L’enfant réanimé
20 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

L’enfant réanimé

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
20 pages
Français

Description

0 Premières pages 24/07/07 19:10 Page 3 L’enfant réanimé Extrait de la publication 0 Premières pages 24/07/07 19:10 Page 4 Collection « La vie de l’enfant » dirigée par Sylvain Missonnier syl@carnetpsy.com De l’enfant imaginaire dans la tête des parents virtuels à l’adolescent rappeur, il y a tout un monde ! Chacun des ouvrages de la collection est une pièce du puzzle de cet univers peuplé d’enfants vivants, morts, bien portants, souffrants, handicapés, maltraités, soignés, accueillis, éduqués, aimés…, indissociables de leur environnement. La vie de l’enfant s’adresse aux professionnels et aux curieux de la genèse de l’hu- main, de la parentalité et du soin. Elle privilégie la clinique et ses pratiques, matrices de nos hypothèses théoriques et non savantes. La lisibilité, exempte d’éso- térisme, n’y rime pas avec simplisme. À la croisée des domaines psychanalytique, psycho(patho)logique, médical, social, historique, anthropologique et éthique, sa convivialité épistémologique réconcilie l’enfant observé et l’enfant reconstruit. La collection publie des auteurs confirmés ou à découvrir et des collectifs réunis autour d’une diagonale essentielle. Témoin de l’évolution des usages, des muta- tions sociales et culturelles, elle souhaite constituer un vivier d’informations réflexives dédié aux explorateurs de la santé mentale infantile d’ici et d’ailleurs.

