Le Bossu de Notre-Dame : Adolescence et vie amoureuse Walt Disney expliqué aux adultes par Christophe BORMANS, Psychanalyste

Le Bossu de Notre-Dame : Adolescence et vie amoureuse Walt Disney expliqué aux adultes par Christophe BORMANS, Psychanalyste

-

Documents
22 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description


Le thème de la monstruosité, véhiculé par Quasimodo, le personnage principal du dessin animé Le bossu de Notre-Dame, permet d’aborder deux thèmes essentiels du psychisme inconscient : d’abord celui de la métamorphose adolescente, souvent vécue comme difforme et traumatisante, ensuite, et d’un point de vue plus œdipien, celui de la monstruosité de l’inceste et du sentiment d’infériorité hérité du complexe de castration.
  [Moins]

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 213
Langue Français
Signaler un problème
Le Bossu de Notre-Dame : Adolescence et vie amoureuse Walt Disney expliqu aux adultes par Christophe BORMANS, Psychanalyste Mots-cls : Interprtation des rves, Psychanalyse des contes et lgendes Christophe Bormans, Le Bossu de Notre-Dame : Adolescence et vie amoureuse , Psychanalyse des contes et dessins anims (Walt Disney expliqu aux adultes), Psychanalyste-paris.com, Paris, dcembre 2012. LE BOSSU DE NOTRE-DAME Adolescence et complexit du choix d?objet dans la vie amoureuse Le Bossu de Notre-Dame est le trente-quatrime classique d?animation produit par les studios Disney en format long-mtrage. Sorti en 1996 aux Etats-Unis ainsi que dans les principaux pays occidentaux, le film devient rapidement numro un du box-office en France. Nomin l?Oscar et au Golden Globe de la meilleure musique de film en 1997, le scnario a donn lieu de nombreuses adaptations en comdie musicale et son compositeur, Alan Menken, sera rcompens la mme anne aux BMI Film & TV Awards, prix distribu par la socit de gestion des droits d?auteur amricaine Broadcast Music Incorporated (BMI). Du point de vue du scnario, le film s?inspire largement du roman Notre-Dame de Paris, publi en 1831 par le clbre pote et dramaturge franais Victor Hugo, mme si des diffrences notables peuvent tre remarques, notamment quant l?issue finale et au dnouement de l?intrigue. Si l?histoire consciente est un rquisitoire pour le droit la diffrence, l?galit des chances et la justice sociale, du point de vue psychanalytique, le scnario du film de Disney met surtout en vidence toute la difficult et la complexit du socle de la vie amoureuse pour l?adulte naissant qu?est l?adolescent d?aujourd?hui. Ds la pubert, le petit d?homme est d?emble soumis un difficile et conflictuel choix d?objet d?amour, lui imposant dans l?inconscient, une mise distance ncessaire et continue de l?objet incestueux. Ce choix est d?autant plus douloureux qu?il s?effectue au milieu d?une mtamorphose pubertaire souvent ressentie comme dformante, voire difformante . C?est le thme psychanalytique principal du Bossu de Notre-Dame. L?HISTOIRE ET LES PERSONNAGES Dans un Paris de la fin du XVe sicle, aux alentours du parvis de la Cathdrale de Notre-Dame, tandis que les cloches tintent de mille couleurs et sonorits, un marionnettiste gitan du nom de Clopin harangue les enfants autour de son thtre ambulant en racontant l?histoire du mystrieux sonneur de cloches qui vit, tout l-haut, dans l?un des clochers du majestueux monument. Qui est donc cette
crature ? Comment est-elle ? Pourquoi demeure-t-elle l-haut ? Ceci est l?histoire d?un homme et d?un monstre. Par une sombre nuit hivernale, une barque s?avance la rame sur la Seine et entre dans Paris. son bord, quatre gitans abordent les quais de Notre-Dame et se rendent vite compte qu?un pige leur a t tendu par leur passeur. peine mettent-ils un pied sur la berge, que le juge Claude Frollo, puritain au c?ur froid comme l?acier, s?apprte lcher ses gardes et passer les fers aux bohmiens afin de les dferrer au Palais de Justice. Parmi les quatre gitans, une femme cache en son sein un enfant : elle russit s?enfuir au travers des ruelles