Arènes sanglantes

Arènes sanglantes

-

Documents
339 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Vicente Blasco Ibáñez
Arènes sanglantes
Traduction de Georges Hérelle
Éditions Sillage

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 14 octobre 2011
Nombre de visites sur la page 133
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Arènes sanglantes Vicente Blasco Ibáñez Arènes sanglantes Traduction de Georges Hérelle Éditions Sillage Ce livre électronique est distribué sous licence Creative Commons. Pour plus de détails consulter les pages suivantes : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/deed.frhttp://editions.sillage.free.fr/livreelectronique.html Conception graphique : Laëtitia Loas. Éditions Sillage90, rue Cambronne75015 Parishttp://editions.sillage.free.fr Repères chronologiques 1867 : Le 29 janvier, naissance à Valence de VicenteBlasco Ibáñez. Il grandit dans une famille bourgeoise.Son père est commerçant.1882 : Entrée à la faculté de droit de Valence. BlascoIbáñez publie un premier texte dans une revue locale.L’année suivante il fugue à Madrid mais est rattrapéquelques jours plus tard.1887 : Fondation du journal fédéraliste La Revolución,dont Blasco Ibáñez est le directeur. Il publie son premierlivre, Fantasías.1888 : Il obtient sa licence de droit.1889 : Fondation de l’hebdomadaire républicain LaBandera Federal, dont Blasco Ibáñez est nommé directeur.1890 : Blasco Ibáñez est contraint à l’exil après unemanifestation organisée contre Cánovas del Castillo, prési-dent du gouvernement de l’époque. Il arrive à Paris enjuillet. Il y fait la connaissance des principaux représentantsdu naturalisme. Entame la publication d’une Historia de laRevolución española, dont le dernier volume paraît en 1892.1891 : Amnistié, il revient en Espagne, où il épouseMaría Blasco del Cacho.1892 : Publication de son roman La Araña negra.L’auteur déploie une grande activité politique au sein duparti fédéral. 4 1893 : Publication de París, recueil d’articles écrits enexil, et du roman Viva la República ! (Vive la République !).Ses activités politiques lui valent d’être emprisonné.Naissance de son fils Mario. 1894 : À la suite d’une manifestation, nouvelleincarcération. Le 12 novembre paraît le premier numérodu journal El Pueblo, qu’il dirige et qui lui permet d’ex-poser ses théories politiques, fondant ainsi le courantdit « blasquiste ». Les années suivantes voient la publi-cation de plusieurs romans régionaux, inspirés par lenaturalisme d’un Zola et accordant une grande place àl’analyse sociale : Arroz y Tartana (1894) ; Flor de mayo(Fleur de mai) (1895) ; La Barraca (Terres maudites) (1899) ;Entre naranjos (Dans les orangers) (1900) ; Sonnica la corte-sana (Sonnica la courtisane) (1901) ; Cañas y Barro (Boue etroseaux) (1902). 1895 : Naissance de sa fille Libertad. Nouveau séjouren prison suite à la publication d’un article hostile à lamonarchie. 1896 : Naissance de son deuxième fils, Julio César.Publication des Cuentos valencianos. À la suite d’uneviolente campagne contre la guerre de Cuba, BlascoIbáñez est contraint de fuir en Italie. De retour enEspagne, il se voit condamné à deux ans de prison.1897 : Sa peine de prison étant commuée en unbannissement de Valence, l’auteur gagne Madrid.Amnistié en septembre, il revient dans sa ville natale. 1898 : Blasco Ibáñez est élu député de Valence. Ilpublie le premier tome de sa traduction de l’Histoire de laRévolution française de Michelet – le troisième et dernierparaîtra en 1900. 5 1900 : Son roman Entre naranjos (Dans les orangers)obtient un grand succès.1901 : Blasco Ibáñez est nommé chef du parti FusiónRepublicana.1902 : En avril, l’auteur rend visite à Émile Zola.Naissance de son troisième enfant, Sigfrido. 1903 : Blasco Ibáñez lance en janvier une universitépopulaire. Il rompt avec son grand ami Rodrigo Soriano,co-directeur d’El Pueblo. Il échappe miraculeusement à lamort lors d’un duel contre un policier : la balle est arrê-tée par sa boucle de ceinture. Il publie le roman LaCatedral (Dans l’ombre de la cathédrale) suivi d’El Intruso(L’Intrus, 1904), de La Bodega (La Cité des futailles, 1905) etde La Horda (La Horde, 1905). Ces quatre romans sedéroulent dans les milieux anarchistes et prolétaires, etmarquent un passage du roman régionaliste à un romansocial de portée nationale. 1906 : Blasco Ibáñez renonce à son siège de députéet à l’activisme politique. Il reçoit le titre de « fils adoptifde la ville de Valence ». 1907 : En janvier, publication de La Voluntad de vivir,qu’il fait détruire un mois plus tard. 1908 : Sangre y Arena (Arènes sanglantes).1909 : Los muertos mandan (Les morts commandent). Enmai, départ pour l’Argentine, où il doit donner une sériede conférences. Il reçoit un accueil triomphal à BuenosAires, revient en Espagne l’année suivante et repart enaoût 1910 pour l’Argentine, où il achète un domaine prèsde Corrientes. 1911 : Voyage à Madrid pour le mariage de sa fille,puis retour en Argentine, où le rejoint son aîné, Mario. 6 1912 : Voyage à Paris. Quatrième et dernier voyageen Argentine. Blasco Ibáñez s’absorbe dans la gestion deson domaine. 1914 : L’expérience argentine se solde par unéchec, menant Blasco Ibáñez au bord de la ruine.Prenant fait et cause pour les Alliés dès le début de laGrande Guerre, il se rend à Paris, où il rédige des chro-niques. Avec la publication de Los Argonautas, il sedétache des premiers thèmes de son œuvre, jusqu’alorstrès centrée sur l’Espagne, pour privilégier une visionplus ample. La guerre lui fournira la matière d’unetrilogie : Los Cuatro Jinetes del Apocalipsis (Les Quatrecavaliers de l’Apocalypse) en 1916 ; Mare Nostrum (MareNostrum) en 1918 ; Los Enemigos de la mujer (Les Ennemisde la femme) en 1919.1916 : Attiré par le cinéma, l’auteur tourne une premièreversion de Sangre y Arena (Arènes sanglantes), qui est unsuccès. 1919 : En octobre, il part donner une série de confé-rences aux États-Unis. Il est désormais un romancier trèsapprécié en Europe et aux États-Unis : il reçoit un accueiltriomphal à New York, est courtisé par la presse améri-caine et par Hollywood, et l’université de Washington lenomme docteur honoris causa.1920 : Mort de son fils Julio César. En avril, BlascoIbáñez quitte les États-Unis et gagne Mexico puis Cuba. 1921 : Retour en Espagne. La ville de Valence luiconsacre une semaine d’hommage. Tournage du film tiréde Los Cuatro Jinetes del Apocalipsis (Les Quatre cavaliers del’Apocalypse). 1922 : Publication de La Tierra de todos (La Tentatrice). 7 1923 : En octobre, il entreprend un tour du monde ensix mois. L’année suivante, il publie les Novelas de la CostaAzul et deux des trois tomes de La Vuelta al mundo de unnovelista (Voyage d’un romancier autour du monde) ; le troi-sième paraîtra l’année suivante. 1925 : Mort de sa femme. Blasco Ibáñez épouseElena Ortúzar. Son hostilité à Primo de Rivera le contrai-gnant à l’exil, il s’installe à Menton dans une luxueusevilla. Après la publication de Una nación secuestrada, la villede Valence débaptise une place qui lui avait été dédiée etengage des poursuites contre sa famille. 1928 : Le 28 janvier, Blasco Ibáñez meurt dans sa villade Menton. L’année suivante paraissent ses deux derniersromans, El caballero de la Virgen (Le Chevalier de la Vierge)et En busca del Gran Kan (La Merveilleuse Aventure deChristophe Colomb: à la recherche du grand Khan).Conformément à sa volonté, sa dépouille reviendra àValence en 1933, après la proclamation de la République.À l’avènement du franquisme, ses livres seront interdits,ses biens saisis et sa famille persécutée. Repères bibliographiques Sangre y arena fut publié en 1908, à Valence, chezF. Sempere y Compañía. La présente traduction parut àParis sous le titre Arènes sanglantes, chez Calmann Lévy,en 1910. Le livre connut plusieurs adaptations cinématogra-phiques : la première, tournée en Espagne en 1916, estdue à Blasco Ibáñez lui-même et à Ricardo de Baños.Les trois suivantes sont américaines et furent réaliséesen 1922, 1941 et 1989 : Sangre y arena, 65 min, réal. Vicente Blasco Ibáñez etRicardo de Baños, 1916, Espagne, avec P. Alcaide, MarkAndrews, Matilde Domenech et José Portes.Blood and sand (en français Arènes sanglantes), 80 min,réal. Fred Niblo, 1922, États-Unis, avec Rudolf Valentino,Lila Lee, Nita Naldi, Walter Long.Blood and sand (en français Arènes sanglantes), 125 min,réal. Rouben Mamoulian, 1941, États-Unis, avec TyronePower, Linda Darnell, Rita Hayworth, Anthony Quinn.Blood and sand (en français L’Indomptée), 113 min, réal.Javier Elorrieta, 1989, Espagne/États-Unis, avecChristopher Rydell, Sharon Stone, Ana Torrent. 9 Œuvres de Vicente Blasco Ibáñez En espagnol Obras completas, huitième édition, Madrid, Aguilar,1977-1978, 6 vol. Traductions Alphonse XIII démasqué, la terreur militariste en Espagne,trad. J. Louvre, Paris, Flammarion, 1924.Aux pieds de Vénus (les Borgia), trad. M. Carayon, Paris,Flammarion, 1927.Bluff, trad. R. Lafont, Paris, Calmann Lévy, 1935.Boue et roseaux, trad. M. Bixio, Paris, Hachette, 1905 ;nouvelle traduction par Y. Le Chevalier, Toulouse,Ombres, 2000.Ce que sera la République espagnole, trad. R. Lafont,Paris, Flammarion, 1925.Le Chevalier de la Vierge, trad. R. Lafont, Paris,Flammarion, 1934.Le Comte de Baselga, trad. E.-H. Clouard, Paris, AndréGuilmain, 1930.Contes espagnols d’amour et de mort, trad. F. Ménétrier,Paris, Flammarion, 1922.La Cité des futailles, trad. R.Lafont, Paris,Flammarion, 1923.Dans les orangers, trad. F. Ménétrier, Paris, J. Gillequin,1911. Dans l’ombre de la cathédrale, trad. G. Hérelle, Paris,Calmann Lévy, 1907. 10