5 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Les débats sur la définition de l'œuvre audiovisuelle :

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
5 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les débats sur la définition de l'œuvre audiovisuelle :

Informations

Publié par
Nombre de lectures 53
Langue Français

Extrait

1
LES DEBATS SUR LA DEFINITION DE L’ŒUVRE AUDIOVISUELLE
Introduction
L’œuvre audiovisuelle est un des objets au titre duquel est née l’expression « exception
culturelle », puis « diversité culturelle ». Du point de vue international (les négociations
commerciales dans le cadre de l’OMC), en ce qui concerne la libéralisation des échanges,
la France a tenu à exclure les services audiovisuels de la clause de la nation la plus
favorisée. En d’autres termes, il ne peut y avoir égalité de traitement entre les œuvres
audiovisuelles françaises Ŕ qui sont financées en partie par les aides de l’Etat Ŕ et les
autres. Cette exception culturelle est une politique visant à protéger la diversité
culturelle.
En droit communautaire, il y a une politique de quotas, qui favorise la diffusion
d’œuvres audiovisuelles européennes. La directive « Télévision sans frontières » du 3
octobre 1989 donne une définition de l’œuvre audiovisuelle.
En droit français, plusieurs définitions coexistent qui n’ont pas le même objet, et qui
tendent chacune à protéger des droits différents, et à mener la politique de la France en
matière de diversité culturelle. Cette politique se concrétise par les quotas de diffusion,
la participation des chaînes de télévision à la création, et par l’attribution d’aides à la
création. C’est pourquoi les programmes télévisuels on intérêt à voir leurs productions
qualifiées d’œuvres audiovisuelles.
En octobre 2001, le Centre National de la Cinématographie (CNC) avait qualifié
d’œuvre audiovisuelle l’émission « Popstars ». Cette qualification avait également été
admise par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA). Cette qualification a suscité un
débat important avec les professionnels de la production de programmes, débats qui ont
été conduits et par le CSA et par le CNC.
I La qualification et ses enjeux
A La définition au sens du CPI
Le 6° de l’article L.112-2 du CPI, qui donne une liste des œuvres de l’esprit,
inclut dans cette liste « Les œuvres cinématographiques et autre œuvres consistant dans
des séquences animées d’images, sonorisées ou non, dénommées ensemble œuvres
audiovisuelles ». Toutes les séquences animées d’images ne sont pourtant pas des œuvres
audiovisuelles. Il faut qu’elles répondent au critère d’originalité, c’est-à-dire qu’elles
portent la marque de la personnalité de l’auteur. Si elles répondent à cette condition,
alors elles seront protégées par le droit d’auteur. Le CPI tend à protéger les droits des
auteurs sur leurs œuvres : le droit moral et le droit patrimonial. Ici sont considérées
comme œuvre audiovisuelles aussi bien les longs métrages que les messages publicitaires,
dès lors qu’ils seront qualifiés d’originaux.
B La définition au sens communautaire
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text