Chanson en Si
2 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Chanson en Si

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
2 pages
Français

Description

Découvrez le poème "Chanson en Si" écrit par Tristan CORBIERE et publié en 1873. Ce poète de France est né en 1845, mort en 1875. "Chanson en Si" de CORBIERE est un poème classique faisant partie du recueil Les Amours jaunes. Vous avez besoin de ce poème pour vos cours ou alors pour votre propre plaisir ? Alors découvrez-le sur cette page. Le téléchargement de ce poème est gratuit et vous pourrez aussi l’imprimer.
Grâce à ce document PDF sur le poème de CORBIERE, vous pourrez faire une analyse détaillée ou bien tout simplement profiter de très beau vers de "Chanson en Si".

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1873
Nombre de lectures 11
Langue Français

Exrait

Chanson en Si

Si j'étais noble Faucon,
Tournoîrais sur ton balcon...
- Taureau : foncerais ta porte...
- Vampire : te boirais morte...
Te boirais !

- Geôlier : lèverais l'écrou...
- Rat : ferais un petit trou...
Si j'étais brise alizée,
Te mouillerais de rosée...
Roserais !

Si j'étais gros Confesseur,
Te fouaillerais, ô Ma Soeur !
Pour seconde pénitence,
Te dirais ce que je pense...
Te dirais...

Si j'étais un maigre Apôtre,
Dirais : " Donnez-vous l'un l'autre,
Pour votre faim apaiser :
Le pain-d'amour : Un baiser. "
Si j'étais !...

Si j'étais Frère-quêteur,
Quêterais ton petit coeur
Pour Dieu le Fils et le Père,
L'Eglise leur Sainte Mère...
Quêterais !

Si j'étais Madone riche,
Jetterais bien, de ma niche,
Un regard, un sou béni
Pour le cantique fini...
Jetterais!

Si j'étais un vieux bedeau,
Mettrais un cierge au rideau...
D'un goupillon d'eau bénite,
L'éteindrais, la vespre dite,
L'éteindrais !

Si j'étais roide pendu,
Au ciel serais tout rendu :
Grimperais après ma corde,
Ancre de miséricorde,
Grimperais !

Si j'étais femme... Eh, la Belle,
Te ferais ma Colombelle...
A la porte les galants
Pourraient se percer des flancs...
Te ferais...

Enfant, si j'étais la duègne
Rossinante qui te peigne,
Senora, si j'étais Toi...
J'ouvrirais au pauvre Moi,
- Ouvrirais ! -