Cercle d’étude

Cercle d’étude

-

Documents
4 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Ressources du Net : Nikolaï Andreevich Rimsky-Korsakov (1844-1908) Schéhérazade Suite symphonique d'après « Les Mille et une Nuits », opus 35 (1888) MARTYN, Barrie. Rachmaninoff - Composer, Pianist, Conductor Faber and Faber Shéhérazade (miniature persane) • http://www.classical.net/music/comp.lst/rimsky-korsakov.html • http://www.vic.spb.ru/RK/NARK.htm (site en anglais) http://216.109.124.98/language/translatedPage?tt=url&text=http://www.vic.spb.ru/RK/NARK.htm&lp=en_fr&.intl=fr ( traduction du site ) Livres : My Musical Life, Rimsky-Korsakov. Faber and Faber, London-Boston. Nikolai Andreevich Rimsky-Korsakov, A guide to Research. Gerald R. Seaman. Garland Publishing, Inc. New York & London. Rimsky-Korsakov. Gerald Abraham. Reprint Services. 1949. ISBN 0781296234 Library Binding, 142 pages . Rimsky-Korsakov: A Short Biography. Gerald Ernest Heal Abraham. AMS Press. 1975. ISBN 0404145000 Reminiscences of Rimsky-Korsakov, Vasilii Vasilevich Yastrebtsev, Florence Jonas (Editor). Columbia University Press. 1985. ISBN 023105260X Partition : Schéhérazade Nikolay Rimsky-Korsakov. Dover Publications. 1984. ISBN 0486247341 CD : http://patachonf.free.fr/musique/rimski-korsakov/scheherazade.php?p=tout Discographie • Schéhérazade, Op. 35 o Atlanta Symphony/Spano - Telarc 80568 (RT) o Bastille Opera Orchestra/Chung - DGG 437818 (TG) o Berlin Philharmonic/Karajan - DGG ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 98
Langue Français
Signaler un problème

Ressources du Net :




Nikolaï Andreevich Rimsky-Korsakov (1844-1908)
Schéhérazade
Suite symphonique d'après « Les Mille et une Nuits », opus 35 (1888)





MARTYN, Barrie. Rachmaninoff - Composer, Pianist, Conductor Faber and Faber






Shéhérazade (miniature persane)


• http://www.classical.net/music/comp.lst/rimsky-korsakov.html

• http://www.vic.spb.ru/RK/NARK.htm (site en anglais)
http://216.109.124.98/language/translatedPage?tt=url&text=http://www.vic.spb.ru/RK/
NARK.htm&lp=en_fr&.intl=fr ( traduction du site )


Livres :

My Musical Life, Rimsky-Korsakov. Faber and Faber, London-Boston.

Nikolai Andreevich Rimsky-Korsakov, A guide to Research. Gerald R. Seaman. Garland
Publishing, Inc. New York & London.

Rimsky-Korsakov. Gerald Abraham. Reprint Services. 1949. ISBN 0781296234
Library Binding, 142 pages .

Rimsky-Korsakov: A Short Biography. Gerald Ernest Heal Abraham. AMS
Press. 1975. ISBN 0404145000

Reminiscences of Rimsky-Korsakov, Vasilii Vasilevich Yastrebtsev, Florence
Jonas (Editor). Columbia University Press. 1985. ISBN 023105260X

Partition :

Schéhérazade Nikolay Rimsky-Korsakov. Dover Publications. 1984. ISBN 0486247341

CD :

http://patachonf.free.fr/musique/rimski-korsakov/scheherazade.php?p=tout Discographie

• Schéhérazade, Op. 35
o Atlanta Symphony/Spano - Telarc 80568 (RT)
o Bastille Opera Orchestra/Chung - DGG 437818 (TG)
o Berlin Philharmonic/Karajan - DGG 463614 (RT)
o Bolshoi State Academic Theatre Orchestra/Chistiakov - Decca DVD 079322
(PGW)
o Concertgebouw Orchestra/Kondrashin - Philips 464735 (RT)
o Concertgebouw Orchestra/Van Beinum - EMI 75941 (RT)
o Kirov Orchestra/Gergiev
Philips 470840 (RS)
(GF)
o London Symphony/Stokowski - Cala 536 (RS)
o Philadelphia Orchestra/Stokowski
Andante 2985 (RS)
Cala 521 (RS)
o Philharmonia/Stokowski - Testament 1139 (RS)
o Royal Philharmonic/Beecham - EMI 66998
o USSR Symphony/Svetlanov - Melodiya 40065 (RC)
o Vienna Philharmonic/Ozawa - Philips 38941 (TG) o
Nikolaï RIMSKY-KORSAKOV (1844 – 1908) :
Shéhérazade, suite symphonique op. 35

composée de février à juillet 1888 / créée à Saint-Pétersbourg le 22 octobre 1888

Rimsky-Korsakov fut toujours fasciné par l'exotisme et la féerie. Il le manifesta dans plusieurs opéras,
mais sa suite symphonique Shéhérazade en est le témoignage le plus célèbre. Il s'inspira de divers
épisodes des contes des Mille et une Nuits, mais sans attribuer aux quatre mouvements des
programmes précis. A l'origine, il ne voulut leur donner comme titres que Prélude, Ballade, Adagio et
Finale, mais les sous-titres descriptifs qu'il imagina et qu'ensuite il voulut supprimer se sont en fin de
compte maintenus.

