Voltaire - cours
54 pages
Français

Voltaire - cours

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
54 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Gymnase de Nyon 2004 - Daniel Gloor - 1 Voltaire A. La vie de Voltaire ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 160
Langue Français

Extrait

Gymnase de Nyon 2004 - Daniel Gloor -1 Voltaire A.La vie de Voltaire.......................................................................................................................................2............ 1. DArouet à Voltaire (1694-1726) ................................................................................................................2 2. Les vertus de lexil (1726-1755)..................................................................................................................3 a) Le séjour anglais (1726-1728) ........................................................................................................3 b) Chez Madame du Châtelet (1734-1744).........................................................................................3 c) Le séjour prussien (1750-1753) ......................................................................................................4 3. Le seigneur de Ferney (1755-1778).............................................................................................................4 a) Voltaire aux Délices (1755-1760)...................................................................................................4 b) Le patriarche de Ferney (1760-1772) .............................................................................................5 c) Les dernières années (1772-1778) ..................................................................................................6 B.Loeuvre de Voltaire7.............................................................................................................................................. 1.Lhommedelettres......................................................................................................................................72. Le philosophe...............................................................................................................................................8 3. Le déiste.......................................................................................................................................................9 4.Lhommedethéâtre.....................................................................................................................................95.Leconteur..................................................................................................................................................106.Lhistorien..................................................................................................................................................107. Le témoin de son temps .............................................................................................................................11 C.Chronologie de la vie de Voltaire........................................................................................12................................ D.Candide ou loptimisme...............................................................................................................................13........ 1.Introduction................................................................................................................................................132.Lespersonnages.........................................................................................................................................143.Analyse......................................................................................................................................................15a. Critique de loptimisme.................................................................................................................15 b. Critique de la religion ...................................................................................................................15 c. Critique de larbitraire...................................................................................................................16 d. Critique des institutions et des comportements sociaux ...............................................................17 e. Ce que Voltaire propose ................................................................................................................17 4. La construction du roman ..........................................................................................................................17 5. Le salut par le travail et dans laction engagée ..........................................................................................21 E.Commentaire sur Candide........................................................................................................22.......................... 1.Contexte.....................................................................................................................................................222.Candideetlamétaphysique.......................................................................................................................263. Candide et le problème du Mal..................................................................................................................29 4.Candideetlaliberté...................................................................................................................................375. Eldorado et le jardin de Candide................................................................................................................41 F.La Providence selon Voltaire et Rousseau8..4....................................................................................................... G.Voltaire et la question du Mal.........................................................................................................................0.5.. 1. Le débat philosophique sur le Mal.............................................................................................................50 a. Une interrogation métaphysique ...................................................................................................50 b. Les diverses tentatives de réponse ................................................................................................51 c. Une théorie séduisante : l'optimisme.............................................................................................51 2. Lévolution de Voltaire dans ses contes ....................................................................................................51 a. La tentation de l'optimisme ...........................................................................................................51 b. Le caractère irréductible du Mal ...................................................................................................52 c. La satire de l'optimisme.................................................................................................................52 3. La position finale de Voltaire ....................................................................................................................53 a. Le refus du pessimisme .................................................................................................................53 b. Le refus des théories métaphysiques.............................................................................................53 c. L'affirmation de quelques valeurs positives ..................................................................................53 H.Références........................45.....................................................................................................................................
GmynasedeNyon2004-DaneilGolor-
2
Le rayonnement de Voltaire nest pas seulement dordre littéraire : Voltaire est un écrivain « engagé », un philosophe militant qui, lorsque lémotion le prend à la gorge ou lorsque lindignation est trop forte, des-cend dans larène et prend fait et cause en faveur de la tolérance et contre tous les intégrismes. - « Ne fe-ra-t-on jamais taire cet homme ? », aurait dit Louis XV excédé. De fait, sans doute parce que la censure et les hommes de pouvoir ont cherché sans relâche à le bâillonner, Voltaire a crié toute sa vie plus fort que les autres ! A. La vie de Voltaire De 1718 à 1778, Voltaire occupe sans cesse le devant de la scène, ne cessant dintervenir dans tous les domaines. Lengagement actif et passionné de Voltaire, en même temps que son goût marqué pour la pro-vocation, sont les caractéristiques essentielles de sa personnalité. Porte-parole, animateur et agitateur à la fois, Voltaire est un contre-pouvoir à lui tout seul. De fait, jamais écrivain naura autant lutté pour la dé-fense de la libre expression, au prix parfois de risques bien réels :  Je finirai par renoncer à mon pays ou à la passion de penser tout haut , écrit-il dans sa jeunesse. Lexil fut une conséquence inéluctable : deux années en Angleterre, deux années en Prusse, dix années aux portes de la capitale, vingt années passées à la frontière de la Suisse.