troites de la ville. Lanc sa poursuite, Claude Frollo la rattrape sur les marches de la cathdrale de Notre-Dame o elle comptait demander asile et lui arrache son bb. S?apercevant que l?enfant est monstrueux, le terrible juge s?apprte le jeter au fond d?un puits, lorsque l?Archidiacre de Paris surgit et l?en empche. Frollo prend prtexte de la monstruosit de l?enfant pour lgitimer son acte odieux ; mais aux yeux de l?homme d?glise, Frollo est coupable et, pour le punir d?avoir voulu en toute impunit, souiller ce lieu sacr qu?est le parvis de Notre-Dame, du sang d?un enfant innocent, l?Archidiacre somme le juge de l?lever lui-mme, comme s?il tait sa propre progniture. Le juge n?accepte d?avoir son destin enchan cet tre monstrueux qu? la seule condition que celui-ci reste cach dans l?glise, l?abri des regards. C?est ainsi que Frollo abandonne la garde de l?enfant l?Archidiacre, non sans l?avoir baptis du nom de Quasimodo, en raison de sa difformit. Quasimodo grandit ainsi, servant de petite main et d?homme tout faire, et principalement faire sonner les cloches dans les tours de la Cathdrale. Protg par cette enceinte sacre, Quasimodo est coup du monde et de la ralit par les deux tours de Notre-Dame qui lui servent de sanctuaire ; n?ayant comme seuls amis les gargouilles de pierre de la Cathdrale : du haut de ses deux tours d?ivoire, il regarde vivre les gens d?en bas . Jusqu?au jour o, ayant grandit et prt voler de ses propres ailes, Quasimodo souhaite ardemment participer la Fte des fous, clbre fte organise autour de la Cathdrale, et durant laquelle les saltimbanques chantent, dansent, donnent des reprsentations thtrales et mille autres divertissements. Quasimodo sait cependant que son matre, le juge Claude Frollo, qui s?est toujours employ ce que son lve ne fasse jamais un pas hors de la tour, lui interdira d?y aller ; d?autant qu?il dteste au plus haut point la fte des fous, qu?il juge une abjecte rencontre de tous les rebus de l?humanit se vautrant subitement dans le stupre et l?alcool. Celui-ci lui confirme d?ailleurs son point de vue, lors de la visite hebdomadaire qu?il rend, comme l?accoutume, son fils. Pour asseoir sa position, Frollo rappelle Quasimodo qu?il lui doit tout, allant mme jusqu? lui raconter la fausse histoire selon laquelle sa mre l?aurait abandonn de manire indigne, alors que lui, Frollo, l?aurait recueilli et lev alors que tout autre l?aurait noy. Le juge laisse entendre Quasimodo que le monde est cruel, intolrant et mprisant et qu?au regard de sa difformit et de sa laideur, il ne rencontrerait en bas que haine et calomnies. Pendant ce temps, un jeune et beau cavalier entre dans Paris. S?avanant vers un petit groupe de
bohmiens saltimbanques qui font la qute, il croise le regard enflamm d?une jeune gyptienne qui danse en frappant sur son tambourin. Le jeune homme tombe immdiatement sous le charme, tandis celle-ci se fait accoster par deux lieutenants de la garde qui souponne sa mendicit et lui reprochent d?avoir vol les pices d?or tombes dans son escarcelle. Souhaitant l?emprisonner, le jeune homme s?oppose son arrestation et se fait connatre des deux gardes : c?est Ph?bus, le capitaine de la garde, qui revient de la guerre et s?apprte prendre ses nouvelles fonctions sous les ordres du juge Frollo. Arriv au Palais de Justice, le juge lui expose sa politique : mener une lutte sans merci l?gard des bohmiens, accuss de pratiques hrtiques et de corrompre les bonnes m?urs du peuple ; le juge entend les traquer jusqu?au lieu secret o ils vivent en toute impunit, cachs au c?ur de la cit : la cour des miracles. De son ct, Quasimodo, outrepassant l?interdit, dcide de se rendre la fte des fous, en bas . Pour cela, il se dguise et s?affuble d?une longue cape d?toffe qui lui recouvre la tte comme d?une capuche. Se promenant inconnu sous les confettis et dans le charivari de la fte, Quasimodo croise lui aussi l?gyptienne, qui est en train de se prparer pour son spectacle de danse. Tentant de se cacher, Le bossu de Notre-Dame