Un mort tout neuf

Un mort tout neuf

-

Documents
177 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Un mort tout neuf, par Eugène Dabit

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 17 octobre 2011
Nombre de lectures 141
Langue Français
Signaler un problème
Un mort tout neuf Eugène Dabit Un mort tout neuf Éditions Sillage Ce livre électronique est distribué sous licence Creative Commons. Pour plus de détails consulter les pages suivantes : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/deed.frhttp://editions.sillage.free.fr/livreelectronique.html Conception graphique : Laëtitia Loas. Éditions Sillage90, rue Cambronne75015 Parishttp://editions.sillage.free.fr Repères biographiques 1898 : Le 21 septembre, à Mers-les-Bains (Somme),naît Eugène Dabit, issu d’une famille d’ouvriers. Il gran-dit à Paris. 1911 : Bon élève, il obtient son certificat d’étudesprimaires et devient apprenti ferronnier d’art l’annéesuivante.1914 : Son père étant envoyé au front, Eugène Dabitdoit subvenir aux besoins financiers de sa famille ettravaille dans le métro parisien, sur le réseau Nord-Sud. 1916 : Dabit, engagé volontaire dans l’artillerie, partsur le front. Il fait une tentative de suicide lors d’unepermission, après quoi il opère comme radio-télégra-phiste dans le secteur du Chemin des Dames. 1919 : Démobilisé, il se lance dans une carrière depeintre et entre l’année suivante à l’Académie Biloul, oùil se lie avec Christian Caillard, neveu d’Henri Barbusse.1922 : Il se lance avec Christian Caillard dans uneaffaire de soie peinte. Grâce à l’intervention de la gale-riste Irène Champigny, compagne de Caillard, l’entre-prise est un succès. Les deux amis gagnent ainsi unepetite fortune. 1923 : Étudiant à l’Académie de la Grande Chaumière,dont Giacometti est aussi l’élève, il rencontre Béatrice Appiaet Maurice Loutreuil. Tous trois fondent, en compagnie 4 de Christian Caillard, le Groupe du Pré-Saint-Gervais.Dabit aide ses parents à acheter l’Hôtel du Nord, quai deJemmapes, à Paris. 1924 : Mariage avec Béatrice Appia. Le couple s’ins-talle l’année suivante dans un atelier, à Belleville.1926 : Abandonnant la peinture pour la littérature, ilcommence l’écriture de Petit-Louis.1927 : Rencontre avec André Gide. Dabit raconteracette entrevue dans L’Aventure de Pierre Sermondade.1928 : En janvier, Dabit rencontre Roger Martin duGard qui deviendra son maître en écriture. Voyage auMaroc. Il se lie avec Véra Braun, artiste-peintre d’originehongroise. 1929 : Publication de L’Hôtel du Nord, son premierroman, dans lequel il décrit la vie dans l’établissement deses parents. Cette publication lui procure une célébritéimmédiate. 1930 : Publication de Petit-Louis.1931 : Dabit reçoit pour L’Hôtel du Nord le premier« Prix du roman populiste », d’une valeur de cinq millefrancs. Il publie Villa Oasis ou les faux bourgeois.1932 : L’auteur obtient une bourse de 20 000 francsde la part de la Fondation américaine Blumenthal pour lapensée et l’art français. Il devient membre del’Association des écrivains et artistes révolutionnairesdès sa création et y rencontre de nombreux auteurs. 1933 : Faubourgs de Paris. En avril, il rencontre Céline,avec qui il se lie et qui lui dédiera son Bagatelles pour unmassacre en 1938. 1934 : Un mort tout neuf. L’Île. Le début des années1930 est une période très féconde pour l’auteur qui, 5 parallèlement, collabore à L’Humanité, à Marianne et auxNouvelles littéraires.1935 : La Zone verte. En juin, il participe au Congrèsinternational des écrivains pour la défense de la culture,à Paris. 1936 : Trains de vie, recueil de nouvelles publiées dansdivers périodiques, paraît par l’entremise de PaulMorand. Eugène Dabit, qui accompagne Gide enU.R.S.S. avec Jef Last, Louis Guilloux, Jacques Schiffrinet Pierre Herbart, contracte la scarlatine pendant levoyage et meurt à Sébastopol le 21 août. Il est inhumé aucimetière du Père-Lachaise. Gide lui dédiera son Retourde l’U.R.S.S.1937-1939 : Publication posthume des Maîtres de lapeinture espagnole, du Mal de vivre et de son Journal intime. Repères bibliographiques Œuvres d’Eugène Dabit L’Hôtel du Nord, Paris, Robert Denoël, 1929. Petit-Louis, Paris, Gallimard, 1930.Villa Oasis ou les Faux Bourgeois, Paris, Gallimard, 1932.Faubourgs de Paris, Paris, Gallimard, 1933. L’Île, Paris, Gallimard, 1934. Un mort tout neuf, Paris, Gallimard, 1934. La Zone verte, Paris, Gallimard, 1935. Train de vies, Pallimard, 1936.Les Maîtres de la peinture espagnole, Paris, Gallimard, 1937.Journal intime: 1928-1936, Paris, Gallimard, 1939(rééd. 1989).Le Mal de vivre, Paris, Gallimard, 1939.Au pont tournant, Union Bibliophile de France, 1946.Ville lumière, Paris, Le Dilettante, 1987.Yvonne, Paris, Bernard Pascuito, 2008.L’Aventure de Pierre Sermondade, Finitude, 2009. Correspondance Correspondance avec Roger Martin du Gard, Paris,Éditions du C.N.R.S., 1986. 7 Études critiques BAURENS, Maryvonne, Eugène Dabit, dimension et actua-lité d’un témoignage, Rome, Università degli studi diMacerata, 1986.COLLECTIF, Hommage à Eugène Dabit, par MarcelArland, Claude Aveline, Marc Bernard, Jean Blanzat,André Chamson, Léopold Chauveau, GeorgesFriedmann, André Gide, Jean Giono, Jean Guéhenno,Max Jacob, Marcel Jouhandeau, Frans Masereel, AndréMaurois, Brice Parain, André Thérive, MauriceVlaminck, Paris, Gallimard, 1939.COLLECTIF, « Eugène Dabit. L’Empreinte du temps »,Jungle, n° 12, Bègles, Castor astral, 1989.GALTIER, Brigitte, L’Écrit des jours : lire les journauxpersonnels : Eugène Dabit, Alice James, Sandor Ferenczi, Paris,Honoré Champion, 1997.LE SIDANER, Louis, Eugène Dabit, Paris, Éditions de laNouvelle Revue Critique, 1938.ROBERT, Pierre-Edmond, D’un «Hôtel du Nord»l’autre : Eugène Dabit, 1898-1936, Paris, Bibliothèque delittérature française contemporaine de l’Université ParisVII, 1987.ROBERT, Pierre-Edmond, Eugène Dabit, peintre, roman-cier et témoin (1898-1936) : thèmes, techniques et référencesromanesques françaises et étrangères, thèse de doctorat d’Étatès lettres, dir. Pierre Brunel, Paris IV, 1984. Un mort tout neuf À Louis Chevalier