1. DArouet à Voltaire (1694-1726) François-Marie Arouet naît un dimanche, à Paris, le 21 novembre 1694. Bien des années plus tard, devant ses nièces ébahies, Voltaire se revendiquera bâtard dun  gentilhomme poète et militaire , M. de Roche-brune, déclarant que le brave Arouet, notaire de son état, nest que son père putatif. Le milieu familial du jeune homme est cossu et austère. Seul son parrain, labbé de Châteauneuf, est dun humour irrésistible. Fasciné par la précocité de lenfant, cet abbé libertin lui fait lire Racine et La Fontaine, mais aussi les  livres interdits  qui circulent dans la capitale. Il lui présentera la fameuse courtisane Ninon de Lenclos, alors âgée de quatre-vingt-huit ans, que Voltaire jugera  sèche comme une momie . En 1701, alors que  zozo  na que sept ans, sa mère disparaît. Il reçoit alors une éducation soignée chez les jésuites du collège Louis-le-Grand. Il y fait  du latin à outrance , se familiarise avec les auteurs clas-siques, sinitie au théâtre et à la poésie. Le collège lui fait aussi connaître de grands aristocrates, dont cer-tains seront plus tard ses protecteurs : les frères dArgenson, futurs ministres de Louis XV, le comte dArgental... Cet élève brillant ne sera ni révérend père ni robin.  Dévoré de la soif de célébrité  selon son confesseur, le jeune Arouet fait des vers et les bons pères font imprimer en 1710 sonOde à sainte Genevièvede philosophie, il signifie à son père quil veut être homme de lettres. Il. A la fin de son année doit sinscrire au Barreau, mais cela ne lempêche pas de fréquenter la société libertine du Temple. Pour lassagir, on lenvoie en 1713 à La Haye, comme secrétaire privé du marquis de Châteauneuf, ambassa-deur du roi en Hollande. Mais le rebelle, en fait de sagesse, trouve une jolie compagne : il lenlève et le scandale éclate. Le coupable est renvoyé en France où il est menacé dune lettre de cachet obtenue par son père, puis dune déportation aux  Isles . Pardonné en 1714, il entre dans létude de maître Alain, procureur au Châtelet. Cest là quil rencontre Thiriot qui sera son indéfectible ami et son agent littéraire. Mais Voltaire sennuie dans létude et demande sa liberté. Fatigué de ce fils indomptable, Arouet père le confie au marquis de Caumartin. Dans son château de Saint-Ange, le jeune homme fait des vers et goûte le velours et la soie. En 1715, Louis XIV meurt. Commence la Régence, et Voltaire est reçu à la cour de Sceaux, chez la du-chesse du Maine, où il donne des contes en vers et des divertissements de salon. Sa veine satirique se ré-vèle dans un poème dirigé contre La Motte, puis un autre contre le Régent, qui se fâche et lexile à Sully-sur-Loire en mai 1716. Un an plus tard, Voltaire récidive  son esprit caustique le conduit cette fois à la Bastille. Il en sort le 10 avril 1718. Mais il na pas perdu son temps. Du fond de son cachot, il sest trouvé un nom et une signature :arovetleieune devient, par anagramme,voltaire. Il a également conçu le pro-jet dune grande épopée,La Ligue(1723), qui deviendraLa Henriade(1728).