Informations

Publié par
Nombre de lectures 19
Langue Français

Exrait

L’enfant réanimé
Extrait de la publication
a vie de l’enfant » in Missonnier
De l’enfant imaginaire dans la tête des parents virtuels à l’adolescent rappeur, il y a tout un monde ! Chacun des ouvrages de la collection est une pièce du puzzle de cet univers peuplé d’enfants vivants, morts, bien portants, souffrants, handicapés, maltraités, soignés, accueillis, éduqués, aimés…, indissociables de leur environnement. La vie de l’enfants’adresse aux professionnels et aux curieux de la genèse de l’hu-main, de la parentalité et du soin. Elle privilégie la clinique et ses pratiques, matrices de nos hypothèses théoriques et non savantes. La lisibilité, exempte d’éso-térisme, n’y rime pas avec simplisme. À la croisée des domaines psychanalytique, psycho(patho)logique, médical, social, historique, anthropologique et éthique, sa convivialité épistémologique réconcilie l’enfant observé et l’enfant reconstruit. La collection publie des auteurs confirmés ou à découvrir et des collectifs réunis autour d’une diagonale essentielle. Témoin de l’évolution des usages, des muta-tions sociales et culturelles, elle souhaite constituer un vivier d’informations réflexives dédié aux explorateurs de la santé mentale infantile d’ici et d’ailleurs. Initiatrice de rencontres,La vie de l’enfantdésire être une vivante agora où enfants, parents et professionnels élaborent avec créativité les métamorphoses du troisième millénaire.
Membres du comité éditorial: Dominique Blin, Nathalie Boige, Edwige Dautzenberg, Pierre Delion, Anne Frichet, Bernard Golse, Sylvie Séguret
Brigitte Mytnik IVG, fécondité et inconscient L’absence et la chair Sophie Krauss L’enfant autiste et le modelage Une médiation thérapeutique Claudia Mejía Quijano, Marc Germond, François Ansermet Parentalité stérile et procréation médicale-ment assistée Le dégel du devenir Sous la direction de Michel Soulé La vie de l’enfant Ce que vous avez toujours voulu savoir… Sans jamais oser le demander Michel Soulé Histoires de psychiatrie infantile
Diana Dadoorian Grossesses adolescentes Sous la direction de Marie-France Castarède et Gabrielle Konopczynski Au commencement était la voix Benoît Bayle L’enfant à naître Identité conceptionnelle et gestation psychique Sous la direction de Bernard Golse et Sylvain Missonnier Récit, attachement et psychanalyse Pour une clinique de la narrativité Sous la direction de Martine Gross Homoparentalités, état des lieux Peter Fonagy Théorie de l’attachement et psychanalyse
Extrait de la publication
L’enfant réanimé
Clinique de la rupture et du lien
Préface de Philippe Gutton
Avec les contributions de
Rirette-Esther Brochard, Nicole Danesi,
«
Extrait de la publication
»
Conception de la couverture : Anne Hébert
Version PDF © Éditions érès 2012 CF - ISBN PDF : 978-2-7492-2742-9 Première édition © Éditions érès 2007 33, avenue Marcel-Dassault, 31500 Toulouse, France www.editions-eres.com
Aux termes du Code de la propriété intellectuelle, toute reproduction ou représentation, intégrale ou partielle de la présente publication, faite par quelque procédé que ce soit (reprographie, microfilmage, scannérisation, numé-risation…) sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. L’autorisation d’effectuer des reproductions par reprographie doit être obtenue auprès du Centre français d’exploitation du droit de copie (CFC), 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris, tél. 01 44 07 47 70, fax 01 46 34 67 19.
Extrait de la publication
TABLE
DES
MATIÈRES
FACE,Philippe Gutton. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . P. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
INTRODUCTION,Michèle Grosclaude
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
LA RÉANIMATION DE L’INFANTILE : PERMANENCE, RUPTURE ET (RE)NAISSANCE DES LIENS
PENSER LA CLINIQUE DE LENFANT RÉANIMÉ,Michèle Grosclaude. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un fait . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une proposition de lecture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Une hypothèse
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Une métaphore
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
LE RÉANIMATOIRE,Michèle Grosclaude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La réanimation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Avatars étymologiques de la vie et du souffle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Réanimer. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le coma. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’éveil. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Le vécu de la réanimation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un autre monde psychique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le « trou-réa ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’infantile. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
VERS LA CLINIQUE DE LENFANT,Michèle Grosclaude. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Que nous apprennent les enfants sur le réanimatoire ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des enfants nous en parlent…. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L quelin e bébé réanimé :fans?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’apport du vécu fœtal de l’adulte réanimé à l’appr oche de l’infantile. Constructions et concepts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Le traumatisme
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Les agonies primitives. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le respiratoire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
9
13
21 21 23 24 26
29 30 32 33 34 39 41 46 48 51
65 65 66 83 97 104 105 122 132
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Permanence, rupture et (re)naissance des liens. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Qu’en faire ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prévention et réanimation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
PRATIQUES EN RÉANIMATION
NÉONATALE ET PÉDIATRIQUE
LA RUPTURE ET LE LIEN SUR FOND DE TRAUMATISME,Michèle Grosclaude. . . . . . . .
RÉANIMATION NÉONATALE:LE BÉBÉ ET SES PARENTS ENTRE RUPTURES ET LIENS Le travail préventif du binôme pédiatre-psychanalyste Dominique Sandre, Nicole Danesi. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Amélioration de la prise en char ge biologique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Apparition d’une nouvelle population de prématurés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Enquêtes de suivi à long terme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’énigme des séquelles tardives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Hypothèse organo-génétique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La question du psychisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Nouveaux concepts de prise en charge des bébés dans les services de réanimation néonatale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Découverte des compétences du bébé par la mèr e. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La méthode Kangourou. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Réflexions sur l’environnement sensoriel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LeNIDCAP(Neonatal Individualized Developmental Care and Assessment Program). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les soins centrés sur la famille. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Autre concept de soins : l’ouverture des services de réanimation néonatale aux parents, et le travail avec les psychanalystes . . . . . . . . . . . . . . . . . Bases théoriques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Historique de l’ouverture des services de réanimation aux par ents. . . . . L’entrée des psychanalystes en réanimation néonatale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les points forts du travail du psychanalyste en réanimation néonatale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La fonction contenante de l’équipe de réanimation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le concept d’incubateur psychique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La préservation des enveloppes psychiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La pratique de la psychanalyste dans le service de réanimation pédiatrique de Dijon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le pivot de la par ole. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Extrait de la publication
144 144 146 147
155
159 161 161 161 161 163 163 163
165 165 167 168
169 171
171 171 173 176
179 179 183 184
185 185
