Ignorant
2 pages
Français

Ignorant

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Évadez-vous en lisant le poème "Ignorant" écrit par Germain Nouveau (1851-1920) en 1885. "Ignorant" de Nouveau est un poème classique extrait du recueil Valentines. Profitez de ce poème en le découvrant sur cette page. Et n’oubliez pas que vous pouvez télécharger gratuitement en format PDF le poème Ignorant et l’imprimer depuis chez vous !
Avec le poème de Nouveau, vous pourrez faire une analyse détaillée ou bien vous évader grâce au vers de "Ignorant".

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 01 janvier 1885
Nombre de lectures 3
Langue Français

Ignorant.

Je suis bien ignorant, Madame :
Je ne sais si j'ai quatre mains,
Si je n'ai qu'un corps ou qu'une âme,
Ou quatre pieds sur les chemins.

Je ne sais pas si j'ai deux queues,
Et deux têtes, il se pourrait ;
Mais je ne ferais pas trois lieues
Pour prendre au vol ce beau secret.

Je ne sais si j'ai quatre joues,
Sous quatre-z-yeux ou sous deux nez,
Comme ceux avec qui tu joues,
Sans gestes trop désordonnés.

Je ne sais pas si j'ai six... couilles
Ou six ou sept, entendons-nous,
Ké-ke-ça peut vous fiche... arsouilles,
Je ne couche pas avec vous.

Toi, dont le lit doré sait faire
Magnifiquement son devoir,
Peut-être, tu n'as qu'un ovaire...
Je ne tiens pas à le savoir.

J'ignore encor... si... dans les fesses,
S'effeuille la rose des vents,
Car celles sur qui tu t'affaisses...
Je consulterai les savants.

Je ne sais rien de rien des choses,
J'aime à bâiller, même au grand jour,
Mieux que l'huître et plus que les roses
Qui n'en font pas moins bien l'amour.

Je ne sais rien... qu'un peu... l'histoire
De la France... el de ses succès,
Or, ce n'est pas très méritoire,
Je suis républicain français.

Je crois savoir qu'elle s'ébauche
Avec les Gaulois, et les Francs,
Ces Germains de la couille gauche,
Qui ne me sont indifférents.

Qu'elle se précise au bruit... juste,
Que fit en s'ouvrant sans façons
Le soldat, dont Clovis, auguste,
Fendit... le vase de Soissons,

Qu'elle s'étend, sous sa courtine
Que les Lys brodent à l'envi,
Jusqu'au règne de Valentine,
Sous le nez de Monsieur Grévy.



.