tombe sous le regard de l?gyptienne, qui croit que le visage de Quasimodo est simple un masque. Sous les regards croiss du juge Frollo (qui prside au spectacle) et de Quasimodo (qui y assiste, anonyme, dans la foule), l?gyptienne entame sa danse endiable, sduisant le pre et le fils, aussi bien que le capitaine de la garde. Enfin Clopin, en Monsieur Loyal, se hisse sur l?estrade afin de dsigner, comme chaque anne, le roi des fous : il s?agit de sacrer le personnage le plus laid de la fte. Alors que les concurrents dfilent, l?gyptienne propulse Quasimodo sur le devant de la scne, lequel est lu et sacr le roi des fous, tandis que l?gyptienne s?aperoit trop tard que le visage du carillonneur n?tait pas un masque. Au beau milieu de la fte, devant toute l?assemble qui le reconnat soudain comme le sonneur de Notre-Dame et s?apprte le prendre pour cible de ses quolibets, Quasimodo trne visage dcouvert sous les yeux de son matre Frollo, qui assiste impuissant ce sacre odieux. Ligot au beau milieu de la foule, Quasimodo implore son matre de le dlivrer, mais celui-ci s?y refuse prtextant que cette leon lui serve l?avenir. Seule et dfiant l?attitude du juge, l?gyptienne s?avance pour stopper ce lynchage et librer Quasimodo de ses liens. Rclamant la justice pour le difforme carillonneur (associant l?image difforme et dgrade au sort cruel subit par son peuple), l?gyptienne prend la parole et harangue la foule en s?adressant au juge injuste. Frollo dcide alors de lui faire payer son insolence et ordonne Ph?bus et sa garde d?arrter la bohmienne sur le champ. Jouant de ses charmes et de sa souplesse, elle russit cependant s?enfuir. Tandis qu?accabl et
repentant, Quasimodo regagne ses tours, l?gyptienne se glisse incognito dans l?enceinte sacre de la Cathdrale. Mais Ph?bus, l?a suivi ; il ne l?arrte cependant pas et l?assure de sa loyaut ; il lui demande juste son nom : Esmralda. C?est alors que le juge Frollo fait son entre en rclamant son arrestation. Esmralda croit que Ph?bus l?a tromp et lui a tendu un pige, tandis que l?Archidiacre exige le droit d?asile pour Esmralda et demande Frollo de partir. Dsormais, elle aussi prisonnire de Notre-Dame, Esmralda en profite pour s?excuser auprs de Quasimodo et dcouvre son intrieur. Timide, celui-ci se prend au jeu et tombe amoureux. Quasimodo l?aide finalement sortir et chapper la vigilance des archers de la garde qui veillent et guettent tout faux pas d?Esmralda en dehors du lieu sacr. La prenant dans ses bras, Le bossu de Notre-Dame et Esmralda volent de gargouilles en gargouilles sur l?architecture gothique. Esmralda se retrouve libre et pour remercier Quasimodo, lui donne le talisman qu?elle avait son cou : la cl de la cit des gitans, afin que lui aussi, un jour, trouve asile s?il en avait besoin. Alors qu?il rentre dans sa tour, Quasimodo tombe nez nez avec Ph?bus, qu?il prend pour un ennemi d?Esmralda. Celui-ci tente alors de le convaincre de sa bonne foi et de sa loyaut l?gard de l?gyptienne. De son ct, Frollo apprend par un garde qu?Esmralda s?est chappe de Notre-Dame. Devant son dsespoir et sa dception, l?on comprend alors que Frollo est dvor par une passion secrte qu?il tente en vain d?touffer : un amour fou pour la bohmienne Esmralda, dsirant ardemment qu?elle s?offre lui. Frollo se jure alors de retrouver Esmralda mme s?il doit mettre tout Paris feu et sang. Et il s?y emploie, brlant et rduisant en cendres les maisons de centaines d?innocents souponns de cacher l?gyptienne. Devant une telle injustice, Ph?bus, le capitaine de la garde, se rebelle et Frollo le condamne mort pour insubordination. Russissant cependant s?chapper, Ph?bus est atteint dans sa fuite par la flche d?un des archers de Frollo. Bless, Ph?bus parvient nanmoins, avec l?aide d?Esmralda et des bohmiens, rejoindre Notre-Dame dans laquelle il trouve asile, cach par Quasimodo. Frollo flaire le coup et subodore la complicit de Quasimodo ; il se rend immdiatement dans la Cathdrale pour fouiner. Sous la pression du juge, Quasimodo avoue Frollo sa culpabilit dans l?vasion d?Esmralda mais russit drober Ph?bus au regard de son matre. Frollo s?en va, non sans avoir prvenu Quasimodo qu?il devine la cachette d?Esmralda et qu?il part sur le champ avec un millier d?homme la dbusquer. Aprs son dpart, Quasimodo ralise que le talisman qu?Esmralda lui avait donn reclait la cl de son repaire et part immdiatement avec Ph?bus, prvenir Esmralda et les siens de l?imminence du danger. Parvenus la cour des miracles en dcodant le message cach du talisman, les deux compres se
