Fables (La Fontaine) orthographe modernisée/Livre I/12

Fables (La Fontaine) orthographe modernisée/Livre I/12

-

Documents
1 page
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

LE DRAGON À PLUSIEURS TÊTES, ET LE Le Dragon à pluſieurs teſtes, & le Dragon à
DRAGON À PLUSIEURS QUEUES pluſieurs queuës.
Un Envoyé du Grand Seigneur Un Envoyé du Grand Seigneur
Préférait, dit l’Histoire, un jour chez l’Empereur ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 71
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
LE DRAGON À PLUSIEURS TÊTES, ET LE DRAGON À PLUSIEURS QUEUES
Un Envoyé du Grand Seigneur Préférait, dit l’Histoire, un jour chez l’Empereur Les forces de son Maître à celles de l’Empire. Un Allemand se mit à dire : Notre Prince a des dépendants Qui de leur chef sont si puissants, Que chacun d’eux pourrait soudoyer une armée. Le Chiaoux homme de sens Lui dit : Je sais par renommée Ce que chaque Électeur peut de monde fournir ; Et cela me fait souvenir D’une aventure étrange, et qui pourtant est vraie. J’étais en un lieu sûr, lorsque je vis passer Les cent têtes d’une Hydre au travers d’une haie. Mon sang commence à se glacer, Et je crois qu’à moins on s’effraie. Je n’en eus toutefois que la peur sans le mal. Jamais le corps de l’animal Ne put venir vers moi, ni trouver d’ouverture. Je rêvais à cette aventure, Quand un autre Dragon qui n’avait qu’un seul chef, Et bien plus d’une queue à passer se présente. Me voilà saisi derechef D’étonnement et d’épouvante. Ce chef passe, et le corps, et chaque queue aussi. Rien ne les empêcha ; l’un fit chemin à l’autre. Je soutiens qu’il en est ainsi De votre Empereur et du nôtre.
Fables de La Fontaine : Barbin & Thierry | Georges Couton
Le Dragon à pluſieurs teſtes, & le Dragon à pluſieurs queuës.
Un Envoyé du Grand Seigneur Preferoit, dit l’Hiſtoire, un jour chez l’Empereur Les forces de ſon Maiſtre à celles de l’Empire.  UnAlleman ſe mit à dire :  NoſtrePrince a des dépendans  Quide leur chef ſont ſi puiſſans, Que chacun d’eux pourroit ſoudoyer une armée.  LeChiaoux homme de ſens  Luydit : Je ſçais par renommée Ce que chaque Electeur peut de monde fournir ;  Etcela me fait ſouvenir D’une avanture étrange, & qui pourtant eſt vraye. J’eſtois en un lieu ſeur, lors que je vis paſſer Les cent teſtes d’une Hydre au travers d’une haye.  Monſang commence à ſe glacer,  Etje crois qu’à moins on s’effraye. Je n’en eus toutefois que la peur ſans le mal.  Jamaisle corps de l’animal Ne pût venir vers moy, ni trouver d’ouverture.  Jerévais à cette avanture, Quand un autre Dragon qui n’avoit qu’un ſeul chef, Et bien plus d’une queuë à paſſer ſe preſente.  Mevoilà ſaiſi derechef  D’étonnement& d’épouvante. Ce chef paſſe, & le corps, & chaque queuë auſſi. Rien ne les empeſcha ; l’un fit chemin à l’autre.  Jeſoûtiens qu’il en eſt ainſi  Devoſtre Empereur & du noſtre.