les filles
352 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

les filles

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
352 pages
Français

Description

281339ECX_ROANOKE_fm9_xml.fm Page1 Mercredi,26. avril 201712:21 12 281339ECX_ROANOKE_fm9_xml.fm Page2 Mercredi,26. avril 201712:21 12 281339ECX_ROANOKE_fm9_xml.fm Page3 Mercredi,26. avril 201712:21 12 Les Filles de Roanoke 281339ECX_ROANOKE_fm9_xml.fm Page4 Mercredi,26. avril 201712:21 12 281339ECX_ROANOKE_fm9_xml.fm Page5 Mercredi,26. avril 201712:21 12 Amy Engel Les Filles de Roanoke Traduit de l’anglais (États-Unis) Par Mireille Vignol Éditions Autrement 281339ECX_ROANOKE_fm9_xml.fm Page6 Mercredi,26. avril 201712:21 12 Publié en langue originale en 2017 sous le titreThe Roanoke Girlspar Crown. © Amy Engel, 2017 © Autrement, 2017, pour la traduction française 281339ECX_ROANOKE_fm9_xml.fm Page7 Mercredi,26. avril 201712:21 12 Pour Brian, tu sais pourquoi. 281339ECX_ROANOKE_fm9_xml.fm Page8 Mercredi,26. avril 201712:21 12 281339ECX_ROANOKE_fm9_xml.fm Page9 Mercredi,26. avril 201712:21 12 Voyez cet entrelacs d’épines. Vladimir Nabokov 281339ECX_ROANOKE_fm9_xml.fm Page10 Mercredi,26. avril 201712:21 12 281339ECX_ROANOKE_fm9_xml.fm Page11 Mercredi,26. avril 201712:21 12 PROLOGUE La première fois que je vis Roanoke, c’était en rêve. Je ne connaissais guère plus que son nom et son emplacement, au Kansas, où je n’étais jamais allée. Ma mère en parlait uniquement quand elle avait bu trop de vin, son haleine douceâtre et ses paroles lentes et sirupeuses comme de la mélasse. Mon inconscient avait donc complété le tableau.

Informations

Publié par
Publié le 28 juin 2017
Nombre de lectures 1
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Exrait

281339ECX_ROANOKE_fm9_xml.fm Page 1 Mercredi, 26. avril 2017 12:21 12
281339ECX_ROANOKE_fm9_xml.fm Page 2 Mercredi, 26. avril 2017 12:21 12
281339ECX_ROANOKE_fm9_xml.fm Page 3 Mercredi, 26. avril 2017 12:21 12
Les Filles de Roanoke
281339ECX_ROANOKE_fm9_xml.fm Page 4 Mercredi, 26. avril 2017 12:21 12
281339ECX_ROANOKE_fm9_xml.fm Page 5 Mercredi, 26. avril 2017 12:21 12
Amy Engel
Les Filles de Roanoke
Traduit de l’anglais (États-Unis) Par Mireille Vignol
Éditions Autrement
281339ECX_ROANOKE_fm9_xml.fm Page 6 Mercredi, 26. avril 2017 12:21 12
Publié en langue originale en 2017 sous le titreThe Roanoke Girlspar Crown. © Amy Engel, 2017 © Autrement, 2017, pour la traduction française
281339ECX_ROANOKE_fm9_xml.fm Page 7 Mercredi, 26. avril 2017 12:21 12
Pour Brian, tu sais pourquoi.
281339ECX_ROANOKE_fm9_xml.fm Page 8 Mercredi, 26. avril 2017 12:21 12
281339ECX_ROANOKE_fm9_xml.fm Page 9 Mercredi, 26. avril 2017 12:21 12
Voyez cet entrelacs d’épines.
Vladimir Nabokov
281339ECX_ROANOKE_fm9_xml.fm Page 10 Mercredi, 26. avril 2017 12:21 12
281339ECX_ROANOKE_fm9_xml.fm Page 11 Mercredi, 26. avril 2017 12:21 12
PROLOGUE
La première fois que je vis Roanoke, c’était en rêve. Je ne connaissais guère plus que son nom et son emplacement, au Kansas, où je n’étais jamais allée. Ma mère en parlait uniquement quand elle avait bu trop de vin, son haleine douceâtre et ses paroles lentes et sirupeuses comme de la mélasse. Mon inconscient avait donc complété le tableau. Dans mon rêve, la bâtisse se dressait, grande et imposante, nichée dans un bois aux arbres vert printemps. Sa façade de briques rouges était entrecoupée de volets noirs, de boiseries blanches et d’élégants balcons en fer forgé. Un château de princesse sorti tout droit de mon imagination de petite fille. Au réveil, j’avais commencé à raconter mon rêve à ma mère. J’avais la bouche pleine de Cheerios rassises noyées dans du lait limite tourné. Dès que j’avais prononcé le nom,Roanoke, elle m’avait interrompu. — C’était pas comme ça, rien à voir, m’avait-elle dit d’une voix blanche. Elle était assise sur le rebord de la fenêtre, les genoux repliés sous sa chemise de nuit en coton, enveloppée dans la fumée de sa cigarette comme dans un linceul. Ses ongles de pied biscornus s’enfonçaient dans le cadre en bois de la fenêtre. — Tu m’as même pas laissé finir, avais-je pleurniché. — Est-ce que tu t’es réveillée en hurlant ?
11