glissent dans les catacombes o ils tombent nez nez avec Clopin et ses gitans qui, les prenant pour deux espions, les font immdiatement prisonniers. Quasimodo et Ph?bus sont sur le point d?tre excuts lorsqu?Esmralda parvient les librer en expliquant aux siens qu?ils sont deux amis qui l?ont aid s?chapper de la Cathdrale et des griffes de Frollo. Alors que Ph?bus prvient les bohmiens que Frollo attaquera l?aube, le juge fait justement irruption dans la cour des miracles. Il se fait fort d?expliquer alors qu?il a tout bonnement tendu un pige Quasimodo en feignant de savoir o se trouvait Esmralda. Faisant suivre son lve, Quasimodo l?aura finalement conduit malgr lui la cour des miracles, condamnant du mme coup Esmralda, Ph?bus et le peuple bohmien des bas-fonds de Paris. Faite prisonnire et instamment condamne pour sorcellerie, Esmralda est conduite sur un bcher construit la hte sur le parvis de Notre-Dame. Au moment de mettre le feu au bcher, Frollo s?approche d?Esmralda et lui propose de devenir sa matresse. Mais sur le refus de la bohmienne, qui le repousse en lui crachant au visage, Frollo embrase le bcher. Enchan par Frollo dans sa tour, Quasimodo semble observer, impuissant, Esmralda lche par les flammes. Dans un accs de rage, il russit nanmoins briser ses chanes et descend par les gargouilles de Notre-Dame jusqu?au bcher pour enlever Esmralda aux flammes de l?enfer, et finalement brandir le corps agonisant de la bohmienne du haut de la Cathdrale, devant la foule venue en nombre pour assister l?excution : Quasimodo rclame une nouvelle fois le droit d?asile pour la jeune femme. Ne pouvant cette fois se rprimer, Frollo ordonne ses hommes d?enfoncer les portes de Notre-Dame et de brler le saint difice. La foule se rebelle alors contre la garde pour protger ce lieu sacr. Alors qu?un soulvement populaire et une terrible lutte s?engagent au dehors, Frollo pntre l?intrieur de l?enceinte et tente d?assassiner Quasimodo qui veille le corps d?Esmralda. Apercevant l?ombre de Frollo brandir par derrire lui un poignard, Quasimodo se retourne pour la premire fois contre son matre, le projette terre et s?enfuit avec le corps d?Esmralda. Frollo les poursuit, tandis que Quasimodo risque chaque recoin sa vie pour sauver l?gyptienne. Frollo lui apprend alors la vritable histoire de son abandon, lui avouant qu?il y a vingt ans, sa mre est morte en tentant de le sauver. Frollo russit prcipiter Quasimodo dans le vide, mais ce dernier parvient s?agripper son matre et s?apprte le prcipiter son tour en contre-bas : mais au dernier moment, Quasimodo pargne son matre et le sauve d?une chute mortelle. Rtablit, Frollo ne s?embarrasse d?aucun remerciement et, au contraire, s?apprte en retour brandir son pe pour excuter Esmralda et Quasimodo ; mais la gargouille sur laquelle Frollo se tenait cde, ce qui le prcipite aux pieds de l?difice sacr, son corps gisant sur le parvis de Notre-Dame. Quasimodo, agripp une gargouille, est sauv in extremis par Ph?bus qui russit le hisser dans la tour. Esmralda les
