Saint Pierre
170 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Saint Pierre

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
170 pages
Français

Description

Toute la vie de saint Pierre : un récit passionnant accompagné de 164 vignettes illustrées pour les enfants.

Découvrez la vie de cet Apôtre sur lequel Dieu a fondé l’Église. De son appel au bord du lac de Tibériade, à sa mission : « Tu es Pierre et sur cette pierre je construirai mon Église », de son reniement au soir du jeudi saint à son témoignage au matin de la Pentecôte, la vie de ce pilier du christianisme éclaire et porte les chrétiens depuis les origines.

Collection historique fondée en 1947, « Belles histoires belles vies » présente aux enfants les plus beaux exemples de sainteté du christianisme !

À partir de 7 ans.


Sujets

Informations

Publié par
Publié le 16 mars 2011
Nombre de lectures 52
EAN13 9782728914715
Langue Français

Exrait

BELLES HISTOIRES BELLES VIES N°89 Collection fondée par le père Jean PIHAN
PIERRE LE ROC DE L’ÉGLISE
TEXTE : AGNÈS RICHOMME ______________________________ ILLUSTRATIO S : ALAIN D’ORANGE ______________________________ COULEURS : CHAGNAUD - YOT - BRUNET
15-27 rue Moussorgski - 75018 PARIS www.fleuruseditions.com
2
Saint-Pierre de Rome. Beaucoup connaissent la grande place délimitée par la fameuse colonnade du Bernin qui fait penser à deux grands bras arrondis dans un émouvant geste d’accueil : 284 colonnes, en 4 alignements impeccables. Q ui en effet n’en a admiré la reproduction en carte postale, en film, à la télévision ? À moins qu’il n’ait eu la chance de la voir de ses yeux, à l’occasion d’un pèlerinage ou d’un congrès…
D eux fontaines font perpétuellement jaillir vers le ciel un jet d’eau qui retombe en fines gouelees dans les vasques profondes… quand le vent malicieux ne le projee pas sur lestouristesamusés. Au centre de la place, témoin muet d’un lointain passé, se dresse l’obélisque surmonté de la croix. Cet obélisque, en effet, était déjà en ce lieu, situé un peu en arrière (auprès de l’actuelle sacristie) — et bien entendu sans la croix —, au temps où cet emplacement était le cirque de Néron.
3
Bien en avant de l’obélisque, la vue s’arrête sur la majestueuse façade de la basilique, couronnée par la coupole de Michel-Ange. Les alignées de saints bordant la terrasse ou surmontant la colonnade, les hauts pins parasols qui, de la colline du J anicule, dominent l’ensemble, la lumière si belle qui joue avec la pierre et l’eau, composent un tableau unique qu’on ne se lasse pas de regarder…
4
Tableau d’autant plus « vivant » qu’il est animé sans cesse par le déferlement des foules bigarrées qui s’y côtoient. I ci, en effet, tout chrétien catholique, à quelque continent qu’il appartienne, quelles que soient sa race, sa langue et la couleur de sa peau, se sent chez lui — et frère de tous ceux qui l’entourent. Ce lieu est en effet le point de ralliement de tous les catholiques. C’est là que réside celui qu’on nomme le Pape, successeur de saint Pierre.
5
Gravissons les degrés qui mènent au niveau de la basilique — à moins que nous ne préférions aux marches la pente douce aménagée au milieu pour faciliter (lorsque c’en était l’époque) la montée des chevaux. Pénétrons dans cet immense vaisseau dont les proportions sont si bien calculées que rien n’y semble démesuré. Le grand baldaquin de bronze nous invite à rejoindre ce%e ceinture de 96 lampes qui brillent faiblement autour d’une cavité surmontée par l’autel papal.
6
Cet autel est érigé au-dessus d’un autre, situé dans la crypte et très vénéré. On appelle cet ensemble « la confession », mot qui signifie témoignage. C’est en effet dans ce cirque de N éron sur l’emplacement duquel nous nous trouvons que, d’après une longue tradition confirmée par des fouilles entreprises sur l’ordre de Pie XI I , saint Pierre a été mis à mort et enterré. Le 26 juin 1968, devant plus de vingt mille pèlerins, le pape Paul VI déclara : on a toute raison de penser que les ossements retrouvés là sont bien ceux de saint Pierre.
7
La visite du sous-sol, profondément enfoui sous la crypte elle-même, est bien émouvante. A près avoir cheminé parmi les vestiges d’un cimetière antique, on arrive devant un petit e monument appelé « le trophée de Gaïus », du nom de celui qui, à la fin du I I siècle, écrivait à un certain Proclus habitant l’A sie Mineure : « Q ue tu ailles au Vatican, ou sur la voiedOstie,tuyrencontreraslestrophéesdeceuxquiontfondélÉglisero/maine.» C’est évidemment aux tombeaux de saint Pierre et de saint Paul que Gaïus fait ainsi allusion.
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents