Corrigé bac 2014 - Série ES - Philo - Sujet 3
3 pages
Français
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement

Corrigé bac 2014 - Série ES - Philo - Sujet 3

-

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement
3 pages
Français

Description

Corrigé bac 2014 - Série ES - Philo - Sujet 3

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 16 juin 2014
Nombre de lectures 4 532
Langue Français

Exrait

CORRECTION DU BACCALAUREAT DE PHILOSOPHIE 2014 SERIE ES 4h, coefficient 4
Explication de texte : Texte de Hannah Arendt,Condition de l’homme moderne (1958).
Dans son texte, Hannah Arendt oppose radicalement les outils et les machines relativement à la question de l'adaptation de l'homme à ces dernières. En effet, la technique a connu une révolution telle que l'on attribue à la machine un rôle prépondérant quant à l'évolution de l'homme. Tout se passe comme si la machine, en transformant le travail humain transformait l'homme lui même. Hannah Arendt exprime ainsi les craintes que l'on exprime à l'égard des machines en renvoyant dos à dos deux thèses qui semblent contraires mais conduisent à des discussions stériles : celle qui consiste à affirmer que " l'homme doit s'adapter à la machine" et celle inverse qui affirme que la machine doit s'adapter à la nature de l'homme". Dans le premier cas lorsqu'il s'agit de l'outil, la question ne se pose pas de savoir si cet instrument qui prolonge la main, la guide, aliène l'homme. Dans le second cas, pour la machine, il s'agit de comprendre qu'elle a un pouvoir sur l'homme qui deviendrait alors un moyen et ne serait plus alors considéré comme une personne. C'est sans doute le sens à donner à cette idée de dénaturation de l'homme si sa machine n'est plus au service de ses buts. Le problème de la différence entre outil et machine n'est donc pas seulement celui d'un progrès technique possible mais une rupture dans la conception de la nature humaine, bref, un enjeu anthropologique important . Qu'est-ce qui définit l'homme dès lors qu'il n'est plus considéré par nature comme une fin dernière mais devient lui-même l'enjeu de son propre instrument ?
Quelques pistes pour expliquer le texte en une étude ordonnée :
Dans une première partie l'auteure rappelle les discussions stériles consistant à opposer l'outil et la machine. S'il existe bien des différences, le jugement que l'on porte sur l'un ou l'autre instrument ne permet pas de critiquer ni de soulever les véritables enjeux pour l'homme / « ...se poser. »
- Une discussion sans intérêt et sans issue - La machine est plus performante que l'outil, elle produit, fabrique plus que l'homme - L'homme est un être conditionné par les nécessités naturelles et le monde extérieur, il doit donc s'adapter au monde artificiel qu'il invente lui même comme il s'adapte aux conditions naturelles.
Dans une seconde partie, H. Arendt affirme que l'homme ne reste pas maitre des machines qu'il utilise alors que l'outil était considéré comme un moyen pour atteindre ses fins, un instrument intermédiaire entre l'homme et le monde, au service de l'homme.
- La différence avec l'outil : Aristote : l'outil prolonge le corps de l'homme, en particulier la main - L'outil est un instrument déjà adapté à la main de l'homme, pour un usage précis, efficace - A l'inverse la machine n'est pas le prolongement du corps ni la multiplication de la force
humaine : l'homme se met au service de la machine. Il existe bien une différence entre l'outil et la machine qui n'est pas seulement la complexité et la force de production de cette dernière. Arendt souligne bien que même la plus simple machine est capable de guider le travail de l'homme qui devient relatif à ce qu'il a inventé. Mais cette différence ne tient pas seulement au progrès technique. Il en va de la relation au monde de l'artisan oul'ouvrier et plus précisément du corps humain qui d'une part allège son travail par l'utilisation d'un instrument (l'outil), d'autre part s'asservit (la machine) lorsqu'il ne fait pas un usage raisonné de ce qu'il a cependant produit.