rejoint et Quasimodo comprend alors l?amour qui les unit. Les trois hros sortent finalement triomphant par les portes de Notre-Dame devant la foule qui les acclame sur le parvis. I. ? MTAMORHOSE ADOLESCENTE ET MONSTRUOSIT DE L?INCESTE Le thme de la monstruosit, vhicul par Quasimodo, le personnage principal du dessin anim Le bossu de Notre-Dame, permet d?aborder deux thmes essentiels du psychisme inconscient : d?abord celui de la mtamorphose adolescente, souvent vcue comme difforme et traumatisante, ensuite, et d?un point de vue plus ?dipien, celui de la monstruosit de l?inceste et du sentiment d?infriorit hrit du complexe de castration. Monstruosit et mtamorphose adolescente L?histoire de Quasimodo est d?abord et avant tout celle d?un adolescent des temps modernes. Alors qu?il avait t jusque-l lev et protg par sa mre nourricire Notre-Dame de Paris, il s?apprte dsormais, en ce fameux jour de la Fte des fous, s?envoler de ses propres ailes, tel un oiseau qui sort de son nid : c?est la premire scne du film succdant au gnrique du dbut. Le revers de la mdaille, c?est que Quasimodo va alors tre confront aux problmes spcifiques de son ge, qui sont notamment ceux de la mtamorphose adolescente et de la pubert. Cette mtamorphose, si elle semble avant tout corporelle, n?en est pas moins renforce par une dynamique psychique inconsciente donnant son plein cho traumatique. Quasimodo ne se sent pas normal , avoue-t-il aux gargouilles, il est tourment par son aspect physique. Je suis difforme et je suis trs laid , Je suis un monstre? oui, rien qu?un monstre chante-t-il avant de se rendre, dguis, au Festival. L?on connat les principales mtamorphoses physiques de l?adolescence : croissance des parties gnitales externes (poitrine, testicules, organes gnitaux), modification des parties sexuelles internes (glandes sexuelles, accumulation des semences dans les rservoirs des produits sexuels, menstruation), stimulations et excitation des zones gnitales, multiplication des zones rognes, etc. cela, s?ajoutent autant de mtamorphoses physiques secondaires comme l?acn ou la mue de la voix. Cette soudaine mtamorphose peut tre saisie de prime abord comme un subit dveloppement disgracieux, voire monstrueux. La difformit de Quasimodo va ainsi parler directement au jeune spectateur pr-adolescent qui va s?identifier ce hros soucieux comme lui de s?manciper de l?autorit des adultes. La monstruosit de l?inceste : l?oracle, le hros et son destin ?dipien
Quelle diffrence y-a-t-il entre un hros et un anti-hros ? Aucune ! En tant qu?anti-hros, Quasimodo partage le destin premier d?un hros : et tout le gnie de Freud est justement de nous avoir fait comprendre que ce destin est de tuer le pre et de s?unir avec sa mre. Quasimodo n?y manque pas. La diffrence avec le modle original n?est qu?une diffrence de temps logique. Alors que toute la trame dramatique temporelle du hros tend raliser son destin parricide et incestueux, l?anti-hros est, ds le dbut, comme marqu au fer rouge par l?inceste qu?il ralise de par sa naissance mme. peine n, le pre de Quasimodo est excut par les gardes de Frollo et l?enfant est recueilli dans l?enceinte de la Cathdrale. Allons droit au but : de par sa naissance, Quasimodo scelle le destin de son pre et s?unit avec sa mre. Car que reprsente Notre-Dame ? Sinon le ventre de la mre, l?enceinte sacre, dans laquelle Quasimodo se complait. cet gard, Quasimodo ne veut pas tant dire difforme , qu? informe . Informe , au sens de pas encore arriv maturit , comme encore en formation , encore dans le ventre de la mre, dont il peine sortir pour trouver sa forme dfinitive. Comprenons-le d?emble : la monstruosit de Quasimodo, c?est aussi le dsir incestueux dont il est marqu et affubl de par son histoire mme, et qui sonne comme un oracle antique. Si tu as un fils, il te tuera et il couchera avec sa mre , annonce l?oracle Laos, le pre d??dipe. Un bb ? Ah ! Il est monstrueux s?exclame Claude Frollo. L?oracle sonne , car en tant que sonneur , Quasimodo ne parle pas. C?est d?ailleurs ce que lui fait remarquer son matre, Claude Frollo, lorsqu?il lui rend visite pour la premire fois dans le film : Cher enfant, qui donc parlais-tu ? mes amis rpond Quasimodo, en faisant allusion des gargouilles de pierre. Est-ce que les pierres parlent ? rtorque alors Frollo. Non, elles ne disent rien , avoue honteusement le carillonneur. Bref, Quasimodo n?a pas accs la parole de son inconscient (a), il se contente de sonner les cloches et de parler son surmoi. La seule parole qui peut sortir de son inconscient est un lapsus. Lorsque Frollo lui demande de rviser son alphabet, interrog la lettre F , Quasimodo rpond festival au lieu de faute . Par le lapsus, c?est soudain le a, le dsir inconscient qui parle et passe par-dessus la parole du surmoi, la parole des cloches et de son matre. Car le Festival des fous, c?est bien la parole de l?inconscient, le charivari, le grand bruit, le chaos du a. Toute l?histoire, tout l?enjeu du scnario, c?est que Quasimodo ait accs cette parole du a, cette parole de son dsir inconscient, autrement dit que Quasimodo russisse parler cet inceste qui est son origine, qu?il tait depuis trop longtemps et qui le taraude et l?touffe en sourdine. Ainsi Quasimodo aura-t-il enfin accs sa vritable histoire, qu?il ne connat toujours pas, puisqu?il ne connat que celle, consciente et surmoque que Frollo lui a raconte, celle selon laquelle sa mre l?aurait abandonn. Car l?inceste est bien au commencement pour chacun de nous. Ce n?est qu?une crature dmoniaque que je renvoie l?enfer auquel elle appartient , s?exclame Frollo alors qu?il s?apprte jeter
l?enfant dans le puits : c?est--dire qu?il s?apprte refouler cette parole incestueuse au plus profond des trfonds de l?inconscient. L?enjeu du dessin anim est de faire parler ce pch, ce sexuel, bref cet inceste inconscient qui nous constitue tous. Car plus Frollo tente de refouler l?enfant dans le puits, plus le refoul va faire retour et rapparatre au grand jour, aux yeux de tous, jusqu? s?exhiber en haut des deux tours de Notre-Dame pour se faire entendre, par le tintement des cloches, par toute la ville et finalement s?exhiber au beau milieu du Festival, consacr comme roi des fous. L?inceste nous constitue d?autant plus que le premier choix d?objet de l?enfant s?taye, on le sait, sur la mre. Nous savons en effet (nous l?avons dj vu dans les articles prcdents), que les premiers objets d?amour infantiles se portent sur les personnes qui nous nourrissent, nous protgent et nous prodiguent nos premiers soins : le premier objet sexuel est donc la mre ou son substitut. Au fur et mesure de son dveloppement, l?enfant va certes s?en loigner, mais comme le souligne Lacan, la mre reste contaminer la femme pour le petit d?homme ; le reste s?ensuit [1]. En d?autres termes, le choix d?objet d?amour ultrieur s?effectue galement sur le modle de la mre. Que ce choix d?objet se fasse par tayage ou sur un mode narcissique, l?objet d?amour reste intimement li la peste incestueuse ?dipienne. Monstruosit et sentiment d?infriorit : surmoi, idal du moi et moi idal L?on a vu prcdemment que la disparition du complexe d??dipe laisse des traces indlbiles dans le psychisme inconscient : elle a comme hritier un surmoi qui s?rige comme un idal plus ou moins exigeant et, comme squelle, un sentiment d?infriorit plus ou moins marqu. L?on englobe habituellement sous le vocable de surmoi, trois instances psychiques inconscientes qui prsentent pour notre sujet des subtilits intressantes : le surmoi proprement parler, l?idal du moi et le moi idal. Le surmoi proprement parler est l?instance psychique par excellence, en ce sens qu?elle est totalement dsincarne, aveugle et culpabilisante. L?idal du moi est quant elle une instance, certes galement interdictrice, en ce qu?elle occupe une fonction d?auto-observation, mais laquelle on peut galement se soumettre par amour ; en ce sens, l?idal du moi peut se donner comme un modle imiter. Le moi idal doit plus s?entendre comme un idal narcissique antrieur au complexe d??dipe, que le surmoi reprendrait son compte et engloberait dans un deuxime temps. Pour mieux faire comprendre les choses, le dessin anim Le Bossu de Notre-Dame prsente justement cet norme avantage d?incarner ces deux dernires instances psychiques inconscientes : Frollo reprsente indniablement l?idal du moi, interdicteur certes, mais auquel on se soumet volontiers par amour, car on l?admire pour son haut degr de moralit ; tandis que Ph?bus reprsente quant lui le moi idal, auquel Quasimodo se compare en silence et auquel il souhaiterait secrtement ressembler. Alors que le moi idal a tendance galvaniser Quasimodo, l?idal du moi le culpabilise et l?abaisse. En se comparant ce qu?il croit tre un modle d?intgrit, Quasimodo se diminue par amour pour Frollo, son
matre. Car dans notre lecture de l?inconscient, la monstruosit de Quasimodo est d?abord et avant tout l?expression de ce sentiment d?infriorit que Quasimodo ressent en se comparant ses juges. C?est d?abord l?idal du moi, le juge Claude Frollo, qui lui apprend qu?il est un monstre. C?est le premier thme de la chanson Rien qu?un jour, o Quasimodo reprend en ch?ur les paroles de son matre : Frollo : Rappelle-toi ce que je t?ai appris, Quasimodo Tu es difforme Quasimodo : Je suis difforme Frollo : Et tu es trs laid Quasimodo : Et je suis trs laid Ce sont des crimes Aux yeux des hommes Qui sont sans piti Frollo : Mais tu ne comprends rien Quasimodo : Vous tes mon dfenseur En bas, ils te traiteront Frollo : De monstre Quasimodo : Je suis un monstre? En bas, c?est la haine Frollo : Et le mpris Quasimodo : Oui, rien qu?un monstre... Tu dois fuir leurs calomnies Leur intolrance Reste ici Frollo : Reste-moi fidle Force est de constater que tant l?idal du moi que le sentiment d?infriorit sont extrmement prononcs chez notre anti-hros Quasimodo. Sa pudeur, ses inhibitions, sa compassion, tous ces traits tmoignent de la violence du refoulement de Quasimodo au sortir de son ?dipe, violence du refoulement de sa sexualit infantile, ncessaire pour garder l?amour de son pre-adoptif Frollo. Osons ici encore parler de sexualit infantile puisque si les jeux de Quasimodo avec ses statuettes peuvent bien sr tre compris, d?un point de vue conscient, comme une tentative de vivre par procuration ? une vie domine par la timidit ?, ils sont d?abord et avant tout, dans l?inconscient, l?expression de ses manifestations sexuelles infantiles, autorotiques et masturbatoires, dsormais refoules. Nous avons vu avec Pinocchio, que les fantasmes de fustigation constituaient autant de rsidus du
complexe de castration li l??dipe. Sous l?influence du surmoi et la culpabilit qu?il instaure, les pulsions sexuelles rgressent un stade antrieur d?organisation gnitale o le sadisme infantile refoul s?exprime, dguise, retourn en masochisme. Celles-ci culminent alors que Quasimodo est lynch sur le parvis de Notre-Dame. Alors qu??dipe-roi est fustig par la peste et la foule thbaines, Quasimodo-roi des fous est lynch pour s?tre trop longtemps pendus aux cloches de Notre-Dame. Monstruosit et honte de l?inceste : les gargouilles et les mamelles de Notre-Dame Nous savons en effet depuis l?Interprtation des rves de Freud, que les faades de maisons, grands btiments et monuments reprsentent dans la symbolique des rves et de l?inconscient le corps des adultes. Lorsqu?en rve l?on se laisse glisser, que l?on grimpe ou s?agrippe le long de leurs parois, c?est que l?on se remmore le petit enfant que l?on tait, s?agrippant aux corps des adultes que l?on affectionnait tout particulirement. Si les murs lisses reprsentent gnralement des hommes, les murs prsentant des balcons, moulures ou autres saillies auxquelles on se rattrape (non sans angoisse), reprsentent le corps des femmes et, en particulier, celui de la mre. Ainsi les gargouilles aux gueules ouvertes reprsentent-elles ici autant de mamelles (et fentes fminines) dont l?illustre monument est symboliquement affubl et sur lesquelles Quasimodo va, butinant de mamelons en mamelons, se complaisant allgrement dans cette volupt maternelle incestueuse. Nous avons vu, avec Le Roi lion, comment le sentiment d?infriorit correspond une cicatrice narcissique, un hritage archaque du complexe d??dipe contemporain de la formation du surmoi. Nous voyons avec Le Bossu de Notre-Dame, et notamment avec la scne o Quasimodo est lu Roi des fous, comment ce complexe d?infriorit flirte avec le masochisme et