Information des parents. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Écoute et aide psychologique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Accompagnement du bébé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Réunions institutionnelles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les conditions nouvelles du travail du psychanalyste en réanimation. Le débat éthique sur l’initiation et la poursuite des soins actifs. . . . . . . . . . . L’organisation de la sortie du bébé de réanimation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’aide à l’émergence du lien. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La formation du personnel soignant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La formation des médecins. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’évaluation de l’impact de l’intervention de la psychanalyste. . . . . . . . . . . . Le travail en réseau autour du bébé et de ses par ents. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le suivi pluridisciplinaire de l’enfant vulnérable. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
COMMENT LHOSPITALISATION DE SON NOUVEAU-NÉ PEUT APPARAÎTRE COMME MALTRAITANTE À LA MÈRE,Sylvie Séguret . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . De l’hospitalisation à la naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Et après… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
EN RÉANIMATION NÉONATALE ET PÉDIATRIQUE:TISSER LES LIENS ENTRE LENFANT ET SON ENVIRONNEMENT,Esther-Rirette Brochard . . . . . . . . . . . . . . . . . À pas de fourmis en réanimation néonatale et pédiatrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . Blanche-Neige et l’impasse alimentaire en néonatologie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Malaises du nourrisson et consultation psychologique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prise en charge psychothérapique parents-enfants en réanimation pédiatrique et néonatale dans un contexte d’intervention chirurgicale . . Les demandes en réanimation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La place de l’intervention chirur gicale dans le travail psychologique. . Quelques exemples. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Manifestations d’urgence chez les patients dits « chroniques » en réanimation néonatale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Peut-on parler de coma et d’éveil du nourrisson ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . De la Belle au bois dormant au Chevalier du zodiaque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Noémie et la Belle au bois dormant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Thomas : sommeil et impr ession de coma. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Jacques et le Chevalier du zodiaque. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. Techniques en réanimation et objet transitionnel dans la relation avec le patient, sa famille et ses soignants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les alarmes : signalisation de la relation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Alarme d’appel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Extrait de la publication
186 187 188 191 193 195 196 197 197 198 199 200 203 203
207 209 213
217 220 223 226
228 228 229 230
233 236 239 241 243 245
248 253 253
Alarme à l’entrée en r elation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . Alarme d’interférence. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Alarme-« signal de danger ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . Alarme d’annonce de la menace de mort. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Alarme fausse alerte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Alarme de contrôle de position. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Alarme d’indication de relations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . Entendre dire : ouvrir et fermer les yeux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Sortir de réanimation pédiatrique, angoisse et incertitude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Contexte d’impuissance, sentiments de disqualification et intervention du psychologue. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . Violence, disqualification, sentiment d’urgence, et contenance psychologique et institutionnelle pour certains enfants. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Émerger de situations d’enfermement dans le cycle plainte, disqualification, tension, urgence, aggravation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. Vie normale et absence des traces de soins. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. Être entouré pour pouvoir s’appr ocher. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. Être ensemble, se séparer pour se retrouver. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les couloirs de la réanimation : intervention psychologique, attente et hasard des rencontres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Attente au bureau des entrées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Famille regroupée dans le hall principal. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Papier ramassé dans le sas d’entrée de l’unité de néonatologie. . . . . . . . . . . . Enfant, famille et réanimation : recherche d’une distance nécessaire et satisfaisante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Information. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Décision. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Accompagnement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
PRÉVENTION:PRATIQUES ET PRÉOCCUPATIONS PSYCHOLOGIQUES EN SERVICES DE RÉANIMATION PÉDIATRIQUE ET NÉONATALE,Michèle Grosclaude À propos d’écrits de professionnels,Michèle Grosclaude. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prévenir en réanimation « infantile »… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prévention, positionnements. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prévention : ce qu’enseigne la clinique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prévention : préoccupations psychologiques et pratiques en réanimation de l’enfant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prévention et techniques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Introduction du Visioboard en réanimation pédiatrique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prévention et projets de services. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Extrait de la publication
254 254 254 255 255 255 256 256 261
263
264
266 267 268 271
273 274 274 275
278 278 280 281 282
285 285 285 289
291 292 298 306
Accueil et accompagnement des familles en réanimation néonatale (Marseille) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La séparation traumatique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . Un projet de service. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . Prévention des troubles de l’attachement parents-enfant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’accompagnement et le soutien des par ents. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le rôle spécifique du psychologue-thérapeute dans l’unité de réanimation néonatale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le travail d’alliance thérapeutique d’une équipe pluridisciplinair e. . . . . . Conclusion et perspectives. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . Soins psychiques en unité de soins intensifs pédiatrique. À propos du travail d’une équipe de professionnels en psychologie
infantile (Bruxelles)
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Le soin psychique en unité de réanimation pédiatrique
Le travail avec les enfants hospitalisés
Les situations prévisibles
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Le travail avec les bébés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le travail avec les enfants ayant acquis le langage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les enfants non accompagnés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un témoignage : que reste-t-il du séjour à l’USI?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le travail clinique avec les par ents. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les groupes de parole pour parents d’enfants atteints d’une pathologie cardiaque. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un enfant meurt. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le travail avec l’équipe des soignants. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pour conclure. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prévention, certitudes et doutes : éléments pour conclure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
CONCLUSION, Michèle Grosclaude. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une clinique particulière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La problématique du lien et de la rupture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’enfant réanimé et son entourage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’infansréanimé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Théories, pluridisciplinarité et référentiel de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
LEXIQUE,Dominique Sandre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
INDEX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Extrait de la publication
307 308 309 309 310
313 314 315
317 319 319 320 321 322 322 323 324
325 326 327 327 329
331 332 333 335 337 339
341
346
360
Auxinfansréanimés et à ceux qui en prennent soin
PRÉFACE
Extrait de la publication