela rovo uera chez elles un changement d’attitude qui soit à la hauteur de cette nouvelle menace.
Des mesures qui tardent trop
Cette situation est une réoccu ation our les Commissions locales d’information CLI , our les élus locaux, les associatens… Elle n’a ions et les cito duré et a ue tro elle une action ra ide et responsable de la part des pouvoirs publics.
En tout remier lieu, un renforcement des com étences de l’ASN doit être décidé, afin de lui confier la mission de veiller à la robustesse des installations nucléaires aux actes de malveillance
De lus, un effort rioritaire et ur ent doit être fourni our réduire la vulnérabilité des iscines de désactivation des centrales d’EDF : réduction du volume de combustibles entre osés dans ces iscines, ui doit être limité aux seuls combustibles déchar és endant le tem s nécessaire à leur refroidissement avant tout transfert. ET renforcement des dis ositifs de sûreté concernant les iscines de désactivation avec notamment la “bunkerisation” del’enceinte des bâtiments, aujourd’hui trop légère pour résister.
Enfin, l’inté ration ar EDF des recommandations de l’ASN our roté er les centrales contre l’ensemble des a ressions externes, com ris malveillantes, doit intervenir dans les meilleurs délais.
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents