Le Solitaire

Le Solitaire

-

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Alphonse de Lamartine — Harmonies poétiques et religieusesLivre quatrièmeLe SolitaireHymne L'aube sur le rocher lance un trait de lumière ;L'oiseau chante avant moi : «Béni soit le Seigneur ! »Ce nom est plus tôt dans mon cœurQue le jour n'est dans ma ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 125
Langue Français
Signaler un problème
Alphonse de LamartineHarmonies poétiques et religieuses
L'aube sur le rocher lance un trait de lumière ; L'oiseau chante avant moi : «Béni soit le Seigneur ! » Ce nom est plus tôt dans mon cœur Que le jour n'est dans ma paupière.
Je disais autrefois: « Que ferai-je aujourd'hui ? » Et la gloire, et l'amour, et mes vaines pensées, Disputaient au réveil mes heures insensées; Mais le cœur me disait : « Tous les jours sont à lui ! »
Tous mes jours maintenant sont à lui dès l'aurore, Ils sont à lui jusqu'au sommeil : Celui dans qui mon cœur se lève à mon réveil, Mon cœur, en s'endormant, en lui se couche encore.
Je ne me souviens plus quel sens avaient ces mots : Amour qu'use le temps, gloire qu'un jour efface, Espoir qui nous trahit, volupté qui nous lasse ; Ils n'ont pas dans mon âme imprimé plus de trace Que le nuage sur les flots. Ils sont à mon oreille une langue étrangère Qu'on entend résonner et qu'on ne comprend pas, Et j'ai même oublié l'impression légère Qu'ils faisaient sur mon cœur quand j'étais d'ici-bas.
Ah ! qu'une seule idée à sa source élancée Fait franchir de distance â l'âme qui la suit! Qu'un seul rayon d'en haut éclaire de pensée ! Le jour diffère moins des ombres de la nuit, Et le couchant, Seigneur, est moins loin de l'aurore, Que l'âme qui t'adore De- l'âme qui te fuit.
Depuis que, des mortels abandonnant la scène, J'ai rejeté le pain dont leurs cœurs sont nourris, Mes cheveux ont blanchi comme le tronc du chêne, En rides sur mon front mes jours se sont écrits, Et les ans, lourds anneaux ajoutés à ma chaîne, Ont courbé sous leur poids mes membres amaigris. Mais je n'ai pas compté combien de fois la terre A respiré d'en haut le souffle du printemps, Combien de fois sur mon roc solitaire L'aigle a changé sa plume et le chêne ses glands. A mon âme, ô mon Dieu, de toi seul possédée, Que sert un temps écrit ? que sert un jour compter Tous les temps n'ont qu'un jour à qui n'a qu'une idée : Celui qui vit en toi date en éternité! Le silence et la solitude De leur rouille ont usé mes sens ; Mon oreille des sons a perdu l'habitude ; Ma bouche pour parler cherche en vain des accents ; Mon corps courbé par la prière, Insensible au soleil, aux hivers endurci, Est aussi rude que la pierre Que mes pieds nus foulent ici.
Mais le sens qui t'adore a grandi dans mon âme, C'est le seul désormais dont ma vie ait besoin; Il voitil sentil toucheil entendil roclame
Livre quatrième Le Solitaire Hymne
Les choses de plus haut et son Dieu de plus loin ! Pour s'élever à toi mon aile est plus rapide, Mon esprit plus muet en toi s'anéantit ! Ainsi plus le temple est vide, Plus l'écho sacré retentit !