l?exhibitionnisme. cet gard, le romancier et pote suisse Gottfried Keller [2], crit dans son roman Henri le vert : Je ne vous souhaite pas, mon cher Lee, d?avoir ressentir par exprience directe ce qu?il y a de vrit raffine et piquante dans la situation d?Ulysse, lorsqu?il apparat, nu et couvert de vase, devant Nausicaa et ses compagnes de jeu ! Voulez-vous savoir comment cela se passe ? Tenons?nous?en notre exemple. Si un jour, spar de votre patrie et de tout ce qui vous est cher, vous allez, errant, en pays tranger, et si vous avez beaucoup vu et beaucoup appris, si vous avez du chagrin et du souci, si vous tes tout misrable et abandonn, il vous viendra la nuit immanquablement en rve que vous vous approchez de votre patrie ; vous la voyez resplendir et briller des plus belles couleurs, de douces figures, exquises et chres, viennent votre rencontre ; alors vous dcouvrez soudain que vous errez en guenilles, nu et couvert de poussire. Une honte et une angoisse sans nom vous saisissent, vous cherchez vous couvrir, vous cacher, et vous vous rveillez baign de sueur. Tel est bien, aussi longtemps qu?il y aura des humains, le rve de l?homme en proie au chagrin et l?errance, et c?est ainsi qu?Homre a tir cette situation de l?essence de l?humanit, dans ce qu?elle a de plus profond et d?ternel [3].
Tel Ulysse errant en guenilles l?approche de la mre-patrie, les haillons dont Quasimodo se parent nous renseignent sur la proximit de son dsir incestueux qui, fleur de peau de son psychisme inconscient, menace sans cesse de faire surface et de s?taler au grand jour pour lui faire honte sur la place publique. Si la salet participe indniablement d?une rgression la jouissance anale impose par une culpabilit incestueuse de l?objet du stade d?organisation phallique, l?exhibitionnisme dont il est l?effet est indniablement teint d?une subtile dose de masochisme. Angoisse de la foule et attachement la mre Quasimodo a peur d?affronter le monde, et plus exactement d?affronter la foule. Or cette angoisse de la foule, n?est rien d?autre, on le sait, que l?angoisse de ne pas reconnatre le visage de la mre dans le visage de l?autre. Le phnomne de la mconnaissance chez les bbs, aux alentours du huitime mois en est l?exemple frappant : l?enfant se met alors hurler ds qu?on le place dans des bras autres que ceux de la mre. Si le bb hurle, c?est tout simplement qu?il s?aperoit que celui qui il a faire, n?est pas la mre. Sa libido perd immdiatement son objet : se retrouvant sans objet, elle erre, reconvertie en angoisse. Il en va d?ailleurs de mme pour la peur du noir ou l?angoisse de l?obscurit. Ce n?est parce que l?enfant a peur du noir qu?il hurle, mais c?est parce que dans le noir, il ne voit pas l?objet aim, la mre ; au contraire, il s?apaise lorsque celle-ci rapparat soudain, ne serait-ce qu?en lui tenant la main [4]. Quasimodo aborde l?tranger avec angoisse tout simplement parce qu?il ne reconnat pas le visage de sa mre dans la foule anonyme. La libido premire est alors transforme en angoisse. Comme le dit Freud, l?angoisse est la libido ce que le vinaigre est au vin [5]. II. ? QUASIMODO OU LE RABAISSEMENT DE LA VIE AMOUREUSE Au dbut du film, Quasimodo souhaite se rendre au Festival des fous, mais pour cela, il doit imprativement s?manciper de l?autorit du juge Frollo ; n?osant le faire, il se dguise, c?est--dire opte pour une solution de compromis, un symptme. Pulsion sexuelle et qute d?objet D?un point de vue strictement psychique, il est important de comprendre que la tension sexuelle accrue de la pubert est d?abord et avant tout ressentie comme du dplaisir. En effet, dans le psychisme, c?est la dcharge, autrement dit, l?abaissement de la tension, qui est associ au plaisir. La fte, c?est bien entendu la jouissance et la Fte des fous sonne comme un impratif, un imprieux besoin de dcharge de cette tension sexuelle accumule. Jusque-l, en tant qu?enfant bien au chaud dans les jupons de mres, les pulsions sexuelles pouvaient s?exprimer de manire auto-rotique. Avec