GymnasedeNyon2004-DaneilGolor-
3
Sa carrière dhomme de lettres est désormais lancée. Il lui manque la consécration, qui ne tarde pas à ve-nir : cest la représentation, par la Comédie-Française, de sa première tragédie (Oedipe, 1718) qui lui ap-porte la reconnaissance officielle et le succès. Le public applaudit ce fameux distique :  Nos prêtres ne sont pas ce quun vain peuple pense. Notre crédulité fait toute leur science.  (IV, 1.) AvecOedipe, Voltaire sest imposé comme auteur dramatique. Il deviendra même le plus important poète de son temps aux yeux de ses contemporains, un nouveau Racine. Cette brillante destinée manque pour-tant de tourner court un jour de 1723. Lors dune épidémie de variole, Voltaire est à larticle de la mort mais il en réchappera. En 1725, il participe aux cérémonies officielles du mariage de Louis XV. Son sta-tut de poète de cour lui vaut une pension de la reine, qui vient sajouter à une ancienne pension du Ré-gent. Cest alors que survient une crise imprévue.
2. Les vertus de lexil (1726-1755)
a) Le séjour anglais (1726-1728) Janvier 1726, chez le duc de Sully. Voltaire parle fort, amuse et brille. Le chevalier de Rohan-Chabot, piètre rejeton dune illustre famille, linterpelle dun ton railleur :  Mons de Voltaire, Mons Arouet, comment vous appelez-vous ?  Voltaire, qui na pas la langue dans sa poche, réplique immédiatement :  Je ne suis pas comme ceux qui déshonorent le nom quils ont reçu ; jimmortalise celui que jai pris.  Le chevalier lève sa canne puis se ravise et sort. Trois jours plus tard, trois ou quatre gaillards bastonnent Voltaire à tour de bras. Le poète avait cru faire parler le mérite. Mais sous lAncien Régime, cest encore la naissance qui prime, et Voltaire lapprend à ses dépens. Lhomme est pourtant incorrigible, qui ne lentend pas ainsi et provoque le chevalier en duel. Cette fois cest trop. On larrête et on le conduit à la Bastille. Il en sort au bout de quelques jours avec ordre de sexiler loin de Paris. Le 10 mai 1726, Voltaire sembarque à Calais pour lAngleterre, où il séjournera jusquà lautomne 1728. Rivale de la France depuis toujours, lAngleterre avait pris une sensible avance en politique, en com-merce et en philosophie. Létablissement dune monarchie constitutionnelle, admettant la tolérance reli-gieuse et une certaine liberté de pensée, permettait aux progrès des Lumières de se développer. Dans cette île de la Raison , Voltaire fréquente les meilleurs esprits et prend ses notes. Le projet décrire des  let-tres anglaises  fait son chemin. Mais ce nest que six ans après son retour en France, en 1734, quil pu-blie les Lettres philosophiques. Avec cette oeuvre, la carrière de Voltaire prend un tournant important, et le poète léger sest désormais mué en philosophe audacieux.
b) Chez Madame du Châtelet (1734-1744) Dès son retour en France, Voltaire se remet au travail. Il commence uneHistoire de Charles XII(achevée en 1730), ainsi quune tragédie, Brutus, et grossit son paquet de lettres anglaises. En mars 1730 disparaît son actrice fétiche, Adrienne Lecouvreur. Son corps est jeté à la voirie, comme celui de tous les comé-diens qui refusent de se rétracter à leur mort. Voltaire est scandalisé ; il publie un vibrant poème, lOde sur la mort de Mlle Lecouvreur. LAngleterre avait été loccasion de se familiariser avec Newton. La rencontre de Voltaire avec la belle et savante Emilie du Châtelet va lui permettre de perfectionner ses connaissances en physique, tout en goû-tant le bonheur dune « amitié » durable et réciproque. LesLettres philosophiques viennent de paraître. Le Parlement de Paris condamne louvrage à être brûlé et lacéré. Voltaire doit échapper aux poursuites, et se réfugie au château de Cirey, propriété de Madame du Châtelet en Lorraine. Il y restera dix ans. Cirey fut pour Voltaire une retraite studieuse. Dans ce laboratoire didées, il écrit comme on cause, avec le même entrain, avec la même vivacité : de la métaphysique (Traité de métaphysique, 1735), des satires ou des contes (Zadig, 1748), des poèmes (dont le fameuxMondain, 1736) ; des comédies et de nouvelles tragédies (cinq de 1735 à 1748, dontMéropeetMahomet).
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents