Paroles de Femmes : journée internationale de la femme, mars 2003

Paroles de Femmes : journée internationale de la femme, mars 2003

-

Français
28 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Les femmes qui ont écrit ces textes dans le cadre d'un stage d'alphabétisation au centre social Accueil Goutte
d'Or ont voulu partager leur vécu, leurs espoirs, leurs peines et leurs joies à l'occasion de la Journée
Internationale de la Femme.
Ce document est une archive datant de 2003.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 02 avril 2020
Nombre de lectures 19
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo
Signaler un problème

^ < 2 U y tn ^ i ^ tv l e € n n ^ u 3 tu z ^ 3 e y ê C ^ ^ m m c — ^ 0 0 ^ .
« V3e
Deux mots très forts qui ne vont pas toujours ensemble !
Les femmes qui ont écrit ces textes dans le cadre d'un stage d'alphabétisation au centre social "Accueil Goutte
d'Or" ont voidu partager leur vécu, leurs espoirs, leurs peines et leurs joies à l'occasion de la Journée
Internationale de la Femme.
Avec la collaboration des comédiens de "Graines de Soleil" et des musiciens de "l'Atelier des Trois Tambours",
elles nous offrent ces écrits.
Si dans leurs traditions, il n'est pas habituel pour des femmes de se produire en public, elles précisent : "Nous
les femmes, nous voulons nous amuser, nous voulons danser, nous voulons oublier notre solitude. C'est très
important pour nous d'être respectées dans notre démarche."
Paroles de Femmes... EUes nous disent l'exil, la déchirure, la souffrance d'avoir quitté leur famille et leur terre
natale. EUes racontent l'arrivée en France "coimne im mariage sans amour" et ce pays d'accueU qu'elles ont, au
fil des années, appris à coimaître et à aimer.
Elles partagent l'injustice de ne pas avoir été à l'école, la douleur d'être analphabète dans tm monde
artificiellement partagé entre "ceux qui savent" et "ceux qui ne savent pas". La frontière serait la maîtrise de
l'écrit. Mais nous savons qu'Ü existe d'autres chemins, d'autres valeurs, d'autres façons de voir le monde.
Paroles de Femmes... Elle nous disent ce qu'eUes sont à travers leurs souvenirs d'enfance, leurs histoires de
famille, les récits de tendresse, les pointes d'himiour... Merci.
L ’Accueil Goutte d’Or^ € u m 3
( 2- ucim3 J - fne^ hm ■èot 3 ^
^ / h '^ j i é . ^ Âi'^e^, e ^ - 3éc iM t u zli, j€^ j3^n- <uz t <i- ÿ ^ ^'ic uJ ^ c a ^ ^ .
<ic ca^n'cU ^ ■t c't ^ou^cu^ < u z - âniccu/t,
^ < e J2 < l ^ t£ l ié - , 3 c^e ttcu é - J 3 < ld ^ , S ùU H A ■ÙMi / t CC <j MC J^ < Z / ^ < l4 < i iH l^ ^ CCB'I M :
fie , 'Z ^3 < îft3a ^ J U lA f A e tl/ia ^ < ji 4 4 - f f l eCOHy/^CU^.
'UicafjJ<jUâ- ce a Æ u l ce fi oÆ u^juz^.
S î^ m a cott^3enie.
€ 4 1 ‘êecuwaup. 3e cÂ<mce 3 ÂaÉcù^ d câ£é 3 cÆ -,
Aïcha, marocaine.Souvenir d'enfance de mon beau pays
Je me souviens quand j'étais petite, dans mon pays il y avait la paix, le bonheur et la joie. On vivait
tous ensemble, il n'y avait pas de distinction raciale.
Et voilà maintenant que dans mon pays, les Ivoiriens se tuent entre eux. Voilà maintenant que mon
pays est en guerre. C afait un bon bout de temps que le pays est divisé en deux. C'est très triste ce qui
arrive à mon peuple.
Je n'arrive pas à communiquer avec ma mère, parce que dans mon village, tous les téléphones sont
coupés à cause de la guerre. Alors ça me rend triste. Même quand je vais au cours, je n'arrête pas de
penser à ma mère. Parce que ma mère me donnait beaucoup de conseils. Tout ça m'arrive à cause de la
guerre.
Je déteste la guerre. Je n'aime pas voir les cadavres des femmes et des enfants montrés au journal
télévisé.
Si j'étais une magicienne, avec ma baguette magique,
j'irais mettre la paix dans mon pays et le monde.
Si j'avais su que la vie serait dure comme ça, j'aurais préféré être un coq.
Tous les matins, je réveillerai
les gens en faisant
" KOKORIKO "
Si j'avais su que la vie serait dure comme ça, j'aurais préféré être de l'eau
pour refroidir le cœur des gens.
Bougouri, ivoirienne.u e m o n iu u *
mofP Ÿ ^ f éeoM ccM ^ e i 3cm^ Â -(jfu e/J - tU 'ûéou 4P <zn<i-.
(^îcujf^ie jj^ tui^ frve ■ u x ^ 2 p ^ '^ un^ cÂathe' < 3 e à - c m ^ e n - i/ta - < jfu l <m ^ mo'ujfu^ ■ m o f i' eft^ ^ i^ ice : ^
{zMacÂée < i < ie â - j3 < 2 / !i e t v £ i- <Utiài < jM - à < U i ^é^<MA ^ J^une- 3e m e â -
<u:eu^.
me ^ â<2i 4^^i et t A ^ fu a n 3 j- o c c o fjy m ^ f. tt-a 4 à . m a m è^ e n u i ^ f^ to fi3 -m è ^ c u ta : c  a m p û -,
Ly-fi <i/ûcM Ge<zuccH^ 3 iJ/zS'teâ- : 3eA Ji^fuleaA jjJ ein â - 3e ce'tiâ.iezà.. ^ efid a n d <jfue m a
m-e^ â - t iz e^ ^ ô - c e ^ ÿ û ^ e à - , m - o l, ^ ^ < i4 :3 e f e n - -letian^
■tut '£a£ati un- S i3 ofi j 2<m/t 3tt a ^n - 3 em ^iêcÂe^ ^â - j 2^JZ£â. <Hâeo4Uc e ^
vcM^^eaiuK 3e ^^j/ie^i3ze- ^ é - cezià^eA, ca^t é^a^iefi^ '/^zeA tKwi/S^i^UiK e -i à ^^p<HjMe,
cc't^â^eâé^^ai^en^ ^ â -eu ^ <%cMi'U::e 3eà- ^f^nâ- 0 ft en '^en 3 a i^ m-em^. jia u ^ Au-é'^^eni^ à
3 ou-i^zeA SeùcUftâ: (^ é ù u ^ 3eâ- m-om-enJi}.A e - â M C - û e n ^ , c eû^ <j4nm3 à fTt un 'iou€, < U ià - 3c^0tnte t nanum- < jf4 ^ a S te
efi^ zn ^ . ^f^zan3 SatiÂeu^ é ù u i 3e '^ai^ ^f^urn^i^. à cÂacun- 3 eu<x:
eAiU3^^<i4/ 3e 3e âeà. j3'2ky3-zeA iziÂa.
JS z j>z£ ^nièw ^ jû i. o ù Je^ A u ^ -^enue en '2^e^<dn3te m on m a ^ e ^ mcm iju ii â^onl
u^cupt m oi, U't^^i'ÿée  ^ 0 ^ 0 0 f , 3éÉiU , J - iJ/ùaÎA ^ c^u in le 3e n e
juzà^ jîou ^olz^ m inée^^f/tez <i ce nau^eau m^^3e 3e -^ie.
c iS j< H i^ OU- ô4Mâ- <i^^e^^74^ m ^ 'ùiâl£e m -é3ica^, tu ie <i'â44é/lcMt^ A ocû z^ m <z o z ie n i^
un e aéà-ûiJanJ^ i^ m î- 3 on n a l^ 3eA cou€& 3e ^^cmccUà-, j u m i^ a^2p4:en3te <i e ^ <im -éûci^^ m^on
ni'ûeoM .
(S u a ^ j- étcuA J eu n e, J e âMÎA ■tenùée Âf, jT^iem dé^ d f'é c o  , e ^ ca n a 3 u ^ <fue -i^toiâ.
£mâ. : un e unnée 3e £m^f44^ ^^ancadé^ e ^ u n a n 3e ^zn^fue ayt<iêe. m ^ f'é c o  nouA
3e £ ien noué- 3cmé ce ^ (0^'Zance <ful nauà. a. ou/^e€^ <ieâ- jz o z ie à
nouA.
Malha, algérienne.^£3-j j ' t e f r U è ^ â 4 u é . ù •f'cco^, J- cI'^cUa 3 e - â ^ c mA . (^ e c m e û - c<yuf ieây
J^ âuiâ- 'i:e â y £ e e - < m â :
cc3c 3ûx <z-fiâ-, J - <z^ <i-z^z^ic j3<Ht€ m- o<x>c/^3^ 3c fncâ-^^^C'ZCÛ' Accu/ZA. ^^cft3cm ^
■&, m a- m c€c <zÆ u^ 'ttO 'û a l^ 't  i ■ù'tw .
^ c -Icmp-â- e-tt -Icm p^, J e - -faccofryj^z^^fuiûi- -zama-Adc^ 3câ- ctû^ea-j3<hi^jum i-^ch^^ 3 4^ 3c
3 ciû-Qe ca^ J-cU m e -êciM W Oi-^ 3 o û ^ / 3c jj^ iâ - c câJ^ -é^tcA -êan- J 2chm- Â i a-cm ^.
n<Mià-, en 3^{<i£uMc, <m uùââ-c fXu-tÂ^ 3 <î Â ^ cam -tnc u n mc3i<>a^ncn^.3 e m eé- m e é - m t ru z ' û ^ .
< 3 ^ ^ zcu é. <mé--ia^, meJ^ < u i m- o f t3 e m < mj 2 - ^ i e f r u e ^ m a ^ eô^ j 2<kuî^ < U 3 fi
â e '!> i3 û x . jio u ^ 3 e u < K < m â - < U mon' -IcmJe lieu ^ j2enâm ^ ufv < u i 3cfrU.
èû.^ J - <1^ fn ÎA <uc m c m 3 e fru m - 3eU iK ldfnye j u - i ^ <i ^ 3 e tn K <zu-l^te<i. ^^<z/ix>afKî:
 - ^ <io£aé^ ^^PS,
^ â4u^, m e <uuA ifu ic^lle <i /'ê â p a c e ju m ^ J 2< 2U'Ùch^ ^ âui/^te 3ed c o u ^ 3e
j 2e^^<>ùofinetneti'tJ2eti3aft^ 'i^taÎA atiA. Â u i, â4iûi- en- êO Û S , â^Mû- e ^
éoU ^e ^ ^ jîO 't  - S eoiu xH ^ frUeu<K  - <^ue ^ J<Hi/v 3e m on' a/t^My^ée e ^ ce£ i
^^■'SMce d m o/l ccH t^ui^ d ^ ■i^a^m ^ 3eâ- ^étié^a^A 3eé- <i4ià<icûi'ù<mâ-.
Tassadit, algérienne.(^3m m 0 a n ’ & anA
<£ij2-tem lè€C ^2Îâ. <fue J e- ûtûâ- -^enue- en <^^^z<znce, c com m ^ w i- fno/vla^f^ sUz^iA <wtau^.
^e-ii344i, £ i, J e n e < U 3 /û o 4 & ■zlen 3e ce é£aU^ j 3^Mt€ m cd j 34 Z^ ^
^f^ n à- : '£ a - a J^ é £ a Jy / ^ /
années, J <U a^y>tiû. à Â - ccm ncwtie, J tU d ^<ilm e^.
jn z ÿ A fne ju z '!^ e ^ m e 3 i^ : <^V -iu m uùneâ com m e ^ ^ Siâ-, a^2p 'te n 3 â- à- e ^ <i
ecu^t e i^ouz m ^ M .
a- eu ■lcM>t 3e- 3iz€- c e ^ , jK i/tc e <f4ie J e -ne -^eu<xjzcui- <i^y>ten3ze d û te- e l à é o z i^ j m m i^ -^U,
m - c u A 3 < z ^ S < 3 ^ ^ 2 < 2 U € m- o i e - i^ enâ4M'ie j3 < h i- z -^il.
Aïcha, marocaine.<i/iyiiùi^ en c^^'carux-, me âaU'defiâ. â u ». J<2H/t <3ilj. a^^aiâ- ^liâà^ ma m^d^ Se-z^^idze m ^.
S & é^ai^ âu^ â eu if 3e JU 2^ , e i J^ étcUâ- 3e  i jj^dce. ^ ^ à u A 'tziâù. 3e £i. ^Mââea^
3eztiète m ^. (^é^êicui f'Â e u ^ 3u 3^fîayz^jiau^ oÆ ^ d ^/<3/dâ-, j . e^àuA ^^ü^ie 3e £ i £uà.Aet aeu^, ca^ J e
ne âO'^cüâ-J3<z& <^uan3j oÆuA £ i ^ e ^:e^iena^ d •àmâ. ceA m^mtenJa, <fue J. <Ujnzoâéû, a^^ec e ^ .
^ èA Ÿue J e <uuà, <M>zi-^ée d cÂe^ m<2Î, 3anû- /''Â â ée^où J Âa^i^diû, a^ûec m on J e j^ertAalâ.
etta>te d m^ a mda^, d m ^ ^^dzeâ. e^ âceu^ e l d m ^ ^ e j 2ena<iiâ, -te^m en ^ d e ^ <jiMeJ ^
jiaàAaiâ, meâ,J oU'ZnéeA d
^ n 3 a n ^ 3eua: utiA, J e ne âMiâ. j îo û . 'ZeùiU€ftée 3anâ m ^ on . f'é ^ fé ^ ie d <xuuie 3eâ- 3e
j 2<ipde^ ^ ne jiou'ûcUâ- ^ 'ze-iau'zne^j. ^una. f Â’ âù/<m I J Âadiidùx, J e m enmu^.cuA, J e ^M daiâ Â
■iempû. £ 3. m£m^ cÂoAe.
^ e ^z.iâ'aiû- d m <m ^^ d m-ofi <iiSant ^fu î f ne j 2^i/zle cm- -Ita^^cU^ ca^ i/■ùa^^aiÆué^ ^ n u ^ e i i /
3atm4Ü^ £zJcH^née, ^^m3ià, <fue J e ne comiaùuiaiâ. n i nijj.e^:â-onne. J e ^xiâaiâ ^ien 3e
Jou^znée. ^é£ aia. comm^ un <A<U en^tm e 3anâ. une c a ^ .
Fatima, algérienne.