La notice jointe à la partition en fixe simplement le cadre général :
«Le sultan Shahriar, persuadé de la perfidie et de l'infidélité des femmes, a juré de mettre à mort
chacune de ses épouses après la première nuit. Mais la sultane Shéhérazade réussit à sauver sa vie
en le captivant par des histoires qu'elle lui raconta pendant mille et une nuits. Pris par la curiosité, le
sultan remettait de jour en jour l'exécution de son épouse, et finit par y renoncer définitivement.
Shéhérazade lui conta bien des merveilles, en citant les vers des poètes et les textes des chansons,
et en imbriquant les histoires les unes dans les autres».
Dans ses Chroniques de ma vie musicale, Rimsky-Korsakov insista sur le fait qu'il ne fallait pas
prendre les divers récits à la lettre tout en s'expliquant sur la structure thématique de Shéhérazade :
«C'est en vain qu'on cherchera dans ma suite des leitmotive toujours liés à telle ou telle idée poétique
ou à telle ou telle image. Au contraire, dans la plupart des cas, tous ces semblants de leitmotive ne
sont que des matériaux purement musicaux, des motifs du développement symphonique. Ces motifs
passent et se répandent à travers toutes les parties de l'œuvre, se faisant suite et s'entrelaçant.
Apparaissant chaque fois sous une lumière différente et exprimant des situations différentes, ils
correspondent chaque fois à des images et à des tableaux différents.»

Tout en donnant acte au compositeur de ses intentions purement musicales, il convient de noter d'une
part le très grand pouvoir évocateur de sa musique, d'autre part et surtout le fait qu'elle traduit une des
caractéristiques essentielles des Mille et une Nuits : l'imbrication des histoires les unes dans les
autres. Les divers thèmes non seulement passent en se transformant d'un mouvement à l'autre, mais
sont unis entre eux.

1. La mer et le bateau de Sinbad
L'introduction présente les deux principaux protagonistes : le sultan et Shéhérazade. Le thème initial,
énoncé fortissimo à l'unisson, dominé par les cuivres, campe le redoutable personnage de Shahriar :
ses réapparitions rappelleront sa présence et son pouvoir. Après cinq longs accords de bois venus
tout droit de l'ouverture du Songe d'une nuit d'été de Mendelssohn, un violon solo ponctué par la
harpe fait entendre le thème de Shéhérazade, emprunté presque textuellement au poème
symphonique Tamara de Balakirev. Avec l'Allegro non troppo débute la description de la mer
(transformation du thème du sultan). Le discours se déroule en trois vagues successives, dont la
dernière assez violente et évoquant une tempête.

2. L'histoire du prince Kalender
Le deuxième mouvement débute par le thème de Shéhérazade (violon solo). Il évoque ensuite les
aventures d'un prince parcourant le monde déguisé en religieux. Issu de celui de Shéhérazade, le
thème du prince est énoncé au basson, puis par les hautbois, les violons et l'ensemble des bois. Il
ramène à terre en quelque sorte. Brusque changement d'atmosphère : appels de trombones et de
trompettes tirés du thème du sultan. Selon Rimsky lui-même, on peut voir là une description de
bataille. Des trémolos de violons dans l'aigu et des sonorités de piccolo évoquent l'oiseau de Sinbad
(l'oiseau Roch). Retour des effets de bataille, puis pour finir du thème du sultan.

3. Le jeune prince et la jeune princesse
Dans cette merveilleuse page lyrique se succèdent deux thèmes : celui du prince, en sol majeur
(violons, puis clarinette et flûte) et celui de la princesse, en si bémol majeur, plus alerte, ponctué par le
tambourin puis par la trompette. Au centre, réapparition du thème de Shéhérazade.
4. La fête à Bagdad – La mer – Naufrage du bateau sur un rocher surmonté d'un guerrier de
bronze
L'introduction fait entendre, comme celle du premier mouvement, le thème du sultan puis celui de
Shéhérazade. La fête débute (Vivo) avec des rythmes pointés et des thèmes tourbillonnants issus
notamment du deuxième mouvement (réapparition de ses fanfares guerrières) et du troisième (thème
de la princesse). Après un grand crescendo, l'atmosphère change soudain : comme dans le premier
mouvement, on baigne dans l'élément marin. L'œuvre se termine sur le thème de Shéhérazade, qui
s'éteint dans l'extrême aigu du violon soliste.

Marc Vignal http://www.radiofrance.fr/chaines/hector/sorties/fiche.php?numero=31