Daudet fromont jeune risler aine ocr
133 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Daudet fromont jeune risler aine ocr

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
133 pages
Français

Informations

Publié par
Nombre de lectures 95
Langue Français
Poids de l'ouvrage 26 Mo

Exrait

ALPHONSE DAUDET Fromont jeune et Risler aîné ILLUSTRATIONS DE PIERRE VJDAL PARIS GALMANN-LÉVY, ÉDITEURS 3, au E A pOSD i 3 LIVRE PREMIER Pour rien au monde, Risler n'aurait voulu I pleurer en ce moment, — voyez-vous ce marié s'attendrissant en plein repas de noces! — UNE NOCE CHEZ VÉFOUH Pourtant il en avait bien envie. Son bonheur l'étoulïait, le tenait par la gorge, empêchait les — Madame Chèbe! mots de sortir. Tout ce qu'il pouvait faire, — Mon garçon... c'était de murmurer de temps en temps avec — Je suis content... un petit tremblement de lèvres : « Je suis con­ C'était bien la vingtième fois de la journée tent... Je suis content... » que le brave Risler disait qu'il était content, et Il avait de quoi l'être, en effet. Depuis le toujours du même air attendri et paisible, avec matin, le pauvre homme se croyait emporté la même voix lente, sourde, profonde, cette voix par un de ces rêves magnifiques dont on craint qu'étreint l'émotion et qui n'ose pas parler trop de se réveiller subitement, les yeux éblouis: haut de peur de se briser tout à coup dans les mais son rêve, à lui, ne semblait jamais devoir larmes. finir. Cela avait commencé à cino heures du matin, etàdix heuresdu soir, dix heures très pré­ diner, elle avait quitté son voile; elle était cises à l'horloge de Vél'our, cela durait encore... sortie de son nuage. A présent, de la robe de Que de choses dans cette journée, et comme soie toute blanche et unie montait un joli les moindres détails lui restaient présents; Il visage d'un blanc plus mat et plus doux, et la se voyait au petit jour, arpentant sa chambre couronne de cheveux — au-dessous de l'autre de vieux garçon dans une joie mêlée d'impa­e si correctement tressée — vous avait tience, la barbe déjà faite, l'habit passé, deux des révoltes de vie, des reflets de petites plumes paires de gants blancs en poche... Maintenant ne demandant qu'à s'envoler. Mais les maris voici les voitures de gala, et dans la première ne voient pas ces choses-là. là-bas, celle qui a des chevaux blancs, des Après Sidonie et Frantz, ce que Risler aimait guides blanches, une doublure de damas jaune, le plus au monde, c'était madame Georges Fro- la parure de la mariée s'apercevant comme un mont, celle qu'il appelait «e Chorche », nuage... Puis l'entrée à l'église, deux par deux, la femme de son associé, la fille de défunt toujours le petit nuage blanc en tête, flottant, Fromont, son ancien patron et son dieu II léger, éblouissant... L'orgue, le suisse, le sermon l'avait mise près de lui, et dans sa façon do lui du curé, les cierges éclairant des bijoux, des parler on sentait de la tendresse et de la défé­ toilettes de printemps... et cette poussée de rence. C'était une toute jeune femme, à peu monde à la sacristie, le petit nuage blanc, près du même âge que Sidonie, mais d'une perdu, noyé, entouré, embrassé, pendant que beauté plus correcte, plus tranquille. Elle cau­ le marié distribue des poignées de mains à tout sait peu, dépaysée dans ce monde mêlé, s'efl'or- le haut commerce parisien venu là pour lui çant pourtant d'y paraître aimable. l'aire honneur.... Et le grand coup d'orgue de De l'autre côté de Risler se tenait madame la fin, plus solennel à cause de la porte de Chèbe, la mère de la mariée, qui rayonnait, l'église large ouverte qui fait participer la rue éclatait dans sa robe de satin vert luisante entière à la cérémonie de famille, les sons comme un bouclier Depuis le matin, toutes les passant le porche en même temps que le cor­ pensées de la bonne femme étaient aussi bril­ tège, les exclamations du quartier, une brunis- lantes que cette robe do teinte emblématique. scuse en grand tablier de lustrine disant tout A tout moment elle se disait à elle-même : haut : « Le marié n'est pas beau, mais la « Ma fille épouse Fromont jeune et Risler aine mariée est crânement gentille. . » C'est cela de la rue des Vieilles-Haudriettes !.., » Car, qui vous rend fier quand on est le marié... dans son esprit, ce n'était pas Risler aine seul que sa fille épousait, c'était toute l'enseigne Ensuite le déjeuner à la fabrique, dans un de la maison, cette raison sociale fameuse dans atelier orné de tentures et de fleurs, la prome­ le commerce de Paris; et chaque fois qu'elle nade au Bois, une concession faite à la belle- constatait cet événement glorieux, madame mère, madame Chèbe, qui, en sa qualité de Chèbe se tenait encore plus droite, tendant la petite bourgeoise parisienne, n'aurait pas cru soie du bouclier à la faire craquer. sa fille mariée sans un tour de lac ni une visite à la cascade... Puis la rentrée pour le dîner, Quel contraste avec l'attitude de M Chèbe, pendant que les lumières s'allumaient sur le placé quelques chaises plus loin! En ménage, boulevard, où les gens se retournaient pour généralement, les mêmes causes produisent voir passer la noce, une vraie noce cossue, des effets tout à fait différents Ce petit homme menée au train de ses chevaux de louage au grand front d'utopiste, poli, bosselé et vide jusqu'à l'escalier de Véfour. comme une houle de jardin, avait l'air aussi furieux que sa femme était rayonnante. Cela Il en était là de son rêve. A cette heure, ne le changeait pas, du reste, car M. Chèbe engourdi de fatigue et de bien-être, le bon rageait tout le long de l'année. Ce soir-là, Risler regardait vaguement cette immense table pourtant, il n'avait pas sa. mine piteuse et fanée de quatre-vingts couverts, terminée aux deux d'habitude, ni ce large paletot flottant dont les bouts par un fer achevai, surmontée dévisages poches ressor.taient gonflées par des échan­souriants et connus, où il lui semblait voir tillons d'huile, do vin, de truffes, de vinaigre, son bonheur reflété dans tous les yeux. On selon qu'il plaçait l'une ou l'autre de ces mar­arrivait à la fin du diner. La houle des conver­ chandises. Son habit noir, magnifique et neuf, sations particulières flottait tout autour de la faisait pendant à la robe verte, mais malheu­table. Il y avait des profils tournés l'un vers reusement ses pensées étaient de la couleur do l'autre, des manches d'habit noir derrière des son habit... Pourquoi ne l'avait-on pas mis corbeilles d'asclépias, une mine rieuse d'enfant près de la mariée, comme c'était son droit? au-dessus d'une glace aux fruits, et le dessert Pourquoi avait-on donné sa place à Fromont au niveau des visages entourait toute la nappe jeune?... Et le vieux Gardinois, le grand-père de gaieté, de
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents